Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 20:44

En cette nouvelle année du Tigre, voilà déjà l'occasion de (re)faire la fête: le 28 février 2010, ce sera la Fête des Lanternes (元宵节 : yuánxiāojié)!
Cette fête met un terme aux... festivités du Nouvel An.
On sort à la nuit tombée et on se promène une lanterne à la main: les plus connues sont en forme de montgolfières orange, mais il existe des lanternes de toutes formes, de toutes les couleurs...
Qu'elle soit en soie,  en papier traditionnel, éclairée par une bougie ou qu'elle soit en plastique et fonctionne avec des piles, qu'elle soit décorée de motifs classiques (plantes, animaux, scènes de légende...) ou de personnages des dessins animés préférés des enfants, peu importe, l'essentiel est d'en avoir une!

Les légendes racontent que le Dieu du Feu voulait incendier la capitale et qu'un petit malin eu l'idée de faire sortir tous les habitants dans les rues munis de lanternes rouges. On accrocha aussi des lanternes aux portes, à toutes les portes. Le Dieu en question se laissa berner: croyant que la ville était déjà la proie des flammes, il s'en alla!
Une autre histoire existe: sous les Han (206 av.JC- 220 apr.JC), le bouddhisme était déjà bien répandu en Chine et  les moines avaient l'habitude  ce jour là ( le 15ème du premier mois lunaire) de regarder les reliques de Bouddha et d'allumer des lampes pour honorer les dieux. L'Empereur, pour les honorer à son tour, aurait ordonné d'allumer ce même soir des lanternes dans tout le Palais Impérial. C'est ainsi que ce rite bouddhique serait devenu progressivement une grandiose fête populaire.

 
Dans la journée, des représentations artistiques sont proposées avec danse du lion, du dragon, danse du bateau, au tambourin... On essaie de trouver les devinettes qui sont écrites sur les lanternes (bien sûr!) et celui qui trouve la solution gagne un cadeau!
Le soir, certaines villes organisent des feux d'artifice.
On mange ce soir-là, une bonne soupe de yuanxiao (元宵), éponyme de la fête elle-même: des boulettes de pâte de riz farcies, le plus souvent sucrées, cuites à l'eau et bien rondes. Elles symbolisent la plénitude et la famille réunie.

 

Photo Xiao Long

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 15:08

Le Nouvel An chinois  ( 农历新年 : nónglì xīnnián) ou « passage de l’année »  est le premier jour du premier mois du calendrier chinois. C'est le début de la fête du printemps ( 春节 ; pinyin : chūnjié) qui se déroule sur quinze jours et s’achève avec la fête des lanternes ( 元宵节 ; pinyin : yuánxiāojié).


Le calendrier chinois est un calendrier luni-solaire, la date du Nouvel An chinois dans le calendrier grégorien varie donc d'une année sur l'autre, mais tombe toujours entre le 21 janvier et le 20 février: cette année ce sera le 14 février, et les préparatifs vont déjà bon train et en France aussi, comme peuvent en témoigner les rayons dévalisés des supermarchés du 13ème à Paris!


Devant les magasins des lampions rouges sont suspendus, on vend des branches de forsithya, de cerisiers, d'orchidées, des lotus bien sûr, sans parler des décorations en papier, ou en carton où le rouge et le doré dominent. 


On nettoye la maison, on achète des habits neufs, beaucoup de choses à grignoter en famille : gateaux, graines de pastèque, fruits secs, bonbons, fruits confits ... on affiche un peu partout des souhaits écrits sur papier rouge, symbole de chance.  on retrouve le plus souvent les caractères (福) bonheur, ou chūn (春) printemps, souvent collés à l’envers car renverser ( 倒 dào) est homophone de arriver ( 到 dào) et c'est bien ce que l'on souhaite: que le printemps et le bonheur arrivent avec une nouvelle année. 
 

