Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2017 6 23 /12 /décembre /2017 15:43

 

Connaissez-vous Yiwu ?

 

Yiwu se trouve dans l'est de la Chine (province du Zhejiang) et on y fabrique des décorations de Noël.

Même si les Chinois célèbrent de plus en plus cette fête, on ne peut pas dire que cela soit aussi marqué que chez nous !

Et cependant, Yiwu est le plus grand marché de Noël au monde.

 

 

On y produit près de 80% des décorations vendues dans le monde, et 30% partent vers les États Unis (gros consommateur de décos !).

 

Depuis 2008, cette ville inonde la planète de ses produits.

La ville est une ville atelier et là-bas c’est Noël tous les jours !!!

L'été est même la période de pointe pour la fabrication des sapins de Noël, des bonnets de Père Noël, des boules …

 Bien sûr puisque les achats doivent être faits plusieurs mois avant Noël, ces achats se font souvent au « Marché du commerce international d'Yiwu ».

 

PHOTO Xiao Long

 

 

Des centaines d'usines (plus de 600 usines et ateliers de fabrication entourant la petite ville d'1,2 million d'habitants)  produisent toute l'année ce que nous allons accrocher dans nos sapins. L'année dernière, les commandes de décorations ont rapporté pas moins de 3 milliards d'euros : ça en fait des étoiles et des angelots!

Il faut dire que la concurrence est rude et chacun calcule ses prix au plus juste.

Et pour vous ce sera ? Un sapin qui s’éclaire tout seul ? ?? Une guirlande ?

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 09:54
Photo Xiao Long

 

 

Verlaine (qui certes n’était pas chinois... mais aurait pu l'être ?!) l’écrivait :

 

« Les sanglots longs des violons de l’automne

                  bercent mon cœur d’une langueur monotone. »

… et il avait raison.

L’automne est la saison de la mélancolie, de la tristesse…  L’été est bien fini, le soleil faiblit, les températures baissent, les journées raccourcissent.

Notre rythme de vie change : après le Yang du Yang, l’été, où toutes les activités se déploient et avant le repli de l’hiver Yin, voilà une phase intermédiaire où le Yang s’efface, où le Yin se développe. Nos émotions évoluent... et une sorte de nostalgie peut s’emparer de nous...

Bref… On se traine un peu - et on a des excuses !

Pour couronner le tout, notre quotidien nous impose des horaires que notre pauvre petit corps a un peu de mal à suivre et la trop fameuse « Rentrée » -dont on nous parle depuis la « Sortie »- avec son lot de petits soucis et de courses (au sens propre et figuré) nous fatigue.

 

L’automne est un moment important.

C’est alors que se prépare l’hiver : on rassemble, on « engrange », on s'organise pour pouvoir passer la « mauvaise » ( !?) saison confortablement.

 

 

L’automne est le moment du Poumon (élément Métal) et cette tristesse qui pointe est en fait la perversion du mouvement lié au Métal : Tout se concentre, se condense pour ramener vers l’intérieur ce qui, en été, était tourné vers l’extérieur.

Sur le plan des émotions, on peut ressentir un découragement excessif, une sorte de pessimisme profond  et tomber dans une « dépression » automnale. Cette tristesse gêne le Cœur, la circulation du sang… et gêne aussi le Poumon, le « Maitre des Souffles », assistant du Cœur.

C’est le Poumon qui régule le cheminement des liquides organiques, qui contrôle les frontières du corps. Le Poumon est en charge du Wei Qi, l’énergie « défensive », qui circule en surface et fait comme une armure qui nous protège des agressions extérieures. La peau est associée au Poumon.

Si le Poumon est affaibli, des rhumes, des sinusites peuvent se déclarer. Un proverbe chinois (il en fallait un) affirme :

« Si le Poumon est équilibré, l’odorat est bon »,

ce serait dommage de passer à côtés des parfums de l’automne à cause d’un bête nez bouché non ?

