Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 16:29

Petit conte zen à méditer...

 

Un maitre et son disciple dégustent paisiblement un melon.

Le maitre demande alors:

« Comment trouves-tu ce melon, a-t-il bon goût ? »

« Oui, très bon goût ! »

« Mais qui a bon goût ? Le melon ou la langue ? »

 

Le disciple réfléchit sérieusement, puis dit :

« La saveur vient de l’interdépendance, il y a le goût du melon et la langue … »

Le maitre, en colère, l’interrompt aussitôt:

« Idiot ! Triple idiot ! Pourquoi compliques-tu ton esprit ? Ce melon est bon. Voilà tout ce qu’il y a à en dire ! »

 

Les pensées personnelles limitent, catégorisent et compliquent.

 

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 18:08
PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Les libellules sont passées

           Rides sur l’eau

Le martin-pêcheur a plongé

            Rides sur l’eau

 

L’étang limpide n’en a cure

 

Lorsqu’il revient à ce qu’il est

Les truites se glissent insoucieuses

            Entre les nuages

 

 

François CHENG

Le livre du Vide médian

Espaces libres

Albin Michel

 

Cheng Chi-Hsien 程纪贤, François Cheng, est né en 1929 dans la province du Shandong. Cet écrivain, poète et calligraphe a grandi dans une famille de lettrés et arrive en France en 1948. Lorsque sa famille part pour les États-Unis, il reste en France, passionné par la culture française. Il étudie, traduit des poèmes français en chinois, puis des poèmes chinois en français.

Ce n’est que vers 1977 qu’il se met à écrire et publier en français. Il obtient de nombreuses distinctions au fil des années. En 2002, il devient membre de l’académie française.

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 17:03

Wang Yangming nous donne matière à réflexion !

Voici trois extraits de ses écrits qui, j’en suis sûre vous ouvrirons des perspectives…

Xiao Long vous suggère de vous poser avec une bonne tasse de thé (ou carrément une théière !!!) et quelques petits nougats chinois pour soutenir votre effort et avant de vous lancer !

 

 

 


« La constitution originelle de l'esprit, c'est la nature. La nature ne comportant rien de mauvais, l'esprit dans sa constitution originelle n'est rien que rectitude. D'où vient alors qu'il faille faire effort pour restaurer l'esprit dans sa rectitude ?

L'esprit dans sa constitution originelle est bel et bien rectitude ; dès que se mettent en œuvre l'intention et la pensée apparaît la déviance.

 Celui qui veut restaurer son esprit dans sa rectitude ne peut le faire qu'en rapport avec les opérations de l'intention et de la pensée. Chaque fois qu'apparaît une bonne pensée, qu'il s'y attache comme il s'attacherait à une belle couleur ; chaque fois qu'il en apparaît une mauvaise, qu'il la repousse comme il repousserait une mauvaise odeur : alors seulement son intention sera pure authenticité, et son esprit pourra retrouver sa rectitude. »

 

Daxue wen - Wang Yangming quanji 26, p.971, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997. 

 

 




« L'esprit est un. Avant d'être mêlé à l'humain, il s'appelle " esprit de Dao ". Une fois mêlé à la part la moins authentique de l'homme, il s'appelle " esprit humain. »

 

Chuanxi lu I - Wang Yangming quanji, p. 7, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997

 

 

« Ce qui commande au corps, c'est l'esprit. Ce qui émane de l'esprit, c'est l'intention. Ce qui constitue originellement l'intention, c'est l'aptitude à connaître. Là où se dirige l'intention, ce sont les choses. [ ... ] Il n'est pas de principe en dehors de l'esprit, il n'est pas de chose en dehors de l'esprit. »

 

Chuanxi lu I - Wang Yangming quanji, p. 6, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997 .

 

 

 

     L’auteur :

 

Né en 1472,Wang Yangming (王陽明), surnom de Wang Shouren, est un grand philosophe chinois. Après son succès aux examens mandarinaux, il est envoyé en exil pour avoir pris la défense d'un confrère contre un eunuque qui avait fait jeter en prison un policier trop curieux  qui enquêtait sur la corruption. Il entame ensuite une brillante carrière administrative et politique...

 

La recherche spirituelle de Wang Yangming devient incompatible avec le confucianisme officiel. Son influence est énorme. Toute l'histoire des idées en Chine aux XVIème et au XVIIème se ramène à ce personnage. Wang Yang-Ming représente l’École de l’Esprit.

Il meurt en 1529 dans le Guangxi.

Attention, on accroche sa ceinture… et on boit un peu de thé !

