Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 11:59

Savoir ranger n’est pas donné à tout le monde. C’est un métier ! C’est un art !

Il est désormais possible en Chine, de passer un diplôme de rangeurs professionnels. Attention, il ne s’agit pas d’une simple femme de ménage qui va remettre deux bibelots en place, c’est une vraie discipline ! Presque un art martial ? Il ne faut pas avoir peur de s’immerger dans les chemisiers, de plonger dans les sacs de marque ou de disparaître au milieu des tailleurs de Madame ou des smokings de Monsieur.

Une école de Pékin enseigne depuis 2015 à ses élèves comment on peut ranger une chambre et comment mettre de l’ordre dans tous les placards. Cette formation, qui doit mettre tous les élèves sens dessus dessous, coûte tout de même 3500 € pour un stage de 10 jours.

Mais, une fois expert en rangement tamponné, on peut louer ses services aux familles chinoises les plus fortunées et l’investissement est rentable.

En effet, un super rangeur peut gagner jusqu’à 4000 € par mois. À ce prix-là, cela vaut la peine d’apprendre à classer les chaussures de Madame. Car ranger devient un art : il s’agit d’optimiser le dressing de Madame classer les sacs, les vêtements par couleur, par collection… et certaines font appel à ses rangeurs professionnels une fois par mois pour la modique somme de 2000 € la journée.

Certaines accumulent les achats et ne se séparent jamais de rien, si bien que les placards explosent et que l’on ne peut plus rien trouver ! Il n’est pas rare alors que ce soit une équipe de trois ou quatre  rangeurs qui s’attaquent au désastre : tout est sorti des placards, déposé sur le sol, classé, trié avant de reprendre place au bon endroit, dans le bon placard, sur des cintres ultrafins pour gagner de la place. Et si cela ne suffit pas, on échange des placards pour des meubles de rangement plus fonctionnel.

Dans la formation, on apprend à mettre toujours le plus cher devant et le reste tout au fond de l’étagère. Voilà comment cultiver son image dans les moindres détails.

Il y aurait environ 3000 super rangeurs en ce moment en Chine.

La Chine est le pays qui compte le plus de milliardaires au monde, leur consommation est considérable d’autant plus que le nombre des acheteurs compulsifs se multiplie. La pandémie n’a pas freiné cette consommation, les achats de luxe sur le net prolifèrent et le tiers des dépenses mondiales de luxe provient des consommateurs chinois.

Heureusement que quelqu’un a pensé à créer ce diplôme pour enfin en finir avec le désarroi de ces consommatrices de denrées de luxe qui ont perdu leurs chaussures préférées sous un amas d’autres chaussures ! Comment pourraient survivre ces malheureuses sans leurs supers rangers !!! (euh, rangeurs !)

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 18:58

Voilà une bien curieuse dénomination pour un plat délicieux : Gou bu li (chinois simplifié : 狗不理 ; pinyin : gǒubùlǐ) ce qui peut se traduire par « même le chien n’en veut pas » !

Ce n’est pas le meilleur moyen de faire sa pub, me direz-vous … et pourtant si !

Goubuli, traduit en anglais en Go Believe ??! Les Anglais ne sont pas plus doués que nous pour les traductions… Non, même pas vrai, c’est une tactique marketing, puisque ce nom  a été créé pour les nombreux restaurants de la marque Goubuli en vue des Jeux olympiques de Pékin. La prononciation du nom en anglais est proche de la prononciation chinoise du nom en mandarin donc facile à retenir.

 

Bref, Goubuli est une fameuse enseigne de Tianjin. Fondée en 1858, il s'agit d'une des plus anciennes marques en Chine. Elle est surtout connue pour ses bāozi, ses raviolis, nommés donc , comme déjà annoncé plus haut,  狗不理包子, gǒubùlǐ bāozi.

 

Qu’est ce que c’est que des bāozi ?

Qui les a confectionnées le premier, ces boules de pâte remplies de farce ? On ne sait pas vraiment…  Ces petits pains farcis et cuits à la vapeur ont été inventés, puis réinventés au fil des siècles.

 

wikimedia.org

Les baozi, c'est la cuisine de la Route de la Soie : un repas pour voyageurs et nomades. Facile à transporter, les raviolis se conservent longtemps, ils apaisent les grandes faims par tous les temps et en tous lieux. Ces raviolis sont farcis avec différentes  viandes (plutôt mouton en Asie centrale musulmane, porc dans d’autres régions, toutes les variantes sont possibles).