 

Et le partenaire du Poumon (Gros Intestin) peut aussi faire des siennes ! S’il gère l’évacuation des déchets inutiles, il gouverne aussi le lâcher-prise qui nous libère de ce qui nous bloque, nous pèse au quotidien.

 

Mais voilà, nous avons de quoi nous reprendre en main…

Les exercices de Qi Gong qui favorisent le Poumon sont donc les bienvenus.

 

On cherche à ouvrir la poitrine en ouvrant les bras, à déverrouiller les épaules par des rotations par exemple. Ces mouvements seront complétés par quelques autres pour le Rein (dont la saison est l’hiver) afin de préparer la saison suivante.

Quelques jolies promenades en forêt, au bord de mer… bref dans la belle nature, correctement couvert (ni trop, ni trop peu), vous redonneront aussi un moral (de Métal !).

 

Photo Xiao Long

 

La médecine chinoise considère qu’il est important de recevoir l’énergie de la saison en cours en choisissant ses aliments. 

    Pour se nourrir en accord avec la saison, pas de choses compliquées, on choisit des aliments tièdes et neutres : poireau, oignons, ail, choux, navet et autres radis (légumes racines) … quelques légumineuses, quelques fruits secs… et un peu (on a dit « un peu » ! pas une louche !) de piquant (poivre, gingembre, piment…) ne fera pas de mal.

La couleur qui correspond à l’Automne/ Métal est le blanc, couleur du deuil, de la tristesse ...

 

Conseil de Xiao Long:

On évitera cependant de porter un pantalon blanc en particiulier  pour les grandes promenades à la campagne, par temps de pluie…

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 11:18

 

Le 28 janvier exactement, les Chinois partout dans le monde vont passer à l’année du Coq… et même du coq de Feu pour être précis... ça va chauffer!

Cette fête du nouvel an extrêmement populaire dans toute l’Asie et on la prépare déjà depuis plusieurs semaines. L'histoire ne dit pas si le plat de prédilection sera un coq au vin ou une poule au pot. Je plaisante... bien sûr!

 

PHOTO XIAO LONG

 

En cohérence avec le calendrier lunaire chinois, l’année du Coq sera composée de 13 mois lunaires. Elle ne prendra fin que le 16 février 2018.

La combinaison du Coq et de l’élément Feu n’arrive que tous les 60 ans. Il ne semble pas y avoir de super année en vue…Cette année prudence et patience seront de rigueur!

 

Même si le coq n’est pas apprécié des vacanciers qui séjournent dans nos campagnes et se font réveiller à l’aube par cette volaille, le Coq a ses qualités : courage, constance et persévérance. C’est un travailleur. Celui qui se lève en même temps que le Coq est souvent évoqué dans les noms donnés par Maitre Zhang Guan De dans ses enchainements, c’est une preuve de sa motivation et de son assiduité au travail (et toc ! pour ceux qui aiment les grasses mat’ !)

Le Coq est perfectionniste, attentif à sa tenue ( belle crête rouge !), franc et honnête.

La nouvelle année 2017 est liée à l’élément Feu sous sa forme Yin. Le Feu Yin exprime la chaleur intérieure, la clairvoyance, ainsi la douceur des liens familiaux. Les personnes nées sous l'influence de cet élément sont ambitieuses, portées vers l'action, la création, souvent excessives et parfois trop impatientes, tout feu tout flamme ( ??!).

Même si le jour de l’an au départ est une fête pour faire déguerpir les mauvais esprits et divers démons qui nous entourent, ce qui se traduisait par un grand « nettoyage » (de printemps ?) dans les maisons, c’est aujourd’hui surtout une fête familiale qui symbolise aussi le début du printemps !

La légende :

Autrefois en Chine vivait un gros méchant monstre, redouté de tous parce qu'il n'hésitait pas à semer chaos et terreur. Cette terrible bête, sorte de dragon à cornes, s’appelait Nian (année en chinois). Elle n'apparaissait qu'une fois, la veille de chaque nouvelle année. Pour avoir la vie sauve, les habitants fuyaient et abandonnaient leur village. Mais un jour, un vieil homme proposa un stratagème pour se débarrasser de « l’envahisseur »: effrayer Nian en faisant du bruit et du feu. La nuit tombée, il brûla des cannes de bambous, agita des foulards rouges et tapa sur des casseroles … le malheureux monstre sous le choc s’en alla et ne revint jamais !

