Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 10:25

 

L’auteur :

Chi Zijian est née en 1964 près de Mohe dans la province de Heilongjiang, où elle réside toujours.Sa grand-mère aimait raconter des histoires  et ce sera une grande source d’inspiration pour ses écrits, ainsi que la nature et les gens autour d’elle. Elle a publié de nombreux livres depuis 1985. Elle décrit les choses du quotidien, les choses les plus banales avec une grande simplicité et une belle poésie qui nous fait participer à cette nature omniprésente dans la vie des Evenki.

Elle a obtenu,  en 2008, le grand prix Mao Dun pour ce roman « Le Dernier Quartier de la lune ». Elle est le seul écrivain à avoir obtenu trois fois le prestigieux prix Lu Xun, grand prix littéraire national !

 Le titre :

Le titre original est « « La rive droite de l’Argun » (额尔古纳河右岸》), cependant le traducteur italien et le traducteur anglais ont choisi de donner un autre titre à ce roman en s’inspirant des dernières pages du roman, une dernière partie très brève, en forme d’épilogue, intitulé « Croissant de lune ».

La vieille femme, restée seule, contemple la lune… (non, Xiao Long ne vous dira pas tout !) :

« Je lève la tête pour regarder la lune, et il me semble voir un renne blanc courant vers nous ; et quand je le regarde à nouveau, je le vois s’approcher de plus en plus, comme si ce pâle croissant de lune était en train de tomber sur terre… »

https://zhuanlan.zhihu.com

 

Le roman :

Il nous raconte la saga des Evenki, ces nomades éleveurs de rennes qui vivent sur la rive droite de la rivière Argun qui, avec ses 900 kilomètres, sert de frontière entre Chine et Russie et qui près de Mohe, la ville la plus au nord de la Chine, rejoint la Chika pour former le fleuve Amur (Heilonjiang en Chinois) qui, sur 1600 kilomètres, matérialisera la frontière.

 

wikimedia .org

La narratrice a quatre-vingt-dix ans et a été l’épouse de deux chefs de clan Evenki. Elle nous conte sa vie et celle de son peuple.

Les Evenks sont  30000 en Chine  et 35000 en Russie. Ils constituent en Chine l’un des 55 groupes ethniques. Ils ont toujours vécu avec des rennes. Ces précieux animaux vont librement avec leurs grelots et reviennent au matin au camp.

 Chi Zijian a passé les 17 premières années de sa vie dans la région de Mohe  avant d’aller à Beijing à l’université, et elle connait les tribus Orogen et Evenki. L’exploitation de la forêt, commencée dans les années 1960, déséquilibre le mode de vie des Evenki et de leurs rennes et voilà que les autorités essaye de les sédentariser en Mongolie Intérieure ce qui ne va pas sans problèmes...

Pour les Evenki la nature se respecte et les animaux aussi, même s’ils doivent chasser pour subsister. Ils sont plus que proches de cette nature, ils fusionnent avec elle, ils savent l’exploiter sans détruire ou épuiser les ressources.

Bien sûr, tout n’est pas rose dans ce roman, les antipathies, les rivalités existent. Les Evenki sont humains ! Et en plus,  l’h(H)istoire ne les épargne pas : l’occupation japonaise et le Mandchukuo, arrivent jusqu’à eux. L’opposition entre communistes et KMT, la réforme agraire, la famine du Grand Bond en avant, la Révolution Culturelle et les exactions des gardes rouges, tout cela crée des incidents parfois graves mais ne change pas fondamentalement leur mode de vie. Ce n’est que l’exploitation de plus en plus intensive de la forêt qui va créer la rupture.

Et pourtant dans ce roman, pas de grands couplets sur « les grands méchants détruisent notre nature »… C’est au contraire la vie qui est au centre de tout, la vie de tous les jours avec ses aléas, ses joies, ses peines et toujours le réconfort que procure la nature omniprésente qui est simplement là, belle, majestueuse, rude parfois…

https://www.icone-gif.com

https://static.fnac-static.com

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2020 6 07 /03 /mars /2020 10:56

 

https://www.icone-gif.com

Difficile en ce moment de à côté de l’actualité… on parle en ce moment beaucoup de masques sanitaires et le Petit Dragon s’est demandé pourquoi le port de ce masque en avis est aussi populaire alors que chez nous, nous aurions plutôt tendance à regarder d’un sale œil celui qui le porte.