 

Mais qui a inventé ce nom bizarre ?

Il était une fois le  fils d'un modeste boutiquier. Il se nommait Gao Gui . Enfant unique, gâté et bien nourri par ses parents, il avait, dit-on , une jolie bouille ronde qui se mariait bien avec son « surnom d’enfance » (les enfants recevaient un surnom qui devait les protéger des mauvais esprits).

Ce surnom (gouzi 狗子) signifie « petit chien » ou « chiot », pas facile à porter… et pourtant ce surnom, il l’avait conservé  une fois sorti de l’enfance.

Il reprit le commerce de son père, perfectionna la recette des  raviolis. Pâte fine, farce parfumée et fondante, dix-huit plis pour que rien ne s’échappe. Les clients se bousculaient ! On raconte même que l'impératrice Cixi en personne faisait acheter et rapporter de Tianjin ces fameux raviolis.

Victime du succès foudroyant de son entreprise, il n'avait plus assez de temps pour s'occuper personnellement de ses clients, il ne pouvait plus être en cuisine et servir et prendre le temps de papoter avec chacun de ses clients. Ceux-ci commencèrent à se plaindre et quelques proches lancèrent « Le chien ne s'occupe plus [de nous] ».

 

PHOTO XIAO LONG

 

D'où le surnom que prirent progressivement ces boules de pâte : « baozi le-chien-ne s’en occupe pas »

Depuis, sa boutique a été rachetée, et son enseigne est devenue le nom d’une franchise ! Les restaurants estampillés Gou Bu Li se sont multipliés et on en trouve désormais dans toutes les villes du pays. Depuis 2005, la marque Goubuli est détenue par l'entreprise pharmaceutique Tong Ren Tang… On peut imaginer que les raviolis n’ont plus trop le même goût, mais les clients sont toujours nombreux…

 

Si vous avez un moment pour tester une recette maison, allez-y!

 Regardez la vidéo et la recette  en détail sur:

https://www.universdemihaela.com/2020/01/brioche-chinoise-cuite-la-vapeur-farcie.html

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 15:49

En août dernier, une vente aux enchères géante était organisée en Chine autour d'un numéro de téléphone . Mais pas n’importe lequel !!! un numéro "porte-bonheur" qui se termine par cinq  chiffres 8. Et le 8, comme on le sait, est considéré comme un "porte-bonheur" dans la culture chinoise.

Le mot "huit" en mandarin ressemble beaucoup au  mot  “la bonne fortune”. bā huit est très proche de fā   comme dans fā cái  发财 qui signifie "riche" ou "devenir riche sur une courte période".

 

https://www.chine-passion.ch/

 Des milliers de Chinois, plus de 5 000 personnes, ont participé  aux enchères. Quelques particuliers, mais aussi des sociétés qui veulent impressionner leurs clients en alignant des 8 (et quelques Yuans !). Mais que ne ferait-on pas pour assurer la réussite de son entreprise ?

Les Chinois, friands de symboles, sont attachés encore à cette tradition :

 

Les Jeux olympiques de 2008 par exemple, s’ouvraient officiellement à 8h08, le 8 août, 8ème mois de l’année.

Le chiffre le moins recherché est le 4, sì  qui en mandarin se prononce comme le mot "mort" sǐ . Il ne doit pas y avoir d’enchère pour ce type de numéro de téléphone, nettement moins engageant… Dans les ascenseurs des bâtiments, en règle générale, ce chiffre ne figure pas.

.wikimedia.org/wikipedia/commons

Le record d’enchères, 3,91 millions de yuans, pour un numéro de téléphone revient à un numéro se terminant par huit 7, homonyme des mots "s'élever" qǐ et qì "l'essence de la vie".

7 , ce chiffre symbolise dans le confucianisme, l'harmonie et l’unité, l'union du yin, yang et des cinq éléments.

 

L'affection des chinois pour le “8” touche aussi le choix du numéro des plaques d'immatriculation.