On comprend donc mieux qu’aujourd’hui les pétards, tambours et danses, bandelettes rouges sont toujours de la fête.

Vous êtes assez proches de Paris ?

Suivez la danse du lion dans les rues de la capitale

 

Paris 13e. Le plus grand défilé, avec 200.000 spectateurs attendus, aura lieu le dimanche suivant 5 février dans le 13e arrondissement, il partira de l'avenue d'Ivry à 13h, avant de passer par la place d'Italie et le boulevard Masséna.

Paris 3e. Cette année, un défilé est organisé dans le 3e arrondissement rendez-vous dès samedi 28 janvier dans le Marais, avec un départ à 14h de la place de République...

Paris 20e. Le défilé qui a lieu d'habitude du côté de Belleville n'a pas été confirmé pour le moment..

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 15:36
PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

 

On croyait les fêtes de fin d’année finie, mais non, pas du tout puisque dimanche  10 avril à Paris se fêtait Chaul Chnam Thmey !

បុណ្យចូលឆ្នាំថ្មី signifie « Entrer dans la nouvelle année » et ce sont nos amis cambodgiens qui fêtent l’année nouvelle à ce moment-là.

Le nouvel an khmer se déroule sur trois jours et les dates correspondent à l’ancien horoscope. En dehors du Cambodge, on peut modifier les dates afin de faire la fête un weekend.

La date d’ailleurs a subi quelques évolutions au fil du temps : vers la fin du Xe siècle la "Nouvelle Année" tombait le mois de MIKASIRA, entre fin novembre et début décembre selon le calendrier solaire. Ce mois était le premier mois du calendrier lunaire. Au XIe siècle, la fête de nouvel an khmer a été déplacée au cinquième mois lunaire (mi-avril) par les rois Suryavarman II ou Jayavarman VII, les avis sont partagés… cette modification correspond a rythme de vie de la grande majorité des Cambodgiens  qui alors travaillaient la terre et étaient très occupés pendant la période de novembre à mars. Au mois d’avril les moissons sont terminées et on se pose un peu avant le début de la saison des pluies. Si au départ la fête suivait les rites brahmaniques, elle suit à présent les rites bouddhiques.

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Le déroulé :

Les cloches et les gongs des pagodes annoncent l'arrivée du Nouvel An dans presque tous les villages.

Moha Sangkran (មហាសង្រ្កាន្ត) - 1er jour

Moha Sangkran, « la grande marche », marque la fin de l’année et le début d’une nouvelle. Pour ce premier jour de fête, on décore la maison. Le matin, on apporte des repas aux bonzes à la pagode et on leur pose des questions.

On allume des bougies et des bâtonnets d’encens. Les membres de chaque famille rendent hommage au Bouddha et le remercient pour ses enseignements en s’inclinant, et se prosternant trois fois devant son image.

L’après-midi,  place aux jeux traditionnels, généralement dans l’enceinte de la pagode. Pour les jeunes, le nouvel an est une occasion de faire des connaissances et quelques couples s’y forment.

Voreak Wanabat (វ័នបត)– 2e jour

Ce second jour est consacré à l'adoration et à la charité et on va à la pagodes pour honorer leurs ancêtres. On érige également des monticules de sable  ou de paddy (riz brut) sur le sol des pagodes symbolisant un stupa, celui protégeant les cheveux et le diadème de Bouddha.

Thngai Laeung Saka (ថ្ងៃឡើងស័ក) – 3e jour

Ce jour, est l’« entrée dans le nouveau millésime ». C’est le jour de la cérémonie du Pithy Sroang Preah. Les bonzes sont mis à contribution pour présenter des vœux aux trois joyaux (Bouddha, Dharma et Sangha) et aux mânes des parents ; enfin on libère des animaux, surtout des oiseaux, achetés au préalable au marché.

