Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 14:56

 

Des années de préparatifs et voilà une nouvelle extension de la route de la soie… par le rail ! La Chine à quelques jours d’ici par le train :

Le premier train de marchandises était arrivé à Lyon le 21 avril 2016, après 15 jours de trajet. Il aurait fallu entre 35 et 50 jours pour transporter la même marchandise par voie maritime.

 

C’est ainsi que ce convoi de 41 containers de matériel technique, de pièces automobiles ou électroniques, avait mis 15 jours pour parcourir près de 11.500 kilomètres en traversant sept pays.

Le trajet existait déjà depuis quelque temps entre la Chine et Duisbourg en Allemagne, il atteignait alors Lyon. (Il faut savoir qu’une vingtaine d’entreprises chinoises se sont implantées en région lyonnaise. Et que de l’autre côté, 80 entreprises lyonnaises se sont développées en Chine. Trois trains par semaine sont prévus entre la Chine et l’Europe, selon la métropole.)

Vidéo à voir en fin d'article...

 

photo site : http://www.hebdo.ch/

« La nouvelle route de la soie » est le grand projet de la Chine de Xi Jinping. Ce projet, lancé en 2013, consiste à relier Beijing à l'Europe. Un réseau de routes et de réseaux ferrés de plus de 13 000 kilomètres pour exporter ses marchandises. C’est dans cette idée que Londres vient récemment d’être relié à Yiwu (250 kms de Shanghai).

C'est la quinzième ville européenne, la plus à l'ouest du continent eurasiatique, à être reliée à la Chine.

 

Le train a traversé le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie, la Pologne, l'Allemagne, la Belgique et la France pour se rendre à Londres.

 

Sur le trajet, les conteneurs sont transbordés plusieurs fois à cause d'un écartement des rails différent entre la Chine, les anciens pays du bloc soviétique, et l'Europe de l'Ouest. L'idée de base est de prouver que le transport ferroviaire est avantageux : plus rapide que le bateau et moins cher que l'avion. Cette nouvelle liaison prolonge en fait un immense réseau : la nouvelle route de la soie…

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 16:36

On parle toujours des exportations chinoises vers la France … mais on parle moins de ce que la France exporte vers la Chine… Et pourtant, c’est du lourd !!!

C’est ainsi que la ville de Nice exporte son carnaval !!! –qui, soit dit entre nous, est tout de même un des trois carnavals les plus prestigieux au monde. Xiao Long , Petit Dragon sudiste, plastronne !!!

 

Le carnaval de Nice a donc parcouru 8000 Km en direction de Xiamen (ville jumelée à Nice).De gigantesques containers abritant les réalisations carnavalesques de la famille Povigna ont permis de rejouer le Carnaval de Nice à Xiamen ! Les réalisations ont été transférées vers Marseille où des bateaux attendaient pour rallier Guangdong en 6 semaines. Sur place de nombreux techniciens et du matériel attendaient la livraison.

 

Xiamen est –comme Nice- une station balnéaire du sud (mais de la Chine…) qui compte 5 millions d’habitants, agglomération incluse.

Si vous trouvez qu’il y a trop de monde à Nice, pas la peine d’aller là-bas… Xiamen voit passer 67 millions de visiteurs par an, pour la plupart des vacanciers chinois d’ailleurs.

 

pour en savoir plus : http://fr.xiamencarnival.com

 

L’événement a mobilisé durant plus d’un mois des équipes venues du monde entier ainsi que des experts locaux afin de pouvoir offrir du 11 au 14 mai 2017 un florilège de merveilles à un public chinois complètement sous le charme...

Dans le quartier de Jimei, les chars de bataille de fleurs ainsi que les groupes d’artistes de rue, ont défilé sur un parcours d’un kilomètre et le soir, les chars du corso carnavalesque leur succédaient.

Le soir du 11 mai, 6 000 spectateurs étaient présents, ainsi que de nombreuses personnalités dont le Consul Général de France à Guangdong.