 

 

Ses idées :

 

En 1503 il a une révélation : l'unité de l'esprit et du principe. L’esprit est le lien entre les hommes, mais les désirs des uns et des autres gomment cette évidence. Pour retrouver « le sens de l'humanité, qui rassemble en un seul corps le ciel-terre et les dix mille êtres », il faut retrouver l'esprit qui est cette unité, lui rendre sa rectitude originelle… c’est en lui-même que l’esprit trouvera la solution…

 

C’est dans l'expérience vécue que l'unité de l'esprit et du principe est réalisable.  Comment passer de la contemplation à l’action ?... Il n’y a pas de différence entre action et quiétude. Wang affirme la continuité entre connaissance morale innée et connaissance du principe dans la réalité extérieure, pour Wang, il n’y a pas à faire de distinctions entre avant et après, dedans et dehors, action et contemplation. La connaissance innée dépasse toute les dualités.

 

 

 Connaissance et action ne font qu'un : Cette unité n'est pas construite, elle est originelle, constitutive, innée. Agir revient à approfondir la connaissance de soi. On peut alors parler de connaissance authentique.

Wang approfondit la notion d'étude. Il ne s'agit pas seulement d'apprendre, de réfléchir, de débattre. L'étude passe aussi par l'action. Comment peindre  si on ne trempe pas la pointe du pinceau dans l'encre? Cet aspect pratique et engagé de sa pensée  s’est répandu largement en Corée et au Japon.  

 

Bon, on est au bout de notre théière là, il faut aller faire chauffer de l’eau de nouveau…..

 

 

 

 

En savoir plus :

http://www.tao-yin.com/philosophie/Wang_Yang_Ming_mode.html

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 13:14
CONTES ZEN : LE BOL

 

 

Un jeune moine du temple zen laisse un jour tomber au sol un bol de cérémonie. Sans surprise le bol se brise. Ce bol avait été offert par l’Empereur en personne et le supérieur du temple réprimande le moinillon sévèrement.

Ikkyu, le frère du coupable en disgrâce, dit qu’il a une solution et collecte les morceaux du bol qu’il cache dans sa manche. Il part se promener dans le jardin du temple et attend le supérieur auquel il pose cette question :

«  Maitre, les hommes de ce monde meurent-ils ou ne meurent-ils pas ? »

« Bien sûr, ils meurent. Le Bouddha lui-même est mort. »

« Maitre, les autres choses, les minéraux, les objets, sont-ils eux aussi destinés à disparaitre ? »

     « Bien sûr, toute chose ayant forme doit nécessairement disparaitre le moment venu. »

« Je comprends, dit Ikkyu, comme tout est voué à disparaitre, on ne devrait pas avoir à pleurer ni à regretter ce qui n’est plus. On ne peut donc se fâcher contre la destinée. »

« Non, bien sûr, il n’y a pas à se fâcher. »

 

www.icone-gif.com

Ikkyu sort de sa manche les débris du bol et les présente à son maitre qui en reste bouche bée.

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 13:32
PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

 

En se séparant d'un voyageur

 

Je descendis de cheval et lui offris le vin de l'adieu,
Je lui demandai quel était le but de son voyage.
Il me répondit : « Je n'ai pas réussi dans les affaires du monde.
Je m'en retourne aux monts du Sud pour y chercher le repos.
Vous n'aurez plus désormais à m'interroger sur de nouveaux voyages,
Car la nature est immuable, et les nuages blancs sont éternels ».

 

Wang Wei

 

 

Wang Wei est né en 701 (mort en 761). Poète, peintre, et musicien chinois de la dynastie Tang, il passe les examens impériaux dès sa vingtième année et s’ouvre ainsi à lui une belle carrière.

Amoureux de la nature et proche du bouddhisme, ses poèmes respirent le détachement et la sérénité. Son activité de peintre est particulière puisqu’il invente semble-t-il le paysage monochrome à l'encre, exécuté selon la technique du lavis.

 

Photos wikipédia

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article
29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 12:36

Voici de quoi méditer ce weekend…

 

« Si l’on considère leurs différences,

Tous les êtres s’avèrent grands,

Si l’on met en évidence leur grandeur.

Tous les êtres s’avèrent petits,

Si l’on met en évidence leur petitesse.

Si l’on considère leur efficacité,

Tous les êtres sont efficaces.

Tous les êtres sont inefficaces,

Si l’on montre leur inefficacité.

Ainsi, considérant leurs intentions,

Tous les êtres ont raison,

Si l’on met en valeur leur point de vue.

