Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 16:27

 

 

 

 

 

N'oubliez pas que les cours s'arrêtent le

samedi 17 décembre

et ne reprendront que

le mardi 3 janvier 2017!

Bonne fêtes à tous!

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans VIE du CLUB
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 16:09

 

Le bavardage est l'écume de l'eau,

L’action est une goutte d'or.

 

http://www.icone-gif.com/

 

 

PHOTO XIAO LONG

PROVERBE DE LA SEMAINE DU12 AU 18 decembre
Repost 0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 15:56

 

Si vous aimez les films chinois, vous ne pouvez passer à côtés des productions de la Shaw Brothers ! Si vous ne les aimez pas... c'est bien dommage...

Il n’y en a pas que des bons … d’accord… mais il y en a aussi des bons !!!

 

Les studios :

Dans les années 20, quatre frères décident de créer leur société (« l’Unique ») et de se lancer dans le cinéma… et avec succès… du moins jusqu’à ce que la censure passe par là (les films d’arts martiaux n’étaient plus franchement au goût du jour…) puis l’occupation japonaise (1939)… bref, les studios ferment alors.

Mais ces pionniers n’avaient pas dit leur dernier mot et après la guerre (la seconde- mondiale), leur société prend le nom de « Shaw and sons » et s’installe à Hong Kong. La concurrence est rude et… finalement un des frères, Run Run Shaw, jusqu'alors chargé de la distribution dans le sud-est asiatique, s'installe à Hong Kong pour fonder une société distincte, la Shaw Brothers, en 1958.

Run Run Shaw :

photo wikimedia

Il fait l’acquisition de terrains considérables sur lesquels sont construits des studios, des décors, une école d’acteurs... et engage des centaines d’acteurs et techniciens. Une entreprise monumentale !

Run Run, décédé en 2014 à l’âge de 106 ans (!!!), est une des figures les plus connues dans l’industrie du divertissement asiatique et a bien mérité son étoile sur l’avenue des stars de Hong Kong.

 

Au début sont produits beaucoup de drames historiques, des comédies musicales ouis, grâce au succès de films comme  L'Ombre enchanteresse  (1960) de Yang Kwei Fei (1962) ou  de La Reine diabolique (1963),  le cinéma chinois finit par se faire connaitre à  l'international.

 

 

L’HIRONDELLE D’OR :

Photos: http://www.chinesemovies.com

Dans les années 60, le studio se tourne vers le Wu Xia Pian (le cape et d’épée à la chinoise en quelque sorte…). Les films d’arts martiaux ont de nouveau droit de citer. Pour les amoureux du « vintage » (d’autres, mauvaises langues de Dragons aigris diraient « kitsch » !), Xiao Long vous conseille « L’hirondelle d’or » avec Cheng Pei Pei. Pour ceux qui ont l’œil, Jackie Chan, 12 ans à l’époque y joue un petit rôle !

 

Un délice… Une jeune femme « chevalier » sans peur et sans reproche (la gentille) cherche son frère, haut fonctionnaire de l'Empire enlevé par une bande de brigands (les méchants) menée par Tigre Face-de-Jade… On est encore proche de l’esprit de l’Opéra chinois et on peut y trouver des faiblesses, c’est sûr, les techniques actuelles nous ont rendus exigeants et pourtant, ce film a un charme certain…

Et puis … ça fait du bien de voir une « chevalière » en action, loin des « Barbies » contemporaines que l’on voit dans les films hollywoodiens (« Mon Dieu, j’ai une tâche sur mes escarpins ! Je n’y survivrai pas ! ». … Oooooh, mauvaise langue de Dragon !)

 

Cheng Pei Pei :

 

Cheng Pei Pei  est « La reine du Wu Xia Pian », c’est le surnom qu’on lui donne : issue de l’école de la Shaw Brothers, où elle apprend la danse et la comédie dès lâge de 16 ans, elle tourne de nombreux films et devient réellement une star en 1966 avec ce rôle de l’Hirondelle d’or qui va transformer cette ballerine en… artiste martiale.

