Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2020 7 08 /11 /novembre /2020 16:15

La bière n'est pas à proprement parler une "invention" chinoise, mais cette recette est la plus ancienne trouvée...

Le site Mijiaya  (près de Xi’an) a été découvert en 1923 par l'archéologue suédois Johan Hunnar Andersson. Entre 2004 et 2006 des archéologues s’attèlent au travail de dégagement et  dans des fosses datant du Néolithique (période Yangshao : entre 3.400 à 2.900 avant J.-C.), ils dégagent une  … brasserie comprenant entre autre  vaisselle, entonnoirs et amphores, de nombreux  pots en céramique. La bière devait être un peu aigre et sucrée, c’est ce que pense Jianjing Wang, principal auteur d’une étude sur le sujet. Sans doute cette bière était-elle assez loin de celle que nous connaissons aujourd’hui ?

La bière n’était pas une première production : il y a 9.000 ans, les Chinois fabriquaient déjà des boissons fermentées  mais à base de riz, céréale qu’ils connaissaient bien.

 Les chercheurs ont aussi identifié la présence de foyers dans des trous, qui devaient sans doute servir à chauffer les grains pour les broyer.

base de foyer https://www.livescience.com

D'après les scientifiques de l'université de Stanford, qui ont analysé les résidus de cette  bière qu’ils ont trouvé dans des poteries, elle aurait été faite en laissant fermenter ensemble du millet commun, une céréale sauvage d'Asie appelée « larme-de-Job » , des tubercules et de l'orge  bien sûr ! L’orge est un incontournable dans la fabrication de bière, les grandes quantités d'amylases qu’elle contient favorisent la conversion d'amidon en sucres pendant la fermentation. Pourtant l’orge n'était pas une culture de base en Chine avant les Han. Ces restes, qui datent de 5.000 ans, représentent l'utilisation la plus ancienne de l'orge à cet endroit, on pense qu’elle a été utilisée pour la fabrication de bière bien avant qu'elle ne fasse partie de l'alimentation de base.

entonnoir https://alimentation-generale.fr

La bière est le deuxième alcool le plus consommé à travers le monde et il semble que la tradition soit apparue très rapidement, dès les civilisations antiques. Une légende veut que  la première fermentation ait  été due à un oubli ! Il y a 10.000 ans un distrait aurait laissé sa bouillie de céréales quelques temps  sur un coin de table (façon de parler) et … aurait apprécié le résultat ?

Selon Patrick McGovern, un archéologue biomoléculaire, «les Chinois sont devenus brasseurs très tôt»., à peu près à la même période que «la première bière à base d’orge attestée chimiquement, en Iran», et que «les premières installations attestées pour faire de la bière, en Égypte». Et, aujourd’hui, la Chine est le premier pays producteur de bière.

Cette recette décodée a fait des envieux : des étudiants de l'université de Stanford ont choisi pour leurs TP de fabriquer une bière « à l’antique » (peut-être à l’identique ? pas sûr !) À première vue, il s'agit plutôt d'une espèce de bouillie  (on renoue avec la légende 😊) que d’une boisson, et son odeur rappelle curieusement le fromage, parait-il !

La Chine ne pouvait pas rester en arrière et Alex Acker et Kristian Li, propriétaires de la brasserie Jing A à Beijing se sont lancés aussi. Ils sont allés  sur place pour discuter avec une équipe d'archéologues et ont rapporté la précieuse recette ; La brasserie Moonzen de Hong Kong a proposé de participer à l’expérience et ces efforts conjugués ont permis de réaliser une bière très buvable (à boire et non à manger !) Bien sûr, le but de la manœuvre était d’en faire une bière à commercialiser, en communiquant sur la vieille recette !

Partager cet article

Repost0
27 juin 2020 6 27 /06 /juin /2020 13:46

 

La Cong You Bing ( 葱油 cōng yóu bǐng) est un pain plat légèrement(bǐng  galette) salé à la ciboule (oignons nouveaux) contenant de l'huile (yóu). La pâte réalisée à partir de farine de blé est finement étalée, badigeonnée d'huile et parsemée d'oignons nouveaux émincés avant d'être roulée puis cuite.

Les origines de la Cong You Bing ne sont pas claires, mais  il est rare d’avoir des sources « sûres ». Cong You Bing remonte à si loin dans le temps que même les historiens chinois ne seraient pas parvenus à se mettre d’accord! On pense que la fameuse galette aurait vu le jour à Shanghai, ville autrefois peuplée par une importante communauté indienne. ! Le Paratha, pain plat indien contenant de l'huile et pouvant être farci de légumes et d'herbes aromatiques. A Shanghai, cette savoureuse galette est consommée au petit-déjeuner la plupart du temps, mais les Shanghaiens en croquent aussi parfois en journée, en guise d’en-cas ou en accompagnement de certains plats.