Le nombre de personnes qui portent un masque chirurgical au Japon  et dans  les pays d'Asie comme la Chine, la Corée… est surprenant pour des Occidentaux qui dramatisent et n’apprécient pas  le port de masques. En Asie, avoir une bonne partie du visage caché par le masque sanitaire ne pose aucun problème.  Cet usage serait ainsi apparu progressivement après la pandémie de grippe espagnole en 1919, qui aurait causé plus de 400.000 morts.

 

 

 Les premières apparitions des masques chirurgicaux dans la rue étaient dues à la politesse japonaise élémentaire. Des personnes qui ne se sentaient pas bien mais qui voulaient tout de même se rendre à leur travail ou sortir, se sont mises à porter des masques pour que leurs germes ne contaminent pas les autres. Des études (Xiao Long n’a pas plus de précisions)  montrent ainsi qu'il réduirait de 80% le risque de contagion.

C’est une simple marque de respect et d'hygiène. Il faut avouer que chez nous, il semble trop souvent normal d’aller et venir sans précautions particulières et on a trop souvent tendance à distribuer généreusement, et avec insouciance, autour de soi ses germes et virus…

Alors que, pourtant, lorsqu’on peut le faire, c’est bien en se reposant chez soi que l’on récupère le mieux et il serait souhaitable non seulement de prendre soin de soi mais aussi des autres qui n’ont pas forcément envie d’être atteints à leur tour. Il y a bien des activités que l’on peut suspendre momentanément, sans que cela porte préjudice à qui que ce soit.

Si renvoie tant de monde porter ses masques en Asie, cela ne signifie pas pour autant qu’il soit tous malades ! Cool!

Depuis d’autres raisons expliquent leur popularité.  L’utilisation de  masques a presque triplé en dix ans et le marché japonais du masque rapporte quelques  230 millions de dollars par an.

Certains (surtout des jeunes) portent des masques pour s’isoler et rester dans leur bulle. Selon le psychologue Jun Fujikake, il existe une obsession de communication indirecte grâce à la technologie (lorsqu’on porte masque, écouteurs sur les oreilles et téléphone dans la main, c’est qu’on ne recherche pas forcément la discussion avec autrui…). On peut aussi ainsi être plus neutre et ne pas montrer ses émotions !

Il y a aussi le port du masque  en hiver pour garder son visage au chaud. Il remplace l’écharpe sur le nez ? S’il fait très froid ou en cas d'air sec, porter un masque permet de ne pas respirer l'air "directement" et évite d'irriter sa gorge ou d'attraper froid.

Il y a la prévention des allergies printanières. Les pollens au Japon  sont très puissants, de février à fin mai  ils circulent en abondance et de nombreux Japonais sont allergiques.

Il y a la version antipollution, pour se protéger de nombreuses particules en suspension. Et en scooter ou deux roues de tous poils, très répandus en Asie, ce n’est pas négligeable (sans parler des insectes percutés à grande vitesse ! Pauvres insectes !)

Il y a le port de masque « esthétique » : se montrer en public sans maquillage ou non rasé n’est pas très correct, alors on se camoufle un peu… (Peut être la mode des « barbes » est-elle née de la non utilisation de masque ?)

 

https://imall.com/product

Les masques peuvent devenir des accessoires de mode ! L'écrasante majorité des masques vendus sont blancs, mais on en trouve aussi de plus farfelus.Un grand nombre d’entreprises lancent sur le marché tout un choix de jolis modèles de masques, toutes les couleurs sont possibles, différentes formes aussi, ainsi que des imprimés (Hello Kitty pour les enfants par exemple ou des dents de vampires…)

Le fabricant de cosmétiques T-Garden a créé le Flavour Mask , tout beau, tout rose (gnarff ! pour les filles du coup ?), il répand un agréable parfum de framboise.

Il existe donc de nombreux fabricants de masques et il s'en vend un peu partout, notamment dans les konbini (supérettes) ou encore les 100¥ Shops.

Bien, nous n’en sommes pas là… même si nos grandes villes sont bien polluées, nos pollens bien actifs et nos virus et autres  bien présents. Si vous voulez vous y mettre en tout cas, je vous conseille celui avec un panda ou encore le joli rose clair avec des nounours sur les oreilles !

Pour ce qui est de la dernière image, Petit Dragon vous prévient : la coiffure va avec !