 

 

 

 

 

Sept défilés au total ont mis à l’honneur le savoir-faire niçois. Tous les chars ne sont pas partis bien sûr, car tous les thèmes n’intéressent pas forcément l’Empire du Milieu –comme la politique française par exemple qui leur est bien lointaine.

Mais le Roi, la Reine, le Dragon… et Donald Trump… étaient, entre autres, du voyage.

 

Photos:https://cn.ambafrance.org

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 14:49

 

Un petit clin d’œil « printanier » sur ce traineau ( ?!).

 

Si vous avez l’occasion de visiter le Musée des calèches de Versailles, vous pourrez y voir « le traineau au jeu chinois ».

Construit en France vers 1735, propose une caisse en bois à deux places, en forme de gondole (pas très chinois tout ça !... quoique… Marco Polo…, d’ailleurs, l’assise est garnie de velours en soie de Gênes à trois couleurs… exotique !!!)

 

Des têtes de dauphins sculptées soutiennent cette caisse décorée de panneaux peints sur lesquels de petits personnages jouent dans des jardins chinois agrémentés de pagodes.

 

 

On connait l’engouement pour les chinoiseries en France au XVIIIe siècle et il n’y a –à part le motif- que peu de chose « chinoise » : d’après les sources, c’est le maître peintre et sculpteur Henri Cliquet qui serait l’auteur des panneaux.

 

Mais que faire d’un traineau à Versailles ? À cette époque, les hivers étaient plus rudes que maintenant et des courses à la mode nordique étaient couramment pratiquées dans les allées du parc de Versailles, sur le grand canal pris par les glaces !

 

Mais le cocher ne risquait rien, car ses petits petons étaient protégés par des petits chaussons …

 

 

Ce traineau a été restauré avec soin pour l’exposition « la Chine en France » (Versailles-2014).

      Un site et des photos: http://www.connaissancesdeversailles.org

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 16:36
Kokdu  Photos Xiao Long
Kokdu  Photos Xiao Long
Kokdu  Photos Xiao Long
Kokdu  Photos Xiao Long
Kokdu  Photos Xiao Long
Kokdu  Photos Xiao Long
Kokdu  Photos Xiao Long

Kokdu Photos Xiao Long

 

photo XIAO LONGLa Corée est un pays lointain et peu connu de nous. Petit Dragon , toujours aussi curieux, a eu la chance de pouvoir passer un long moment au Musée des Arts Asiatiques de Nice qui présentait une exposition intitulée : « Saisons coréennes ».

En fait il s’agissait- je parle au passé, car cette exposition qui avait été prolongée, a finalement du rejoindre son pays d’origine avant la date prévue (avril) – d’une double exposition.

 

« Kokdu, les compagnons de l’âme »

 

Xiao Long découvre d’abord de drôles de petites figurines très colorées, en bois, peintes, représentant des personnages, des fleurs, des animaux réels ou surnaturels… des phénix et des dragons aussi … bien sûr !!! Elles étaient autrefois utilisées lors des funérailles traditionnelles. Véritables guides spirituels, les kokdu accompagnaient l’âme du défunt sur le chemin de la sérénité.

Leur côté naïf est plutôt attachant, elles sont parfois amusantes, parfois très sérieuses, certains personnages faisaient fonction de gardiens et on ne peut pas dire qu’ils donnent envie de sourire… C’est fait pour ! Les mauvais esprits n’ont qu’à bien se tenir !!!

Réalisée en partenariat avec le Kokdu Museum de Seoul, cette présentation met en scène ces figurines protectrices et consolatrices, qui apaisent et réconfortent les âmes des morts et les proches (vivants !) tout aussi bien.

 

Mais laissons un peu ces petits « anges » coréens…

Et passons au deuxième volet de cette exposition :

 

 

« Intérieur coréen, œuvres de In-Sook Son »

 

Xiao Long en a eu le souffle coupé (et il en faut ! C’est un Petit Dragon qui ne manque pas d’air…). L’œuvre d’In-Sook Son, est unique. Cette artiste porte un regard moderne et novateur sur une pratique traditionnelle très importante en Corée : la broderie.