 

 La légende raconte que Marco Polo – qui d’ailleurs avait aussi rapporté les « spaghettis » de Chine – bref, que ce brave homme, une fois rentré de cette lointaine Chine, était tellement nostalgique en pensant à  la "Galette à la ciboule" qu'il aurait demandé à plusieurs cuisiniers italiens de tenter de lui en préparer. L’histoire dit que, après quelques tentatives et de nombreuses variantes,  LA pizza aurait vu le jour ! Il faut dire qu’à ses début, la pizza ne ressemblait pas vraiment à celle que nous connaissons et ressemblait plus à un pain de garde agrémenté de « choses diverses » (huile ou saindoux, herbes…)

 

https://upload.wikimedia.org

La recette de la galette à la ciboule change d'une ville à l'autre, d'un vendeur à l'autre, c’est le moment de laisser parler votre instinct « créatif » !

Pâte épaisse ou fine, avec plus ou moins d'huile, parfois assaisonnée de pâte de haricots de soja fermentée, de pâte de piment au sésame, parsemée de graines de sésame, frite avec un œuf ou tout simplement servie nature. .. Ce qui est important à la fin des fins c’est que la pâte soit chaude et croustillante  et moelleuse et feuilletée à l'intérieure.

C’est bien d’en parler, mais c’est encore mieux d’en manger ! Si vous n’avez pas l’occasion de prendre votre petit déjeuner en Chine ( un peu loin peut-être), il ne vous reste plus qu’à vous mettre aux fourneaux !

 

https://upload.wikimedia.org

Recette (enfin, une de celle qui ont cours !)

Avec la pâte, on peut faire une seule grosse galette entière à partager ou 4 petites.

Pour 4 galettes, il ne vous faut pas grand chose:

200 g de farine type 45

110 ml d'eau bouillante

30 à 35 ml d'eau froide

Une pincée de sel

50 g de ciboules (la partie verte)

Huile végétale

 

Et c’est parti :

Coupez les ciboules en fines rondelles, mélangez avec un peu de sel et réservez au frais.

Mélangez la farine et un peu de sel. Versez l'eau bouillante d'un seul trait, mélangez vigoureusement avec une fourchette ou une paire de baguettes pour faire plus vrai... Ajoutez ensuite l'eau froide petit à petit, pétrissez avec les mains pour rendre la pâte homogène et lisse. On doit obtenir une pâte assez souple. Laissez reposer 30 min (et reposez-vous aussi !)

Divisez la pâte en quatre morceaux équivalents. Abaissez chaque morceau en fine galette d'une épaisseur de 1 à 2 mm (on sort le mètre couture et on vérifie !!!....). Mettez une couche d'huile à l'aide d'un pinceau sur toute la galette. Parsemez de ciboule coupée en fines rondelles.

Roulez la galette pour former un boudin long, roulez de nouveau pour former une sorte d’escargot. Laissez reposer 15 min.

Abaissez ces tourbillons en galette de 4 mm d'épaisseur environ. Cuire (c’est mieux !) et déguster…

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 17:22

 

Nous savons déjà que l'empire du Milieu a toujours excellé dans le domaine de l'invention et Xiao Long vous en a déjà fait découvrir quelques-unes. Le papier compte parmi les grandes inventions de la Chine antique. La plus ancienne feuille de papier connue a été  découverte près de Xian, en 1957, et datée entre 140 et 87 avant J-C, de facture assez grossière, cette feuille est tout de même remarquable.

Le « papier » chinois, assez primitif alors,  aurait d’abord servi d’accessoire d’hygiène et de vêtement. Il semble que ce ne serait que vers  110 de notre ère qu’on ait pu enfin l’utilité comme support de l’écriture.

 

PHOTO XIAO LONG

Mais le papier est … une mine et il sert  pour tout et à tous :

Un texte (-93) mentionne l’utilisation d’une feuille de papier pour couvrir le nez d’un prince ( ?) et son usage comme vêtement semble avéré : faire des habits à partir d’écorces de mûrier est possible, sans doute déjà à l’époque de Confucius ! Le papier était parfois utilisé dans la fabrication des chaussures et pouvait aussi servir comme rideau de lit pour se préserver du froid. Épais et dur, il pouvait servir de matériau pour fabriquer des armures…

On lui connait aussi un usage plus esthétique : le papier imprimé mural sert alors de décoration. Il sert aussi à fabriquer des sacs en papiers pour préserver l’arôme du thé, divers emballages, des billets de banque, des ombrelles, des lanternes…

 

PHOTO XIAO LONG

Et donc, c’est assez naturellement que l’on songe à utilisation … hygiénique ! Sans doute très ancienne, on pense  que le premier papier toilette a été « inventé » en Chine au VIème siècle.

https://fr.wikipedia.org

En 1393, la cour impériale  consommait quelques 700.000 feuilles de papier toilette par an, la famille impériale elle-même en utilisait 15.000, certes plus fines et par ailleurs parfumées, on ne dit pas s’il y avait aussi des motifs dessus…

https://admin.over-blog.com

 

L'empereur Hong Wu avait la réputation d'être quelqu'un de très délicat !  Ces feuilles été aient de belles dimensions : chacune d'elle mesurait 60 X 90 cm.

