Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 09:46

  Après le "Shi Zi Shou", le "Shou Shi", 势.

Mais ce « Shou » là ne signifie pas « mains » comme le Shou de Shi Zi Shou ! Il veut dire « rassembler, terminer, récolter ». Et le « Shi » ne signifie pas « dix » ici, c’est un caractère différent qui veut dire « situation, configuration » entre autres…  Bref, nous l’appelons « fermeture ».

On écarte lentement les mains qui étaient croisées paumes vers nous en dirigeant les paumes vers le sol, les mains glissent l’une sur l’autre, s’écartent, puis on baisse les mains et ...

En bas:

On "remonte" en position de départ. Xiao Long aime bien cette « formule », les mains se baissent, le corps remonte… Il y a du Yin/Yang dans l’air et ces deux mouvements opposés et complémentaires lui semblent appropriés. Cependant certains préfèrent remonter sur leurs jambes au moment de croiser les mains en dix… Et d’autres encore n’ont pas à remonter… car ils ne descendent pas… Chacun le fera comme il le sent ! (Mais euh, bon, le Yin/Yang… monter quand les mains se baissent…. Xiao Long aime BIEN).

Enfin, le pied gauche se rapproche du pied droit.

 vlcsnap-2013-04-30-19h13m13s61.png

En haut:

Une fois les mains baissée,  « posées » sur le devant des jambes, on les laisse glisser sur les côtés pour retrouver la position de départ. On rapproche les pieds et....                 On a terminé! vlcsnap-2013-04-30-19h14m37s141.png

 

Attention à :

Ne rien précipiter : Souvent, inconsciemment, on « ferme » un peu trop vite. On ne prend pas le temps, de laisser les mains passer du devant vers les côtés. Les mains descendent en direct sur les côtés.

 De la même façon, on a tendance à ramener le pied trop rapidement, en oubliant de le « dérouler » tranquillement : C’est le syndrome du cheval qui sent l’écurie et la bonne avoine qui l’y attend ! img_2-7098_caramel.png

Donc, la concentration devrait être maintenue jusqu’au bout, sans faiblesse et le rythme reste constant jusqu’à la fin, sans accélération : on y est bien dans ce 24, personne n’est pressé d’en sortir (ou bien si ?).

Repost 0
Published by Xiao Long - dans 24 MOUVEMENTS
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 15:19

C’est presque la fin, et on croise les mains (et pas les bras, il y a encore quelques mouvements à exécuter tout de même !) 十字 signifie les mains (Shou) en forme de 10 (Shi).

vlcsnap-2013-02-16-12h31m40s200.pngvlcsnap-2013-02-16-12h31m48s20.png 

Que se passe-t-il "en bas"?

 

 

Le pied gauche se ferme: on veut retrouver notre position initiale, pointe de pied vers le « miroir » qui nous fait face (et tant pis pour ceux qui ne disposent pas d’une glace dans leur salle…)!

Le pied droit s'ouvre (normal! Un brin de Yin/Yang… puisque le gauche se ferme...) et le poids du corps passe à droite. Afin de faire passer "naturellement" le poids du corps de l'autre côté c’est-à-dire le gauche (il faut suivre un peu !). Le pied droit se ferme à son tour: on prend appui sur l'intérieur du pied droit pour le replacer près du pied gauche. Cette manœuvre permet de gagner en stabilité et en confort pour ramener le pied droit sans donner un grand coup lombaires : ménagez-les, elles vous le rendront bien… Et la fluidité du mouvement n’en sera que meilleure.

Enfin les pieds sont parallèles...vlcsnap-2013-02-16-12h31m55s95.png

Que se passe-t-il "en haut"?

Dans la phase "fermer le pied gauche et ouvrir le pied droit" la main gauche ne bouge pas vraiment, elle peut s’imaginer en blocage latéral pour lui donner un peu de sens ; la main droite, elle, suit la trajectoire globale du corps et va vers la droite, à l'horizontale: on se retrouve bras écartés. Et les mains (qui généralement suivent les pieds...! Quoi que…) se rapprochent lorsque les pieds se rapprochent en un mouvement du "jardinier qui ramasse les feuilles d'automne".

Les mains se croisent "en dix". Shi: + (enfin un caractère facile à retenir!!!) signifie 10. Durant ce passage, on évitera de chercher la petite bête dans les feuilles sèches, le dos restera vertical et nos jambes ne nous nain-de-jardin-Martin-le-coquin-avec-escargot.jpgdescendront que modestement pour nous éviter de piquer du nez vers le sol... On reste digne  comme un nain de jardin.