L’artiste a inventé de nouvelles techniques comme le silgrim, une véritable peinture de soie sur soie. Petit Dragon n’en croyait pas ses petits yeux… un paravent orné d’un superbe motif de cerisier en fleur et que Xiao Long avait perçu comme une peinture, n’était en réalité que broderie : le motif ainsi que le fond ne sont que fils de soie qui jouent dans la lumière, créent des ombres et donne vie à un vieil arbre noueux couvert de fleurs…

In-Sook Son réinterprète aussi les pojagi, pièces de tissu utilisées pour envelopper les objets, et en fait des tableaux. Le hanbok, costume traditionnel, devient une véritable œuvre d’art, ornée de nœuds décoratifs, les norigae, eux aussi revisités et surprenants. Et que ce soit sur les vêtements comme le hwarot, la robe de mariage traditionnelle, ou encore sur des …. meubles (?!), où la broderie devient marqueterie, elle nous laisse sans voix !

 

 

Vidéo proposée par le musée Guimet :

Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long
Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long

Oeuvres d'In Sook Son Photos Xiao Long

Pour en savoir un peu plus,

voici une vidéo proposée par le Musée Guimet:

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 16:57

 

Nos amis pandas du zoo de Beauval ne sont plus à présenter... ou presque...

Un petit rappel tout de même : c’est en 2012 que Yuan Zi (Monsieur) et Huan Huan (Madame) s’y sont installés. Beauval est l’un des 19 parcs hors de Chine accueillant deux « trésors nationaux », inutile de préciser qu"on les bichonne...

Xiao Long est allé voir si Yuan Zi et Huan Huan étaient contents de leur lieu de séjour et à en voir les photos, on peut estimer qu’ils savent apprécier l’environnement… un petit coin de Chine en France : pagode, porte monumentale, dragon de pierre…

LA CHINE A BEAUVAL ?
LA CHINE A BEAUVAL ?
LA CHINE A BEAUVAL ?
LA CHINE A BEAUVAL ?

 

 

欢欢, Huān huān (Joyeuse) et 圆仔, Yuán zǐ (Petit Dodu.. .non, je n’invente rien…) apprécient le bambou comme tous les pandas et passent un certain temps… un temps certain… à grignoter :

on comprend mieux le petit nom de Monsieur… qui sait montrer son impatience si le dessert tarde à venir !!!

 

Je vous laisse regarder les photos de Xiao Long, petit Dragon enthousiaste, qui a – peut-être un peu abusé des prises de vues ???

Et encore ce n'est pas là "l'intégrale"...

Mais … comment résister?

Yuan Zi a un petit côté "cabotin" et sait jouer les stars!!!

 Photos Xiao Long
 Photos Xiao Long
 Photos Xiao Long
 Photos Xiao Long
 Photos Xiao Long
 Photos Xiao Long
 Photos Xiao Long
 Photos Xiao Long

Photos Xiao Long

 

Huan Huan est plus discrète (même si se cacher derrière un tronc d'arbre aussi mince est voué à l'échec...), mais tout aussi active!

 

 

Photos Xiao Long
Photos Xiao Long
Photos Xiao Long
Photos Xiao Long
Photos Xiao Long
Photos Xiao Long
Photos Xiao Long

Photos Xiao Long

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 14:39

 

On sait combien le jade est précieux et symbolique pour les Chinois, mais …. Peut-on imaginer un linceul de jade ?

Difficilement et pourtant, cela existe bel et bien…

Le roi de Chu (Han occidentaux) est bien protégé par sa carapace de plaques de jade. Ce linceul hors norme conservé au Musée de Xuzhou en Chine, a été exposé au musée Guimet en 2015 dans le cadre de l’exposition « Splendeurs des Han, essor de l’empire Céleste »*.

En 1995, dans la tombe royale de Shizishan, un défunt déposé dans un cercueil de laque a été découvert recouvert de ce curieux linceul de jade composé de quelques 4248 plaquettes reliées entre elles par des fils d’or. Des rubans de soie rouges ourlaient les bordures de chaque élément de cette armure de luxe… Les orifices du défunt étaient obturés par des sortes de bouchons de jade aussi. Ce linceul mesure 1m76 sur 68 cm.

