Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 16:56

 

 Cette année, la rentrée sera un peu particulière et il n’est pas possible ni raisonnable de faire « comme si de rien n’était ». Ce pendant, il ne faut pas non plus se décourager ou penser que le monde s’écroule parce que nous devons changer nos petites habitudes.

 

 Les êtres humains aiment les habitudes, il y a un côté rassurant à faire les mêmes choses, aux mêmes endroits, aux mêmes moments. Le temps est structuré par nos activités  et lorsque nous devons changer de rythme, nous trouvons cela bien inconfortable, comme si tout était remis en question. Et bien, voilà le challenge : sortir de notre zone de confort où tout est sous contrôle, sortir un peu du « plan plan » , être plus discipliné et attentif que d’habitude et accepter de nouvelles règles du jeu… surtout que la partie risque de durer un peu !

 Il n’est pas mauvais de modifier nos façons de faire, c’est juste un peu déphasant. Et tout dépend aussi de notre attitude face aux changements. Nous pouvons grogner et râler dans notre barbe (enfin, en ce moment, c’est plutôt dans nos masques…), refuser de faire ce qui est préconisé (le Français est un peu cabochard quand même, on le sait bien…) et donc être profondément insatisfait ou bien accepter les choses telles quelles sont et faire au mieux avec (comme ce couple de teinturiers taïwanais voir article) et vivre plus sereinement en restant positif.

 Il n’est pas mauvais parfois de s’arrêter un peu au bord de la route et se demander si nous allons bien dans la bonne direction,  si notre (sur) activité est bien raisonnable, si nous ne passons pas parfois à côté de l’essentiel…

Petit Dragon va donc rentrer dans cet état d’esprit, en s’adaptant aux réalités de ce monde et en gardant à l’esprit que cette expérience  apportera aussi quelques bonnes choses.

Partager cet article
Repost0
1 août 2020 6 01 /08 /août /2020 16:52

 

Au début de l'épidémie de Covid-19, Taïwan a rapidement pris des mesures très strictes et est parvenu  d’ailleurs à contrôler la propagation du virus. Cette réaction rapide a permis à une population de 24 millions d'âmes, de ne recenser que 458 cas et 7 décès, notons le.

 

 Beaucoup de personnes n’ont pas bien vécu le confinement. Mais d’autres en ont profité et ont conservé le sens de l’humour ! Chang Wan-ji et Hsu Sho-er sont deux octogénaires (respectivement 83 et 84 ans) tout de même… qui possèdent un pressing en centre ville. Ils ont eu l’idée d’utiliser les vêtements et accessoires oublié chez eux par leur propriétaire pour faire quelques photos. Et ce ne sont pas les vêtements qui manquent car ces oublis s’accumulent depuis des décennies !

 

C’est apparemment leur petit fils Reef  (31ans) qui a trouvé cette occupation pour ses grands-parents qui s’ennuyaient. Au lieu de regarder la télé , de rester « enfermés » ou de dormir pour faire passer le temps, il leur propose une activité : il met en scène ses grands-parents qui endossent différentes tenues et posent pour leur petit fils !

Du coup, ils entrent en contact avec de nombreux « admirateurs » et récemment aussi avec d’anciens clients qui reconnaissent leurs vêtements et viennent les récupérer… et régler leurs notes !

Une très bonne opération finalement, et pour tout le monde… Et ils ont un look  d’enfer !

Pour en voir plus :

@wantshowasyoung

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 15:37

Voilà juillet, c'est l'été...

donc les vacances... 

et ...

le moment pour Petit Dragon de reposer ses petites pattes et de reprendre des forces pour la rentrée!

 

 Donc, petite pause sur la rédaction d'articles. Mais, n'oubliez pas qu'il y a beaucoup de choses encore à lire ou relire sur le blog pour les jours de pluie!

et n'oubliez pas:

 

 "Un jour de loisir est un jour d'immortalité"

 

Donc pas d'état d'âme...

https://www.icone-gif.com/

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 15:22
https://www.amazon.fr/

 

Nous les connaissons sous le nom de "boules chinoises", mais aussi de  «保定健身球» Baodìng Jianshen Qiu (mais c’est bien sûr !) ou encore de balles d’harmonie ... ou de santé ... ou même de qi gong… Elles sont souvent présentées dans un beau coffret et sont décorées.

Gadget ou tradition qui perdure ?

