Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 14:42

 

 

Quand un cheval galope tout seul

 on ne peut pas  voir s'il est rapide ou lent.

 

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 07:22

 

Une question réapparait de façon cyclique:

Peut-on se défendre en pratiquant le Tai Ji Quan?
Réponse: oui et... non !

 

Oui, en théorie, car c’est un art martial.

Les techniques sont efficaces et si l'on commence plus jeune que la majorité d'entre nous, si l'on s'entraine régulièrement, si l'on est en bonne forme physique, si ...

Si l'on pratique le Tui Shou, l'écoute, alors oui, on peut se défendre: on est toujours, prêt, vigilant, présent, cela devient une seconde nature (car, le Tai Ji Quan, c'est "naturel" comme vous diraient de nombreux Maitres chinois!).

Réagir instantanément, sans avoir à réfléchir et ... rapidement, nous voilà tout de même proches de l'externe !

Mais, nous sommes d'accord, cela ne s'improvise pas. C'est un long travail, comme pour tout autre art martial, et - même s'il n'est pas au premier plan - le Tai Ji Quan martial existe!

Cela demande aussi un environnement adéquat, car au delà des clés et autres applications où l'on frappe ou pousse, il existe aussi les techniques de projection. Et là... il vaut mieux atterrir sur un tatami !

 

Cependant, si vous êtres branché "self defense", il vaut mieux choisir le krav maga 😉


Oui, mais... 

Dans notre pratique modeste, la rapidité n'est pas un but premier ( ni même second d'ailleurs...). Et il faut être réaliste, même si nous développons quelques réflexes dans le travail à deux (bloquer, dévier...) le seul réflexe salvateur en ce qui nous concerne est la course de fond...

 

De même, il nous est difficile de juger de l'efficacité réelle de nos applications qui ne sont pas forcément "abouties": nous les passons moins rapidement qu'en combat réel et - comme nous tenons à conserver notre partenaire dans de bonnes dispositions- voire conserver notre partenaire tout court 😀 nous n'allons pas jusqu'à leur terme.

 

PHOTO Xiao Long

 

Cela ne signifie pas pour autant que le Tai Ji Quan ne soit pas "utile": on apprend à coordonner, contrôler ses mouvements, à gérer mieux l'ensemble de notre corps, à respirer, calmer notre esprit (qui en a bien besoin...) et à éclaircir nos idées (ce qui nous permet de prendre la bonne décision... et peut-être ... de déguerpir plus vite🙄?)


 

 Cela ne signifie pas non plus que l'on doive totalement occulter l'aspect martial de cette discipline interne et au delà de la pratique des formes, il est nécessaire de pratiquer le travail à deux, le Tui Shou et les applications martiales.

 Xiao Long regrette qu'en ce moment, le Tai Ji Quan devienne une "gymnastique de santé": bien sûr, cette discipline est "bonne pour la santé", tout exercice physique , correctement fait, est positif pour la santé globale.

 

 Mais si on ne veut QUE "entretenir sa santé", alors il vaut ne faire faire QUE de la gym... pas du Tai Ji Quan qui est rappelons-le un art martial interne!

 C'est un art, donc, on ne peut l'apprendre en un clin d’œil et la patience est un maitre-mot en ce domaine. Il faut être précis et donner du sens aux mouvements.

 

 Il est martial: cela dit bien les choses, les mouvements ont une finalité, on ne fait pas n'importe quoi parce que c'est joli! Les "mains dans les nuages" ont une utilité, on ne fait pas que brasser de l'air en agitant les bras avec élégance...

 

 Il est interne: l'esprit est concentré, clair, sollicité autant que le corps, cette dimension n'existe pas en "gym" (même si il vaut mieux penser à ce que l'on fait plutôt que de se demander ce que l'on va manger ce soir...).

 Et j'ajouterais,

 

 Il est énergétique: l'énergie circule dans les méridiens et nos techniques ont un impact sur l'ensemble du corps, la circulation du sang et de Qi.