Photo Xiao Long


Traditionnellement, de chaque côté des montants de la porte d’entrée, on colle une bande de papier rouge sur laquelle est écrit un vers ; les deux vers se répondent et constituent une inscription parallèle.
Au diner on choisira de préférence des plats symboliques : Ainsi
le poisson ( 魚 ), homophone de surplus ( 馀 ), doit être présent pour garantir qu’on ne manquera jamais de rien ; certains prennent même soin de ne pas le finir, afin de rendre plus complètement son sens symbolique. Dans le nord de la Chine, on sert en principe un plat de raviolis (jiǎozi 餃子 / 饺子 )car leur forme évoque celle des yuánbǎo (元寶 / 元宝 ), lingots anciens. Le dessert traditionnel est le niángāo ( 年糕 ), « gâteau de l'An » ; gāo, gâteau, est homophone de grandir, et en manger constitue un gage de croissance dans tous les domaines souhaités.

On offre des enveloppes rouges contenant de l'argent. On fait éclater des pétards pour faire fuir les mauvaises influences et l'on se couche le plus tard possible, ce qui est un gage de longévité.

Certains pourraient trouver tout ça très kitsch... Xiao Long apprécie beaucoup cet affairement, cette ambiance colorée, vivante qui annonce le printemps!
Car il arrive:mais oui!  les premiers crocus montrent leurs nez dans nos jardins...

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 15:21

           On entend souvent parler de Feng Shui et les livres sur le sujet ne manquent pas. Il en est des bons et des (nettement) moins bons qui font alors du Feng Shui un ramassis de vieilles superstitions ne reposant sur rien (pour les plus mauvais!). Xiao Long a donc décidé de reprendre la chose de son début (ou presque...)


Définition: Le Feng shui (chinois traditionnel : 風水 : fēng shuǐ), prononcé en français quelque chose comme "fonchoué", signifie « le vent et l'eau ». C'est un art chinois millénaire:  le but est d'harmoniser le Qi,  l'énergie d'un lieu de manière à favoriser la santé, le bien-être et la prospérité de ses occupants.


Il s'agit d'un des arts taoïstes. Le principe du Feng Shui se fonde surbasé sur la complémentarité du yin et du yang. Les parties yin d'une maison sont l'arrière du bâtiment (les chambres, salles de bains) et les parties yang sont les parties avant de la maison (séjour, cuisine, entrée, bureau).

Cet art fut tout d'abord appelé Kan Yu (堪輿), kan « observation » et yu « char », puis « terre ». On a choisi l'expression: « observation de la terre ». Certaines interprétations considèrent que Kan désigne la voie du ciel et Yu la voie de la terre. Le nom de Feng Shui apparaît pour la première fois dans le Zangshu (葬書) ou Traité des sépultures (IIIème siècle?).


Depuis des siècles, les Chinois s'y réfèrent pour concevoir leurs cités, construire leurs maisons et inhumer leurs morts. Au delà de la sphère privée, le Feng Shui est utilisé dans le monde des affaires et on peut consulter un maîtres en Feng Shui pour décider de l'implantation de son commerce, de son bureau. Et l'on s'assure la bonne fortune... On ne risque rien à essayer...

 

Photo Xiao Long

 

Les Classiques disent que le Qi se disperse par le vent et il est arrêté par l'eau. Les Anciens l'ont collecté pour prévenir sa dissipation, ils l'ont guidé pour assurer sa rétention. Ils ont nommé cette méthode Feng Shui.

                       

Le Feng Shui est une sorte d'acupuncture: Elle modifie la distribution du Qi au travers des méridiens du corps, dans un but déterminé et le Feng shui est  en ce sens une sorte de « médecine de l'habitat » qui en respectant quelques règles modifie la circulation de l'énergie dans un espace donné.

Les cinq éléments (bois, feu, terre, métal et eau) sont positionnés en fonction des axes cardinaux pour l'école de la boussole, la plus répandue à travers le monde.

Au fil du temps, le Feng Shui est devenu de plus en plus complexe et plusieurs « écoles » ont vu le jour, chacune apportant un éclairage différent d'une même réalité:

Le Ba Gua Fa, plus connue en tant que Méthode des Huit Aspirations

Le Ba Zhai Fa, ou Méthode des Huit Demeures

Le Xuan Kong Fei Xing, ou méthode des Étoiles Volantes, etc...

