Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 18:11

"Vous raccompagnerais-je mille li,

il faudra bien se séparer."

 

 

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 18:01

Combien de fois vous êtes-vous dit que les mouvements et les enchainements  sont de vrais casse-têtes chinois ! Si, si ! Avouez donc, c’est le moment où l’on découvre que l’on a beaucoup plus de mains et de pieds qu’on ne le croyait, cet instant magique où la fumée sort des oreilles…

 

Mais qu’est-ce qu’un casse-tête et-  est-il chinois ?

Voilà une question importante que se pose Xiao Long ! (décidément, ce pauvre dragon n’a vraiment rien à faire !!!)

 

 

Un casse-tête est une sorte de jeu en solitaire. Il consiste par exemple, « à partir d'une situation initiale donnée ou aléatoire à aboutir à une situation particulière en suivant un certain nombre de règles ». Rien que la définition vous donne mal à la tête !

On doit en général emboiter des éléments ou les dissocier ou encore former des combinaisons données.

CULTURE : LE CASSE-TETE CHINOISCULTURE : LE CASSE-TETE CHINOIS

En réalité les plus anciens modèles de casse-tête remontent au IIIème siècle (ne datent donc pas d’hier !), et ont été découverts en …. Grèce ! Ce jeu, le « stomachion », est un carré divisé en 14 parties qu’il faut assembler pour former certaines figures.

Mais, on en a découvert -d’un peu plus tardifs - en Chine et au Japon, et en très grands nombre : on peut supposer que l’expression « casse-tête chinois » vient de là.

 

 Dans les années 1800, le Tangram est un jeu extrêmement populaire en Chine. Ce jeu se répand rapidement en Europe et en Amérique. Ce nom serait une production occidentale accolant « Tang » (dynastie chinoise) et gram (venant du grec). En chinois on parle de « qī qiǎo bǎn » qui signifie « les 7 plaques de l’habileté » ou « 7 planches de la ruse ». C'est une dissection du carré en sept pièces élémentaires.

 

Une légende dit qu'un empereur chinois du XVIe siècle du nom de « Tan » (comme par hasard), fit tomber un carreau de faïence. Il se brisa en 7 morceaux. Peu doué pour les casse-têtes , il n'arriva jamais à rassembler les morceaux pour reconstituer le carreau (on ne connaissait pas encore les Empereurs-carreleurs) , mais ce brave Empereur s'aperçut qu'avec les 7 pièces, il était possible de créer de formes multiples, d'où l'origine du jeu de tangram…

CULTURE : LE CASSE-TETE CHINOISCULTURE : LE CASSE-TETE CHINOIS

Pour occuper vos soirées : Le tangram !

Il se compose de 5 triangles isocèles, rectangles de 3 tailles différentes, d’1 carré et d’1 parallélogramme. Si on joue « casse-tête », le but du jeu est de reproduire une forme donnée, généralement choisie dans un recueil de modèles : on utilise toujours la totalité des pièces qui doivent être posées à plat et ne pas se superposer. Il existe quelques 2000 modèles géométriques ou figuratifs.

On peut aussi simplement créer ses propres figures…

 http://www.jeusetetmaths.com/

http://www.jeusetetmaths.com/

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 16:53

 

Ce samedi 22 novembre avait lieu le premier stage de l’année du Petit Phénix, vous savez bien, celui qui s’occupe du Qi Gong...

 

Xiao Feng, proposait à tous, aux débutants comme aux plus expérimentés de se pencher (pas trop tout de même !) sur les fondements de la pratique du Dao Yin Yang Sheng Gong créée par Maitre ZHANG Guan De dont notre Petit Phénix a eu l’honneur et le plaisir d’être l’élève.

 

Wuji, Yin et Yang, 4 directions, 5 éléments, 5 organes, 12 méridiens, points puits et points sources ont fait nos délices théoriques… puis pratiques ! Car concevoir est une chose, ressentir en est une autre… et cela mérite bien quelques exercices.

 

Il n’est pas superflu de rappeler que le qi gong est trop souvent – et à tort- assimilé à une « gymnastique » chinoise, comme si seul le corps était seul en action. Le travail respiratoire et la concentration sont indissociables du travail purement physique.

C’est grâce à cette harmonie Cœur/Esprit- Souffles/Qi- Corps que le Qi Gong se démarque d’une simple gymnastique.

 

 

STAGES DE QI GONG: ARCHIMEDE A DES PRINCIPES… LE QI GONG AUSSI !
STAGES DE QI GONG: ARCHIMEDE A DES PRINCIPES… LE QI GONG AUSSI !