On attribue au jade de nombreuses propriétés, cette pierre dure et résistante devait protéger le corps et favoriser l’immortalité de l’âme (Hun et Po).

Parfois le jade posé dans la bouche avait une forme de cigale (tombe du roi de Jibei), la cigale est symbole de résurrection, puisque sa larve enfouie dans la terre revient- transformée- à la vie et sort de terre...

 

 

 

 

 

 

Bien sûr ce « traitement » était réservé à la famille impériale (au fait… poids total des fils d’or : 1,576kg). Les autres dignitaires selon leur importance, étaient « cousus » de fils d’argent, de cuivre ou de soie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette tradition est ancienne et remonterait au néolithique.

*L’époque des Han est riche d’objets qui illustrent le faste de cette dynastie qui régna sur la Chine de 206 av. J.-C. à 9 après J.-C. C’est la période où l'institution impériale se stabilise en s’appuyant sur une administration hiérarchisée, une économie agricole et une diplomatie favorisant les alliances lointaines et les échanges (Route de la soie).

 

Images :theswedishparrot.com

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 11:55

La venue en France d’une délégation chinoise de l’association chinoise pour la santé était aussi l’occasion d’échanger les approches de cette discipline au cours d’une conférence.

Quatre intervenants experts se sont exprimés :

Maitre Shi Ai Qiao dont nous avons parlé dans un précédent article a présenté les études menées en Chine sur le sujet afin de donner quelques éléments scientifiques. Il est directeur de l’institut des arts martiaux de l’école des sports de Wuhan, a publié une vingtaines d’ouvrages…

Messieurs Shia Ai Qiao et Jian Liu Jun Photo XIAO LONG

Messieurs Shia Ai Qiao et Jian Liu Jun Photo XIAO LONG

Le Dr Le Mestre qui développe avec succès en pays de Bray le Qi Gong en milieu hospitalier a montré combien cette pratique est adaptable à tous et combien elle est positive tant sur le plan physique que sur le plan psychique pour ceux qui doivent séjourner longuement en milieu hospitalier. Petit Dragon espère que les réussites du Dr Le Mestre ouvriront au Qi Gong les portes d’autres établissements !

Le Dr Jian Liu Jun , professeur à l’université MTC de Guangzhou, fondateur de l’Institut Quimétao de Paris nous a expliqué avec précision et non sans humour le rôle central –si on peut dire- de la colonne vertébrale. Ce « pilier de la maison » que l’on malmène trop souvent dans notre quotidien est aussi le chemin que prend l’énergie pour circuler, là se trouve Ming Men (Porte de Vie)…

Photo XIAO LONG

Photo XIAO LONG

Mme Ke Wen des temps du Corps à Paris intervenait en dernier, nous offrant une petite séance de méditation –en fauteuil- et nous rappelant les fondements philosophiques de notre pratique.

Xiao Long n’a pas l’intention de vous faire un exposé circonstancié de tout ce qui y a été dit (… non, non, non… il fallait y aller… et toc !)

Mais, tout de même magnanime, le petit Dragon a retenu quelques idées qu’il voudrait vous faire partager.

Maitre Shi Ai Qiao a insisté sur le fait que la majorité des gens ne font pas assez d’exercice physique et que l’on subit de plus en plus de pressions de toutes parts. Mais cela n’est pas une nouveauté.

Le souci c’est qu’au lieu de remettre en question notre façon de vivre, nous avons tendance à attendre d’être malade pour nous prendre en main. Les médications sont souvent excessives et blessent notre Qi (car n’oublions pas qu’il y a aussi des toxines dans les médicaments et que les maladies iatrogènes/ médicamenteuses existent… il n’y a donc pas que le bon vin qu’il faut consommer avec modération…)

Lorsque nous faisons de l’exercice, nous recherchons à évacuer le stress en voulant nous dépenser, aller plus loin, plus haut, transpirer un bon coup… pour que tout sorte ( ?). Mais il y a là aussi des limites : si l’on se dépense, il faut aussi récupérer suffisamment. Et … il n’est pas nécessaire de s’agiter pour entretenir ses muscles, ses os… ses neurones…

Il faut conserver, nourrir notre Qi et même si l’on est généreux, ne pas le « disperser », l’épuiser à force d’excès.