 

Depuis les années 80, une forme simplifiée du Feng Shui s'est propagée, aux États-Unis d'abord, puis partout dans le monde. Celle-ci présente le Feng Shui dans son aspect originel mais pour une approche plus pragmatique.


La ligne directrice du Feng Shui est donc d'optimiser la circulation du Qi. en équilibrant les forces en présence. Ces flux sont influencés par les formes et les matières composant l'environnement... Suite ... au prochain épisode!

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 15:24

Fin octobre voilà encore une occasion de faire la fête !

La Fête du double neuf, neuvième jour de la neuvième lune, dernière lunaison de l'automne, a des origines assez obscures et très discutées. Elle est mentionnée dans des écrits de l'époque des Han occidentaux décrivant la vie dans à la capitale, Chang'an. Son nom chinois est Fête du Double Yang (陽節 pinyin : Chóngyángjié, « fête de la répétition du yang ») car neuf est un chiffre yang ().

 On peut reconnaitre dans ses rites actuels une fonction de protection contre les calamités : gravir la colline le 9 du 9e mois lunaire pour s'écarter des épidémies est une coutume transmise depuis l'antiquité. Elle est aussi en rapport avec les ancêtres, dans certaines régions on se rend sur leurs tombes. Ce lien avec avec les tombes ancestrales et le fait que le chiffre neuf (, jiǔ), homonyme de longtemps (,  jiǔ), soit un symbole de longévité ont fait désigner officiellement en 1989 par le gouvernement chinois le 9 du 9e mois lunaire « Journée de la personne âgée ».


Ce jour-là, les organismes administratifs, organisations populaires et bureaux de quartiers résidentiels organisent pour les retraités des excursions en montagne, l'admiration des paysages d'automne dans des sites pittoresques ou encore des activités sportives. Beaucoup de familles offrent également aux aînés un cadeau ou les accompagnent pour faire une promenade. Voilà de bonnes idées !


D'autres activités qui tirent parti des caractéristiques saisonnières enrichissent la fête : on fait voler les cerfs-volants car le vent est souvent fort à cette période, on visite des expositions florales où l’on peut se plonger dans la contemplation de chrysanthèmes (en pleine floraison en cette saison). Depuis l'Antiquité, les Chinois adorent le chrysanthème. En automne, les chrysanthèmes variés s'épanouissent et rivalisent de splendeur. Ce jour-là, on boit aussi du vin de chrysanthème (et non, je ne donnerai pas la recette !). Du point de vue médical, il est dit que le vin aux chrysanthèmes peut éclaircir la vue (si l’on en abuse pas…), guérir les vertiges, diminuer l’hypertension, faire maigrir, détendre le corps, tonifier le foie, tranquilliser les intestins et l’estomac et faire circuler le sang.

Dans les temps anciens, les femmes aimaient mettre une fleur de chrysanthème dans leurs cheveux. Des branches et des feuilles étaient aussi suspendues aux portes et fenêtres pour chasser les démons.

 

PHOTO Xiao Long

Que serait une fête sans petites douceurs ? Vous prendrez bien un 重陽糕,  chóngyáng gāo ? C’est un gâteau cuit à la vapeur contenant des châtaignes, des pignons de pin, autres graines et fruits secs, décoré d'un drapeau en papier. Comme tous ses homologues des fêtes chinoises, ce gao (, gāo gâteau) par son homonymie avec « haut » (, gāo) représente un souhait de développement et de prospérité. Pour assurer son ascension, ou devenir la nouvelle étoile montante, on déguste ces petits gâteaux qui peuvent avoir la forme de pagodes (jusqu’à neuf étage !)

La Fête du double neuf est de nos jours très inégalement observée.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE

Recherche

 Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s’intéressent à la culture asiatique.

Si vous voulez pratiquer le Tai Ji Quan ou le Qi Gong, allez sur le site de l'association Feng yu Long où vous trouverez toutes les informations nécessaires.

https://www.taijiqigongevreux.com/

 

.