Attention à :

·         Bien exécuter le mouvement d’ouverture et fermeture des pieds afin d’être à l’aise sur vos appuis et de ne pas forcer sur vos genoux ou sur votre dos : on pratique le Tai Ji Quan pour rester en bonne santé et pas pour se détruire les articulations…

·         Conserver une bonne position du corps, le plus souvent, on se penche beaucoup trop vers l’avant (en sortant le postérieur !) ce qui est loin d’être harmonieux et ne contribue aucunement à notre équilibre.

·         La main droite est posée devant la main gauche dans le « dix », elles se placent au niveau du visage.

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans 24 MOUVEMENTS
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 17:04

Cette technique est souvent utilisée après « Ban Lan Chui » : que signifie Ru Feng Si Bi ? Allez, on joue un peu… Ru se traduit par « Comme si, être comparable à ». Feng est « fermer, sceller ». Si veut dire « semblable » et Bi « clore, fermer ». Donc, au total, on peut traduire par : « Comme pour sceller, comme pour fermer », mais plus simplement, on choisit : « Fermeture apparente ».

Reprenons : dévier, parer, coup de poing… on a fini, nous voilà poing droit en avant, main gauche en renfort près du poignet droit.

La main gauche passe sous le poing droit qui s'ouvre, les deux mains ouvertes  se "posent" à plat et se placent comme pour tirer les deux bras de l'adversaire vers soi.

Coudes et épaules restent bas et souples. On ramène vers soi les deux mains ouvertes au niveau de la poitrine, soulevant la pointe du  pied avant afin d'avoir une bonne amplitude de retrait, le poids du corps est transféré sur la jambe arrière; le corps reste droit (comme d’habitude !), tête tenue par le petit fil céleste, accroché à Bai Hui.

Puis les deux mains descendent doucement jusqu'au Dan Tian, les paumes ouvertes se dirigent vers l'avant pour repousser.

 

vlcsnap-2013-02-16-12h31m25s52.pngOn peut utiliser cette technique pour se dégager d'une saisie au poignet par exemple, la main libre, passant par dessous l'autre, la dégageant, puis une main posée sur le poignet, l'autre sur le coude de l'adversaire, on peut le déraciner, l'amenant vers soi sur un côté, ou le repoussant vers l'arrière ...

 

Attention à :

Ne pas trop avancer le corps sur la poussée, le genou risquerait de vlcsnap-2013-02-16-12h31m32s121.pngdépasser le pied un peu trop et ne serait pas franchement content d’avoir à travailler en heures sup !

On évite aussi le « yoyo », du style, j’amène vers moi haut sur mes appuis et je repousse en plongée pour faire plus « costaud ».

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans 24 MOUVEMENTS
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 07:22

Éventail ouvert, nous voilà au bout de notre ligne… il s’agit encore une fois de se retourner (Zhuan Shen) et après un revers du poing, d’avancer pour donner un coup de poing. 转 身 搬 拦 捶 !

Ban signifie « remuer, déplacer » ici « parer », Lan veut dire « bloquer, barrer », Chui « battre, marteler ». Muni de ces informations précieuses… passons à l’action !

 vlcsnap-2013-03-05-18h49m08s147.png

Pour se tourner : le poids du corps passe dans le pied droit et on pivote sur le talon du pied gauche tout en reformant un ballon main gauche en haut, pouvant servir de protection, main droite en bas. La main droite se transforme en poing. Le pied droit se soulève et se replace alors que la main droite jusqu’alors « cachée », remonte pour effectuer un blocage latéral ; la main gauche descend. On prend appui dans le pied droit dont la pointe s’oriente à 45°, les bras s’ouvrent.

vlcsnap-2013-02-16-12h31m00s54.pngvlcsnap-2013-02-16-12h31m08s133-copie-1.png

La main droite vient se replacer en poing à la taille, pendant que la main gauche se replace devant le corps en un mouvement de blocage, on avance en posant le talon du pied gauche.

Le poids du corps passe dans le pied gauche en même tant que l’on réalise le coup de poing. Le poing caché à la taille sort horizontalement et frappe, la main gauche venant en renfort sur l’avant-bras droit.

 vlcsnap-2013-02-16-12h31m17s228

Attention à :

La synchronisation haut/bas. Les mouvements du haut sont amples, il faut contrôler le déroulement des pieds pour coordonner correctement et que la technique reste harmonieuse et parlante : si, au final, le poids est déjà dans la jambe avant, alors que le poing n’est pas encore arrivé, il faudra beaucoup d’imagination pour croire que ce coup porté –avec le bras seul et non pas tout le corps- puisse avoir une efficacité quelconque.