 Les boules chinoises  sont des objets traditionnels chinois qui aident, selon la médecine chinoise, à se détendre et à faire circuler les énergies dans le corps. Les boules chinoises sont fabriquées depuis plusieurs siècles …

Sous les Song déjà, il existait des boules en pierre pleine. Elles servaient semble-t-il de récompense. C’est à partir des Ming (entre 1368 et 1644) que ces boules se sont répandues et ont été produites en fer. Il en existe aussi en bois !

Bao Ding (保定  Bǎodìng) est  le nom de la ville où ces boules sont fabriquées (Hebei). La production de ces boules à Bao Ding ne s’est interrompue qu’en 1937, lorsque les Japonais s’emparent de la ville.

En 1955, la production reprend pour s’interrompre à nouveau en 1966 lors de la révolution culturelle. En 1981, enfin, la ville peut reprendre son activité. On vante dès lors les mérites de ces boules et l’on insiste sur leurs nombreuses propriétés bienfaisantes pour le corps et l’esprit.

Les boules en pierres sont des sphères pleines en onyx, marbre ou jade. Silencieuses, elles sont lourdes et froides et permettent ainsi de calmer plus efficacement les énergies yang dit-on. La manipulation des boules chinoises en pierre est rendue plus facile grâce à leur surface lisse.

Les plus connues sont les boules chinoises en métal, conçues en fer plaqué argent, elles  sont creuses. À l’intérieur, on trouve des lamelles sonores qui déclenchent un son très doux lorsqu’on les utilise. Les boules chinoises en bois ne sont pas aussi répandues. Néanmoins, certains amateurs les préfèrent et s’y tiennent.

 

Comment ça marche ?

C’est très simple : on prend deux boules dans la paume d’une main et on essaye de les faire tourner dans le sens des aiguilles d’une montre au creux de la paume. Ce sont les doigts qui travaillent et font avancer la boule point. Après les avoir tournées quelques minutes dans un sens, il faut faire tourner les boules dans l’autre sens. Rien de compliqué !

Enfin, ce n’est pas compliqué de le dire ! Cela peut devenir plus compliqué de le faire… nos doigts ne sont pas toujours aussi souples qu’on pourrait l’imaginer, et surtout notre dextérité n’est pas la même s’il s’agit de la main droite de la main gauche.

Ces exercices sont donc très intéressants pour développer l’agilité de nos mains. Ensuite, utiliser les boules chinoises vous permet d’améliorer votre circulation sanguine. La pratique détend les muscles et les tendons, évite les engourdissements de la main et prévient les risques d’arthrose ou de rhumatismes. C’est également un travail de coordination très amusant (bon, peut-être pas pour tout le monde... On s’amuse comme on peut !)

Le mieux est de choisir un environnement calme et de prendre son temps. Ces exercices peuvent être très relaxants… Il faut savoir cultiver la patience ! Il ne s’agit pas en effet de contracter les doigts, ou de se crisper, ou de se mettre à jurer parce que ces satanées boules ne veulent pas tourner ! On reste cooooooool !

Du point de vue de la médecine traditionnelle chinoise…

Le Qi, l’énergie, circule dans tout le corps grâce aux méridiens. Cette énergie nourrit nos organes. Si cette circulation se fait correctement, alors, pour les Chinois, nous sommes en bonne santé. Pour prévenir les maladies, il est essentiel que le Qi circule librement, sans blocage.

 

 

 

Les mains, ainsi que les pieds d’ailleurs, sont des zones importantes pour la circulation énergétique car on n’y trouve un ensemble de points réflexes qui correspondent à nos organes. Donc s’exercer avec des boules chinoises permet un vrai massage énergétique puisque les boules vont appuyer sur certains points clés.

Si les énergies circulent librement, votre mental et vos émotions seront aussi harmonisées. Les exercices avec les boules chinoises sont aussi une forme de lâcher prise (on a dit « lâcher prise », mais pas lâcher la boule !).

 

https://medecinechine.com

 

Une vidéo pour commencer en douceur…

 Une autre vidéo : Bon ! Ok ! C’est de la pub pour Greg…

 Mais ça vaut le coup d’œil !

 Désolée, y’a pas de sous-titres…. Mais on comprend tout quand même !

Donc ...  à partir de la rentrée, on fera nos taolu avec une paire de boules chinoises dans chaque main !!! Vous avez l’été pour vous initier…

A savoir :

En 1985, la première compétition de boules chinoises s’est déroulée à Bao Ding ! Donc … même dans ce domaine, on peut être « compétitif » !!!

Partager cet article
Repost0
27 juin 2020 6 27 /06 /juin /2020 13:56

 

"Le tigre aussi a besoin de sommeil."