 

A Paris, le weekend dernier la communauté cambodgienne et leurs amis fêtait à la grande pagode de Vincennes le nouvel an. Les familles sont venues nombreuses pour les rites, ou encore pour se promener dans le bois de Vincennes et y faire une promenade en barque et… pour pique-niquer sur l’herbe au soleil: les innombrables étals proposait des en cas pour tous les goûts !

La pagode était ouverte et chacun pouvait y entrer. À l’entrée des vasques accueillait des bâtons d’encens au pied d’un Bouddha doré entouré de fleurs. Une belle fête en ce début de printemps !

 

Soursdey Chnam Thmey !

PHOTOS XIAO LONG
PHOTOS XIAO LONG
PHOTOS XIAO LONG
PHOTOS XIAO LONG
PHOTOS XIAO LONG

PHOTOS XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 14:46
PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

À partir du 8 février 2016, on passe de l’année de la Chèvre de bois à l’année du Singe de feu. Il va y avoir de l’animation…

 

Qui est le Singe ?

Le Singe est lucide, intelligent, mais se sent un peu supérieur et aime plastronner. Il accumule les connaissances, est inventif et original.

Désinvolte, il aime les discussions, la concurrence et aime que l’on parle de lui. Il semble s’entendre avec tous, mais il est astucieux et souvent intéressé, même si son abord est agréable. Indépendant et personnel, il ne faut jamais rien lui imposer.

Malgré ses travers (vanité, mensonge, manque de scrupules… mais qui n’en a pas ?) on le recherche pour son intelligence, son esprit rapide et avisé, son acuité d'esprit. Le Singe aura en général une bonne situation.

 

2016 !

Pour les personnes nées pendant une Année du Singe, 2016 est une année où l’on aspirera à l’accomplissement personnel. Pour les autres signes du zodiaque chinois, l'endurance et  la patience seront à l’ordre du jour pour profiter au mieux  de l’énergie vivifiante du Singe qui apportera son aide à ses amis. 

L'année du signe du Singe apportent de la vitalité et de l'innovation dans les affaires et les relations personnelles. Ainsi, cette année sera, parait-il, propice aux rentrées d'argent au sein du foyer. Espérons cependant qu’il n’est pas question de monnaie… de singe ? 2016 sera aussi un bon moment pour les personnes qui souhaitent repenser leur quotidien et bondir hors de leur routine.

Certains nous promettent –en lien avec la conjonction Singe et feu- des conséquences négatives dans la marche du monde, des tensions politiques ainsi que des marchés financiers instables (pas le moment de passer à l’action ?!!); Mais, bon… il n’est pas besoin d’être malin comme un singe pour ressentir cette évolution. 1968 était une année sous le signe du Singe…

Le Singe … et les autres n’en resteront pas moins optimistes et sauront profiter de cette nouvelle année pleine de surprises, puisque tout le monde est d’accord sur un point : l’année du Singe, tout peut arriver (ou pas…).

Car cet animal, le Singe, est fantasque, adepte de la grimace, de l’humour, de la dérision, il est intelligent et rusé.

Le Singe a ses amis et les « experts » en horoscope leur promettent une belle année:

Le Rat, aussi malin que le singe se sentira particulièrement bien en 2016 et devrait avoir de la chance dans ses entreprises. 

Le Bœuf que le Singe taquine, cessera peut-être enfin de ruminer le passé pour profiter du présent 

Le Dragon et le Singe  feront une bonne équipe.  

Le Serpent, prudent, se fera bousculer un peu par son ami le Singe qui poussera le Serpent à prendre confiance et à tenter l’aventure.

Le Cheval bénéficiera aussi de l’influence du Singe qui l’aidera à évoluer. 

La Chèvre, qui sort de son année, est pleine de projets et son ami le Singe la soutiendra.

     Deux Singes ensemble, voilà du mouvement et du succès en vue. 

Le Chien aussi sera actif et profitera de l’influence positive du Singe.

