Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 13:27

 

Nous ne sommes pas habitués à considérer  le corps et l’esprit comme une entité.

Pour nous, il y a surtout d’un côté l’esprit (au sens de « facultés intellectuelles ») et de l’autre côté (accessoirement) le corps. L’esprit joue un grand rôle dans notre civilisation. On le cultive, on le bichonne, on essaye de l’ouvrir, on y amasse des connaissances...

On a l’impression qu’il peut tout contrôler, qu’il règne en maitre et cela nous rassure.  Il est capable de tout ranger dans des petites cases, rien ne traine au hasard, rien ne déborde, tout est aligné. Cet immatériel classe tout le matériel, et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles… L’esprit  fonctionne en permanence, absorbe les informations, les transforme, développe des idées, les rumine.

 

Photo Xiao Long

Le corps occupe une curieuse position !  D’accord, on s’en occupe aussi, : on le fait bouger pour qu’il soit beau ( enfin, il parait !) , on le masse, on le « nourrit » de régimes pour qu’il soit beau, on le crème pour qu’il soit beau, on le lifte et  on le maltraite aussi (!) pour qu’il soit beau. Bref, on s’en occupe… en surface, c’est tout ce qu’il mérite : un peu de polish sur la carrosserie… Il est tout propre et il brille ! C’est sans doute une caractéristique de notre époque : seule la surface compte et peut importe ce qui se dissimule dessous.

Alors parfois, il se rappelle à nous, nous fait souffrir, et là on se dit que peut-être on devrait soulever le capot et « regarder » un peu à l’intérieur… Comme pour les voitures, plus on avance, plus les bougies s’encrassent - et les souffler chaque année n’arrange rien – Alors, on conduit sa voiture au garage-médecin et hop ! En deux coups de clé anglaise et un petit coup de marteau (bambou aussi des fois !), on est remis sur nos roues… pour quelques temps seulement… car le plus souvent ce n’est pas du matériel qu’il faudrait s’occuper, mais de l’immatériel…pas des symptômes mais de l’origine.

Dans certaines philosophies comme le bouddhisme par exemple, corps et esprit sont d’emblée présentés interdépendants. L’individu est dans cette optique un ensemble d’agrégats impermanents : le corps, les sensations, les perceptions, la conscience et l’intention. L’esprit ne se « délie » du corps qu’une fois le nirvana atteint… (Mais bon, ce n’est pas tout le monde et ce n’est pas tout les jours…)

Photo Xiao Long

Pourtant, on sait bien entre-temps combien le mental joue un rôle sur la santé, sur le corps. Et on sait que lorsque le corps éprouve du bien-être, l’esprit se détend et se calme. Et que lorsque l’esprit est tranquille et équilibré, le corps se sent mieux. Mais, pris au milieu de la tourmente des jours qui se succèdent et apportent leurs quotas de problèmes, on oublie un peu l’essentiel. On oublie que tout est lié.

 

Heureusement, le Tai Ji Quan, le Qi Gong sont là ! (bon, pas que,  la méditation aussi, mais c’était notre pause publicitaire…).

Grâce à ces pratiques, nous pouvons redécouvrir notre corps-esprit, apprendre à le mouvoir harmonieusement dans l’espace, à le laisser libre de ressentir ce qui l’entoure, ce qui le constitue. La respiration retrouve (aussi – enfin) sa place et fait le lien entre les deux pôles : on est calme, en prise directe avec « l’ici maintenant - et le reste attendra »…

 Mais ces belles choses ont un prix : le travail. Que ce soit la méditation, le Tai Ji Quan, le Qi Gong, il ne faut pas croire que deux ou trois séances vont apporter de grands bienfaits , c’est la répétition, l’état d’esprit ( ?!) qui comptent : ne rien attendre à date fixe et se laisser porter…

(On croit que les chats dorment, non, détrompez vous, ils méditent et s’entrainent de nombreuses heures par jour !)

