Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2020 6 11 /01 /janvier /2020 09:44

 

« Pèlerins des nuages et de l'eau », voilà un titre tout à fait de saison ! C’est le nom d’une œuvre de l'artiste japonais Torao Yazaki, sur lequel il est bien difficile d’avoir des informations.

 

PHOTO XIAO LONG

 

Né en 1904 à Paris semble-t-il ; il y serait décédé en 1988…. Cette « petite » sculpture de bronze a été créée en 1971. Elle représente des pèlerins, bouddhistes, et trône dans le bois de Vincennes à proximité du lac Daumesnil, du centre bouddhiste Kagyu-Dzong et de la pagode de Vincennes.

Le patriarche, assis en tailleur, est encadré de  six  pèlerins zen dont sur un large pavé de bronze, un pieux à sa gauche, en prière de la manière la plus respectueuse, un autre agenouillé à droite derrière le maître, quatre sont debout derrière, l’un tête nue et les trois portant de grands chapeaux de paille, qui les abritent de la pluie et du soleil...

 

PHOTO XIAO LONG

 L'un des côtés du socle en pierre porte le nom de l'œuvre « Unsui Gunzo »*  雲水群像, calligraphié en caractères chinois par le calligraphe Hiragushi.

 

PHOTO XIAO LONG

 Cette sculpture vaut (le tour et) le détour et il faut tranquillement la regarder et tourner autour d’elle pour voir avec quelle richesse la scène est dépeinte. L’original se trouve au Temple de Sojiji  qui fut jadis l’un des plus importants temples du bouddhisme zen au Japon, mais a été bien endommagé par tremblement de terre en 2007  . Le comité japonais de soutien à l’Institut international bouddhique a offert ces statues  à la ville de Paris en témoignage de  l’amitié franco-japonaise.

*雲水群像: les nuages , l’eau , le groupe , la statue.

L’idée est que comme les nuages et l’eau ces pèlerins se déplacent au cœur de la nature à la recherche de la vérité...

 

PHOTO XIAO LONG
PHOTO XIAO LONG

 Si vous passez par là le jour de la cérémonie du jour de l'an... faites une halte et... méditez...

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2020 6 04 /01 /janvier /2020 17:46

 

 

On ne s’égare jamais si loin

que lorsqu’on croit connaitre la route.

 

 

 

 

https://www.icone-gif.com/

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2020 6 04 /01 /janvier /2020 17:38
https://upload.wikimedia.org

On pourrait faussement croire que les communications entre les pays étaient autrefois  peu performantes et peu fréquentes … quoique, en ce moment, évoquer les communications, les transports, les trains, les métros … c’est un peu délicat ! Il faut peut-être songer au bateau ?  Que Petit Dragon vous raconte l’histoire d’un petit bateau sur l’eau…

En 1323, il y a donc un petit moment, sombrait au large des côtes coréennes un navire marchand de la dynastie chinoise des Yuan, les cales remplies  d’une multitude d’objets. Il était  en route pour le Japon. Son épave est restée enfouie dans les eaux de Sinan un grand moment et  six siècles et demi plus tard, après onze campagnes de fouilles (1976-1984), cette épave a refait « surface » grâce à un pêcheur : il  naviguait au large de Jeungdo, une île du canton de Sinan (province du Jeolla du Sud), et a ramené dans son filet six vases de céladon ! Drôles de poissons !

Bien sûr, la rumeur se répand vite et même si des fouilles officielles sont prévues, les pillards sont bien tentés d’aller fureter, attirés par ces objets précieux qui, la rumeur enflant, sont certainement innombrables.

Les eaux environnantes ont finalement été classées en zone de protection du patrimoine culturel.

 

https://koreana.or.kr

 

L’épave n’était pas très fraiche après plus de six siècles, on le conçoit ! Le pont et la mâture étaient presque entièrement recouverts de rouille, mais la boue avait préservé la coque en l’empêchant de prendre l’eau. À l’époque de sa découverte, le navire mesurait 28,4 mètres de long, sur 6,6 mètres de largeur maximale et 3,4 à 3,8 mètres de profondeur (sans doute a-t-il un peu rétréci au « lavage »).