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0
27 juin 2020 6 27 /06 /juin /2020 13:46

 

La Cong You Bing ( 葱油 cōng yóu bǐng) est un pain plat légèrement(bǐng  galette) salé à la ciboule (oignons nouveaux) contenant de l'huile (yóu). La pâte réalisée à partir de farine de blé est finement étalée, badigeonnée d'huile et parsemée d'oignons nouveaux émincés avant d'être roulée puis cuite.

Les origines de la Cong You Bing ne sont pas claires, mais  il est rare d’avoir des sources « sûres ». Cong You Bing remonte à si loin dans le temps que même les historiens chinois ne seraient pas parvenus à se mettre d’accord! On pense que la fameuse galette aurait vu le jour à Shanghai, ville autrefois peuplée par une importante communauté indienne. ! Le Paratha, pain plat indien contenant de l'huile et pouvant être farci de légumes et d'herbes aromatiques. A Shanghai, cette savoureuse galette est consommée au petit-déjeuner la plupart du temps, mais les Shanghaiens en croquent aussi parfois en journée, en guise d’en-cas ou en accompagnement de certains plats.

 

 La légende raconte que Marco Polo – qui d’ailleurs avait aussi rapporté les « spaghettis » de Chine – bref, que ce brave homme, une fois rentré de cette lointaine Chine, était tellement nostalgique en pensant à  la "Galette à la ciboule" qu'il aurait demandé à plusieurs cuisiniers italiens de tenter de lui en préparer. L’histoire dit que, après quelques tentatives et de nombreuses variantes,  LA pizza aurait vu le jour ! Il faut dire qu’à ses début, la pizza ne ressemblait pas vraiment à celle que nous connaissons et ressemblait plus à un pain de garde agrémenté de « choses diverses » (huile ou saindoux, herbes…)

 

https://upload.wikimedia.org

La recette de la galette à la ciboule change d'une ville à l'autre, d'un vendeur à l'autre, c’est le moment de laisser parler votre instinct « créatif » !

Pâte épaisse ou fine, avec plus ou moins d'huile, parfois assaisonnée de pâte de haricots de soja fermentée, de pâte de piment au sésame, parsemée de graines de sésame, frite avec un œuf ou tout simplement servie nature. .. Ce qui est important à la fin des fins c’est que la pâte soit chaude et croustillante  et moelleuse et feuilletée à l'intérieure.

C’est bien d’en parler, mais c’est encore mieux d’en manger ! Si vous n’avez pas l’occasion de prendre votre petit déjeuner en Chine ( un peu loin peut-être), il ne vous reste plus qu’à vous mettre aux fourneaux !

 

https://upload.wikimedia.org

Recette (enfin, une de celle qui ont cours !)

Avec la pâte, on peut faire une seule grosse galette entière à partager ou 4 petites.

Pour 4 galettes, il ne vous faut pas grand chose:

200 g de farine type 45

110 ml d'eau bouillante

30 à 35 ml d'eau froide

Une pincée de sel

50 g de ciboules (la partie verte)

Huile végétale

 

Et c’est parti :

Coupez les ciboules en fines rondelles, mélangez avec un peu de sel et réservez au frais.

Mélangez la farine et un peu de sel. Versez l'eau bouillante d'un seul trait, mélangez vigoureusement avec une fourchette ou une paire de baguettes pour faire plus vrai... Ajoutez ensuite l'eau froide petit à petit, pétrissez avec les mains pour rendre la pâte homogène et lisse. On doit obtenir une pâte assez souple. Laissez reposer 30 min (et reposez-vous aussi !)

Divisez la pâte en quatre morceaux équivalents. Abaissez chaque morceau en fine galette d'une épaisseur de 1 à 2 mm (on sort le mètre couture et on vérifie !!!....). Mettez une couche d'huile à l'aide d'un pinceau sur toute la galette. Parsemez de ciboule coupée en fines rondelles.

Roulez la galette pour former un boudin long, roulez de nouveau pour former une sorte d’escargot. Laissez reposer 15 min.

Abaissez ces tourbillons en galette de 4 mm d'épaisseur environ. Cuire (c’est mieux !) et déguster…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 17:57

 

Couvert de papillons -
L'arbre mort
Est en fleurs !

Kobayashi Issa

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 16:42

La posture de préparation et d’ouverture est fondamentale.

C’est le commencement, c’est le moment où l’on se pose !

 

 

 

Extrait du mémoire « TAI JI QUAN, la voix de l’équilibre » présenté pour le passage du 6ème Duan fédéral en juin 2019 – MPC.