En 2014, deux plaques d'immatriculation comprenant "8888" se sont vendues l’une à Zhengzhou à 12 millions  de yuans et l’autre à Shenzhen à 17,2 millions ! Et s'il vous reste quelques kopecks vous pouvez aussi acheter la voiture...

https://fr.quora.com/

Rappel :

les chiffres peuvent se former avec les doigts , mais ce code est différent de celui que nous connaissons ! Donc soyez attentif : pouce et index tendus ne signifie pas deux !!!  mais huit…

Donc si vous commandez deux thés… et que vous ne voulez pas en boire huit…

 

https://www.superprof.fr/r

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 15:08

Nous allons faire un détour par l’Italie aujourd’hui et cela nous mènera tout de même à la Chine… d’une certaine façon :

wikimedia

La ville de Prato en Italie connue pour avoir été, toujours durant la Renaissance, une place financière européenne de tout premier plan, elle a connu une grave crise  il y a quelques décennies : l’industrie textile était en berne et la ville avait du mal à survivre.

Depuis quelques temps, Prato est surnommée la «petite Chine» : les Chinois sont arrivés dans la ville au du début des années 1990 qui a vu la Chine s’ouvrir et de nombreux Chinois partir vers l’Europe. La communauté chinoise représente aujourd’hui un quart des 250 000 habitants de l’agglomération de Prato. C'est la troisième communauté chinoise en Europe après Paris et Londres. Un Pratésien sur quatre est chinois, comme 40 % des bébés qui naissent à l'hôpital. Une école logée dans un ancien bâtiment d’usine, accueille les enfants de la diaspora. Chaque week-end, 1 500 d’entre eux renouent avec leur culture d’origine en apprenant le chinois, les arts martiaux  (mais oui !!!) et les danses traditionnelles. 

 

 Cette ville industrielle (à une vingtaine de kilomètres au nord de Florence) vit à nouveau de l'industrie textile. Celle-ci avait presque disparue, lorsque des Chinois, venus pour la plupart de Wenzhou, une ville portuaire à 400 km au sud de Shanghai, s’y installèrent et rachetèrent les usines qui battaient de l’aile. On est passé de la production de tissu à celle plus lucrative du prêt à porter.

 L’histoire ne dit pas si les Tee shirts fabriqués sont « made in Italy »  ou « made in (italian)  China » ? Il semble que les tissus viennent de Chine… et que les conditions de travail  et l’organisation de la production soient plus chinoises qu’italiennes… l’argent circule et la ville est sauvée, même si tout n’est pas rose pour tous.)

3 500 entreprises environs, à 70 % spécialisées dans le prêt-à-porter. D’accord ce n’est pas du haut de gamme… c’est  du  fast fashion (mode rapide) « Nous sommes les plus rapides au monde, note Xu Qiu Lin - Giulini pour ses amis italiens - dont l'entreprise fait officiellement 15 millions d'euros de chiffre d'affaires. Nous répondons aux commandes en moins de trois jours alors qu'il faut trois mois pour faire fabriquer en Chine et transporter en Europe ». (https://www.lepoint.fr/)

Lorsque le nouveau coronavirus a fait son apparition en Asie, beaucoup ont prédit que cette commune serait probablement la première à être touchée en Italie. Mais finalement les choses se sont passées autrement. Car dès mars dernier, la population chinoise s’est protégée très tôt de l’épidémie Covid 19 en s’imposant, bien avant que le gouvernement italien ne le décrète, eux-mêmes des mesures de confinement. Les travailleurs asiatiques sont restés dans leurs usines, où souvent une partie d'entre eux avaient déjà l'habitude de manger et de dormir, ou bien se sont installés à leur domicile, donnant ainsi l’exemple aux autres habitants. Les restaurants et commerces du « China town » local étaient fermés. Seuls étaient ouverts, le matin, les supermarchés asiatiques. S’il y a des  villes où la quarantaine imposée par les autorités irrite les habitants, il y en a comme Prato, qui s’y sont adonné volontairement… et avec succès !

Une usine a aussi décidé de changer de production afin d’être plus utile dans le contexte…

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 14:16

Surtout soyez vigilant si vous avez l’intention de nettoyer votre garage ! on ne jette pas n’importe quoi… Un homme a  trouvé une théière chinoise dans son garage et elle est estimée à plus de 100.000 euros. Donc avant de brader ou mettre à la poubelle les vieilleries de Tante Caroline, ouvrez l’œil !