L'utilisation du papier hygiénique est alors un privilège ! Le commun des mortels devait se contenter de plus ordinaire (bâtons, cailloux (ouille !) ; feuilles diverses, divers tissus et fibres etc…)

 

https://www.tentatives-accessibles.eu

 

 

Partager cet article

Repost0
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 08:43

 

Qui a inventé l’écluse ?  Voilà une question absolument vitale et à laquelle il faut une réponse !

 

L’idée la plus répandue est que c’est Léonard de Vinci qui est l’inventeur de l’écluse. Mais non ! Le principe du sas et des portes busquées existaient déjà. C’est un chinois, bien sûr, qui a inventé l’écluse.

L’écluse telle que nous la connaissons, qui fonctionne avec un sas, apparaît en Chine en 984. C’est Qiao Weiyue qui en est à l’origine. Il était commissaire adjoint aux transports de Huainan et ingénieur à ses heures perdues.

Il existe en Chine un grand canal « Jīng-Háng Dà Yùnhé », il relie Beijing à Hangzhou. C’est le plus grand canal ancien du monde : il mesure en 1794 km de long et ses parties les plus anciennes datent du cinquième siècle avant J.-C. Il est bien sûr inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Photo Wikipedia

 

 Le problème de ce canal était de maintenir sur toute sa longueur un niveau d’eau égal, ce qui n’était guère possible. Il fallait donc trouver un système qui permettrait de faire oublier qu’il y avait 42 m de différence entre son point le plus haut et le point le plus bas. Or, on ne connaissait à l’époque que le barrage, qui munis de vannes pouvait souffrir ou se fermer.

Notre ingénieur, Qiao Weiyue, fit construire deux écluses situées à moins de 200 m l’une de l’autre. Ce faisant, il découvrit la solution puisqu’entre ces deux écluses se formait un bassin où le niveau d’eau pouvait être adapté. L’écluse à sas était inventée.

 

Photo: By Tomtom08 at the English language Wikipedia, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18059495

 

Il semblerait qu’en Europe, ce soit aux Pays-Bas dans les années 1285 qu’une première écluse à sas avec double porte,  fasse son apparition. La renaissance, de nombreux ingénieurs, italiens en particulier, se sont penchés sur cette question et ont considérablement amélioré le procédé.

 

 

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2018 6 10 /11 /novembre /2018 17:02

 

Xiao Long ne cesse de vous prouver que la Chine est une mine d’inventions diverses, la poudre, la boussole, le gouvernail, le papier, la brouette ! Et j’en passe…

Il semblerait que la choucroute ne soit pas si alsacienne que ça…

Même si son nom vient de l’alsacien surkrut (Sauerkraut en allemand), littéralement « chou acide »…

La première mention de la choucroute chinoise remonte à … loin : vers l'an 533-544. C’est dans le livre de "齐民要术  - Qí mín yào shù – ce qui signifie « Principales techniques pour le bien-être du peuple » que l’on en parle.

On y raconte que la choucroute chinoise était consommée à cette époque dans les régions du Hebei, du Henan, du Shanxi, du Shaanxi, du Gansu, du Ningxia et en Mongolie intérieure. Si on regarde sur la carte de Chine, on remarque que toutes ces régions se situent le long de la Grande Muraille. Est-ce une coïncidence ?

 

Peut-être pas, car une légende dit que les ouvriers qui travaillaient pour la construction de la Grande Muraille consommaient beaucoup de choucroute pour garder la forme et se réchauffer (faute d’épinards sans doute ? ou faute de merles ?). Il faut avouer que dans ces contrées isolées et arides, il ne devait pas y avoir grand-chose à se mettre sous la dent ! Et pour empêcher l'invasion des Huns, la construction de la Grande Muraille était une nécessité.

 

PHOTO XIAO LONG

Le chou nous viendrait donc de Chine, d'où il aurait été rapporté par Attila et ses Huns qui l'auraient découvert, en même temps que sa méthode de conservation par la saumure, lorsqu'ils se sont heurtés à la Grande Muraille.

Puis, après leur échec chinois, les Huns sont partis à la conquête de l'Ouest et ont traversé la Bavière et l'Autriche avant d'atteindre l'Alsace en 451. Dans ces régions, la lacto-fermentation était déjà utilisée pour la conservation de légumes comme le navet.