 

https://en.vogue.me

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2020 6 11 /01 /janvier /2020 09:44

 

« Pèlerins des nuages et de l'eau », voilà un titre tout à fait de saison ! C’est le nom d’une œuvre de l'artiste japonais Torao Yazaki, sur lequel il est bien difficile d’avoir des informations.

 

PHOTO XIAO LONG

 

Né en 1904 à Paris semble-t-il ; il y serait décédé en 1988…. Cette « petite » sculpture de bronze a été créée en 1971. Elle représente des pèlerins, bouddhistes, et trône dans le bois de Vincennes à proximité du lac Daumesnil, du centre bouddhiste Kagyu-Dzong et de la pagode de Vincennes.

Le patriarche, assis en tailleur, est encadré de  six  pèlerins zen dont sur un large pavé de bronze, un pieux à sa gauche, en prière de la manière la plus respectueuse, un autre agenouillé à droite derrière le maître, quatre sont debout derrière, l’un tête nue et les trois portant de grands chapeaux de paille, qui les abritent de la pluie et du soleil...

 

PHOTO XIAO LONG

 L'un des côtés du socle en pierre porte le nom de l'œuvre « Unsui Gunzo »*  雲水群像, calligraphié en caractères chinois par le calligraphe Hiragushi.

 

PHOTO XIAO LONG

 Cette sculpture vaut (le tour et) le détour et il faut tranquillement la regarder et tourner autour d’elle pour voir avec quelle richesse la scène est dépeinte. L’original se trouve au Temple de Sojiji  qui fut jadis l’un des plus importants temples du bouddhisme zen au Japon, mais a été bien endommagé par tremblement de terre en 2007  . Le comité japonais de soutien à l’Institut international bouddhique a offert ces statues  à la ville de Paris en témoignage de  l’amitié franco-japonaise.

*雲水群像: les nuages , l’eau , le groupe , la statue.

L’idée est que comme les nuages et l’eau ces pèlerins se déplacent au cœur de la nature à la recherche de la vérité...

 

PHOTO XIAO LONG
PHOTO XIAO LONG

 Si vous passez par là le jour de la cérémonie du jour de l'an... faites une halte et... méditez...

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2020 6 04 /01 /janvier /2020 17:38
https://upload.wikimedia.org

On pourrait faussement croire que les communications entre les pays étaient autrefois  peu performantes et peu fréquentes … quoique, en ce moment, évoquer les communications, les transports, les trains, les métros … c’est un peu délicat ! Il faut peut-être songer au bateau ?  Que Petit Dragon vous raconte l’histoire d’un petit bateau sur l’eau…

En 1323, il y a donc un petit moment, sombrait au large des côtes coréennes un navire marchand de la dynastie chinoise des Yuan, les cales remplies  d’une multitude d’objets. Il était  en route pour le Japon. Son épave est restée enfouie dans les eaux de Sinan un grand moment et  six siècles et demi plus tard, après onze campagnes de fouilles (1976-1984), cette épave a refait « surface » grâce à un pêcheur : il  naviguait au large de Jeungdo, une île du canton de Sinan (province du Jeolla du Sud), et a ramené dans son filet six vases de céladon ! Drôles de poissons !

Bien sûr, la rumeur se répand vite et même si des fouilles officielles sont prévues, les pillards sont bien tentés d’aller fureter, attirés par ces objets précieux qui, la rumeur enflant, sont certainement innombrables.

Les eaux environnantes ont finalement été classées en zone de protection du patrimoine culturel.

 

https://koreana.or.kr

 

L’épave n’était pas très fraiche après plus de six siècles, on le conçoit ! Le pont et la mâture étaient presque entièrement recouverts de rouille, mais la boue avait préservé la coque en l’empêchant de prendre l’eau. À l’époque de sa découverte, le navire mesurait 28,4 mètres de long, sur 6,6 mètres de largeur maximale et 3,4 à 3,8 mètres de profondeur (sans doute a-t-il un peu rétréci au « lavage »).