L’heureux homme a mis la main sur une vraie antiquité puisqu’il s’agit d’une théière impériale (vous m’en direz tant !) chinoise, datée du XVIIIe siècle ! L’histoire ne dit pas si l’Empereur lui même s’en servait … ou si la brave théière n’était que l’une des nombreuses pièces utilisées au Palais… mais, bon… ne soyons pas trop exigeants...

 

https://fr.sputniknews.com/

 

Partager cet article
Repost0
1 août 2020 6 01 /08 /août /2020 16:52

 

Au début de l'épidémie de Covid-19, Taïwan a rapidement pris des mesures très strictes et est parvenu  d’ailleurs à contrôler la propagation du virus. Cette réaction rapide a permis à une population de 24 millions d'âmes, de ne recenser que 458 cas et 7 décès, notons le.

 

 Beaucoup de personnes n’ont pas bien vécu le confinement. Mais d’autres en ont profité et ont conservé le sens de l’humour ! Chang Wan-ji et Hsu Sho-er sont deux octogénaires (respectivement 83 et 84 ans) tout de même… qui possèdent un pressing en centre ville. Ils ont eu l’idée d’utiliser les vêtements et accessoires oublié chez eux par leur propriétaire pour faire quelques photos. Et ce ne sont pas les vêtements qui manquent car ces oublis s’accumulent depuis des décennies !

 

C’est apparemment leur petit fils Reef  (31ans) qui a trouvé cette occupation pour ses grands-parents qui s’ennuyaient. Au lieu de regarder la télé , de rester « enfermés » ou de dormir pour faire passer le temps, il leur propose une activité : il met en scène ses grands-parents qui endossent différentes tenues et posent pour leur petit fils !

Du coup, ils entrent en contact avec de nombreux « admirateurs » et récemment aussi avec d’anciens clients qui reconnaissent leurs vêtements et viennent les récupérer… et régler leurs notes !

Une très bonne opération finalement, et pour tout le monde… Et ils ont un look  d’enfer !

Pour en voir plus :

@wantshowasyoung

Partager cet article
Repost0
16 mai 2020 6 16 /05 /mai /2020 15:06

 

Il n’est pas facile de maintenir une distance entre les enfants à l’école ! Et, on le voit sur les reportages, les enseignants, les premiers ont du mal à faire comprendre ce que c’est qu’un mètre, surtout avec les plus petits qui ne gèrent pas encore bien la notion d’ espace… Alors les idées venues d’ailleurs pourraient en inspirer quelques-uns ( ? à condition que les psys et pédopsys n’y voient pas quelque brimade ou  « fulgurantfuturtraumatisme »…)

En Chine, depuis la mi-mars,  les écoles rouvrent doucement. Dans la province de Zhejiang, une idée surprenante a pris corps : pour  retourner en classe, les enfants portent…  de curieux  chapeaux ! Baptisés « chapeaux distanciation sociale », ces œuvres d’art,  bricolés maison et largement décorés par leurs propriétaires, sont équipés d’une tige d’un mètre en papier, carton ou plastique. Voilà donc le moyen de prendre conscience de ce qu’est la distance sociale recommandée ! On peut voir avec quelle imagination ces petits élèves ont orné leurs chapeaux… un peu aidés par leurs parents ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il semble que l’idée, digne d’un premier avril (mais nous sommes déjà en mai…), soit en lien avec l’histoire de ce grand pays : ces magnifiques chapeaux seraient inspirés des couvre-chefs de la dynastie Song (960-1279), conçus pour empêcher les hauts fonctionnaires de chuchoter lors des assemblées judiciaires, voire de tramer quelques complots ?Au-delà de ces somptueux couvre-chefs, les jeunes élèves doivent porter un masque tout au long de la journée, ils ne semblent pas être particulièrement traumatisés par la chose !

 

 

 

Photos sreenshots de vidéos youtube

 

 

Ils travaillent seuls à une table et pour aider les plus jeunes  (quoique… les plus vieux en ont peut-être besoin aussi ?) des empreintes de pas sont collées au sol afin que les écoliers ne se rapprochent pas trop les uns des autres dans les files d’attente. Il est difficile effectivement de savoir à quelle distance de l’autre on se trouve, un mètre, c’est très peu… il semblerait trop peu d’ailleurs…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Corée de son côté la joue plus technique : les enfants ont des badges électroniques, qui se mettent à sonner et clignoter dès que deux élèves sont un peu trop près l’un de l’autre (à proposer pour les promeneurs et adeptes de l’apéro sur les bords de Seine ?, ça ferait une super-guirlande !).