La choucroute reste aujourd’hui encore le principal plat de la province du Heilongjiang dans l’extrême Nord-Est de la Chine. Puisque nous allons à petits pas vers la froidure et pour le cas où vous auriez une muraille à construire, voici la recette…

 

http://fr.saveurs-du-monde.wikia.com

 

1 kg de choucroute chinoise  (chou chinois[1]) ou choucroute alsacienne pour rester traditionnel…
100 g de vermicelles de fécule de patate douce
2 oignons nouveaux
3 tranches de gingembre
2 c. à café de sauce de soja noire
1 c. à soupe d'huile végétale

On va laisser tremper les vermicelles de patate douce dans l'eau chaude pendant au moins 30 min. Puis on les précuit en les plongeant dans l'eau bouillante pendant 10 min avant de les passer sous l'eau froide et d’égoutter.

On lave et on coupe la choucroute  (la Chinoise est en feuille) en lamelles. On hache l’oignon et le gingembre que l’on fait revenir (ils étaient partis ?... je sais… un peu facile…) dans un wok.

On ajoute la choucroute, on fait sauter 2mn, on ajoute la sauce soja, les vermicelles on ajoute un peu d’eau chaude et on laisse mijoter 2 ou 3 minutes.

On peut y adjoindre un peu de lard ou des travers de porc comme on le fait dans le nord de la Chine.

Et voilà, on sert, on digère et on va chercher les cailloux !

 

http://www.haocai777.com/

 

NB : Le Baechu gimchi, un plat de choux fermenté pimenté, de la Corée voisine, et ses variantes appelés plus généralement kimchi, sont aussi très connus et réchauffent tout autant.

 


[1] Le chou chinois (Brassica rapa pekinensis), encore appelé « chou de Pékin » ou « pé-tsaï » pinyin : báicà i白菜. Le chou chinois constitue une bonne source de vitamine C, de calcium et de potassium. Il contient des fibres.

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 15:52

 

Tout le monde se pose la question (enfin, peut-être… ou pas ?)

Est-ce bien Johannes Gutenberg qui est à l’origine de l’imprimerie ? On pourrait le croire… si on ne va pas regarder du côté de la Chine…

Sous les Tang déjà (618-907), les Chinois utilisaient l’imprimerie à caractères fixes (impression page par page, à la différence de la presse de Gutenberg qui permettait de recomposer des textes avec les mêmes caractères).

 

photo :物欲研究所

La langue chinoise, constituée d’innombrables caractères se prête peu aux caractères mobiles, il en faudrait une quantité astronomique (enfin, presque !)… Alors que notre alphabet, avec un nombre de lettres limité, convient bien à l’imprimerie comme nous la connaissons. On aurait donc d’abord commencé à pratiquer l'impression tabellaire (ou fixe) sur planchettes de bois vers la fin du VIème siècle, si on en croit certains auteurs chinois.

Le premier texte imprimé serait « Le Sutra du Diamant », texte bouddhique, édité en 868. Ce texte sacré, a été retrouvé dans la grotte de Dunhuang, dans la province du Gansu et inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 Ce Soutra du Diamant(photo wikipedia en haut) est daté de 868 (dynastie Tang), il est conservé à la British Library.

C’est le plus ancien ouvrage complet, imprimé et daté, à nous être parvenu.

 

http://cedricbeau.com

 

La recette :

L’imprimerie à caractères mobiles serait l’invention de Bi Sheng (milieu du XIème siècle). Shen Gua décrit cette technique dans son ouvrage Mengxi Bitan. Il explique que l’imprimeur fabriquait de petites plaques faites d’une pâte de terre sur lesquelles il gravait les caractères les plus courants. Puis, il faisait cuire les plaques pour qu’elles durcissent.

 

photo:五度学习网- 学习

 

Il plaçait sur une table un support en fer, et la recouvrait d’un mélange composé de résine, de cire et de chaux. Pour imprimer il appliquait sur ce support un cadre en fer, il y rangeait les caractères (types) bien serrés. Il prenait cette « planche » et l’approchait du feu pour que le mélange ramollisse, il appuyait alors très fort (il devait avoir des super biceps !) avec une planche bien plane et les caractères s’enfonçaient dans le mélange, tous égaux et unis.

On pouvait alors tirer des dizaines, des centaines et des milliers d'exemplaires : l'impression s'opérait en un clin d’œil. Lorsque le tirage d'une planche était fini, on la chauffait de nouveau pour faire fondre le mélange, et l'on balayait avec la main les types, qui se détachaient d'eux-mêmes sans garder la plus légère particule de mastic ou de saleté.

La mise en place de caractères mobiles augmenta l'efficacité de l'imprimerie. Le caractère mobile a de grands avantages, il réduit le temps de fabrication du bloc, il peut être utilisé de façon répétée, et, plus petit que le bloc, il est facile à ranger.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: fengyulong1@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.