 

La pause thé traditionnelle a permis aux neurones de reprendre des forces (les nourritures spirituelles, c’est bien… mais les nourritures terrestres ont aussi leurs charmes !). Ainsi les esprits en éveil ont pu terminer cette séance en analysant quelques mouvements  et vérifier qu’ils avaient bien compris ces quelques fondamentaux qui font du Qi Gong ce qu’il est : un moyen agréable de « nourrir la vie » (Yang Sheng) en apprenant à guider l’esprit, la respiration et les mouvements du corps en effaçant les tensions (Dao Yin).

 

Corps-esprit et souffle unis, les participants –souriants- ont ouverts leur weekend sous de bons auspices !

 Petit Phénix les remercie et les félicite pour leur attention.

 

STAGES DE QI GONG: ARCHIMEDE A DES PRINCIPES… LE QI GONG AUSSI !
STAGES DE QI GONG: ARCHIMEDE A DES PRINCIPES… LE QI GONG AUSSI !STAGES DE QI GONG: ARCHIMEDE A DES PRINCIPES… LE QI GONG AUSSI !
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 16:32

"Trois pratiquants de wushu assis,

vont moins loin

qu'un pratiquant de tai ji quan qui marche"

 

 

 

PROVERBE (inédit) DE XIAO LONG
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 16:21

Pratiquer la Qi Gong ou le Tai Ji Quan ou méditer - ou faire les trois d’ailleurs- est une bonne chose pour notre santé physique et mentale.

Mais on peut encore ajouter un ingrédient à la recette de la longévité : la diététique… La nourriture est un des moyens d'harmoniser et de renforcer son énergie vitale, au même titre que les pratiques internes et énergétiques ou l'acupuncture. L’équilibre du Yin et du Yang, l’harmonisation des 5 éléments (Wuxing) sont ici encore les fondements du système diététique à l’extrême-orientale.

 

 

 

Il n’y a donc pas une seule façon correcte de se nourrir, car chacun doit adapter sa cuisine à ses propres besoins, qui varient avec le mode de vie, selon l'âge ou la saison...
 

 

Principes de base de la diététique chinoise :

Les deux organes principaux de la digestion sont la Rate (Terre) et l'Estomac. L’Estomac reçoit les aliments, les chauffe pour les amener à la température du corps, pour une meilleure assimilation. Le " feu digestif " nécessaire est l’énergie qui est envoyée par la Rate. Si notre énergie est bonne, la digestion sera facile, mais si notre énergie est faible, nous irons solliciter le Rein (Eau).

Manger pour récupérer de l'énergie nous fatigue, cela parait curieux mais cela explique qu’après les repas, nous aimerions bien piquer du nez tranquillement pour une petite sieste ! Nous pouvons aussi éprouver une sensation de froid : voilà qui annonce une énergie insuffisante de la Rate et du Rein. 

Plus on est fatigué, et plus on a intérêt à manger chaud : il vaut mieux de toute façon éviter le trop froid (boire un grand verre d’eau glacé n’est bon que pour les américains dont les réfrigérateurs délivrent de la glace par tonnes (j’exagère peut-être un peu ?  À peine…). La Rate n’aime pas le froid ni l’humidité en excès.

Pour que la transformation des aliments se fasse au mieux, l'Estomac ne doit pas être trop rempli, afin que les parties " subtiles " des aliments puissent être extraites.

Ces aliments doivent être de bonne qualité et devraient être utilisé le plus frais possible : une carotte a beau rester une carotte son énergie décroit et après une semaine dans un bac à légumes, toute carotte qu’elle soit, elle sera devenue toute ramollo et aura perdu sa vitalité, son « Jing ».

Pour cette raison aussi, il est préférable de consommer des aliments de saison et de la région (en plus de booster l’économie locale, vos fruits n’auront pas  vécu 10 heures de vol, 5 heures de train,  6 heures de camions, et 2 heures de triporteur avant de finir dans votre panier et vous aurez réduit votre « empreinte «  écologique sur la planète qui appréciera !)

SAISONS : …ET DIETETIQUE

 

Selon les principes de l'énergétique chinoise, on distingue 5 saveurs (acide, amer, douce, piquante, salée). Chacune agit sur un organe particulier : nous devons donc équilibrer ces saveurs, tout excès de l'une va avoir des conséquences sur un organe. La diversité est donc de mise (pas de régime monomaniaque !).

Consommée modérément une saveur tonifie l'organe associé, mais en excès elle le blesse.
L' acide , associé au Bois et au Foie, est astringent et il contracte.

L' amer nourrit le Cœur (Feu) ,il est asséchant et rafraîchissant .
En excès, il blesse les os.
Le doux est relaxant, et calmant. Il nourrit la Rate (Terre). En excès il la blesse et fragilise le Rein.
Le piquant est dispersant. Il fait circuler le Qi et le Sang. Il tonifie le Poumon (Métal), mais en excès, il le blesse !
Le salé ramolli, assouplit. Il tonifie le Rein (Eau), en excès il blesse le Rein, le Cœur et la Rate.