La ville de Yangjiang, province du Guangdong, offre deux masques par jour à chaque élève, et allonge les plages horaires des repas et des cours de manière à éviter que trop d’élèves ne se côtoient. Chaque enfant a dû déclarer son état de santé avant la reprise des cours, et fournir l’historique de ses contacts avec des personnes contaminées, ainsi que ses déplacements dans des zones à risque ou à l’étranger.

 

 

À Taïwan, dans certains établissements, les élèves portent des visières de protection en plastique, en plus de leur masque, un peu d’air de mai 68 ?... côté CRS…

Au nord de l’ïle, dans une école de Xinbei, on mesure la température des enseignants et des élèves trois fois par jour, et des produits désinfectants sont distribués à chaque élève. Interviewée par le journal local, une élève qui ne manque pas d’humour, révèle que plus personne ne somnole en classe : il est impossible de piquer du nez avec les visières.

Et… vous pouvez aussi vous y mettre, la preuve Stéphanie, une jeune youtubeuse a décidé de se faire un chapeau…  passer les portes n’est pas gagné ! et on est sûr d’attirer les regards et … les sourires (des yeux, à cause des masques !)

 

sa vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=LEOrLJsBqfk

 

 Bon, maintenant, si vous préférez la solution crinoline… (prévoir le canapé ad hoc...) ça le fait aussi !!! Sauf pour les messieurs…

 

Xiao Long a aussi une solution de secours pour « hombre » ! ... et il vaut mieux avoir le sombrero que le melon... c'est bien connu!

 

https://www.google.com/

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2020 6 02 /05 /mai /2020 17:04

 

Il y a plusieurs façons de faire face aux crises…. Improviser au coup par coup, attendre que ça se passe, ou bien réfléchir et prendre des mesures efficaces !

Dans de nombreux pays, l’école est arrêtée pour cause d’épidémie et on sait qu’une reprise risque fort d’entrainer une deuxième vague d’épidémie (les adultes sont nombreux à intervenir dans une école, enseignants, personnels d’entretien, aides…), et de nombreux parents ont recours aux … grands-parents pour garder ou venir chercher les enfants si besoin…). Difficile de ne pas propager les germes et virus divers.

 

Taiwan a eu une idée pour protéger ses élèves et leurs familles…

Chaque enfant désinfecte ses chaussures et ses mains dès l’entrée dans l’école et un garde prend leur température avant de les laisser entrer. En classe, les élèves sont bien séparés les uns des autres grâce à une barrière jaune qui cloisonne l’espace autour de chaque enfant, comme on le voit par exemple à l'école élémentaire de Dajia à Taipei, capitale du pays.

 

 

 

Les enfants portent tous un masque en cours et mangent à leur table derrière la protection qui leur permet d’ôter leur masque en toute sécurité.

C’est le directeur de l’école Li Chung-hui qui a eu cette idée peu onéreuse : pour cette protection en plastique il faut compter 1,50 euros! Un simple coup d'éponge avec un désinfectant suffit pour les nettoyer lorsque les élèves sont partis.

Taiwan n’a fait état que de 50 cas avérés et 6 décès. Mais l’ile est

en état d’alerte depuis le début pour éviter une expansion de la contamination et a réagi rapidement avec des mesures drastiques . Le port du masque est généralisé (mais –comme ailleurs en Asie- n’est pas nouveau !) et on en fabrique sur place, ainsi que des tests d’ailleurs. Les personnes suspectées d'être malades et  celles revenant de l'étranger restent 2 semaines confinées. L'accès aux tests est très facile, ce qui permet d'écarter rapidement les individus atteints pour éviter la propagation.

 

 

Depuis le 1er avril, tous les passagers des trains et des bus interurbains doivent s'équiper de masques, le  contrôle de température est systématique dans les gares, aéroports et ports du pays. Les personnes avec plus de 38° C de température ne peuvent plus se déplacer…

Ces photos viennent du reportage proposé par SABC news  que l’on trouve sur youtube

https://www.youtube.com/watch?v=UctrZMeVn_A

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 16:17

 

Un restaurant 100% robotique … ça existe !