Le réalisateur apparemment pensait que si l’on sait danser, on sait aussi se battre… Ce lien entre danse et art martial est fréquent en Chine où de nombreux artistes martiaux ont été formés par l’Académie d’étude du théâtre chinois (Peking opera scool) comme Sammo Hung ou Jackie Chan…

 

Elle partira dans les années 70 aux USA et après une petite éclipse renouera avec le cinéma : c’est elle Jade la Hyène dans le célèbre « Tigre et Dragon »…

 

Et il y a même une suite au titre sans véritable surprise : « Le retour de l’hirondelle d’or ».

 

Après ce film, les studios connaitront alors de nombreux autres succès avec principalement trois grands réalisateurs Chang Cheh (« Le justicier de Shanghai » / « Un seul bras les tua tous »…) Chu Yuan (« Le poignard volant »/ »Le tigre de Jade »…) et Liu Chia Liang ( « la 36ème chambre de Shaolin » à voir…)

Bref, quelques heures agréables en vue … au coin du feu avec une tasse de thé chinois bien sûr : en cette saison, Xiao Long vous conseille un Wu Long ou un Pu Er…

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LIVRE & FILM
commenter cet article
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 15:57

 

Qui a les mains gelées

ne trouve point le pain trop chaud.

 

 

 

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Repost 0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
commenter cet article
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 15:40

 

Nous voici prêts à attaquer !!!

 

 

 

 Debout, pieds joints et bâton dans la main gauche (et le long de l’arrière du bras gauche !) , index sur l’avant du bâton que l’on a saisi au premier tiers : on peut d’ailleurs se faire des marques sur le bâton s’il est d’un bloc … pour les plus « smarts » d’entre vous, vous aurez un Zhang en 3 parties à visser et donc, les tiers sont apparents et perceptibles… mais le plus souvent, c’est un manche à balai qui fera (et fort honnêtement) office de Zhang …

que l’on peut cependant « customiser » à volonté !!!

 

Peut-être en évitant les paillettes quand même…

On regarde droit devant, on se détend, on calme le cœur et l’esprit.

Puis tout commence !!!

 

On écarte le pied gauche (largeur des épaules),on fait passer le bâton devant et on le réceptionne avec la main droite. Le Zhang est maintenant devant vous, au niveau du ventre, horizontal, les mains sont écartées de la largeur des épaules. On regarde toujours devant.

Puis, on va masser l’avant du corps en faisant glisser le Zhang du ventre jusque sous la poitrine en fléchissant bien les poignets paumes vers vous … enfin, poignets plus ou moins fléchis en fonction de votre souplesse articulaire bien sûr… On inspire.

Ensuite on redescend par le même chemin jusqu’à ce que les bras retrouvent la position de départ. On expire.

 

 

Ce mouvement se fait au total 3 fois.

On peut donc bien  se concentrer sur la position du corps (tirer Bai Hui – relâcher les épaules, la taille) et se détendre en respirant tranquillement en coordination avec le mouvement.

 

Et ça nous sert à quoi ?

 

Mais à calmer l’esprit, à réguler la respiration, à se poser physiquement et mentalement avant de passer aux choses sérieuses.

 

De plus les flexions des poignets activent les points Yuan*1 et font circuler l’énergie dans les 6 méridiens des membres supérieurs*2.

Suite au prochain épisode….

 

 

*1. Les points Yuan :

La plupart des points Yuan/source se trouvent sur les 4 membres près des poignets et des malléoles.

Sur les méridiens YIN, les points YUAN sont les mêmes que les points SHU ANTIQUES – SHU qui sont des points essentiels de tonification et de régulation des méridiens.