Photo Xiao Long

 

Je vous livre le proverbe chinois préféré de Xiao Long :

« Le corps parcourt l’espace et l’esprit se libère. »

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN QI GONG
18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 13:25

 

Le Tai Ji Quan n’est pas une activité comme d’autres qui relèvent plus du divertissement ou de l’occupation… C’est une école de vie. Il nous apprend à nous accepter comme nous sommes, à faire avec ce que l’on a, à notre rythme à nous. 🐌

Il s'inscrit dans un long processus. On y vient d’ailleurs rarement par hasard. L'idée d'aller voir pratiquer et de pratiquer soi-même le Tai Ji Quan est déjà un pas sur le chemin. Ce n'est que le premier !
Mais sans celui là, rien ne serait...

 

PHOTO Xiao Long


Il faut ensuite apprendre à se considérer comme un éternel débutant, rester modeste, se réjouir de chaque progrès et penser positivement en regardant le chemin qui a déjà été parcouru. Si l'on recherche la perfection au sens où on voudrait l'atteindre pour pouvoir cocher la case: "C'est fait! C'est acquis!", il vaut mieux choisir une autre activité... le tricot, la peinture, le bricolage 😊

 

Il n'y a pas de fin à l'apprentissage du Tai Ji Quan, il y a toujours à découvrir, on peut toujours avancer. Il faut donc "ménager sa monture", la route est longue... et il faut savoir aussi admirer le paysage pendant le voyage, profiter de ce qui est offert,  prendre son temps.

Il n'y a aucune urgence. Cette progression est la vôtre. Il n'y a pas d'objectif à atteindre en un temps limité. C’est sans doute le point fort de cette discipline, chacun l’adapte en fonction de ses capacités, du temps qu’il peut y consacrer…


Pas besoin de se taper sur les doigts intérieurement, de se crisper, de froncer les sourcils ou de tirer la langue (encore que ça aide peut être?😛) en se disant qu'il FAUT y arriver, là, tout de suite. Pourquoi se mettre sous pression tout seul comme un grand, alors que ce n’est pas utile ?

 "Tout vient à point à qui sait attendre" (et il n'est pas chinois celui-là de proverbe! C'est qu'on en a aussi nous, des proverbes! Non, mais... et dans le même style, nous avons aussi : « Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage » ! Comme quoi la patience n’est pas l’apanage des orientaux…)

 

PHOTO Xiao Long


Pratiquer devient alors un plaisir: bien sûr on a du mal à l'imaginer lorsqu'on est au début de la phase d'apprentissage. C'est le moment où l'on à l'impression que le cerveau va se faire des nœuds, que l'on n'arrivera jamais à contrôler (tous) ses membres.  Que de mains et de pieds à gérer!!! 😏 On ne croyait pas en avoir autant!!!  Et, en plus, il faut se tenir droit et il faut respirer (c'est conseillé dans le stage survie!) et il faut rester détendu…

Nous avons perdu la spontanéité et la naïveté de l’enfant qui voit et imite sans se poser de question. Mais à force de vouloir tout contrôler et décortiquer, on finit par faire… pas si bien que ça ! Mais, on ne se refait pas…
😇Alors dès que l'on connait un ou deux mouvements qui ne demandent plus trop de réflexion, il faut les apprécier, se les bichonner, les faire, les refaire, se laisser porter... pour avoir une idée de ce qui nous attend, plus tard sur la route... car rien ne presse et qu’il vaut mieux faire trois mouvements où l’on se sent bien plutôt qu’une forme entière avec périscope (syndrome de la tête qui tourne à droite et à gauche pour loucher sur les copains pour savoir ce qui se passe…)

Et Xiao Long vous le dit, le long chemin vaut le détour... La preuve, il le suit toujours avec autant d'enthousiasme et toujours plus len-te-ment!

Allez, haut les cœurs, on y retourne !!!

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 12:39

"Zhi", les doigts, une technique que l'on rencontre assez peu dans les enchaînements, cette technique se fait soit paume vers le bas, soit paume vers le haut.

Dans la forme 24 mouvements, nous la trouvons dans "Gao Tan Ma" que l'on traduit par "flatter l'encolure du cheval" ou "caresser la crinière du cheval" ou "déterminer la hauteur du cheval" (?) ou encore "saisir la bride du cheval"... ou encore "regarder au loin du haut de son cheval"...  bref, une chose est sûre, il y a bien un canasson dans l'histoire...