 

Par 대한민국 정부 — http://ehistory.korea.kr/page/pop/photo_pop.jsp?photo_PhotoSrcGBN=BK&photo_PhotoID=18&detl_PhotoDTL=3379, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27400094

Extraire les objets ne s’est pas fait sans peine (peu de visibilité, couche de boue considérable…), mais la découverte de ce navire marchand parti du port de Ningbo, au sud de Shanghaï , à destination de Hakata et de Kyoto a permis d’éclairer bien des aspects du commerce de cette époque: on y a trouvé  plus de 20 000 pièces de porcelaine (dont 5 303 pièces de porcelaine bleue et blanche… C’est bon, on peut changer les assiettes à chaque service…), des objets en métal variés, des laques, des verreries, des poteries en grès, des articles en os et en corne, des épices (notamment du poivre noir et du genévrier de Chine), des pierres à encre, des thés, des plantes médicinales et des céréales diverses…

 

Par 대한민국 정부 — http://ehistory.korea.kr/page/pop/photo_pop.jsp?photo_PhotoSrcGBN=BK&photo_PhotoID=18&detl_PhotoDTL=3380, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27399928

Le succès que connaissaient alors les produits de provenance chinoise au Japon est incontestable, que ce soit les productions  céladon issues des fours de Longquan (province de Zhejiang), les vases et encensoirs, les théières et ustensiles destinés à la consommation de thé comme les bols, bocaux ou étuis ou encore les meubles en bois de rose ( on parle de 1 017 pièces, sans doute pour ranger la vaisselle J!).

https://upload.wikimedia.org

Il y avait même des pièces de monnaie chinoises en cuivre (28 tonnes !!! Il faut un très gros porte-monnaie…). Chaque paquet de pièces portaient une étiquette en bois décrivant le contenu, la somme, la date et le nom du propriétaire  (le Japon n’émettait pas sa propre monnaie, il lui fallait faire venir ces pièces chinoises !).

La cargaison est maintenant exposée au musée maritime national de Mokpo (Corée) qui en 2016  célébrait le quarantième anniversaire de la première découverte de l’archéologie sous-marine coréenne.

 Si vous passez par là…

Et si vous voulez tenter votre chance, allez pêcher dans l’Iton… qui sait ? (vous trouverez peut-être… une chaussure et avec du bol (en porcelaine ?) une paire !!!?).

 

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2019 6 21 /12 /décembre /2019 15:03

 

 

 L’année s’en va

Le chat demeure

 Sur mes genoux blotti.

 

SOSEKI

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2019 6 21 /12 /décembre /2019 14:55
http://augredesbalades.canalblog.com/

 

 

« Sapin qui roule, n’amasse pas mousse » : est-ce un nouveau proverbe chinois ?

 Si vous n’avez pas encore d’idées pour décorer votre sapin, en voilà quelques-unes glanées en Chine…

 Si vous avez quelques vieux vélos je vous suggère la version 1, très avantageuse puisque, en ces périodes de grèves de transports en commun, vous pourrez ensuite utiliser un de ces engins pour vous déplacer. Donc, version 1 : le sapin qui « re-cycle » (oui, je sais, elle est facile mais comment résister ? Xiao Long perd les pédales !!!)

Il y a plus coloré avec 3 méga lampions chinois rouges (mais où trouver un grooooos lampion chez nous?)

https://chine.in/images/2019/e3f53342cd47419d9e0e55fdacc6c093.jpg

Plan B : essayer avec trois lampes de chevet ?

On peut aussi avoir le sapin bouteille de bière, ou autre boisson … non alcoolisées... le sapin en CD (ceux que vous n’écoutez plus (car toute votre musique est sur clé ( ?) Bref, tout est possible !

 Gros avantage avec ces formules, pas d’aiguilles sur le tapis !

 Pour en voir plus: http://www.voyages-chine.com/actualite-chine/toute-la-Chine/sapins-Noel-insolites.html

 

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2019 6 21 /12 /décembre /2019 14:26

Extrait du mémoire « TAI JI QUAN, la voix de l’équilibre » présenté pour le passage du 6ème Duan fédéral en juin 2019 – MPC.