Bien sûr, le Qi Gong est bien placé pour jouer ce rôle de préservation. Il s’inspire de la nature, aide l’homme à se rapprocher de la nature et de lui-même donc. Plus de 1 800 000 pratiquants dans plus de 40 pays ont compris l’intérêt du Qi Gong. On régule le corps, la respiration, le cœur.

QI GONG : CONFERENCE A NEOMA (ROUEN) octobre 2016

De nombreuses études scientifiques sont menées en Chine depuis de nombreuses années déjà …

On sait que ces mouvements doux entretiennent la masse musculaire, la densité osseuse, la flexibilité de la colonne vertébrale, la souplesse des tendons ils permettent d’éliminer les graisses (non ! on ne touche pas à cet éclair au chocolat !!), régulent l’équilibre hormonal, sans parler de l’impact du Qi Gong sur le mental, la mémoire, les réflexes, l’équilibre…

Cela ne peut que nous encourager à poursuivre notre pratique !

 

Allez, hop !!! Au boulot !!!

Je plaisante… (ou pas ?)

 

M.Herman Wang remercie les intervenants Photo XIAO LONG

M.Herman Wang remercie les intervenants Photo XIAO LONG

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 10:35

Route de la soie (wikipedia)

 

L'édition inaugurale de l'exposition culturelle internationale sur la Route de la Soie a été organisée à Dunhuang du 20 au 21 septembre 2016 dans la province chinoise du Gansu. 36000 M2, dont 8000 en extérieur, un pavillon chinois et un pavillon international… il y a de quoi réjouir les yeux ! (et user les pieds…)

 

Dunhuang

 Dunhuang, la perle de la Route de la soie, que l’on connait le plus souvent grâce à des photos insolites comme celle-ci :

 

et que l’on imagine plus comme un mirage au milieu du désert que comme une « vraie » ville comme… ci-dessous !!!

 

french.china.org.cn

 

Autrefois l'un des principaux carrefours entre Orient et Occident, ce passé unique se manifeste toujours dans la ville, qui accueille un nombre croissant « d'explorateurs de la route de la soie », attirés par un patrimoine culturel d'une importance mondiale.

La Route de la soie a été une porte, une zone d’échanges à tous les sens du terme: la Chine a découvert le monde extérieur et Dunhuang a permis à plusieurs civilisations de se rencontrer, marchandises et idées ont pu s’y croiser, y transiter, s’y arrêter. Comme en ce moment la Chine pilote un vaste projet afin de construire des infrastructures et renforcer le commerce avec les pays situés le long de l'ancienne Route de la Soie, entre autre l’Ouzbékistan, l'événement vise à renforcer la compréhension et les échanges entre les peuples de la région en renouant avec l’Histoire.

 

french.china.org.cn

L’exposition :

Dans le pavillon international, sont exposés des objets artistiques venus de plus de 60 pays, que cette fameuse route traverse.

Cette année, la France a été choisie comme invitée d'honneur. La soie arrivée en France, a révélé de nouveaux savoir-faire et a permis de magnifiques réalisations (un détour par Lyon et son musée des Arts décoratifs le prouverait !).D'autres aspects de la France sont aussi présentés, la richesse de son histoire, la beauté de ses villes, la diversité de ses régions.

Cette exposition ne pouvait oublier la célèbre expédition de la « Croisière jaune » et  le véhicule tout terrain emblématique de cette traversée y figure en bonne place.

 

Et aussi :


Un spectacle dans un décor de désert montrait lors de l’inauguration, l'histoire de la ville de Dunhuang :

 

 

Exposition culturelle internationale de la Route de la soie : spectacle

plus de photos :

http://french.xinhuanet.com/culture/2016-09/21/c_135703556.htm

 

Tourisme : un désert déconseillé aux agoraphobes ?!!