Et dans la forme 48 nous trouvons Bai She Tu Xin ("le serpent blanc darde sa langue" (inquiétant)  ou "crache son venin"... (euh, moins sympathique déjà...).

 

Photo Xiao Long

 

Les doigts sont pointés vers l'avant, le pouce collé, la main plate, il faut tout de même éviter trop de tension dans les doigts, et rester souple (bien sûr). Même si l'on imagine que l'on pique... on le fait en douceur, façon Tai Ji Quan!

P.S: Mesdames, évitez les ongles très longs pour l'application martiale, à moins d'un partenaire très compréhensif ...

Cette technique, paume vers le haut,  se retrouve dans nos formes par exemple dans "la main qui transperce" qui peut être interprétée comme un piqué simple ou aussi comme une poussée avec le dos de la main, une forme de peng.

Comme toujours, une technique peut avoir des applications diverses selon les écoles et nous savons bien que nos techniques portent le même nom, mais que nos interprétations divergent et voilà bien toute la beauté de notre pratique.

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 12:34

Quán, le poing, c'est le même quán que dans Tai Ji quán.

Et c'est un terme à ne pas oublier lorsqu'on pratique: on a beau vous dire que vous méditez pépère en avançant (ou en reculant d'ailleurs!), il ne faut pas mettre de côté le poing, l'aspect martial de notre discipline.

 C'est pour cette raison que le Petit Dragon se fâche tout rouge quand il entend dire que le Tai ji quán est une "gymnastique chinoise", un truc de "mous"! Car, même si , certes, on ne va pas rivaliser avec le krav, il y a bel et bien une intention martiale

 De toute façon, il faut être réaliste, à part les disciplines de réelle auto défense, comme le krav maga, de nombreux arts martiaux ne peuvent être efficaces réellement sur le terrain. Et c'est normal, car ce n'est pas le but premier.

Si vous avez un doute: dans l'idéogramme quán on retrouve, en bas, le caractère pour "main" et ce kanji se trouve dans "karate"  qui signifie "main vide".

Pour cette raison également, le fait que le mot poing apparaisse, il n'est pas très logique de dire que l'on fait du Tai Ji Quán à l'épée ou à l'éventail, ou à la lance ... Chaque pratique a sa propre dénomination: Tai Ji Jian (épée), Tai Ji Shan (éventail), Tai Ji Qiang (lance), Tai Ji Dao (sabre)...

Mais revenons à nos moutons: quán!

Le poing du Tai Ji Quan n'est (mais c'est bien sûr!) pas crispé (mais pas ramollo non plus!) . Il est fermé naturellement, laissant un petit creux au centre, l'oeil du Tigre.

 

Photo Xiao long

 

Le pouce est replié sur les autres doigts et se met à l'abri: pas de pouce en l'air (du genre:"Super, c'est trop top!"), ni de pouce qui dépasse intempestivement des autres doigts (du style dissident qui ne veut pas se ranger avec les autres...).

N'oublions pas que nous visualisons "martial" (malgré notre petite vitesse de croisière) et qu'un poing qui frapperait en laissant trainer négligemment un pouce risquerait fort de se le casser!

 Ce poing fermé symbolise un coup frappé le plus souvent, mais le poing peut aussi être fermé pour un blocage (comme dans "avancer et coup de poing" jìn bù bān lán chúi où le premier pas est un blocage et non une frappe.

On retrouve ce poing fermé pour frapper droit devant, ou vers le bas jìn bù zāi chúi, ou vers le haut shàng bù qī xīng  (avancer – former les 7 étoiles) ou en revers pīe shēn chúi.

Parfois , selon la technique, les deux poings peuvent être fermés: pī shēn fú hǔ (attraper le tigre ), wān gōng shè hǔ (bander l’arc et tirer sur le tigre) ou shūang fēng gùan er (frapper les oreilles).

 Les coups de poings sont assez présents dans nos formes. Parfois, pour l'interprétation martiale, on peut imaginer que ce poing symbolise une saisie...

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 12:27

La main en crochet "Gou" est peu fréquente dans nos techniques.

 

Photo Xiao Long

On trouve "Gou" dans le mouvement du "simple fouet" Dan Bian et celui du "serpent qui rampe" Xia Shi (et dans le serpent qui rampe, ce n'est pas vraiment la main qui pose le plus de problèmes...).