Nous voilà bien proche de la fin de l’enchainement!10606965-mignon-dragon-heureux-souriant-comme-dessin-anime-.jpg

Repost 0
Published by Xiao Long - dans 24 MOUVEMENTS
commenter cet article
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 13:31

Shan Tong Bei   que l’on trouve traduit de différentes façons : Shan peut être « briller, étinceler ou esquiver », Tong signifie « passer à travers », communiquer et Bei se traduit par « bras », (bi) , on trouve aussi bei, dos,  mon tout serait alors « L’éclair traverse le dos » (à ne pas confondre avec un lumbago qui se déclare !) ou « Esquiver la force avec les bras »(style Chen).  On imagine alors que l’on frappe avec la rapidité de la foudre…

Il existe en fait, en Chine, une race de singe aux bras longs qui peuvent se gratter le dos facilement et que l’on nomme « Tong Bei Yuan ».

Nous (style Yang) appelons cette technique, « séparer les mains comme un éventail », sans doute parce qu’on y retrouve un mouvement d’ouverture de bras similaire à un éventail qui s’ouvre… car il y a Shan bras et Shan éventail…. Bref, retenons l’image…

 shan-tong-pi.png

Sortons notre aiguille du fonds des mers et …tout en soulevant le pied gauche, les mains se rejoignent : la main droite remonte, paume vers soi, pendant que la main gauche jusqu’alors sur le côté se replace au niveau du coude de la main droite, paume vers le coude (« l’éventail » est fermé). Puis je pose le pied gauche pour passer en Gong Bu pendant que les mains s’écartent, « l’éventail s’ouvre », la mainvlcsnap-2013-02-16-12h30m48s195.png droite au niveau de la tête, paume vers l’extérieur ; la main gauche poussant vers l’avant au niveau de l’épaule.

Que faisons-nous ?

Comme toujours, il y a plusieurs possibilités. On peut, dévier et se protéger avec le bras droit et pousser ou frapper sous l’aisselle notre partenaire avec la main gauche. On peut aussi dévier et saisir une attaque de poing avec la main droite et appliquer une clé à l’aide de la main gauche au niveau du coude du partenaire. On peut…faire plein de choses plus ou moins gentilles…

xeventail-chinois-en-bois_1235310258.jpg.pagespeed.ic.MB6lP.jpgPoints clés :

·        Ne pas lever excessivement le coude droit en dépliant l’éventail

·        Bien synchroniser passage de poids du corps dans la jambe avant et utilisation de la main gauche en frappe ou poussée afin de mobiliser l’ensemble du corps et pas seulement les membres supérieurs.

·        Savoir s’arrêter en finition, pour que le genou ne dépasse pas le pied !

·        Conserver un écartement de hanche naturel (ne pas avoir les pieds sur la même ligne !).

·        Accessoirement, respirer, cela peut être utile, en respectant la règle : préparation en inspiration, finition en expiration.

 

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans 24 MOUVEMENTS
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 10:39

La fille de jade a terminé son tissage…, mais... son aiguille est tombée au fond de la mer! Il n’y a plus qu’à aller la chercher ! Hai Di Zhen…海底  Hai signifie « mer », Di est le fond : Hai Di est donc le monde sous-marin. Zhen est l’aiguille. Il existe une expression « Hai Di Lao Zhen » qui signifie « repêcher une aiguille dans la mer », équivalente à notre « chercher une aiguille dans une botte de foin » !

ST19a.gif

Que se passe-t-il... en bas?

Le poids du corps est dans la jambe gauche à la fin du mouvement précédent, on y place progressivement tout son poids afin de libérer le pied droit qui avance d'un demi pas. Progressivement, on "s'assoit" sur sa jambe droite, ce qui libère... la jambe gauche (bien sûr!). Le pied gauche se repose, pointé devant.

Que se passe-t-il en haut?

L'élément essentiel dans le mouvement du haut du corps reste la taille (toujours la taille !): ce ne sont pas tant les bras qui "bougent" que le haut du corps tout entier. Très souvent, la tentation est de "piquer au fond de la mer" en restant immobile au niveau de la taille, ce qui rigidifie le mouvement du spéléologue.