 

C'est une discipline extrêmement riche et l'harmonie finale ne peut s'obtenir que si toutes les composantes sont intégrées à la pratique...

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 16:53

 

Demandez au vent

 quelle feuille tombera

la première

 

Sôseki

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans HAIKU
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 19:20

 

2021, c'est l'année du Buffle de Métal, qui a commencé le 12 février 2021 et durera jusqu'au 31 janvier 2022. Puis en 2022, l'année du Tigre suivra et devrait être plus dynamique… Mais nous n’en sommes pas là !

 Revenons à notre Buffle. (Je dis Buffle, d’autre disent Bœuf ou même Vache… Restons un peu branchés Asie, restons sur Buffle !)

 

PHOTO XIAO LONG

Le buffle domestique est un animal très présent dans la culture asiatique. Le buffle est également une figure associée au bouddhisme. C’est un animal ambigu, puisqu'il est passé de l'état sauvage à l'état de servitude et les dix tableaux du « dressage du buffle » sont un thème iconographique bouddhiste connu pour nous faire réfléchir à l’art d’apprivoiser l’essentiel… en maitrisant nos émotions, en accédant à l’apaisement

 

Un bref rappel pour se situer dans les animaux :

Le buffle occupe la deuxième position dans le zodiaque chinois. Les 12 animaux du zodiaque sont: le rat, le buffle, le tigre, le lapin, le dragon, le serpent, le cheval, la chèvre, le singe, le coq, le chien et le cochon.

La légende (déjà maintes fois racontée…) en résumé :

 Le buffle se leva tôt pour arriver le premier aux pieds de l’Empereur de Jade et gagner le privilège d’être le premier animal du zodiaque. Il ne voyait aucun inconvénient à se réveiller très tôt et il entama la traversée du fleuve en toute confiance.

Une fois sur la rive, le buffle court vers le palais de l'Empereur de Jade et pense bien être seul… et pourtant, arrivé devant l’Empereur, le rat qui s’était placé sur l’oreille du buffle pour effectuer la traversée sans se mouiller les pattes, se précipita au pied du souverain et gagna  - assez peu loyalement - la première place.

Voilà comment le buffle devint le deuxième animal du cycle zodiacal!

Animal besogneux, placide,  patient, le Buffle est synonyme de force, flexible et obéissant, il ne devrait avoir aucun mal à suivre  les règles établies, car le Métal, élément associé, évoque les règles, les contraintes… Comme il n’aime pas la foule, il n’aura pas la tendance à se rapprocher trop de ses congénères, la distanciation sociale sera respectée 😊

Et les contraintes, en cette période particulière Covid, on connait ! Et ce sera plus facile de s’y plier 😊

La prononciation du mot « buffle »  niú ressemble à celui du mot  « tourner » en mandarin 扭  niǔ  et comme l'expression « renverser la tendance » est devenue très populaire, car tous espèrent que les choses vont changer… certains font le rapprochement!

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
5 décembre 2020 6 05 /12 /décembre /2020 15:19

 

Il en est des poètes,

des peintres et des musiciens,

comme des champignons:

pour un bon, dix mille mauvais...

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 18:02

Le matin du 9 novembre 2020 a eu lieu au salon funéraire Longshan à Taiyuan, Shanxi une grande cérémonie d'adieu en l’honneur  de M. Yang Zhenduo, troisième fils de Yang Chengfu. Cette figure emblématique du Tai ji quan a quitté ce monde au petit matin du 7 novembre à l'âge honorable de 95 ans.  Les dirigeants les plus célèbres et les représentants des arts martiaux de tout le pays ainsi que les parents de Maitre Yang Zhenduo, Yang Zhifang, Yang Bin, Yang Yong… sont venus lui rendre un dernier hommage.