 

Bien sûr la région est aujourd’hui extrêmement connue.

Et du même coup, on peut croiser beaucoup de monde dans ce « désert » !!!

À en voir cette vidéo… on ne risque pas d’y souffrir de solitude…

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 15:06
PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

 

L’été va se terminer, mais il y a parmi vous des vacanciers de septembre et si votre chemin passe par la ville de Lyon, vous pourrez prendre le frais en visitant un musée un peu particulier et au nom bien choisi : Confluences.

 

 

Un  parcours permanent (3 000 m², oubliez les talons aiguilles…) raconte le grand récit du monde et de l’humanité en quatre expositions insolites où se côtoient des pièces "issues de cultures et d’époques différentes mais dont le rapprochement fait sens"même si parfois, il faut l’avouer, on s’y perd un peu… mais ce n’est pas désagréable.

 

4 grands thèmes sont approchés : les origines de l'Univers et de la vie sur Terre ; la place de l’être humain dans la chaîne du vivant ; les sociétés dans leurs organisation, leurs échanges, leurs spécificités selon des contextes précis et la place de la mort et des rites funéraires dans différentes civilisations.

 

Ce qui a attiré là Xiao Long, ce sont bien sûr les objets asiatiques : il les avait flairé de loin, il a un nez incroyable ce Petit dragon là !

 Ce musée est l'héritier du Musée Guimet de Lyon et en reprend les collections : le voyage au Japon d’Émile Guimet aboutira à la conception du musée des religions qu’il fonde à Lyon, en 1879, puis à Paris.

 

C’est au cœur du thème sur les sociétés que l’on trouvera de belles pièces asiatiques.

Les sabres, les armures, les casques et les bannières (période Edo- 1603-1868), nous rappelle que le Japon vit replié sur lui-même et que le gouvernement militaire sait appliquer une discipline rigoureuse et une hiérarchie codifiée par des rituels d’apparat très stricts. Si les fonctions guerrières de ces objets sont évidentes, ils n’en sont pas moins beaux et raffinés.

 

Quelques divinités aussi vous y attendent, Bouddha allongé, Molizhi entourée de quatre grands rois célestes, le comte du vent avec son éventail, Yu le grand et bien d’autres…

Un magnifique portrait datant des Qing  représente un fonctionnaire dans sa robe dragon. On voit à côté les pièces qui apparaissent sur ce tableau. Une coiffe de la dynastie Qing, un collier de cour (dérivé en fait du chapelet bouddhique, signe de statut et de rang social,, il fait partie de la panoplie officielle de la famille impériale,  un insigne (ici un oiseau) qui figure le rang de son propriétaire…

Mais les photos seront plus parlantes que les discours….

 

Pour en savoir plus :

http://www.museedesconfluences.fr/fr/evenements/%C3%A0-vos-pieds

LA CHINE à LYON PHOTOS XIAO LONG
LA CHINE à LYON PHOTOS XIAO LONG
LA CHINE à LYON PHOTOS XIAO LONG
LA CHINE à LYON PHOTOS XIAO LONG
LA CHINE à LYON PHOTOS XIAO LONG
LA CHINE à LYON PHOTOS XIAO LONG
LA CHINE à LYON PHOTOS XIAO LONG
LA CHINE à LYON PHOTOS XIAO LONG
LA CHINE à LYON PHOTOS XIAO LONG

LA CHINE à LYON PHOTOS XIAO LONG

...ET LE JAPON... PHOTOS XIAO LONG
...ET LE JAPON... PHOTOS XIAO LONG
...ET LE JAPON... PHOTOS XIAO LONG
...ET LE JAPON... PHOTOS XIAO LONG

...ET LE JAPON... PHOTOS XIAO LONG

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 15:34
PHOTO XIAO LONG : Nef du Grand Palais

PHOTO XIAO LONG : Nef du Grand Palais

 

Si vous passez par le Grand Palais à Paris… qui sait ?...vous serez certainement un peu surpris par  le projet de Huang Yong Ping exposé dans le cadre de Monumenta 2016.