Pour plus de « fluidité » (Ne vous en faites pas, tout baigne…) c'est la taille par sa torsion qui ramène les bras vers le côté droit du corps, les mains restent assez fidèlement dans la position initiale (fin "fille de jade"). Simultanément, l'appui passe sur la jambe droite. On inspire (il peut être utile de penser à respirer, le « Grand Bleu » a oublié et cela ne lui a pas vraiment réussi…).

vlcsnap-2013-02-16-12h30m32s25.pngPuis au moment où le pied se pose pointé devant, on brosse avec la main gauche, et la main droite - dans un mouvement circulaire (du type roue d'ancienne locomotive à vapeur – mais en plus smart!!!?)- remonte légèrement du côté droit avant de piquer vers le bas. On expire.

 

Les clés :

*Ce n'est pas parce que l'on vise les profondeurs, qu'il poisson-rouge-chinois3.jpgfaut plonger en avant et "piquer du nez" par la même occasion. Le regard est dirigé vers le bas, on admire les petits poissons, pas ses pieds...

Le dos reste droit: on est légèrement penché vers l'avant, dos droit. Eh oui, le dos peut être droit alors que l'on se penche... (Il n'est pas vertical: vertical signifie droit sur l'axe Terre Ciel).

*Pensez à ne pas trop rapprocher le pied arrière du pied avant dans le demi pas pour conserver un bon équilibre.

Alors cette aiguille ? L’avez-vous enfin trouvée ?

Repost 0
Published by Xiao Long - dans 24 MOUVEMENTS
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 11:01

Le coq va se reposer et une jeune fille prend le relais : Yu Nu Chuan Suo.

Yu se traduit par « jade », le jade est ce qu’il y a de plus précieux, de plus doux, de plus beau. C’est une pierre-talisman, une pierre sacrée.  Nu signifie "femme,fille".

Les termes Yu Nu ensemble évoquent une femme d’une beauté et d’une grâce sans pareilles.

Chuan c’est « percer, traverser, pénétrer » et Suo est la navette (d’un métier à tisser). Chuan Suo décrit le trajet de la navette qui passe entre les fils de l’étoffe que l’on tisse. Le geste demande une grande dextérité et une grande précision.

Ainsi donc, le coq pose sa patte gauche au sol en diagonale et en expirant, pendant que les mains reforment un « ballon », main gauche en haut (droite en bas donc…). La main gauche passe en bas, paume vers l'avant, la main droite en haut, paume vers soi.

vlcsnap-2013-02-16-12h29m47s245

Puis tout en prenant appui sur le pied droit et en inspirant, la paume de la main droite se tourne vers l'extérieur, comme si on bloquait un coup venant de haut en bas avec son avant-bras. La main gauche "remonte" (de la hauteur du ventre à hauteur de poitrine) pour repousser l’adversaire. On expire. Il est important de synchroniser la poussée de la main avec le transfert de poids afin que cette poussée soit initiée par le corps et non par le bras seul.

vlcsnap-2013-02-16-12h30m08s2.jpg

Le poids du corps se replace dans le pied gauche, la pointe du pied droit se "referme" pour retrouver l'axe de déplacement. Les deux mains décrivent une sorte de S, l'idée étant de dévier une attaque adverse en diagonale, avant de saisir à nouveau le ballon, main gauche en bas cette fois, main droite en haut.

Le pied gauche se libère pour se replacer à 45° à gauche de l'axe de déplacement (les fils de l’étoffe commenceraient-ils à s’embrouiller ?). On inspire. Même mouvement à gauche cette fois pour finir, main gauche en haut en blocage, main droite en poussée. On expire.

 vlcsnap-2013-02-16-12h30m20s142.jpg

Les clés :

·         Conserver la forme ronde du ballon pour le faire "rouler" (pas de galette bretonne, même si c’est délicieux !).

·         La main qui bloque en haut est placée au-dessus et en avant de la tête (pour ne pas se laisser assommer par l'adversaire et recevoir en prime son propre bras...).

·         Pour la transition en S, imaginer que l'on dévie le bras de l'adversaire pour garder un écartement logique entre les deux mains (une distance poignet/coude).

·         Ne pas zapper les changements d'orientation, bien aller vers les côtés pour réaliser la navette, prendre le temps de bien repositionner la pointe du pied sur l'axe à chaque fois, pour ne pas avoir le corps dans une direction et le pied dans une autre, ce qui casserait l'harmonie et défierait toute logique (sans parler des genoux qui ne seront pas d'accord non plus et vous le feront comprendre douloureusement...)