Des robots qui prennent les commandes, on connaît déjà, le Japon et la Chine nous ont déjà fait quelques surprises dans ce domaine. Mais dans ce restaurant de Guangzhou, il n’y a pas d’employé du tout ! Le « Foodom » utilise 46 types de robots différents et ils sont partout ! Les serveurs sont des robots (ils doivent avoir un petit air guindé quand même…), mais pas que !

 

 

 Les robots font les cocktails (eh oui ! et ils ne les boivent pas…), servent les bières (ils lisent les étiquettes ?ou regardent, émus, les canettes de métal qui leur rappellent un petit frère ?), confectionnent les burgers (de toute façon pas pire que faits de la main de l’homme !), les salades (pas dur ! y’a qu’à mélanger un peu tout…), les desserts (ils portent des gants et des charlottes en papier ?)…. Et vous l’amènent à votre place. Et en plus, en coulisses, les machines s’attèlent également à faire la plonge, réceptionner les livraisons et assurer le stockage des différents produits !

 

https://robots.nu

Le restaurant a ouvert ses portes 12 de janvier dernier, et même si les propriétaires  ont la chance de ne pas avoir à faire avec les revendications syndicales de leurs  robots …. Il reste à gérer les  750  professionnels qui en permettent le fonctionnement de ces petites bêtes: programmeurs, ingénieurs, managers  de restaurant … chefs (top ! les chefs ! Lin Chaodai est un de ceux-là et il est très célèbre en Chine !) …  et autres analystes de marché…

Les visiteurs prennent place dans ce décor mi-pop/ mi futuriste et passent  commande à partir d'un écran tactile qui présente le menu du restaurant. Une fois que vous avez choisi et confirmé (touche valider !), les informations sont transmises, et le plat « se » prépare et 5 minutes après le repas est servi - ben, oui, pas de bla bla en cuisine !!! (Ça fait rêver… Xiao Long connait un restaurant chinois où le plat met … un temps certain avant d’arriver ! On peut même faire sa sieste postprandiale par anticipation !!!) .

Et, tout est cuit impeccablement selon la recette initiale, à la seconde près, (donc pas non plus de « boule coco » faites maison …. On ne sait pas laquelle ! à demi-décongelées »… Et non, je ne dirais pas quel est ce restau… ceux qui y sont allés le savent (clin d'oeil à Ludo) …et pour les autres : c’est une expérience à faire.)

https://www.embroiderypanda.com/

Et crise de covid oblige, voilà un projet qui a de l’avenir: on ne serre pas la main des robots ! Soyez tranquille, ils ne vous éternueront pas dessus non plus…. Bon, on ne sait pas encore comment est notée l’hospitalité robotique, mais ils ont l’air sympathique….

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2019 6 21 /12 /décembre /2019 14:55
http://augredesbalades.canalblog.com/

 

 

« Sapin qui roule, n’amasse pas mousse » : est-ce un nouveau proverbe chinois ?

 Si vous n’avez pas encore d’idées pour décorer votre sapin, en voilà quelques-unes glanées en Chine…

 Si vous avez quelques vieux vélos je vous suggère la version 1, très avantageuse puisque, en ces périodes de grèves de transports en commun, vous pourrez ensuite utiliser un de ces engins pour vous déplacer. Donc, version 1 : le sapin qui « re-cycle » (oui, je sais, elle est facile mais comment résister ? Xiao Long perd les pédales !!!)

Il y a plus coloré avec 3 méga lampions chinois rouges (mais où trouver un grooooos lampion chez nous?)

https://chine.in/images/2019/e3f53342cd47419d9e0e55fdacc6c093.jpg

Plan B : essayer avec trois lampes de chevet ?

On peut aussi avoir le sapin bouteille de bière, ou autre boisson … non alcoolisées... le sapin en CD (ceux que vous n’écoutez plus (car toute votre musique est sur clé ( ?) Bref, tout est possible !

 Gros avantage avec ces formules, pas d’aiguilles sur le tapis !

 Pour en voir plus: http://www.voyages-chine.com/actualite-chine/toute-la-Chine/sapins-Noel-insolites.html

 

Partager cet article
Repost0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: fengyulong1@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.