Sur les méridiens YANG, les points YUAN sont des points distincts situés entre les points SHU et les points JING/Fleuve. Ce sont en général les 4èmes points à partir de l’extrémité distale du méridien (le 5ème pour le méridien de la VB).

Les points YUAN sont en relation avec YUAN QI (énergie originelle).

 

 

 

Méridiens

Point Sources

 

Méridiens

Point Sources

 

Poumon

Tai Yuan (9 P)

 

Estomac

Chong Yang (42 E)

 

Gros intestin

He Gu (4 GI)

 

Vessie

Jing Gu (64 V)

 

Estomac

Chong Yang (42 E)

 

Rein

Tai Xi (3 Rn)

 

Rate

Tai Bai (3 Rt)

 

Maître du cœur

Da Ling (7 MC)

 

Cœur

Shen Men (7 C)

 

Triple Réchauffeur

Yang Chi (4 TR)

 

Intestin grêle

 Wan Gu (4 IG)

 

Vésicule biliaire

Qiu Xu (40 VB)

 

Gros intestin

He Gu (4 GI)

 

Foie

Tai Chong (3 F)

 

 

*2. Les 6 méridiens des membres supérieurs

Poumon

Gros Intestin

Péricarde (Maitre Coeur)

Triple Réchauffeur

Coeur/Intestin Grêle

 

Repost 0
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 15:49

 

Me voici
Là où le bleu de la mer
Est sans limite.

 

Taneda Santoka
(1882-1939)

PHOTO XIAO LONG

Repost 0
Published by Xiao Long - dans HAIKU
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 15:38

 

On croyait que seuls les humains étaient accros aux iPhone (s)… mais non !!!!

Il exite aussi des chiens hypercools et qui possèdent leur lot de téléphones (au pluriel !!!).

C’est le cas de Coco, cette gentille malamute d’Alaska est à la page depuis que son heureux propriétaire lui a offert pour son anniversaire 8 IPhones 7… (chuuuuut ! pas de pub !). pourquoi huit ? Coco n’a que 4 pattes !, parce que 8 est un chiffre porte-bonheur bien sûr !

Fils unique de Wang Jianlin, l’homme le plus riche de la Chine, Wang Sicong, 28 ans, sait montrer à son chien qu’il l’aime : ce multimillionnaire, avec une fortune estimée à 430 millions de £ (une paille !) couvre son chien de cadeaux les plus curieux :Coco a droit à une multitude de gâteaux, mais aussi à des sacs à mains ( !!!?).

 

Le jeune homme a posté sa dernière extravagance en photos sur Weibo, sur le compte officiel de … son chien….

 

 

 

images : http://lasynthese.net/wordpress

 

Coco a l’air un peu sceptique tout de même… et mélancolique...

Un simple bol de bonnes croquettes aurait fait l’affaire !

 

image : http://chine.in

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CHINE INSOLITE
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 15:04

image : http://www.pulitzer.org

 

On oublie un peu les livres de Pearl Sydenstricker, mieux connue sous le nom de Pearl Buck (1892-1973)…

Le hasard a remis entre les pattes du Petit Dragon « La terre chinoise », et il a relu cette œuvre avec plaisir !

 

Une destinée peu ordinaire :

Née en Virginie en 1892 cette femme de lettres américaine a eu une vie hors norme : ses parents missionnaires presbytériens partent en Chine alors qu’elle n’a que trois mois, elle apprendra le mandarin avant de connaitre l’anglais ! Sài Zhēn Zhù sera son nom chinois . Sài Surpasser, rivaliser/ Zhēn rare, précieux/ Zhù perle-Pearl), une perle rare qui ne ménagera pas ses efforts pour apporter de l’aide à ceux qui l’entourent…

 

Loin de l’agitation de la capitale et en contact permanent avec la population, elle ne voyait que peu son père, qui œuvrait inlassablement, par monts et par vaux, mais sans grand succès, à convertir les paysans chinois (qui devaient être bien plus occupés à survivre…) pendant que son épouse tentait d’aider les femmes chinoises dans un petit dispensaire.