F201212171401102219145632.jpg·         Le mouvement est très fluide, très rond, très agréable (si, si !), sans contrainte. La fille de jade lance la navette en douceur (ne pas confondre navette et club de golf...)... douceur, finesse...

 

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans 24 MOUVEMENTS
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 15:48

C’est le moment de parler des choses qui blessent : Xia She Du Li !

 PuBu.jpg

On vient de donner fièrement un coup de talon avec le pied gauche et voilà que tout se complique : on ramène le pied gauche ainsi que les bras jusqu’alors écartés. La main droite forme le crochet (Gou) comme pour le simple fouet. La main gauche se place devant le corps, doigts en directions du poignet droit. Le pied gauche est pointé près du pied droit (appui). Et c’est parti pour faire le serpent…

On écarte le pied gauche, le posant légèrement en arrière (pour éviter 13494865-dessin-anime-serpent.jpgd’avoir les deux pieds sur la même ligne ! Regardez bien les pieds de ce serpent: parfaitement placés!!!), l’appui est à droite, les deux pieds pour le moment parallèles. Cette position basse s’appelle Pu Bu… Nous en reparlerons !

La main gauche suit le mouvement et descend devant, le long du corps, paume vers soi. Lorsque la main gauche arrive au genou gauche, la main se tourne, paume vers l’extérieur, doigts pointés vers l’avant pendant que le pied gauche s’ouvre, pointe de pied sur l’axe de déplacement.

Puis le pied droit « verrouille » derrière, on passe la hanche droite (bassin face sur l’axe de déplacement). La main droite suit le mouvement, descend  le long du corps et les doigts réunis du crochet se retrouvent pointés vers le ciel.

 

Voilà pour Xia (en bas) She (serpent). Il est temps de parler de Pu Bu ! À vrai dire, il y a position basse et position basse… il y a serpent qui rampe et serpent qui rampe… moins ! Dans l’expression « serpent qui rampe », il y a de l’élégance, de la fluidité, de la discrétion : hors de question donc de rester bloqué en bas, de tirer la langue pour remonter ou de faire appel à une grue ou autre poulie. Une seule consigne : modestie !

coq_d_or.jpg

     

« Tout ce qui descend, doit un jour remonter »

(Proverbe des plus célèbres de Xiao Long).

 

Le plus important est de respecter la technique et de garder une bonne position du corps (on ne pique pas du nez vers l’avant, et on ne ressort pas le postérieur pour équilibrer la posture !). Il n’est pas nécessaire de plonger très bas pour que le mouvement soit effectué correctement.

 

Jin-Ji-Du-Li.pngAprès « Xia She », voilà Du Li (comme dans Jin Ji Du Li, le « coq d’or sur une patte »).

Le poids du corps est passé de la jambe droite dans la jambe gauche, on est face à l’axe de déplacement. On prend appui dans la jambe gauche, et les mains servent de balancier : la main gauche qui était en haut, descend pendant que la main droite qui était en bas, monte. Comme pour le « Coq », on se retrouve sur un pied (gauche), genou droit levé, main droite au-dessus du genou.

 

« Tout ce qui se fait d’un côté, se fera de l’autre côté »

Autre proverbe de Xiao Long !

 

stock-photo-singing-rooster-61353052.jpgJe ne vais pas vous laisser sur la branche, le pied droit en l’air : On va reposer le pied droit à côté du pied gauche, ouvrir à angle droit le pied gauche tout en descendant la main droite qui rejoint le poignet de la main gauche qui forme le crochet. Et on peut repartir dans l’autre sens avec le Xia She et le Du Li qui suit. Voilà une grande aventure qui se termine heureusement… Suite au prochain épisode – et cette fois, on reste sur un pied !

 

Recette de la maison : on peut ouvrir un peu la pointe du pied  d’appui du serpent ou du coq, afin de faciliter soit la descente, soit la bonne tenue de l’équilibre sur un pied.

Repost 0
Published by Xiao Long - dans 24 MOUVEMENTS
commenter cet article
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 17:23

Après le coup de talon à droite, voilà Shuang Feng Guan Er !

tigrebebe.jpgLa traduction la plus fréquente est: « Double vent traverse les oreilles », et elle n’a vraiment rien à voir avec le tigre… On imagine bien ce double vent, les deux poings, qui passe par les oreilles… ce genre de courant d’air ne doit pas être très agréable !