La main doit rester souple, le poignet cassé naturellement sans exagérer la cassure. Les doigts sont relâchés et se rejoignent pour former une pointe.

 

C'est ainsi en tout cas en Yang Guiding...

Mais le "crochet" en Yang Sheng Tai Ji  (École de Me Zhang Guang De) se forme en plaçant le pouce en contact avec l'index  (interprétation plus énergétique, contact Poumon/ Gros Intestin ) et le crochet du style Chen est plus "rond... Donc en fonction des styles, écoles, intentions... le crochet peut être différent. Il faut toujours garder en mémoire qu'il y a des différences et que ce n'est pas "faux" pour autant, il y a toujours une raison...

Ce crochet peut avoir des finalités diverses:

On peut imaginer que l'on pique de la pointe des doigts, frapper tous les doigts rassemblés peut être très efficace pour atteindre une petite surface, voire un point précis.

On peut imaginer se servir du poignet cassé pour porter un coup, frapper le nez ou la gorge par exemple... et même se servir de la percussion du poignet puis de la pique des doigts, comme un"fouet"...

On pourrait aussi penser que le "crochet" symbolise une saisie  qui dévie/intercepte une attaque et que la main libre effectue une poussée  ou frappe... et l'imagination n'a pas de limite... Enfin si, quand même: voir avec un partenaire quelles sont les solutions qui tiennent la route!

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 14:10

  Xie Bu, le "pas croisé" ou "pas assis", se rencontre dans l'enchainement court de Wushu (Wu Bu Quan) qui nous permet d'étudier les 5 pas de base (Gong Bu, Ma Bu, Xie Bu, Pu Bu et Xü Bu).

 

Photo Xiao Long


Peu fréquent en Tai Ji Quan , il est présent dans les formes plus longues (48, 42 international) et ne se réalise pas forcément aussi "bas".Il est très fréquent par contre dans l'école de Me Zhang Guang De...)

Il s'agit de passer une jambe derrière l'autre, de caler le genou de la jambe arrière dans le creux du genou de la jambe avant et de descendre dans cette position qui, quoiqu'on en dise, n'est pas forcément inconfortable, mais peut l'être si...
comme en d'autres domaines, on oublie que la modération est de rigueur:
le pas croisé se réalise tout aussi règlementairement plus haut! Il est important de connaitre les limites de son corps et de les respecter. Cela aussi fait partie de notre apprentissage.

On "croise"(si j'ose dire) Xie Bu  plus souvent dans les enchainements à l'éventail (Tai Ji Shan).
Alors, pour ceux et celles qui apprécient cette arme, il ne vous reste plus qu'à vous entrainer... raisonnablement!


 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 14:03

 

        Voilà une autre position, bien connue et qui semble simple au premier abord: Ma Bu.

Dans la "posture du cavalier" ou "pas du cheval" (Ma Bu), écarter les pieds un peu plus que la largeur des hanches,  les pieds sont parallèles, le dos reste droit, la tête poussant le ciel.

On pourrait penser que le nom " posture du cavalier" soit uniquement inspiré des western de John Wayne... mais pour certains l'idée est qu'une jambe représente les antérieurs de la monture et que l'autre jambe représente les postérieurs. C'est une posture "forte", un bon ancrage au sol, un bon centrage et en même temps un étirement correct. Cependant, en ce qui concerne notre pratique, cette posture est peu utilisée dans les enchainements dans notre école Yang Guiding mains nues. On la trouve un peu plus à l'épée ou à l'éventail.

C'est une bonne posture d'entrainement par contre: Elle est idéale pour renforcer les jambes.  Dans les enchainements, elle est le plus souvent une position de passage.

La difficulté est de respecter la verticalité, ne pas se pencher vers l'avant (il n'y a rien à chercher par terre...). Il ne faut pas chercher à descendre au delà de ce que votre force et votre flexibilité vous permettent.

Si nos jambes ne sont pas assez solides pour descendre, nous compenserons automatiquement en baissant le nez, et ce n'est pas le but! On a alors l'impression de descendre bas, mais en réalité, on ne fait que perdre son axe!