 

 

Il y a parfois confusion entre les termes tài jí quán et tài jí.

On utilise l’un pour l’autre en considérant « tài jí » comme une abréviation de tài jí quán en langage courant. Mais en voulant faire « plus court », on fait surtout peu juste. Il faut distinguer l’art martial de son concept fondateur.

 

Tài jí est le « faîte suprême », elle évoque l'idée de la poutre faîtière qui préserve l'existence de tous les êtres et les choses. Ce faîte suprême est le principe supérieur, au-delà duquel il n’existe rien.

 

Le tài jí quán, 太极拳, est une discipline, un art martial interne. Le premier caractère tài signifie très ou trop. Le second caractère jí signifie sommet, ou extrémité, ou pôle. Le dernier caractère quán signifie poing ou boxe.

La traduction proposée est le plus souvent « boxe du tài jí » ou encore « boxe du faîte suprême ». Le terme boxe renvoie à la dimension martiale de la discipline. Le terme tài jí renvoie quant à lui à la dimension culturelle et philosophique de cet art, à la notion de sommet ultime. De cette clef de voûte, qui soutient la structure entière de l’univers, naissent le yīn et le yáng.

Lorsqu’on parle communément  du « tài jí », on fait allusion en réalité au taì jí tú, 太极, concept taoïste appelé aussi plus simplement « symbole du yīn et du yáng ». On y trouve l’idée d'un axe principal, essentiel, du point central, du fondement originel de l'univers.

 

(…)

 

Si on reste fidèle à cette image, le tài jí quán, qui repose sur les concepts précédemment évoqués, est une pratique qui s’effectue sur la plus haute crête de la montagne, entre adret et ubac, sur l’ultime cime, entre yáng et yīn.

Yáng et yīn ne sont pas opposés mais complémentaires.

FireShot Capture 109 - Les caractères chinois du Yin et du yan_ - https___fr

Nous avons dans yīn et dans yáng une première partie commune qui symbolise une colline  colline.

 

(…)

 

La graphie moderne conserve lidée fondamentale avec le choix commun de « colline » associée à « lune » pour le yīn et à « soleil » pour le yáng.

FireShot Capture 110 - yinyang-pinyin – Association Yin Yang_ -

 

Le pratiquant se déplace sur un fil, sur un axe. Ce dernier représente l’équilibre parfait. Toute oscillation vers un côté est immédiatement compensée par une oscillation vers l’autre côté, pour réaliser un centre permanent et mouvant.

Le tài jí quán est la représentation parfaite de l’équilibre qui se construit sans cesse, et n’est jamais acquis, une mutation perpétuelle.

La forme est un cycle, elle est une vie qui se déroule et qui se termine là, où elle avait commencé. C’est le chemin du wú jí au wú jí, de l’indifférencié à l’indifférencié.

 

https://upload.wikimedia.org

 

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 14:19

Pas un proverbe, mais un poème cette semaine…

 

« Lianes sèches aux vieux arbres pour des corbeaux crépusculaires

 Petit pont où l’eau coule près des habitations

Chemin ancien sous le vent d’Ouest où passe une haridelle.

Au soir le soleil à l’Occident  descend

Le cœur brisé on demeure dans les confins du ciel ».

 

Mă Zhì Yuăn (1250 – 1324)

 

PHOTO XIAO LONG

 

Pour les amateurs, un site:

 http://www.ventdusoir-poesie.fr/

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 13:53

Zhao Deli,  autodidacte de 40 ans, vole au-dessus de Dongguan (Guangdong) … en moto ! Et voilà ! Fini les bouchons du périph’ ou les feux rouges en ville, sans parler des contrôles radar !?

 

Après l’avoir testé 1559 fois, tout de même et … s’être écrasé au sol à plusieurs reprises, voilà une moto volante! “Nuage Magique », c’est le nom de l’engin, s’inspire d’un dessin animé «  Monkey King »  que Zhao Deli regardait lorsqu’il était enfant et dans lequel le héros parvenait à monter sur un nuage en effectuant un saut périlleux, et à survoler le monde.