 

Par 대한민국 정부 — http://ehistory.korea.kr/page/pop/photo_pop.jsp?photo_PhotoSrcGBN=BK&photo_PhotoID=18&detl_PhotoDTL=3379, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27400094

Extraire les objets ne s’est pas fait sans peine (peu de visibilité, couche de boue considérable…), mais la découverte de ce navire marchand parti du port de Ningbo, au sud de Shanghaï , à destination de Hakata et de Kyoto a permis d’éclairer bien des aspects du commerce de cette époque: on y a trouvé  plus de 20 000 pièces de porcelaine (dont 5 303 pièces de porcelaine bleue et blanche… C’est bon, on peut changer les assiettes à chaque service…), des objets en métal variés, des laques, des verreries, des poteries en grès, des articles en os et en corne, des épices (notamment du poivre noir et du genévrier de Chine), des pierres à encre, des thés, des plantes médicinales et des céréales diverses…

 

Par 대한민국 정부 — http://ehistory.korea.kr/page/pop/photo_pop.jsp?photo_PhotoSrcGBN=BK&photo_PhotoID=18&detl_PhotoDTL=3380, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27399928

Le succès que connaissaient alors les produits de provenance chinoise au Japon est incontestable, que ce soit les productions  céladon issues des fours de Longquan (province de Zhejiang), les vases et encensoirs, les théières et ustensiles destinés à la consommation de thé comme les bols, bocaux ou étuis ou encore les meubles en bois de rose ( on parle de 1 017 pièces, sans doute pour ranger la vaisselle J!).

https://upload.wikimedia.org

Il y avait même des pièces de monnaie chinoises en cuivre (28 tonnes !!! Il faut un très gros porte-monnaie…). Chaque paquet de pièces portaient une étiquette en bois décrivant le contenu, la somme, la date et le nom du propriétaire  (le Japon n’émettait pas sa propre monnaie, il lui fallait faire venir ces pièces chinoises !).

La cargaison est maintenant exposée au musée maritime national de Mokpo (Corée) qui en 2016  célébrait le quarantième anniversaire de la première découverte de l’archéologie sous-marine coréenne.

 Si vous passez par là…

Et si vous voulez tenter votre chance, allez pêcher dans l’Iton… qui sait ? (vous trouverez peut-être… une chaussure et avec du bol (en porcelaine ?) une paire !!!?).

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2019 6 07 /12 /décembre /2019 15:41

 

A Noël, la Chine prend des airs d’Occident et de vieille Europe (c’est rigolo « vieille Europe »… on ne dit pas « vieille Chine »…). Et donc, ver, rouge et blanc à foison et … des sapins, des pères Noël bien sûr… et même un, « made in France »…

Le vosgien Alain Simonin séjournera un mois entier en Chine, à Chengdu, capitale de la province du Sichuan, petite agglomération d'environ 14 millions d'habitants. Et pendant tout ce temps, comme tous les ans, il  jouera le rôle du père Noël pour la clientèle de Global Center (oups ! pas de pub, on a dit !).

 Ce complexe  géant, le plus grand  au monde, possède à la fois d'un centre commercial et d'un hôtel de 1100 chambres. Cette information nous est donnée par viavosges.tv.

 

 

Même le parc de sculptures de neige Disney du village de Noël à Mohe, dans la province du Heilongjiang (nord-est de la Chine), se met au goût du jour :il a accueilli ses premiers visiteurs le 20 novembre 2019 propose sa version Père Noël : une sculpture de neige, le Père Noël, de 50 mètres de long et 15 mètres de haut ! Imaginez un peu la cheminée !!!

 

undefined
http://french.china.org.cn

 

Et chez nous, Noël prend des couleurs d’Asie… comme quoi…

les Dragons sont de toutes saisons : le festival de lanternes chinoises traditionnelles de la Côte d'Azur qui se tient du 29 novembre 2019 au 23 février 2020 cette année.  C’est sous les lumières de Chine , ou plutôt à la lumière des lanternes chinoises traditionnelles que le parc Phœnix, parc botanique et animalier niçois, fêtera la fin de l’année.

550 lanternes ( ce qui représente 70.000m² de satin, 40 tonnes de métal, 12.000 ampoules LED et 22km de fil électrique, rien que ça !) , une reproduction de la muraille de Chine de 18 mètres de haut, deux dragons de 50 mètres de long flottant sur le lac… entre autres, il y a de quoi en voir plein les yeux. Les plus petites lanternes ont été conçues en atelier dans l'usine de Hui Longtang, située à Zi Gong, dans la province du Sichuan.

Selon les organisateurs, c'est un véritable voyage à travers les traditions et le savoir-faire chinois illustrés par des scènes de vie et des paysages féériques. Il y aura aussi des démonstrations d'arts martiaux et des stands de dégustation…

 

http://french.xinhuanet.com

 

Voilà un joli croisement de culture et une couleur en commun :

le rouge ! Joie et bonheur !