Il faut éviter de rentrer les genoux ou  de les "ouvrir" trop ( ne pas poser les pieds pointes vers l'extérieur): cela peut paraitre plus confortable et de nouveau semble permettre de descendre, mais en réalité, les genoux sont alors très sollicités: ils ne sont plus alignés sur l'axe du pied et... ils sauront vous le dire!

Le poids du corps est bien réparti sur les deux pieds: 50% -50%.

 

Photo Xiao Long

Énergétiquement parlant, cette position favorise le travail sur les méridiens des membres inférieurs (Rein, Rate ...), on la trouve donc dans certaines postures de qi gong, comme par exemple tirer à l'arc dans les 8 pièces de brocart.

les techniques  fondées sur cette posture sont aussi souvent utilisées pour harmoniser Eau et Feu.

Actions

   Cette posture nourrit le yin, tonifie les reins, harmonise l’estomac, renforce la rate, fait circuler le foie et  vésicule biliaire. Elle agit aussi , du fait de la flexion, sur les points yuan situés aux alentours des chevilles, points en liaison avec yuan qi (énergie originelle) stockée dans les reins et enfin, elle a une action certaine sur les points jing (extrémités des orteils) et le point yong quan (R1) sous la plante des pieds).

Donc, si vous avez petit moment en soirée, posez vous en cavalier et vous n'y perdrez pas!

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 13:58

Pú bù , ( le pas rasant), n'est pas une mince affaire!

Photo Xiao Long

Nous l'utilisons essentiellement pour le mouvement du "serpent qui rampe" (Xia She), et il faut bien l'avouer, les serpents ne sont pas vraiment tous égaux:

Certains "rampent" plus bas que d'autres...

Il ne faut pas se laisser impressionner par les athlètes asiatiques. ce sont des athlètes, nous n'avons pas cette prétention et ce sont des asiatiques, entrainés depuis leur plus jeune âge à diverses activités physiques. Nous ne pouvons vouloir raisonnablement "rivaliser" avec eux. Le but est de réaliser ce pas rasant correctement et sans dégâts collatéraux :)

Pour réaliser ce mouvement correctement, il n'est pas nécessaire de descendre très bas: il ne faut jamais perdre de vue que ...

 "Tout ce qui descend doit aussi remonter" (proverbe inédit signé Xiao Long!)...

Il faut surtout conserver une bonne position du corps et de bons appuis. pour protéger son dos, ses genoux et ses chevilles.

On doit absolument éviter de se pencher trop en avant, même si cela nous donne l'impression d'être plus près du sol! En réalité, nous ne sommes pas plus près du sol et faisons un serpent "qui pique du nez" assez peu élégant avec un postérieur qui ressort!

Pour prendre l'exemple de ce mouvement particulier du "serpent qui rampe": Les pieds sont parallèles au début du mouvement et pour plus de confort, le pied droit -qui sera votre pied d'appui- peut être légèrement ouvert, on fléchit à droite et/ou on descend ,  le pied gauche "s'ouvre" lorsque la main gauche passe devant afin de se replacer pour la montée dans le sens de déplacement.

Il ne faut pas aller trop vite (!). On accélère souvent lorsque la position est inconfortable - on veux bénéficier de la dynamique pour passer plus vite ce moment désagréable ;)

Avant de remonter , il est nécessaire de bien passer le bassin face à l'axe de déplacement, cette petite manœuvre est indispensable si l'on souhaite (et nous le souhaitons tous) remonter avec élégance, en douceur, sans malmener son dos, d'autant plus que ce "serpent" en Pú bù. se termine le plus souvent par un superbe "coq" en Du Li (sur une patte)... qui perdra un peu de son éclat si il agite les ailes pour garder l'équilibre...

Cette  position peut être défensive : elle permet de passer sous une attaque moyenne ou haute de son adversaire, et après avoir esquivé, on choisira une technique  pour répliquer.

La main postée en hauteur en crochet peut symboliser un blocage ou une saisie, celle qui se déplace peut  être une frappe avec le tranchant de la main ... ou peut servir à soulever et projeter .

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 13:46

虚步 Xū bù, voilà une position de pieds assez sympathique.

Le "pas vide" ou "posture fausse", ou encore "pas du petit chat", ne demande qu'une bonne jambe d'appui, solidement enracinée.