 

«  La recherche d’équilibre est constante, que l’on soit en mouvement ou non. La station debout, à l’arrêt, n’est pas forcément la posture la plus simple à tenir lorsque l’équilibre n’est pas sûr. Il reste cependant plus aisé au départ de travailler à l’arrêt. Cela va nous permettre de nous concentrer plus finement sur nos perceptions.

Nous commencerons debout, pieds écartés, car, s’exercer à se tenir debout, les pieds joints, est plus compliqué que de s’entrainer à se tenir debout, les pieds écartés de la largeur du bassin.

      Quelles informations recevons-nous dans cette posture ? Si nous portons notre attention sur l’ensemble du corps dans une perception globale, il est clair que l’axe joue un rôle majeur.

En position debout, nous pouvons sentir que le corps est emporté vers l’avant si le regard est dirigé vers le bas, et que donc la tête n’est pas bien « droite »[1], puisque le fil qui nous relie au ciel est distendu. Regarder droit devant soi, en rentrant légèrement le menton, permet d‘étirer les cervicales, de diminuer la lordose à cet endroit et de maintenir un axe correct, une belle verticalité. On peut imaginer que l’on cherche à empiler les vertèbres les unes sur les autres.

Nous sentons aussi nettement que si la lordose lombaire n’est pas gommée, le poids du corps se déporte vers l’avant. En poussant légèrement mìng mén (4 VG, Porte de la vie) vers l’arrière comme si nous cherchions à coller notre dos au mur, nous pourrons également limiter la lordose lombaire.

Nous pouvons aussi nous apercevoir que si les genoux sont verrouillés, nos jambes se raidissent et se comportent comme deux bâtons. Nous n’avons plus « d’amortisseurs » pour absorber. Pour absorber et pouvoir réagir à bon escient, nos jambes devraient être des bambous flexibles.[2]

Chaque élément du corps dépend, pour sa stabilité et pour ses mouvements, de la position du segment sous-jacent. Donc, si les pieds sont mal positionnés, les éléments sus-jacents – comme les genoux par exemple, en souffriront. Il faut donc être particulièrement attentif à la position des pieds au sol.

Nous pouvons tester différents placements de pieds et nous nous apercevrons que la position la plus confortable et la plus stable est de conserver les deux pieds parallèles pour que nos genoux et nos hanches s’installent selon cet alignement.

 

Le premier exercice sera – en position pieds écartés de la largeur du bassin et parallèles - de partir de notre position naturelle et de prendre la position axée étirée du tài jí quán, en adoucissant la lordose cervicale et la lordose lombaire et en relâchant les genoux. Nous sommes alors  centrés et cultivons cette sensation de solidité en prenant le temps d’analyser nos sensations dans cette posture. Il est important d’étudier nos sensations pour mieux comprendre les réactions du corps.  

http://taichi.snowcron.com/chigun_jan_joan_pictures/jan_joan_05.jpg

Nous pourrons ensuite alterner ces deux postures, posture naturelle puis posture axée, afin d’apprendre à mieux sentir les différences entre les deux et à adopter de plus en plus naturellement une posture favorable à l’équilibre en fonction de notre propre morphologie et de nos capacités physiques.

Les genoux par exemple seront plus ou moins relâchés, il faut juste prendre garde qu’ils restent dans l’alignement des pieds et ne pas les projeter au-delà des pieds. La fonction des jambes et des pieds est de transférer jusqu’au sol le poids provenant de la base du tronc.

L’important est que la hanche, le genou et la cheville soient alignés, le corps du fémur et le corps du tibia aussi.

 

Les pieds sont ancrés. Les orteils sont bien en contact avec le sol. Le poids du corps se répartit également dans les deux pieds. En position debout immobile et verticale, c'est le talon qui supporte la moitié du poids du corps. Ici, le poids du corps se place harmonieusement dans tout le pied, avec un point fort sur l’extérieur et une zone allégée à l’intérieur, comme on peut le voir ci-après.

 

 

 

Enfin, les épaules seront détendues et basses : elles ne s’affaissent pas pour autant, elles ne sont pas rejetées en arrière, la poitrine est simplement légèrement creusée. Sur cet exercice, les bras sont naturellement détendus et placés le long du corps.

 

Cet entrainement permettra par la suite, et au quotidien, de trouver plus facilement et plus rapidement la posture la plus favorable au maintien de l’équilibre en station debout à l’arrêt… »

 

http://taichi.snowcron.com/chigun_jan_joan_pictures/taichi_twist_04.jpg

 

[1] On parle le plus souvent de tête droite, mais « droit » n’est pas synonyme de vertical. On peut par exemple dans la technique « coup de poing vers le bas » ou « aiguille au fond de la mer avoir la tête « droite », c’est-à-dire dans l’axe du corps, dans le prolongement de la colonne vertébrale, elle n’est alors pas verticale dans le sens sur l’axe Terre/Ciel.