En 1900 au moment de la Révolte des Boxers, Pearl et sa mère fuient pour Shanghai, retrouvent le père voyageur et retournent aux États-Unis... pour un temps.

Elle fera ses études en Virginie mais retournera en Chine où elle enseignera l’anglais à l’université de Nanjing, puis, en 1917, elle épousera Mr.Buck, un agronome.

Elle va vivre avec lui trois années dans une des plus pauvres bourgades du Nord de la Chine, la vie dans cette province agricole et son don d’observation donneront la matière nécessaire à l’écriture de ses romans sur la vie des paysans chinois. 

 

 

 

 

Image: http://jones-aucunachatrequis.blogspot.fr

Ils finissent par s’établir à Nanjing et après de nombreuses péripéties (nationalistes, communistes et seigneurs locaux s’affrontant), ils iront, en 1927, passer une année au Japon avant de revenir.

En 1934, Pearl rentre aux États-Unis (et « déposera » avec ses bagages, son mari…

Son œuvre :

Son premier roman inspiré par la Chine parait en 1930 et poussée par « Vent d’Est, Vent d’Ouest », puis « La terre chinoise », elle vogue vers le succès.

Elle est la première femme à obtenir le Prix Pulitzer en 1932 quand même !!!! .

En 1938, le Prix Nobel couronne l’ensemble de son œuvre.  

Pearl ne fait pas qu’écrire, elle milite pour les droits civiques et les droits des femmes, elle fondera l’Association Est-Ouest pour les échanges culturels et la compréhension de l’Asie et de l’Occident. Choquée par le fait que les institutions chargées de l’adoption considèrent les enfants mixtes et asiatiques  non adoptables, elle fonde en 1949 le Welcome House, la première institution internationale, interraciale pour l’adoption.

Sa célébrité et ses activités feront couler beaucoup d’encre et de salive à une époque où une femme n’est au mieux qu’à la maison…

 

En Chine, où la popularité de l'auteur ne s'est jamais démentie, elle est considérée, sans ironie, comme un vrai auteur chinois. Ses livres dressent un portrait authentique de la Chine et de ses habitants. Ses œuvres, écrites dans un style simple et concis, nous plongent dans la Chine de cette époque dure et mouvementée.

 

 

Une grande saga :

Pour en revenir à notre livre « La terre chinoise » : l’intrigue se déroule dans la Chine des années 1920, deux récits complémentaires vont suivre: « Les fils de Wang Lung » (1932) et « La famille dispersée » (1935).

Cette grande saga familiale conte l’histoire de l’ascension sociale d’un paysan chinois et de sa femme (ex esclave).  On est bien loin des ors, des rouges et des soieries des riches demeures ou palais…

C’est une sorte de documentaire sur divers aspects de la vie chinoise, sortie de l’humble et dure condition paysanne, la famille Wang, au fil des générations finira part livrer un" seigneur de la guerre ", Wang le Tigre. Existence rude et bien différente de celle que mènent, dans leurs cours remplies d'enfants, Wang le Propriétaire et Wang le Marchand ses frères… Puis viendra le temps de Yuan qui découvrira les idées nouvelles. Ce  jeune homme cherchera sa voie, un peu perdu dans un pays en pleine métamorphose, refusant le monde de ses ancêtres et ne pouvant encore accepter le monde de la Chine moderne.

 

La production littéraire de Pearl Buck colossale : une trentaine de romans (certains de ses romans ont été écrits sous le pseudonyme de John Sedges), des recueils de nouvelles, des récits biographiques et autobiographiques, des livres pour enfants et plus encore… des pièces de théâtre, des essais, des recueils de poèmes et même un livre de cuisine !