En effet, nous retrouvons ici encore la position "assise", c'est à dire que le poids du corps est dans la jambe arrière et que le corps reste bien vertical: le pied arrière, que l'on a donc pris le temps de bien installer est Yang, l'autre pied reste pointé, reposant légèrement sur le sol, il est Yin.

C'est une position de défense, permettant une contre-attaque. Ainsi on est prêt à soulever la jambe avant, soit pour repartir vers l'arrière (si l'on préfère se replier sur des positions préparées à l'avance...) ou se servir de ce pied "vide" pour frapper vers l'avant, ou encore opérer un autre déplacement latéral... Ce pas permet une grande disponibilité, n'oublions pas que ces techniques sont martiale et non pas juste esthétiques...

 

Photo Xiao Long

Difficultés:

Il faut surtout veiller à maintenir le dos bien vertical afin de s'asseoir correctement sur sa jambe arrière et rester stable. Et ne pas oublier que le pied avant n'est que très légèrement en contact avec le sol comme si on posait la pointe du pied sur un oeuf ! à na pas casser!!!

Si nous prenons même un petit  appui dans ce pied, nous ne sommes plus centré correctement et nous ne pourrons pas réagir efficacement! De même si l'adversaire fauche ce pied avant, le pratiquant garde son équilibre car tout son poids est sur le pied arrière.

Nous utilisons le "pas vide" par exemple dans "La grue blanche déploie ses ailes" ou "L'aiguille au fond de la mer" ou  encore dans "Avancer d'un pas et former les 7 étoiles" ...

La position peut être plus ou moins haute suivant les écoles : conseil de Xiao Long, ne frimez en descendant bas que si vos articulations et votre musculature le permet!!!

Le genou avant est plus ou moins fermé. Le genou de la jambe arrière doit être dans la direction de la pointe du pied arrière. Il vaut mieux avoir la pointe du pied de la jambe d'appui dirigée vers l'avant.

 

Photo Xiao Long

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 13:39

     

C'est sans doute la première position, position de l'archer ou pas de l'arc ou encore Gong Bu, que l'on étudie et celle que l'on retrouve le plus dans nos enchainements.

Il faut dans cette position garder le dos bien vertical et le sommet de la tête doit "pousser le ciel" tout en conservant notre ancrage solide au sol.

Les "racines" doivent être profondes: pour ce faire , il faudra respecter l'écartement des hanches ( ne pas avoir les deux pieds sur la même ligne), lâcher les genoux afin de descendre le centre de gravité et penser à bien "verrouiller" le pied arrière.

Le talon du pied arrière glisse en fin de mouvement afin de laisser le bassin se replacer sur l'axe de déplacement. Ainsi, les genoux sont bien positionnés et le poids du corps est idéalement réparti (70% à l'avant enfin... à peu près!)

Quelle que soit la posture, le premier souci est la stabilité.... et le confort!

Si la position est correcte , il n'y a aucune contrainte, et en théorie, on pourrait rester ainsi... longtemps (là dessus, les avis sont partagés...).

 Ce pas de l'arc (Gong) est fondamental dans l'enchainement, le pied arrière, bien ancré, puise dans le sol l'énergie nécessaire à l'aboutissement des techniques exécutées par le haut du corps. Sans cette force qui vient du bas, il n'y a pas d'efficacité.

 

Photo Xiao Long

 

Ce pas de l'arc est aussi très symbolique et n'est pas sans rappeler le caractère Rén où la "jambe" arrière soutien l'avant du caractère, une sorte d'arc boutant.

Ce pas de l'arc accompagne les première techniques que l'on apprend: Séparer la crinière du cheval sauvage ou bien brosser le genou ou encore  saisir la queue de l'oiseau  (en alternant poids du corps à l'avant et à l'arrière , ce qui nous fait bien sentir l'alternance Yi Yang en statique)

​​

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN

Recherche

 Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s’intéressent à la culture asiatique.

Si vous voulez pratiquer le Tai Ji Quan ou le Qi Gong, allez sur le site de l'association Feng yu Long où vous trouverez toutes les informations nécessaires.

https://www.taijiqigongevreux.com/

 

.