 

[2] Souvenons-nous de la fable de La Fontaine : « Le roseau plie »… mais il ne rompt pas.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 17:03

 

 

Il ne sert à rien de jouer du luth

 devant des boeufs.

PHOTO XIAO LONG

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 16:52

 

PHOTO XIAO LONG

 

Si on connait bien le grand panda avec son pelage blanc et noir, le petit panda n’est pas si connu que ça … sauf peut-être par ceux qui voguent et naviguent avec Firefox ?

 

Animal emblématique de la province du Sikkim, il est un porte-bonheur au Bhoutan où le panda roux est considéré comme la réincarnation de moines bouddhistes, (la couleur de sa fourrure est semblable à la toge des moines !).

La première trace écrite connue sur le Petit panda se trouve dans un rouleau chinois du XIIIe siècle qui représente une scène de chasse … déjà ! Il ne fait pas bon avoir une belle fourrure !

PHOTO XIAO LONG

Originaire de l'Himalaya et du Sud-Ouest de la Chine, ce petit panda vit  en altitude (entre 2 200 et 4 800 m !) ce qui explique sa  fourrure épaisse, y compris sur la plante des pattes. Petit Dragon l’envie… des semelles intégrées bien chaudes pour l’hiver… Il ne risque rien, ce petit panda, ni par temps de neige, ni par les belles gelées qui sévissent dans les régions où il est implanté. Il est super équipé, puisque grâce à ses griffes fortes et  courbes, il peut saisir les branches d'arbres même étroites, les feuilles et les fruits. Il a un « faux pouce », comme le panda géant, qui est en réalité une extension de l'os du poignet. Ce «sixième doigt» lui sert en fait de pouce opposable. Il sait descendre un arbre tête la première, il fait pivoter sa cheville pour contrôler sa descente, c'est une des rares espèces grimpantes à en être capable (d’autres descendent aussi tête la première, mais sans pattes pivotantes !).

 Il préfère les forêts montagneuses et  surtout celles qui ont de vieux arbres et des sous-bois denses de bambous, leur repas de prédilection…

 

PHOTO XIAO LONG

C’est quoi un panda ?

Pour certains,, le mot « panda » serait une anglicisation de poonya qui signifie  « mangeur de bambou » (comme le panda géant, le petit panda ne peut pas digérer la cellulose et doit donc consommer un grand volume de bambou pour survivre même s'il peut se nourrir de petits mammifères, d'oiseaux, d'œufs, de fleurs et de baies.).

Son nom chinois est  小熊猫  (xiǎoxióngmāo) c’est à dire « petit ours-chat» ! Son surnom est hǔo hú (火狐), renard de feu… firefox !

...

Le panda roux, quand c’est le moment,  rassemble des matériaux, comme des broussailles, de l'herbe et des feuilles, pour construire…  un nid ! un arbre creux ou une fissure rocheuse font l’affaire, et Madame construit même plusieurs nids, car elle déplace fréquemment les jeunes (de 1 à 4) , d'un nid à l'autre.

La durée de vie  d'un panda roux se situe entre huit et dix ans, mais peut aller jusqu'à 14 ans. On a peiné à le classer: différent des ours ou des ratons-laveurs, on a décidé de lui créer sa propre famille, celle des Ailuridés.

L’effectif exact de la population actuelle de pandas roux dans la nature est inconnu, mais on estime qu’il reste moins de 10000 individus et que cette population décroît à cause de la réduction de son habitat (exploitation forestière …), mais également à cause du braconnage, ou encore de la consanguinité (du fait de la fragmentation de leur habitat, les populations de pandas roux se trouvent isolées les unes des autres).

Il a disparu déjà  des provinces chinoises du Guizhou, Gansu, Shaanxi, et Qinghai.

Et manque de chance au Népal, certains shamans utilisent sa peau et sa fourrure pour leurs robes de cérémonie : le panda roux est considéré comme un animal protecteur qui préservera son porteur des attaques des mauvais esprits…et les shamans ne connaissent pas la fourrure acrylique !

    En Inde, certains utilisent la queue du panda roux comme un talisman. En Chine, dans la province du Yunnan, un chapeau en fourrure de panda roux est censé porter bonheur au jeune marié…

Bien sûr, des mesures de préservation sont prises dans ces pays , mais sa situation reste bien fragile…

 

PHOTO XIAO LONG

 

Partager cet article
Repost0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: fengyulong1@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.