Jusqu’au 18 juin 2016, cet artiste, représentant de l’avant-garde artistique chinoise, propose une curieuse installation, intitulée « Empires ».

Ont été placés dans ce hall gigantesque du Grand Palais, un portique colossal, quelques conteneurs diversement colorés, un « méga » squelette de serpent (254 mètres de longueur, ce qui ne manquera pas de faire pâlir d’envie tous les boas, anacondas et pythons de la planète…) et…  un bicorne géant, oublié là peut-être par un Napoléon de passage…

 

L’idée :

Bien sûr, il y a une idée derrière tout ça… Il s’agit d’une réflexion sur les transformations de notre monde.

Huit « collines » de containers évoquent cette mondialisation que nous connaissons, la circulation des marchandises et des richesses… Notez le nombre de collines… huit…c’est très chinois tout ça !

L’immense bicorne serait celui de Napoléon, plus exactement celui qu’il portait à Eylau, il symbolise le pouvoir, l’envie des industriels, des politiques et autres… de dominer notre petit monde… Et vu la dimension du couvre-chef, on peut dire que ceux qui cherchent à le « chausser » ont la grosse tête !!!

Le serpent métallique qui glisse entre ces containers semble vouloir tout avaler … expansion et décadence… hier comme aujourd’hui. Mais pour le moment sa mâchoire est ouverte sur du vide…

 Cette œuvre (qui vous plaira –ou pas-) ne laisse pas indifférent et s’intègre magnifiquement au cadre de la nef du Grand Palais avec ses voussures de fer.

Dommage que l’accès au balcon de la nef ne soit pas toujours possible (en tout cas pas le jour où Petit Dragon y est allé !), car vue d’en haut cette installation doit certainement être plus « lisible ».

 

PHOTOS XIAO LONG
PHOTOS XIAO LONG
PHOTOS XIAO LONG
PHOTOS XIAO LONG
PHOTOS XIAO LONG
PHOTOS XIAO LONG

PHOTOS XIAO LONG

 

 

Le thème du serpent semble inspirer Huang Yong Ping tout particulièrement puisqu’on lui doit aussi, ailleurs et au grand air cette fois, à la pointe du Nez de chien (sur l’estran, à l’embouchure de l’estuaire de la Loire), un immense serpent de mer.

La question environnementale est aussi présente dans son art  et il montre comment l’homme qui sait protéger- sait aussi détruire la Nature…

Le squelette apparaît au rythme de la marée, et accueillera, peu à peu, faune et flore marines.

 

thisiscolossal.com

 

POUR EN SAVOIR PLUS:

http://www.saintbrevin-infos.fr/le-dragon-de-mindin-inaugure-25-28-138.html

 

L’artiste : Huang Yong Ping


Il est né en Chine à Xiamen en 1954. Il s’installe en France en 1989 et fonde le mouvement appelé « Xiamen Dada ». Le mot d’ordre de ce mouvement est « Le zen est dada, dada est le zen ». Ce qui met nettement en avant l’idée que cette avant-garde chinoise s’inscrit dans le mouvement occidental mais reste en même temps reste cohérente avec le goût du paradoxe développé par le zen. Il défend un art expérimental qui mêle dada, néodada, zen et taoïsme.

En 1987, pour donner une solution à ceux qui se demandent ce qu’est la modernité, il décide de passer dans une machine à laver « L’histoire de la peinture chinoise » de Wang Bowing et « A Concise History of Modem Painting » de Herbert Read, puis il expose tranquillement la pâte de papier qui en ressort. L’histoire ne dit pas dans quel état était la machine à laver…Depuis lors, il « lave » régulièrement quelques livres… lié profondément à la culture chinoise, il utilise le Yi Jing (Livre des mutations). Ces oracles lui conseillent d’utiliser certains animaux dans son travail. D’où les criquets, serpents, tortues, scorpions, etc…

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: mushutaiji@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.