Pour les pratiquants de l’école Yang familiy, c’est une page qui se tourne, même si son petit fils, Yang Jun, a repris le flambeau déjà depuis quelques temps : En juillet 2009, lors du premier symposium international de Tai Chi Chuan, Maître Yang Zhenduo a annoncé que Maître Yang Jun était le cinquième héritier officiel de la lignée du Tai ji quan de style Yang traditionnel.

Pour tous les pratiquants de Tai ji quan, c’est une figure qui a marqué l’histoire du Tai ji quan qui disparait.

Mieux le connaitre :

Yang Zhenduo est né à Pékin en 1926 et sa maison ancestrale est dans la province du  Hebei. Très jeune, il s’engage dans la tradition familiale, apprend et s’entraine avec son père et son frère. Il travaille dur, apprend sans cesse et progresse dans sa compréhension de la théorie du Tai ji quan.

 En 1960, Maître Yang Zhen Duo s'installe à Taiyuan, province du Shanxi. Depuis lors, l’école Yang s'est progressivement étendue et rayonne aujourd’hui à travers le monde.

Par sa pratique, mais aussi par ses actions et grâce aux différents postes qu’il a occupés, il a permis à la famille Yang de rester au premier plan. Voici quelques dates phares :

Il a été vice-président de l’Association Shanxi Wushu depuis 1980.

En 1982, il a fondé et a été président de l’Association Shanxi Yang Style Tai Chi Chuan et en a été le président honoraire à vie. Cette association compte maintenant plus de 30 000 membres dans toute la province et est la plus grande organisation d'arts martiaux du genre en Chine.

En 1998, Yang Zhenduo a fondé l’Association internationale de Tai Chi Chuan de style Yang. Sous sa direction, l'association compte désormais 28 centres dans 12 pays avec plus de 2000 membres dans le monde.

En 1996, l'Académie chinoise de Wushu a reconnu Yang Zhenduo comme l'un des 100 meilleurs maîtres de Wushu en Chine.

Ses connaissances, ses recherches, sa gentillesse et son désir de transmettre ont fait de lui un Maitre hors du commun.

Et ... Pour en savoir plus sur cette école:

https://yangfamilytaichi.com/

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 17:21

 

L'habitude est d'abord comme un fil d'araignée .

Et une fois prise, elle est plus solide qu'une corde.

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 17:57

 

Couvert de papillons -
L'arbre mort
Est en fleurs !

Kobayashi Issa

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans HAIKU
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 16:42

La posture de préparation et d’ouverture est fondamentale.

C’est le commencement, c’est le moment où l’on se pose !

 

 

Extrait du mémoire « TAI JI QUAN, la voix de l’équilibre » présenté pour le passage du 6ème Duan fédéral en juin 2019 – MPC.

 

«  La recherche d’équilibre est constante, que l’on soit en mouvement ou non. La station debout, à l’arrêt, n’est pas forcément la posture la plus simple à tenir lorsque l’équilibre n’est pas sûr. Il reste cependant plus aisé au départ de travailler à l’arrêt. Cela va nous permettre de nous concentrer plus finement sur nos perceptions.

Nous commencerons debout, pieds écartés, car, s’exercer à se tenir debout, les pieds joints, est plus compliqué que de s’entrainer à se tenir debout, les pieds écartés de la largeur du bassin.

      Quelles informations recevons-nous dans cette posture ? Si nous portons notre attention sur l’ensemble du corps dans une perception globale, il est clair que l’axe joue un rôle majeur.

En position debout, nous pouvons sentir que le corps est emporté vers l’avant si le regard est dirigé vers le bas, et que donc la tête n’est pas bien « droite » puisque le fil qui nous relie au ciel est distendu. Regarder droit devant soi, en rentrant légèrement le menton, permet d‘étirer les cervicales, de diminuer la lordose à cet endroit et de maintenir un axe correct, une belle verticalité. On peut imaginer que l’on cherche à empiler les vertèbres les unes sur les autres.