 

Les aliments sont classés selon l'effet thermique qu'ils produisent sur l'organisme.  Il y a (bien sûr !) 5 catégories : Froid, frais, neutre, tiède, chaud.

Si l'on est de nature plutôt Yang, on privilégiera les aliments de nature neutre et fraîche et on évitera les aliments chauds. Si l'on est de tendance Yin, on choisira les aliments tièdes et neutres, on évitera les aliments froids. 

D'autre part, logiquement, en hiver on privilégiera les aliments tièdes et neutres, et en été les aliments frais et neutres. Si on suit la règle du « manger de saison et de chez nous », on ne fera pas d’erreur.

SAISONS : …ET DIETETIQUE

 

Suivre les saisons signifie suivre le bon sens :

 

Qu’en automne : dès que le temps se refroidit, on évitera les aliments froids et on boit chaud de préférence pour limiter les risques d'accumulation d'humidité. C’est la saison du Poumon.

 

Qu’en hiver : on a besoin de restaurer l’énergie en accumulant (pas forcément sur les hanches !) ,  en stockant .On évite les aliments froids, on cuisine des aliments toniques et riches en Jing. C’est la saison des soupes, gratins, et des petits plats mitonnés. On aime aussi les graines (pas que pour les oiseaux !), les fruits secs et les légumineuses. C’est la saison du Rein.

 

 Au printemps, on aime le doux, on limite la saveur acide, pour ne pas blesser le Foie (dont c’est la saison) et pour soutenir la Rate qui aime le doux.

 

En été, les fonctions digestives faiblissent, on évite les aliments piquants et secs, on mange léger, on éviter le gras et les aliments trop riches, on consomme davantage de fruits et de légumes, pour compenser les pertes de liquides dues à la chaleur...

 

 

Ces règles enfin, nous aident à éviter quelques écueils :

Nous consommons généralement trop de sucre (chocolats et petits gâteaux attention !) et de sel finis les soirées chips/pizzas !), voire trop d'acide. Trop de viande, de graisses ou de lait de vache ne simplifie pas notre vie « interne »…

Pour notre digestion, il est raisonnable de limiter la consommation d'aliments très froids ou glacés, les aliments raffinés (c’est-à-dire trop transformés- et donc pauvres en « Jing ».

Bref, de tout et tout va bien ! Pas de trop, ni de trop peu… 5 saveurs, 5 natures, 5 couleurs que l’on peut déguster grâce à nos deux fois 5 doigts… et les  5 organes Cœur, Rein, Rate, Foie, Poumon sont contents (et vous aussi du même coup !).

SAISONS : …ET DIETETIQUE

A vos casseroles !

 

Et siouplé... on oublie les plats cuisinés surgelés…
 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 11:30

 

Xiao Long – une fois n’est pas coutume- se fait un peu plus sérieux aujourd’hui et ose vous proposer matière à méditer.

 

Ce bref texte de Zhuang Zi* remet les choses à leur place respective et l’avant dernière ligne mérite réflexion…

 

 

 

La mort et la vie, l’existence et la non-existence,

Le succès et l’échec, l’aisance et la pauvreté,

La vertu et le vice, la sagesse et l’ignorance,

Le louange et le blâme, la soif et la faim,

Le chaud et le froid, se suivent,

Se transforment sans cesse et forment le destin.

 

De même, jours et nuits se succèdent

Sans qu’on puisse savoir depuis quand.

Mais tous ces évènements ne doivent perturber

Ni le corps, ni l’esprit :

Il suffit jour après jour de garder son calme,

De vivre en paix avec les autres,

De s’adapter aux circonstances et, ainsi,

De développer ses dons naturels.

 

 

 

*penseur chinois du IVe siècle av. J.-C. à qui l'on attribue un texte essentiel du taoïsme appelé d’ailleurs – le Zhuangzi ou le « Classique véritable de Nanhua », Nánhuá zhēnjīng

 

 

J’entends d’ici vos critiques :

 « C’est plus facile à dire qu’à faire ! »

«  Calme ! il suffit d’être calme !!! mais je suis caaaaalme !!!! »

Et c’est très calmement que je les accepte…

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 17:43

 

"Le crottin de l'âne brille

extérieurement"

 

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 17:20

 

Voilà un mouvement qui porte un nom simple et clair: S’accroupir et s’assoir, on ne peut être plus descriptif !

Cela ne signifie pas pour autant qu’il suffise de s’accroupir « bêtement », non, pas du tout ! Il s’agit de s’accroupir « intelligemment »…

 

Pourquoi ce nom ?

 

Parce que dans un Classique appelé « Au bord de l’eau », un héros, Wu Song (nommé aussi Xing Zhe) fait montre de beaucoup de courage et de volonté pour se sortir des situations difficiles. Et comme lui, il nous faudra du courage et de la ténacité pour réussir à faire correctement ce troisième mouvement de l’enchainement.