Et tous les êtres ont tort,

Si l’on met en valeur leur déraison. »

 

Tchouang-tseu ou Zhuangzi, de son vrai nom Zhuāng Zhōu, est un penseur chinois (370 - 287 av. J.-C).

 

LES ECRITS : ZHOUANG ZI
Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 16:01

L’armée de l’Empereur avait subi de lourdes pertes. Il était grand temps de réagir.

  Il fallait former de nouveaux combattants : ils devaient être souples comme le tigre, durs comme le rhinocéros, fins comme le renard, clairvoyants comme l’aigle. Pour les éduquer, on convoqua les plus grands maitres d’arts martiaux de tout l’Empire et même au-delà.

Chaque Maitre fit une démonstration de ses capacités. Tous étaient de vrais experts dans différentes boxes…

 

 

L’Empereur songea qu’il aurait une armée invulnérable s’il était à la tête d’un bataillon de combattants aussi bien formés.

Son chambellan n’en était pas aussi convaincu.

  • Les génies entre eux sont aussi difficiles à mélanger que l’eau et l’huile… Je pense aussi qu’ils nous dissimulent encore quelques techniques secrètes !
  • Que chacun me montre sa technique secrète, ordonna l’Empereur.
  •  

Le premier fit une cabriole et projeta ses deux pieds dans le visage de son adversaire.

  • Quelle créativité, dit l’Empereur.

Le second se servi de sa tête comme d’un bélier et défonça deux douzaines de cages thoraciques et de mâchoires.

  • Quelle puissance, dit l’Empereur.

Le troisième glissait comme un danseur et se plaçait toujours dans le dos de son adversaire dès lors à sa merci.

  • Quelle incroyable vivacité, dit l’Empereur.

Le quatrième paralysait l’adversaire d’un seul regard.

 

  • Quelle force intérieure, dit l’Empereur.

Le cinquième … s’enfuit en courant.

- Indigne serpent, s’exclama l’Empereur.

- Non Sire, faites-le rattraper, c’est celui qu’il nous faut ! Les autres ne sont que des imbéciles, puisqu’ils ont dévoilé leurs secrets !

Mais aucun des sept cent gardes envoyés à ses trousses ne put mettre la main sur le fuyard.

L’Empereur passa le reste de sa journée à se demander si ces maitres qui avaient exposé leurs techniques secrètes étaient fiables ou s’ils dissimulaient encore quelque chose. Un maitre qui ne révèlerait pas tout à ses élèves ne serait d’aucune utilité, il pourrait même se retourner contre lui. Il confia ses soucis à son valet.

- Je ne peux pas vous conseiller, je suis bien trop triste et abattu : mon père est tombé d’une jonque et s’est noyé.

 

 

Le lendemain, l’Empereur fit préparer une immense jonque. Tous les maitres présents furent invités à monter à bord de ce magnifique navire. Soudain, sur un ordre de l’Empereur, la jonque fut coulée ! Pas un seul des maitres ne survécut…

 

C’est ainsi que l’on peut être 10ème Duan et ne pas savoir nager.

 

 

http://www.icone-gif.com

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 10:59

 

 « Au bord de l’eau »,  浒传 ; pinyin : Shuǐhǔ Zhuàn , signifie littéralement « Le Récit des berges ».

 

 

C’est un roman d'aventures tiré de la tradition orale, compilé et écrit sans doute par plusieurs auteurs, mais attribué à Shi Nai'an (XIVème siècle) et qui raconte l’histoire de 108 « bandits » luttant contre la corruption du gouvernement et des hauts fonctionnaires de la cour de l'Empereur. De nombreuses versions existent et cette histoire est très célèbre.

 

Il est difficile de déterminer avec certitude qui est l'auteur du livre. La compilation originale en 100  chapitres est attribuée à Shi Nai'an, mais certains pensent qu'il s'agit de Luo Guanzhong (auteur du Roman des Trois Royaumes). Shi Nai'an ne serait alors qu'un pseudonyme pour Luo Guanzhong .
Une autre hypothèse dit que Shi Nai'an (dont l'existence n'est pas certaine), aurait écrit les 71 premiers chapitres, et son élève Luo Guanzhong, aurait rédigé les 29 suivants.

 

Ce roman fait partie des quatre « Classiques » de la littérature chinoise à côté de « L’histoire des Trois Royaumes », du « Rêve dans le pavillon rouge » et de « La  Pérégrination vers l’Ouest ».

L'ouvrage est la source d'innombrables expressions littéraires ou populaires et on retrouve souvent sous forme de pastiche, des scènes connues dans des publicités, des dessins animés, des clips vidéo.