Mais il ne semble pas qu’il soit question de vent si l’on s’en tient aux caractères chinois : On trouve parfois celui de « Feng » qui signifie sommet/pic/ cime et on pourrait traduire cette technique par : « Deux pics transpercent les oreilles » : les pics seraient les poings… Et parfois celui de Feng qui signifie « tranchant, acéré » ! Tous ces homonymes nous font tourner la tête !

… Mais d’autres traductions encore sont proposées  « frapper aux tempes » ou « double attaque aux oreilles » ou « double spire traverse les oreilles »… Alors, bref…

 

0022-1.jpgUne fois le coup de talon donné, les mains se replacent, paumes vers le ciel, devant le corps et la jambe droite se replie.

 Puis, le talon droit se pose au sol pendant que les mains reviennent vers la taille. On inspire.

Enfin, les poings se forment et on passe en Gong Bu, pas de l’Archer, pour frapper des deux poings. On expire.

 

0022-2.jpgLes poings ( !?) clés :

 

Prendre le temps de ramener les mains à la taille, ouvertes : ne pas former les poings trop tôt.

Lorsqu’on passe en Gong Bu, attention à ne pas se pencher en avant exagérément, le genou ne dépasse pas le pied, la tête reste droite, le regard se porte devant soi (pas vers le sol !).

Les poings, en finition, ne sont pas trop proches : il faut imaginer une tête0022-3.jpg entre ces deux poings. L’écartement doit être « raisonnable », à moins d’avoir à faire à une victime des indiens Jivaros, ils ne se touchent pas.

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans 24 MOUVEMENTS
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 15:58

Deng Jiao est un coup de talon, à ne pas confondre avec Fen Jiao où le pied est pointé. Et l'équilibre sera une fois de plus à l'ordre du jour... Alors, pour donner son coup de talon, l’air de rien, détendu, naturel, voilà quelques « trucs ».
deng-jiao1.pngdengjiao2.pngdengjiao3.png
Je termine le Gao Tan Ma, pied gauche pointé devant. Les mains se sont croisées à l’horizontale (gauche au-dessus de la droite).

On sépare les mains au niveau du visage et on repose le pied gauche dans le sens de la marche, légèrement ouvert.

On  s'ancre au sol, tranquillement (c'est du Tai Ji Quan, le jeet kune do, ce n’est plus pour nous!), pendant que les mains décrivent un mouvement circulaire (du visage vers le bas).

Je soulève le pied droit, genou plié, les mains remontent, croisées, main droite à l’extérieur, jusqu’au niveau de la tête.

dengjiao4.pngdengjiao5.pngdengjiao6.png

Puis je déplie « artistement » ma jambe pour donner mon coup de talon à 45°, tout en poursuivant le mouvement des bras qui s’écartent vers les côtés, le bras avant, au-dessus de la jambe levée, légèrement plus bas que le bras arrière.

dengjiao7.pngPuis je replie en douceur la jambe en ramenant les mains ouvertes, paumes devant soi, en reposant le talon droit au sol…. Suite au prochain épisode, mais on n’allait tout de même pas rester sur un pied  jusqu’à la prochaine émission !

 

Points clés :une-cle

 

La modestie avant tout :

Le coup de talon se fait à une hauteur raisonnable, personne ne vous demande de la jouer « french cancan ». Il n'est pas cancan_coup_de_pied_au_chapeau_01.jpgprimordial de lever haut la jambe. Ce coup de talon peut viser les côtes, il peut aussi viser le genou (aïe) ou le tibia (ouille !), voire la cheville de l'adversaire. L'important est d'être stable et "confortable"… et naturel (on ne tire pas la langue, on ne travaille pas l’apnée, on ne part pas en arrière…).

La lenteur :
Il est nécessaire de prendre le temps, cela signifie : ne pas zapper la phase où la jambe monte ou descend repliée. Si la jambe se soulève directement, le déséquilibre menace! On part en arrière et on languit d’atterrir.

(Pour les "trucs" sur l’équilibre, revoir les articles sur le sujet dans la catégorie Tai Ji Quan).

La respiration :
On inspire en montant le genou, pour être en expiration sur le coup de talon.

La souplesse :

Éviter de raidir les bras ou/et les jambes : il n’y a jamais de tendu-articulation bloquée !

Repost 0
Published by Xiao Long - dans 24 MOUVEMENTS
commenter cet article

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: mushutaiji@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.