Nous sentons aussi nettement que si la lordose lombaire n’est pas gommée, le poids du corps se déporte vers l’avant. En poussant légèrement mìng mén (4 VG, Porte de la vie) vers l’arrière comme si nous cherchions à coller notre dos au mur, nous pourrons également limiter la lordose lombaire.

Nous pouvons aussi nous apercevoir que si les genoux sont verrouillés, nos jambes se raidissent et se comportent comme deux bâtons. Nous n’avons plus « d’amortisseurs » pour absorber. Pour absorber et pouvoir réagir à bon escient, nos jambes devraient être des bambous flexibles.

Chaque élément du corps dépend, pour sa stabilité et pour ses mouvements, de la position du segment sous-jacent. Donc, si les pieds sont mal positionnés, les éléments sus-jacents – comme les genoux par exemple, en souffriront. Il faut donc être particulièrement attentif à la position des pieds au sol.

Nous pouvons tester différents placements de pieds et nous nous apercevrons que la position la plus confortable et la plus stable est de conserver les deux pieds parallèles pour que nos genoux et nos hanches s’installent selon cet alignement.

 

Le premier exercice sera – en position pieds écartés de la largeur du bassin et parallèles - de partir de notre position naturelle et de prendre la position axée étirée du tài jí quán, en adoucissant la lordose cervicale et la lordose lombaire et en relâchant les genoux. Nous sommes alors  centrés et cultivons cette sensation de solidité en prenant le temps d’analyser nos sensations dans cette posture. Il est important d’étudier nos sensations pour mieux comprendre les réactions du corps.  

 

Nous pourrons ensuite alterner ces deux postures, posture naturelle puis posture axée, afin d’apprendre à mieux sentir les différences entre les deux et à adopter de plus en plus naturellement une posture favorable à l’équilibre en fonction de notre propre morphologie et de nos capacités physiques.

Les genoux par exemple seront plus ou moins relâchés, il faut juste prendre garde qu’ils restent dans l’alignement des pieds et ne pas les projeter au-delà des pieds. La fonction des jambes et des pieds est de transférer jusqu’au sol le poids provenant de la base du tronc.

L’important est que la hanche, le genou et la cheville soient alignés, le corps du fémur et le corps du tibia aussi.

 

Les pieds sont ancrés. Les orteils sont bien en contact avec le sol. Le poids du corps se répartit également dans les deux pieds. En position debout immobile et verticale, c'est le talon qui supporte la moitié du poids du corps. Ici, le poids du corps se place harmonieusement dans tout le pied, avec un point fort sur l’extérieur et une zone allégée à l’intérieur, comme on peut le voir ci-après.

Enfin, les épaules seront détendues et basses : elles ne s’affaissent pas pour autant, elles ne sont pas rejetées en arrière, la poitrine est simplement légèrement creusée. Sur cet exercice, les bras sont naturellement détendus et placés le long du corps..

 

Cet entrainement permettra par la suite, et au quotidien, de trouver plus facilement et plus rapidement la posture la plus favorable au maintien de l’équilibre en station debout à l’arrêt… »

 

 

 

On parle le plus souvent de tête droite, mais « droit » n’est pas synonyme de vertical. On peut par exemple dans la technique « coup de poing vers le bas » ou « aiguille au fond de la mer avoir la tête « droite », c’est-à-dire dans l’axe du corps, dans le prolongement de la colonne vertébrale, elle n’est alors pas verticale dans le sens sur l’axe Terre/Ciel.

 

Souvenons-nous de la fable de La Fontaine : « Le roseau plie »… mais il ne rompt pas!

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 16:52

 

PHOTO XIAO LONG

 

Si on connait bien le grand panda avec son pelage blanc et noir, le petit panda n’est pas si connu que ça … sauf peut-être par ceux qui voguent et naviguent avec Firefox ?

 

Animal emblématique de la province du Sikkim, il est un porte-bonheur au Bhoutan où le panda roux est considéré comme la réincarnation de moines bouddhistes, (la couleur de sa fourrure est semblable à la toge des moines !).