 

 

De nombreuses adaptations télévisées du livre ont été réalisées en Chine et à Hong Kong tout comme au Japon où une série de jeux vidéo  nommée « Suikoden » (Le récit des berges) a vu le jour. Car l'histoire des 108 bandits de Liangshan a connu un grand succès au Japon, où de nombreuses traductions et versions ont été éditées. Au fur et à mesure, les héros ont eu tendance à être assimilés à des Japonais et on a un peu perdu les Chinois…

Récemment chez nous est sorti le film «  Les 108 Rois-Démons » qui prend aussi cette histoire pour toile de fond.

Un peu d’histoire :

 

Song Jiang, le chef des bandits, est un personnage historique, chef d'une rébellion sous les Song qui réussit t à s'emparer de la capitale orientale, l'actuelle Kaifeng et de la Province du Hebei.

Les troupes de l'Empereur mirent des années à le vaincre. La bande céda face à l'armée de l'empereur en 1121. Bien qu'imprégnés de valeurs morales et d'un grand courage, ils sont poussés dans la clandestinité par les cadres corrompus de l'administration de l'époque (Song du Nord).

Les 108 héros arriveront à obtenir une amnistie de l'empereur, chose que désire plus que tout leur leader Song Jiang. Ils se battront ensuite pour l'Empire, obtenant honneurs et la sympathie du peuple.
 

108 !

 

Cent-huit est un nombre important dans les croyances chinoises, et on le retrouve souvent. Le chapelet bouddhiste compte 108 grains. On sonne les cloches 108 fois, certains taolu traditionnels comportent 108 mouvements…C’est le nombre d'étoiles sacrées dans l’astrologie chinoise….

 

Les bandits les plus populaires de Chine ne pouvaient qu'être cent-huit.

Trente-six d'entre-deux sont liés aux astres célestes, ce sont les « meneurs » soixante-douze autres, moins puissants, sont liés aux astres terrestres, ce sont les forces « actives ».

Parmi les 36 premiers, on trouve : Tête de Léopard, la Licorne de Jade, Le Dragon Bleu, Le Pèlerin (Wu Song que nous connaissons bien puisque certains mouvements de Qi Gong Dao yin le prennent comme référence !) et bien d’autres aux noms tout aussi évocateurs…

Parmi les 72 « lieutenants », on citera Le Général tacticien, Éventail de Fer, Moustaches pourpres…. Les exploits de chacun, leur rencontre et leur combat commun sont racontés en détails.

 

Les traductions du livre

 

Le livre "Au Bord de l'eau" a été traduit dans de nombreuses langues. L'une des premières traductions en anglais fut celle de la célèbre américaine Pearl S.Buck.
La version la plus appréciée des Chinois (voir plus bas) a été traduite intégralement en français par Jacques Dars (Gallimard dans la Pléiade et repris en Folio 1997.

LECTURES DE XIAO LONG : « Au bord de l'eau »
Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 12:51

Cet auteur est une mine d’aphorismes et de paraboles. Xiao Long vous propose un de ses textes qui sans doute vous fera sourire tout autant que réfléchir…

 

Une poutre peut briser un mur,

Mais ne peut réparer un trou ;

Chaque chose a sa spécificité.

 

 

De fameux courriers peuvent parcourir mille li en un jour,

Mais ne peuvent attraper le rat

Ainsi que le fait le chat ;

Chaque chose a sa capacité.

 

  

Un hibou peut attraper une puce la nuit,

Ou voir un seul cheveu,

Mais le jour, il ne peut voir même une colline ;

Chaque chose possède ses propres aptitudes.

 

Il est dit :

Que celui qui décide du vrai

Sans considérer le faux,

Qui parle d’ordre sans voir son corollaire,

Le désordre,

Ne comprend rien aux grands principes de l’Univers

Ni aux réalités qui mènent les êtres

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 13:21

 

Ma Xin , secrétaire du canton, partit un jour en bateau rendre visite à son supérieur.

 

  • Où est donc ton bateau ? lui demanda celui-ci.
  • Sur la rivière, Votre Excellence, dit Ma Xin.

 

Cette réponse irrita son supérieur qui lui lança :

 

  • Sac à paille !*

 

A quoi Ma Xin répondit aussitôt :

  • Les sacs à pailles sont tous dans le bateau Votre Excellence !

                          

Xu Zichang (dyn.Ming)

« Badinages élégants »

*demeuré, incompétent

 

D’après « 100 histoires drôles de la Chine ancienne »

Éditions You Feng.2004.

HUMOUR DE LA CHINE ANCIENNE : LE SAC A PAILLE
Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: mushutaiji@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.