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2019 6 23 /11 /novembre /2019 14:34

 

Voilà un groupe curieux et bien intéressant qui  s’est formé en 2016 à … Oulan-Bator … Et non, ce n’est pas la porte à côté et du coup, il est peu connu chez nous et c’est dommage ! Le groupe se définit comme un groupe de "Hunnu Rock"… et c’est quoi ça ?  Réponse : ce terme est une allusion à l'empire hunnique. Gengis Khan n’est pas loin !

Ce n’est qu’ en 2018 qu'ils se font connaître grâce à  leurs deux premiers clips sur Youtube. En 2019 sort leur premier album. En 2019 aussi,  ils jouent en concert pour la première fois en France et même si on ne comprend absolument rien à ce qu’ils racontent*, on se laisse facilement  prendre par la musique, curieux mélange de rock et de chants traditionnels et en plus les vidéos proposent de superbes images de paysages…

(*Il semble d’ailleurs que les sous titres en anglais des vidéos ne soient pas des plus fiables… mais Xiao Long n’est pas franchement spécialiste de la langue mongole…).

Si vous êtes fan de Schubert ou de Brahms… vous pouvez oublier… quoique : les révélations existent !

Xiao Long a un petit faible pour les bikers de « Wolf Totem »….

 Leur « rock » associe des instruments traditionnels mongols, comme un violon à tête de cheval (morin khuur), une gimbarde (tomor khuur) et une guitare mongole (tovshuur) avec une basse et des tambours. Ils chantent d’une manière gutturale connue sous le nom de « chant de la gorge ».

Si vous voulez faire pareil... attendez d'être bien enruhmé, ça ne devrait pas tarder ;)

 

 

Et si The Hu vous bottent, je vous conseille de vous installer confortablement dans votre yourte et d’aller voir leur site : https://www.thehuofficial.com/

 Ou de réserver votre soirée du 3 février 2020 car ils seront à Paris !

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 15:15
PHOTO et CREATION NEKO

 

L'amigurumi (編みぐるみ « peluche tricotée ou crochetée ») est l’art japonais qui consiste à confectionner de petits animaux ou de petites poupées en tricot ou au crochet. Le mot japonais ami, signifie « crocheté » ou « tricoté », et nuigurumi, « peluche ». Et en ce moment, c’est la folie avec ces petites bêtes !!!

L’association Crochet Guild of America fait état de poupées crochetées ou tricotées retrouvées en Chine qui seraient les  exemples les plus anciens de ces travaux tridimensionnels. Il se pourrait que la technique du tricot soit apparue sous l’ère Edo alors que le Japon commerçait avec les Pays-Bas.

 

Les samouraïs auraient aussi contribué au développement de ces arts en confectionnant eux-mêmes certains de leurs accessoires : cordons, étuis, bourses… peut-être même certains de leurs sous-vêtements confectionnés à partir de fil de soie ou de coton.

On imagine, quelques rônins (47 au moins ?) assis au coin du feu et tricotant leurs chaussettes pour l’hiver en chantant des balades… Une maille endroit, une maille envers ou une maille serrée.... (Xiao Long va finir sous la lame d’un katana !!!!)

Plus tard, sous l’ère Meiji, les Japonaises se tournent vers les travaux d’aiguilles à l’occidentale. Et lors de la crise économique qui suivit la seconde guerre mondiale, ces techniques de tricot et de crochet proposaient une alternative sympathique pour pouvoir créer soi-même à moindre frais des jouets pour les enfants.

 

PHOTO et CREATION NEKO

Ce n’est que depuis les années 2000 que les amigurimi sont devenus populaires à l’extérieur du Japon.

Ils peuvent prendre la forme de petits animaux, mais aussi de petits objets comme des sacs, des bonnets, des bijoux… et s’inscrivent dans la grande tradition du kawai… かわいい * (« mignon », « adorable »). Ce concept nous semble parfois trop enfantin pour être pris au sérieux, un côté exagéré et un peu curieux, comme les personnages de manga avec leurs yeux surdimensionnés, leur petit nez …

  • En kanji : 可愛い où « » veut dire « capable de » et « » affection, amour
  •  

Les amigurumi sont typiquement crochetés ou tricotés à partir d’un fil et le plus souvent en spirale. Ils sont également fabriqués avec un crochet de plus petite taille que celle indiquée sur les pelotes de fil, en mailles serrées, de façon à créer un maillage sans trous, et à éviter des fuites de rembourrage (surtout s’ils sont destinés à devenir des jouets ! Même si, ils sont de plus en plus de simples objets décoratifs…).