Le Cochon, va prendre les choses en main pour atteindre ses objectifs.

Mais il n’a pas que des amis…

Le Tigre, un peu téméraire, devra modérer son enthousiasme et reprendre pied dans la réalité.

Le Chat aussi sera peut-être un peu trop confiant, il devra rester vigilant et prudent. 

Le Coq, impulsif, devra prendre le temps de réfléchir à des stratégies et ne pas chanter… trop tôt sa victoire.

… Mais tout ça, ce ne sont peut-être que des singeries….

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 10:26

 

L’hiver, voilà une saison où il fait bon avoir des amis…

Sui Han San You, les trois amis de l’hiver sont des plantes robustes et hautement symboliques :

Le pin tout d’abord est toujours vert, même en hiver. Cette image nous est familière aussi et notre « beau sapin, roi des forêts » (Je ne chanterai pas, promis !) est son cousin…

Rien d’étonnant donc : le pin est symbole de longévité. On retrouve le pin associé au champignon Lingzhi et à la grue en tant que symbole de longévité.

Il est aussi symbole de sagesse.

Une légende veut que sa sève se change en ambre dès que le pin atteint ses mille ans !

On dit aussi que s’il est planté autour des tombes, le conifère éloigne le Wangxiang, une créature maléfique qui a la fâcheuse habitude de dévorer le cerveau des défunts.

 

Photo Xiao Long

Le bambou aussi est un ami de l’hiver (et des pandas...) : il est flexible, solide, résistant au froid. Il est symbole de force. Comme il pousse massivement (attention où vous le plantez dans votre jardin… sous peine d’être rapidement envahi…), il est aussi devenu un symbole de fertilité, de famille heureuse et de piété filiale.

Une histoire raconte qu’un fils, pour faire plaisir à sa mère gravement malade qui souhaitait manger une soupe de pousses de bambous, se lança malgré la neige à la recherche de jeunes plants. Mais ce fut en vain. Il se mit alors à pleurer et ses larmes attendrirent le sol gelé. De jeunes pousses apparurent et grandirent si rapidement qu’il pût les cueillir le jour-même et préparer pour sa mère une bonne soupe.

 

Le prunus dont les branches servent de décorations d’intérieur lors du nouvel an est symbole de vie et de beauté… de mariage aussi : un couple représenté sous un prunus ne peut bénéficier que d’une vie longue et heureuse

 

L’association de ces trois plantes résistantes au froid : le pin, le bambou et le prunus  symbolise le soutien mutuel des hommes de bien et l’amitié qui les soudent face aux défis de la vie.

 

Les trois amis de l’hiver sont très présents dans les arts comme la calligraphie ou la peinture chinoise. Ils incarnent à eux trois les vertus de persévérance, d´intégrité et de modestie, qualités primordiales du Lettré.

 

Les trois plantes associées apparaissent pour la première fois dans un poème du poète Zhu Qing Yu 朱慶餘 (Dynastie Tang). L´artiste Zhao Mengjian 趙孟堅 (dynastie Song) et ses contemporains  rendirent populaire ce motif des « trois amis de l´hiver » en peinture.

La toute  première mention connue de ce terme se trouve dans un texte de l´écrivain Lin Jingxi  林景熙, (dynastie Song).

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 17:23

Si Noël est devenu un « must » en Chine, Pâques est encore peu fêté si ce n’est par la communauté chrétienne de Chine. Les messes  de Pâques ont donc bien lieu.

Pour ce qui est des œufs en chocolats, les cloches de Rome et les lapins anglo-saxons ne sont pas allés aussi loin et n’ont pas atteint la mer de Chine!

Il est vrai que les Chinois sont peu amateurs de chocolat- contrairement à nous qui en faisons une consommation industrielle (à tous les sens du terme, car il serait aventureux de croire que les maitres chocolatiers des grandes marques se promènent toques sur la tête et cuillères en bois à la main pour chouchouter leur production et emballer un par un, de leurs petites menottes blanches , les lapins et autres œufs de Pâques !)