Wu SongWu Song

Wu Song

Le mouvement :

 

On inspire et on lève les bras devant soi, les paumes se font face, on ne monte pas plus haut que les épaules et les jambes sont tendues.

On regarde ses mains.

 On expire, on fléchit un peu les jambes, on serre les genoux et en même temps on plie les bras et on pose les paumes sur les oreilles. On regarde toujours devant.

On inspire et on tend les jambes à nouveau, en même temps on déplace les mains vers l’avant  au niveau des épaules et on regarde devant.

On expire, on ne bouge pas les jambes et on baisse les amins des deux côtés du corps pour retrouver sa position de départ.

Ce mouvement est répété 8 fois puis encore 8 fois (si on en a le courage… et on descend de plus en plus bas pour finir (peut-être ?) accroupi ! On se concentre sur Yong Quan (R1).

 

YANG SHENG BA FA: 3. S’ACCROUPIR…YANG SHENG BA FA: 3. S’ACCROUPIR…
YANG SHENG BA FA: 3. S’ACCROUPIR…YANG SHENG BA FA: 3. S’ACCROUPIR…
YANG SHENG BA FA: 3. S’ACCROUPIR…YANG SHENG BA FA: 3. S’ACCROUPIR…

 

Les points forts :

Une chose est sûre : le regard est toujours vers l’avant et là, pour le coup, pas de soucis à se faire !

 

Plus difficile cependant est la position du corps : il faut s’efforcer de rester le dos droit, sans piquer du nez vers le sol, sans faire le dos rond de la tortue et cela, bien évidemment ( !) en gardant les pieds intégralement collés au sol.

Pour remonter, il faut « tirer Bai Hui », comme le dit toujours Maitre Zhang !

 

Il y a des solutions pour chacun d’entre nous, il faut respecter le fait que les pieds restent collés au sol, quitte à moins descendre ; il faut garder le dos droit, quitte à moins descendre ; il faut préserver ses genoux quitte à moins descendre…

Bref, la solution passe-partout est de moins descendre… Je rappelle que le Qi Gong est là pour entretenir et non pour détruire notre santé, il suffit d’être raisonnable, modeste dans ses mouvements.

 

Ce qui importe, c’est de faire un mouvement correct et non de faire le spectacle… même si le baume du tigre peut être souverain pour nos bobos…

 

On ne s’accroupit pas pour rien :

 

On renforce ainsi les jambes, on améliore notre souplesse et on « durcit » les os.

On agit sur le Rein et la Vessie, on harmonise le couple Rate/Estomac, on fait circuler Foie/Vésicule Biliaire…

Bref nous voilà encore ici avec un « petit » mouvement riche en effets comme les affectionne Me Zhang Guan De !

 

 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 16:39

La paresse s'entretient par le repos,

le courage s'entretient par la fatigue".

 

 

CHAT EXTRËMEMENT COURAGEUX, DONC EXTRËMEMENT FATIGUE... PHOTO XIAO LONG

CHAT EXTRËMEMENT COURAGEUX, DONC EXTRËMEMENT FATIGUE... PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 15:20

Liu Bolin (劉勃麟)  est né en 1973 dans la province de Shandong .

Cet artiste obtient sa licence en beaux-arts à  Shandong en 1995 puis son Master à Beijing en 2001. Artiste contestataire connu internationalement pour ses photos « caméléon » où il se dissimule dans des paysages. Connu sous le nom de l' « homme invisible », ses œuvres les plus populaires sont Hiding in the city (se cacher dans la ville), une série de photos.

 

Liu Bolin vit et travaille à Beijing en Chine. Il est représenté en France par la galerie Paris-Beijing.Dans son travail, Liu a toujours accordé une attention particulière aux divers problèmes sociaux qui accompagnent le développement économique rapide de la Chine, faisant de la politique sociale le cœur de ses commentaires picturaux.

 

Il cherche à raviver la prise de conscience de l’environnement et pousse les spectateurs à réexaminer les évidences – qui n’en sont pas toujours…peut-être pour que l’individu ne finisse pas par disparaitre complétement, « absorbé » par ce qui l’entoure ? Camouflé, déguisé, fondu dans le paysage, l’artiste est bien là… ouvrez l’œil

 

L'artiste se laisse mettre en boite facilement...

L'artiste se laisse mettre en boite facilement...

Liu Bolin est un grand ami des pandas...

 

http://inspirationfeed.com/?s=liu+bolin

 

Mais il ne se laisse pas mener en bateau...

 

Pour en voir plus encore:

http://www.linternaute.com/photo_numerique/photographe/camouflages-liu-bolin/archives-de-paris-liu-bolin.shtml

 

 

Partager cet article
Repost0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: fengyulong1@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.