Et pour vos nuits d’insomnies…. S’il vous vient l’envie de confectionner un Petit Dragon….

Partager cet article
Repost0
8 juin 2019 6 08 /06 /juin /2019 13:15
photo wikipedia

Si je vous dis que la pyramide du Louvre* est l’une de ses œuvres les plus emblématiques, peut-être aussi l’une des plus controversées, vous me direz : Monsieur Pei !

Ieoh Ming Pei est décédé récemment, le 16 mai 2019, à New York  au bel âge de 102 ans… construire une pyramide serait peut-être le secret d’une longue vie ?

Qui est-il ?

https://en.wikipedia.org/

Ieoh Ming Pei, 贝聿铭 , de nationalité américaine, est né à Guangzhou (Canton)  en 1917. Il semble que les origines de sa famille remontent à l’époque de la dynastie Ming, cette famille fit fortune dans la vente d’herbes médicinales et se fera connaître pour sa générosité. Sa mère, profondément bouddhiste, est musicienne. Son père, dirigera à Hong Kong la Bank of China puis entraînera sa famille vers Shanghai, ville riche par son ouverture internationale et sa diversité architecturale.Ce séjour influencera particulièrement le futur architecte de la pyramide du Louvre. Pei, à la fin de ses études secondaires à Shanghai, fasciné par les États-Unis,  ira poursuivre ses études dans une université américaine. Il étudie l’architecture puis envisage des études d’ingénieur au MIT. Le doyen de l’institut cependant, prenant conscience de son don pour l’architecture, le pousse à reprendre ses recherches dans ce domaine.

De belles et longues études, une belle et longue carrière, de nombreux prix …, on ne compte plus ses créations. Il est difficile de résumer une vie aussi remplie !

Une brève vidéo pour rendre hommage à ce personnage exceptionnel …

 

*Il faut dire que cette pyramide de verre et de métal, au centre de la cour Napoléon du musée du Louvre à Paris est particulièrement imposante avec ses 21,64 mètres de haut et ses 35,42 mètres de  large, sa structure d’acier de 95 tonnes et châssis en aluminium de 105 tonnes ! Ses détracteurs trouvent que ses 603 losanges et 70 triangles de verre cassent un peu la perspective de cette cour… même si il semble que la construction d’une pyramide dans la cour Napoléon ait  déjà été envisagée pour la célébration du centenaire de la révolution française… Alors… cela devait sans doute se faire…

Il est à noter que Pei s’est aussi occupé de la rénovation intérieure du musée Guimet.

Xiao Long vous soumet une interview bien intéressante… C’est ce qu’il vous fallait pour dérouiller un peu votre anglais… Voilà encore la preuve qu’il fallait être plus attentif en classe ;) et potasser plus sérieusement !!!

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2019 6 18 /05 /mai /2019 16:07

 

Voilà de quoi fêter dignement le printemps : l’école d’arts martiaux  Shaolin Tagou* de la province du Henan nous propose un peu de rêve… et Patit Dragon vous propose un extrait du Gala de la fête du printemps 2019 diffusé par la télévision chinoise.

Force, précision, coordination, harmonie… On ne peut qu'admirer...

Quand on sait le temps qu’il faut pour synchroniser un groupe de 10 personnes…. On imagine sans peine le travail qu'il y a derrière cette démonstration !!!

 Petit Dragon ne se lasse pas… Ahhh! quelques années (euh… décennies ?) de moins et il ne demanderait qu’à gambader pareil avec ses amis… ;)

-Tout le monde a le droit de rêver, si, si !

 

 

 

Et pour continuer à se régaler, voici l’incontournable danse du Dragon et du Lion** qui va nous apporter la chance :

 

*Cette école est probablement la plus célèbre est la plus grande école de Chine. 19 grands gymnases et 400 salles de classe sont réservés à l’enseignement et à l’entraînement. Plus de 25 000 personnes vivent sur ce campus enseignants et élèves. Bien sûr,ces élèves connaissent de nombreux succès lors des compétitions. Ce centre international de formation Shaolin permet de recevoir une formation très complète dans les disciplines comme le Kung-fu, le Qi gong, le Tai ji quan, le Bagua, le Xing yi… mais aussi en langue chinoise, calligraphie, etc.