 

Pour avoir de beaux œufs de couleur sombre, il reste cependant les œufs de 100 ans appelés Pídàn!

Eux (ces œufs), sont authentiquement chinois. Là encore, il faut être tristement réaliste : ils n’ont pas 100ans ! Ce nom leur a été donné par les étrangers fraichement (eux… œuf…euh !) débarqués en Chine, parce qu’ils pensaient ces œufs périmés et trop vieux !

Ces œufs, souvent de cane, ont séjourné quelques semaines -il paraitrait 100 jours- dans un mélange de paille de boue riche en chaux, de riz non décortiqué, de cendre de bois et de feuilles de thé. À l’abri dans des pots recouverts d’une fine couche de terre, ils macèrent tranquillement…

Puis on les sort de leur mixture et lorsqu’on les libère de leur coquille, le blanc a foncé, il est bien gélatineux (miam !), le jaune est …noir (chocolat ?) et l’odeur… très intéressante...

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 11:02
On sait que le nouvel an chinois marque le début du printemps. Ce renouveau met en joie toute la population et la fête des lanternes (元宵节 Yuán xiāo jié) est là pour symboliser ce retour à la lumière.

Quinze jours après le Nouvel An), la fête des Lanternes célèbre la première pleine lune de l'année. Pour l'occasion, les familles décorent leur porche de lanternes et se réunissent afin de déguster ensemble des boulettes de riz glutineux (fourrées au sésame, aux cacahuètes ou aux haricots, elles représentent la lune).

À la nuit tombante, des feux d'artifices et des pétards sont tirés. Tout le monde sort pour aller admirer les illuminations. Enfants et adultes arborent des lanternes ou lampions en forme de poissons, de coqs, d’oiseaux  ou autres….

 

PHOTO Xiao Long

 

A Changsha, capitale du Hunan, c’est avec un festival international des lumières que l’on souhaite à tous prospérité et bonheur ! Plus de 500.000 personnes sont déjà allées voir les œuvres présentées par 32 groupes. On est certes un peu loin de la lanterne en papier…

Pour ceux qui préfèrent se promener de jour, il faudra aller voir le festival des tulipes (Shixiang) : chaque année en cette saison et sur plus de 7000m2, on peut admirer des tulipes de toutes les couleurs… On se croirait aux Pays-Bas !

Et les amateurs de tulipes se retrouveront aussi à l’exposition à Wuhan, capitale de la province du Hubei …ou à Beijing…

 

Pour nos modestes jardins normands, il faudra attendre encore un peu avant d’en voir la couleur…. On en est plutôt aux crocus !

 

Bref...

c’est avec de nombreuses manifestations que l’année commence, concours de calligraphie, concours de lanternes et j’en passe : effervescence de saison !

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 10:32
Photo Xiao Long
Alors, année du mouton ou de la chèvre ?

Voilà qu’une nouvelle année commence, l’année de la Chèvre ou du Mouton, le Cheval n’a qu’à retourner à l’écurie pour 12 ans...

En fait le caractère  « Yang »  représente la famille des ovins en général, alors chèvre ou mouton, c’est du pareil au même, 4 pattes,  une tête et on en fait des pullovers…. En 8ème position dans le zodiaque chinois, le mouton représente la solidarité, l’harmonie et le calme.

Voilà quelques traits particuliers des «  Moutons » (pour ménager la Chèvre, nous parlerons de Moutons… sans compter !), glanés au fil des articles les plus divers …

Les natifs des années du Mouton sont polis, doux, timides : un mouton doux comme un… agneau ? Certains disent que ce sont de bons « suiveurs », disciplinés et respectant leur chef de file (Panurge ?). Ils aiment être entourés de leurs amis, de leur famille : ce ne sont pas des solitaires !

 Peu enclin à gérer les choses eux-mêmes, ils préfèrent limiter leur champ d’action. Motivés, ils peuvent travailler avec beaucoup de dévouement et d’esprit de sacrifice, mais ils manquent souvent de méthode et gaspillent leur énergie. Ils devraient se mettre à la relaxation…

Imaginatif, le mouton serait un grand rêveur, artiste au plus profond de son être, aimant refaire le monde.  