 

http://japanese.china.org.cn/

Zhao Deli a aujourd’hui une quarantaine d’années et peut s’amuser à présent  avec sa machine ! Equipée d’un cadre central prolongé de 4 axes dotés de 8 rotors, elle s’élève dans le ciel à la manière d’un hélicoptère. Elle est légère, peut transporter entre 50 et 100 kilos et a une autonomie de 30 minutes avec sa batterie au lithium. On peut grimper jusqu’à 3000 m à une vitesse maximale de 72 km/H. Zhao est un fan de drones et son entreprise propose une gamme de 5 modèles, y compris un drone utilisé dans l’industrie pétrolière.

 

http://french.china.org.cn/

Il lui aura fallu 2 ans et 1 bon  million de yuan (environ 127 000 euros) pour concrétiser ce projet (on ne dit pas quel est le budget  pansements, bandelettes et baume d’arnica). Zhao Deli rêve de production de masse et d’exportations, mais une série d’inspections gouvernementales est encore nécessaires avant de voir fleurir ( ?) dans le ciel des MVI (motos volantes identifiées ?)… Les mauvais esprits imaginent déjà des embouteillages célestes !

 

http://french.china.org.cn/

 Soyez attentif dès à présent et surveillez le ciel… qu’une moto ne vous tombe pas sur la tête !

 

http://persobd.chez.com

Idée concept de Xiao Long : créer le casque anti chute de moto…

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2019 6 07 /12 /décembre /2019 15:57

 

 

Qui pince les cordes avec frénésie

 Ne peut faire douce musique.

 

Lou Ki

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2019 6 07 /12 /décembre /2019 15:41

 

A Noël, la Chine prend des airs d’Occident et de vieille Europe (c’est rigolo « vieille Europe »… on ne dit pas « vieille Chine »…). Et donc, ver, rouge et blanc à foison et … des sapins, des pères Noël bien sûr… et même un, « made in France »…

Le vosgien Alain Simonin séjournera un mois entier en Chine, à Chengdu, capitale de la province du Sichuan, petite agglomération d'environ 14 millions d'habitants. Et pendant tout ce temps, comme tous les ans, il  jouera le rôle du père Noël pour la clientèle de Global Center (oups ! pas de pub, on a dit !).

 Ce complexe  géant, le plus grand  au monde, possède à la fois d'un centre commercial et d'un hôtel de 1100 chambres. Cette information nous est donnée par viavosges.tv.

 

 

Même le parc de sculptures de neige Disney du village de Noël à Mohe, dans la province du Heilongjiang (nord-est de la Chine), se met au goût du jour :il a accueilli ses premiers visiteurs le 20 novembre 2019 propose sa version Père Noël : une sculpture de neige, le Père Noël, de 50 mètres de long et 15 mètres de haut ! Imaginez un peu la cheminée !!!

 

undefined
http://french.china.org.cn

 

Et chez nous, Noël prend des couleurs d’Asie… comme quoi…

les Dragons sont de toutes saisons : le festival de lanternes chinoises traditionnelles de la Côte d'Azur qui se tient du 29 novembre 2019 au 23 février 2020 cette année.  C’est sous les lumières de Chine , ou plutôt à la lumière des lanternes chinoises traditionnelles que le parc Phœnix, parc botanique et animalier niçois, fêtera la fin de l’année.

550 lanternes ( ce qui représente 70.000m² de satin, 40 tonnes de métal, 12.000 ampoules LED et 22km de fil électrique, rien que ça !) , une reproduction de la muraille de Chine de 18 mètres de haut, deux dragons de 50 mètres de long flottant sur le lac… entre autres, il y a de quoi en voir plein les yeux. Les plus petites lanternes ont été conçues en atelier dans l'usine de Hui Longtang, située à Zi Gong, dans la province du Sichuan.

Selon les organisateurs, c'est un véritable voyage à travers les traditions et le savoir-faire chinois illustrés par des scènes de vie et des paysages féériques. Il y aura aussi des démonstrations d'arts martiaux et des stands de dégustation…

 

http://french.xinhuanet.com

 

Voilà un joli croisement de culture et une couleur en commun :

le rouge ! Joie et bonheur !

 

Partager cet article

Repost0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: fengyulong1@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.