Pearl Buck, son empathie et sa générosité sont  toujours présentes puisque une fondation existe et porte son nom :

http://www.pearlsbuck.org/

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LIVRE & FILM
commenter cet article
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 15:17

S’éventer avec un éventail

ne vaudra jamais le vent qui souffle spontanément.

 

PHOTO XIAO LONG

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
commenter cet article
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 15:02

Voici les noms des mouvements l’enchainement 

« Tài Jí Yǎng Shēng Zhàng » (太极养生杖)

 

NB : La traduction proposée repose sur une recherche perso de Xiao Long, il peut donc y avoir des différences avec les traductions proposées par ailleurs. Petit Dragon est parti des caractères chinois et a essayé de rester au plus près des images suggérées à l’origine.  Nous voilà donc partis… au bord de l’eau…

Le titre tout d’abord :

On connait cet enchainement sous le nom de « LE TAI JI DE LA CANNE ». Xiao Long n’apprécie pas trop cette appellation, car le terme de canne est un peu curieux….On peut –positivement- avoir l’image de la canne élégante à la Arsène Lupin… ou plus négativement celle de la canne à la Agecanonix…  Le bâton est une bonne alternative ou le grand bâton en opposition au petit (Bang)… Ce qui donnerait quelque chose comme « le grand bâton Tai Ji pour nourrir la vie ». »

 Le caractère  Zhàng  désigne une canne ou un bâton.

养生 Yǎng Shēng signifie « se maintenir en bonne santé, prendre soin de sa santé, nourrir en soi le principe vital ». Ce qui est le but de notre pratique.

 

 

Les mouvements :

En français :

1. Préparation

2. Le batelier godille

3. L’esquif glisse doucement

4. Le vent agite les feuilles de lotus

5. Le batelier pose sur son dos la corde de halage

6. L’aiguille magique apaise les flots

7. Le dragon d’or enroule sa queue

8. Explorer la mer pour trouver des trésors

9. Le Qi retourne au Dan Tian

10. Fermeture

En pinyin :

 

1. yù

 

bèi

 

 shì

2. shāo gōng   yáo lǔ

3.  qīng  zhōu huǎn xíng

4. fēng bǎi hé yè

5. chuán fū bēi qiàn

6. shén zhēn dìng hǎi

7. jīn lóng jiǎo wěi

8. tàn hǎi xún bǎo

9. qì guī dān tián

10. shōu shì

En chinois :

1. 预备

2. 艄公

3. 轻舟缓

4. 风摆荷

5. 船夫背

6. 神针定海

7. 金龙绞尾

8. 探海寻宝

9. 气归丹田

10. 收势

 

L’outil :

Le bâton est le plus ancien outil utilisé par l’homme. Il n’y a rien de plus élémentaire qu’une bonne vieille branche, pour marcher, pour se défendre…

Dans la culture traditionnelle chinoise on utilise aussi le bâton comme instrument pour augmenter l’équilibre entre le Yin et le Yang.

Un bâton, mais pas n’importe lequel…

Le bâton destiné à la pratique de cet enchainement mesure entre 1 m et 1,30 m selon la taille du pratiquant et son diamètre va de 2,3 à 2,8 cm pour bien s’adapter à la taille de la main…

La canne peut être en bois poli ou en cire blanche, gravée de motifs ou pas.
On le « partage »  en 3 parties égales, certains sont d’ailleurs présentés en trois parties qui se vissent les unes aux autres et qui le rende tout discret… à glisser dans son sac à main ( ?)- plus discret qu’une poêle !

Ce  Zhàng est différent du Bàng , ce que nous appelons « petit bâton » et que l’on utilise dans les séries créées par Maitre Zhang Guan De.  Ce n’est pas non plus un Gùn, terme que nous utilisons pour désigner le bâton en Tai Ji …Gun qui peut aussi avoir une longueur variable selon les styles et les écoles….

 

Ci dessous une video pour ceux qui s'entrainent dans leur salon...

Repost 0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: mushutaiji@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.