Généreux et facile à vivre,  prévenant et altruiste, sentimental, il est aussi enclin au  pessimisme, et lent dans son comportement –parait-il…. Il peut aussi se montrer déterminé et avoir des sautes d’humeur surprenantes –lorsqu’il ne veut plus se laisser tondre ?

 La dominante de ce signe est le Yin.

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

L’année de la Chèvre :
C’est une année tranquille, parfaite pour se détendre, compliquée sur le plan politique et économique, mais très favorable aux artistes.

Chiffres fétiches : 3, 4, 5, 12, 34, 45 et 54

 

Compatibilité de la chèvre avec les autres signes chinois :
Signes compatibles : Tigre, Cheval, Singe, Dragon
Signes incompatibles : Le Coq

Désaccords plus ou moins profond avec : Rat, Buffle…

 

Xiao Long vous livre ces détails pour ce qu’ils valent, car bien sûr… tous les sites ne sont pas unanimes sur ces « informations… » Et il existe aussi des « moutons noirs »… et des brebis galeuses…

PHOTOS XIAO LONGPHOTOS XIAO LONG

PHOTOS XIAO LONG

Réjouissez-vous, une nouvelle année commence, il est de bon ton de sauter... comme un cabri!
 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 16:21

Pratiquer la Qi Gong ou le Tai Ji Quan ou méditer - ou faire les trois d’ailleurs- est une bonne chose pour notre santé physique et mentale.

Mais on peut encore ajouter un ingrédient à la recette de la longévité : la diététique… La nourriture est un des moyens d'harmoniser et de renforcer son énergie vitale, au même titre que les pratiques internes et énergétiques ou l'acupuncture. L’équilibre du Yin et du Yang, l’harmonisation des 5 éléments (Wuxing) sont ici encore les fondements du système diététique à l’extrême-orientale.

Il n’y a donc pas une seule façon correcte de se nourrir, car chacun doit adapter sa cuisine à ses propres besoins, qui varient avec le mode de vie, selon l'âge ou la saison...
 

Principes de base de la diététique chinoise :

Les deux organes principaux de la digestion sont la Rate (Terre) et l'Estomac. L’Estomac reçoit les aliments, les chauffe pour les amener à la température du corps, pour une meilleure assimilation. Le " feu digestif " nécessaire est l’énergie qui est envoyée par la Rate. Si notre énergie est bonne, la digestion sera facile, mais si notre énergie est faible, nous irons solliciter le Rein (Eau).

 

Photo Xiao Long

Manger pour récupérer de l'énergie nous fatigue, cela parait curieux mais cela explique qu’après les repas, nous aimerions bien piquer du nez tranquillement pour une petite sieste ! Nous pouvons aussi éprouver une sensation de froid : voilà qui annonce une énergie insuffisante de la Rate et du Rein. 

Plus on est fatigué, et plus on a intérêt à manger chaud : il vaut mieux de toute façon éviter le trop froid (boire un grand verre d’eau glacé n’est bon que pour les américains dont les réfrigérateurs délivrent de la glace par tonnes (j’exagère peut-être un peu ?  À peine…). La Rate n’aime pas le froid ni l’humidité en excès.

Pour que la transformation des aliments se fasse au mieux, l'Estomac ne doit pas être trop rempli, afin que les parties " subtiles " des aliments puissent être extraites.

Ces aliments doivent être de bonne qualité et devraient être utilisé le plus frais possible : une carotte a beau rester une carotte son énergie décroit et après une semaine dans un bac à légumes, toute carotte qu’elle soit, elle sera devenue toute ramollo et aura perdu sa vitalité, son « Jing ».

Pour cette raison aussi, il est préférable de consommer des aliments de saison et de la région (en plus de booster l’économie locale, vos fruits n’auront pas  vécu 10 heures de vol, 5 heures de train,  6 heures de camions, et 2 heures de triporteur avant de finir dans votre panier et vous aurez réduit votre « empreinte «  écologique sur la planète qui appréciera !)