Les étudiants étrangers y sont aussi accueillis, venant de plus de 40 pays dont les États-Unis,  la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne etc.

 

**Il semblerait que l’origine de la danse du lion ne soit pas chinoise , il existe d’ailleurs des formes différentes de danse du lion au sud et au nord de la Chine. Il en existe aussi des versions japonaises, coréennes, tibétaines et vietnamiennes. Les couleurs des Lions ne sont pas choisies au hasard : le lion blanc, comme on peut l’imaginer, et le lion le plus âgé. Le lion vert symbolise l’amitié, alors que le lion rouge symbolise le courage. Le lion noir est le plus jeune, le lion jaune est l’enfant du milieu…

Les danses sont accompagnées par des tambours, des gongs, des cymbales… la danse du lion est aussi souvent associée aux arts martiaux, d’ailleurs de nombreuses écoles d’arts martiaux ont une section « danse du lion ».

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 14:17

 

On ne présente plus le roi singe!

(et pourtant, on va le faire un peu…) :

Sūn Wùkōng  est l'un des personnages fictifs les plus célèbres de la littérature chinoise classique. Ce singe, né d'un rocher  frappé par la foudre, est le héros principal du roman  « La Pérégrination vers l'Ouest ».

Ce singe de pierre rencontre bien vite d'autres singes. Ceux-ci avaient décidé qu'ils prendraient comme roi celui qui réussirait à traverser une puissante chute d'eau et Sūn Wùkōng  réussit !

https://fr.wikipedia.org

La légende est longue et riche en rebondissements…

Le Roi des Singes rencontre Subodhi, qui lui apprit les secrets des connaissances et de la sagesse. Puis, comme il avait besoin d'une arme, il décida de rencontrer le Roi des Dragons, qui lui donna un bâton magique qui peut à loisir s'agrandir pour toucher les nuages ou rétrécir pour se cacher derrière une oreille. Puis, désirant aussi être immortel, il descendit voir le Roi des Morts et effaça son nom du registre des Morts.

Le Roi des Morts et le Roi des Dragons se plaignirent alors du comportement du Roi des Singe à l'Empereur Jade, maître du Ciel qui demande à ses envoyés de mettre au pas ce turbulent personnage. Mais le Roi des Singes était le plus fort ! Pour le calmer, on l’envoie alors au Paradis en qualité de palefrenier des écuries célestes.

 

https://fr.pngtree.com/

 

Puis il fut gardien des pêches d'immortalité, mais c’est là qu’il se met à dévorer les Pêches Sacrées. Finalement capturé il comparait devant les Dieux du Paradis qui le firent enfermer dans un fourneau pendant des années ! Il survit cependant !!!

 L'Empereur Jade fit alors appel à Bouddha. Il emprisonna le Roi des Singes sous une énorme montagne, pour qu'il puisse continue de méditer sur ses méfaits…

500 ans plus tard, un jeune moine le libére. Le Roi des Singes décide alors d'escorter le jeune moine jusqu'en Inde en quête des textes sacrés: les Sutras. Un Dragon mangea le cheval du moine, alors le Singe le frappe avec son bâton et le Dragon se transforme en cheval pour qu’il puisse continuer son périple!

 

http://tao-yin.fr

En chemin, ils rencontrent un cochon qui décide de se joindre à la troupe. Ceci n'est que le début d'un incroyable périple vers l'Inde qui va durer quatorze ans, pendant lesquels le roi des Singes et ses compagnons vont parcourir neuf royaumes avant de pouvoir présenter les Écritures à l’Empereur…

https://www.ticketac.com/

C’est cette histoire, que vous raconte le spectacle des étoiles du cirque de Pékin au Cirque Phénix. Si vous avez la chance de pouvoir y assister, ce spectacle est un délice. Les artistes sont époustouflants. Alliant force et souplesse, agilité et technique, les numéros se succèdent et vous laissent sans voix. Tout parait si facile, si simple. Pourtant, c’est le fruit d’un long travail  tout en précision et en harmonie…

Pour en savoir plus: une vidéo et quelques photos sur le site du cirque Phénix!

Si vous en avez l’occasion, allez voir ce Roi des Singes…

http://www.cirquephenix.com/

 

 

Partager cet article
Repost0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: fengyulong1@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.