La première trace écrite connue sur le Petit panda se trouve dans un rouleau chinois du XIIIe siècle qui représente une scène de chasse … déjà ! Il ne fait pas bon avoir une belle fourrure !

PHOTO XIAO LONG

Originaire de l'Himalaya et du Sud-Ouest de la Chine, ce petit panda vit  en altitude (entre 2 200 et 4 800 m !) ce qui explique sa  fourrure épaisse, y compris sur la plante des pattes. Petit Dragon l’envie… des semelles intégrées bien chaudes pour l’hiver… Il ne risque rien, ce petit panda, ni par temps de neige, ni par les belles gelées qui sévissent dans les régions où il est implanté. Il est super équipé, puisque grâce à ses griffes fortes et  courbes, il peut saisir les branches d'arbres même étroites, les feuilles et les fruits. Il a un « faux pouce », comme le panda géant, qui est en réalité une extension de l'os du poignet. Ce «sixième doigt» lui sert en fait de pouce opposable. Il sait descendre un arbre tête la première, il fait pivoter sa cheville pour contrôler sa descente, c'est une des rares espèces grimpantes à en être capable (d’autres descendent aussi tête la première, mais sans pattes pivotantes !).

 Il préfère les forêts montagneuses et  surtout celles qui ont de vieux arbres et des sous-bois denses de bambous, leur repas de prédilection…

 

PHOTO XIAO LONG

C’est quoi un panda ?

Pour certains,, le mot « panda » serait une anglicisation de poonya qui signifie  « mangeur de bambou » (comme le panda géant, le petit panda ne peut pas digérer la cellulose et doit donc consommer un grand volume de bambou pour survivre même s'il peut se nourrir de petits mammifères, d'oiseaux, d'œufs, de fleurs et de baies.).

Son nom chinois est  小熊猫  (xiǎoxióngmāo) c’est à dire « petit ours-chat» ! Son surnom est hǔo hú (火狐), renard de feu… firefox !

...

Le panda roux, quand c’est le moment,  rassemble des matériaux, comme des broussailles, de l'herbe et des feuilles, pour construire…  un nid ! un arbre creux ou une fissure rocheuse font l’affaire, et Madame construit même plusieurs nids, car elle déplace fréquemment les jeunes (de 1 à 4) , d'un nid à l'autre.

La durée de vie  d'un panda roux se situe entre huit et dix ans, mais peut aller jusqu'à 14 ans. On a peiné à le classer: différent des ours ou des ratons-laveurs, on a décidé de lui créer sa propre famille, celle des Ailuridés.

L’effectif exact de la population actuelle de pandas roux dans la nature est inconnu, mais on estime qu’il reste moins de 10000 individus et que cette population décroît à cause de la réduction de son habitat (exploitation forestière …), mais également à cause du braconnage, ou encore de la consanguinité (du fait de la fragmentation de leur habitat, les populations de pandas roux se trouvent isolées les unes des autres).

Il a disparu déjà  des provinces chinoises du Guizhou, Gansu, Shaanxi, et Qinghai.

Et manque de chance au Népal, certains shamans utilisent sa peau et sa fourrure pour leurs robes de cérémonie : le panda roux est considéré comme un animal protecteur qui préservera son porteur des attaques des mauvais esprits…et les shamans ne connaissent pas la fourrure acrylique !

    En Inde, certains utilisent la queue du panda roux comme un talisman. En Chine, dans la province du Yunnan, un chapeau en fourrure de panda roux est censé porter bonheur au jeune marié…

Bien sûr, des mesures de préservation sont prises dans ces pays , mais sa situation reste bien fragile…

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE

Recherche

 Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s’intéressent à la culture asiatique.

Si vous voulez pratiquer le Tai Ji Quan ou le Qi Gong, allez sur le site de l'association Feng yu Long où vous trouverez toutes les informations nécessaires.

https://www.taijiqigongevreux.com/

 

.