 

Selon les principes de l'énergétique chinoise, on distingue 5 saveurs (acide, amer, douce, piquante, salée). Chacune agit sur un organe particulier : nous devons donc équilibrer ces saveurs, tout excès de l'une va avoir des conséquences sur un organe. La diversité est donc de mise (pas de régime monomaniaque !).

Consommée modérément une saveur tonifie l'organe associé, mais en excès elle le blesse.
L' acide , associé au Bois et au Foie, est astringent et il contracte.

L' amer nourrit le Cœur (Feu) ,il est asséchant et rafraîchissant .
En excès, il blesse les os.
Le doux est relaxant, et calmant. Il nourrit la Rate (Terre). En excès il la blesse et fragilise le Rein.
Le piquant est dispersant. Il fait circuler le Qi et le Sang. Il tonifie le Poumon (Métal), mais en excès, il le blesse !
Le salé ramolli, assouplit. Il tonifie le Rein (Eau), en excès il blesse le Rein, le Cœur et la Rate.

 

Les aliments sont classés selon l'effet thermique qu'ils produisent sur l'organisme.  Il y a (bien sûr !) 5 catégories : Froid, frais, neutre, tiède, chaud.

Si l'on est de nature plutôt Yang, on privilégiera les aliments de nature neutre et fraîche et on évitera les aliments chauds. Si l'on est de tendance Yin, on choisira les aliments tièdes et neutres, on évitera les aliments froids. 

D'autre part, logiquement, en hiver on privilégiera les aliments tièdes et neutres, et en été les aliments frais et neutres. Si on suit la règle du « manger de saison et de chez nous », on ne fera pas d’erreur.

Suivre les saisons signifie suivre le bon sens :

Qu’en automne : dès que le temps se refroidit, on évitera les aliments froids et on boit chaud de préférence pour limiter les risques d'accumulation d'humidité. C’est la saison du Poumon.

 

Qu’en hiver : on a besoin de restaurer l’énergie en accumulant (pas forcément sur les hanches !) ,  en stockant .On évite les aliments froids, on cuisine des aliments toniques et riches en Jing. C’est la saison des soupes, gratins, et des petits plats mitonnés. On aime aussi les graines (pas que pour les oiseaux !), les fruits secs et les légumineuses. C’est la saison du Rein.

 

 Au printemps, on aime le doux, on limite la saveur acide, pour ne pas blesser le Foie (dont c’est la saison) et pour soutenir la Rate qui aime le doux.

 

En été, les fonctions digestives faiblissent, on évite les aliments piquants et secs, on mange léger, on éviter le gras et les aliments trop riches, on consomme davantage de fruits et de légumes, pour compenser les pertes de liquides dues à la chaleur...

 

Ces règles enfin, nous aident à éviter quelques écueils :

Nous consommons généralement trop de sucre (chocolats et petits gâteaux attention !) et de sel finis les soirées chips/pizzas !), voire trop d'acide. Trop de viande, de graisses ou de lait de vache ne simplifie pas notre vie « interne »…

Pour notre digestion, il est raisonnable de limiter la consommation d'aliments très froids ou glacés, les aliments raffinés (c’est-à-dire trop transformés- et donc pauvres en « Jing ».

Bref, de tout et tout va bien ! Pas de trop, ni de trop peu… 5 saveurs, 5 natures, 5 couleurs que l’on peut déguster grâce à nos deux fois 5 doigts… et les  5 organes Cœur, Rein, Rate, Foie, Poumon sont contents (et vous aussi du même coup !).

A vos casseroles !

 

Et siouplé! on oublie les plats cuisinés surgelés…
 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE

Recherche

 Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s’intéressent à la culture asiatique.

Si vous voulez pratiquer le Tai Ji Quan ou le Qi Gong, allez sur le site de l'association Feng yu Long où vous trouverez toutes les informations nécessaires.

https://www.taijiqigongevreux.com/

 

.