Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 15:39

 

Il existe depuis quelques années une nouvelle catégorie de piétons : les piétons tapoteurs de claviers, ceux qui marchent les yeux rivés sur leur téléphone… On se demande parfois si ces mutants disposent d’un 6ème sens car ils arrivent en général à éviter les obstacles sans lever le regard !!! Oui, mais… tout n’est pas rose dans le monde des tapoteurs et les trous et les bosses émaillent nos trottoirs et les vélos ou les voitures ne peuvent pas toujours éviter ces téméraires qui avancent sur le macadam sans complexe et … tête baissée.

 

Pour la préservation de ces tapoteurs qui ne sont pourtant pas en voie de disparition – au contraire-  une ville chinoise propose  des « chemins » réservés et balisés !

 

 

À Chongqing en Chine, les habitants adeptes du tapotage sont séparés des autres piétons : Ce trottoir réservé a été délimité par des lignes peintes, des flèches et des logos pour diriger les gens qui ne peuvent décrocher de leurs écrans. Ils peuvent se déplacer en toute tranquillité le nez sur leur écran.

 

À Chongqing, comme ce fût le cas dès 2014 dans la capitale américaine, des panneaux ont été installés pour prévenir les piétons du danger encouru. Sur la voie, est écrit en anglais et en chinois : »Utilisateurs de portables, marchez ici à vos propres risques ». , Il existe donc dorénavant deux trottoirs distincts dans cette ville de 32 millions d'habitants.

 

 

www.handyflash.de

 

Le but est aussi d’éviter les collisions parfois violentes (ainsi que les propos qui s’ensuivent !) entre accros du téléphone,  les « nez en bas »  et être humain non encore mutant, les passants qui se promènent « le nez en l’air » et regardent le paysage….

 

 

cdn4.spiegel.de

 


 On peut se demander si cette séparation de fait est réellement efficace (il suffit de voir chez nous le non-respect des pistes cyclables..). Peut-être faudra-t-il envisager un garde-frontière ? Et si cette mesure s’étend- élargir les chaussées avec zone piétons des « nez en l’air », zone des « nez en bas », zone vélos », zone bus, zone des porteurs de chapeaux, zone des sacs à dos … zone des pro-zones, zone des anti-zones, zone avec ozone (je dérape, on s’arrête là !) 

 

Les réactions sont diverses (et visibles sur votre portable !)
Les utilisateurs du «Facebook» chinois (Weibo s’en amusent ou ricanent, d’autres critiquent et trouvent que la voie pour ceux qui utilisent leur téléphone portable est placée trop près de la route et que ce n’est  pas pratique du tout ! Les « smombies » (amalgame de smartphone et de zombie) ne sont donc pas tous aux anges…

 

La « Voie » spéciale fait école et en Allemagne à Augsbourg, la « piste » est même balisée avec des lumières rouges incluses dans l’asphalte pour prévenir les « nez en bas » qu’un tram va arriver…

On n’arrête pas le progrès…

Comme le montre ce dessin publié par le Spiegel :

CHINE INSOLITE : AVEZ-VOUS TROUVE LA VOIE ?
Partager cet article
Repost0
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 16:20

 

Se peut-il qu'un homme

soit moins sage qu'un oiseau?

Confucius

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 15:47

 

Si vous voulez une idée de coupe de cheveux, voilà de quoi vous inspirer….. On connaissait la coupe au bol, la coupe au carré…. Il y a aussi la coupe dernier cri … (celle qui fait mal quand on passe à la caisse!)

 

 

Si le côté République populaire de Chine ne vous tente pas, vous pourriez essayer l’Élysée, la Bastille… ou Versailles ou autre … en fonction de vos convictions, les choix sont multiples, et le drapeau en option ! Mais sans lui, vous n'aurez pas le sens du vent....

 

Xiao Long songe plutôt à choisir la coupe dragon….

 

            

www.lemeilleurcoiffeur.com

Pas mal non?

Partager cet article
Repost0
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 14:43

C’est tout bien  d’inventer l’écriture… mais il faut bien ensuite écrire sur quelque chose… On a écrit sur des pierres, des os, des écailles de tortues, des lattes de bois reliées entre elles par des cordons… mais ce n’est pas franchement le sommet du pratique ! Essayez d’aller voir votre voisin et de lui dire : « Tu n’aurais pas une petite écaille de grosse tortue, j’ai une lettre à écrire »… Je plaisante ! Nous n’écrivons plus que des mails sur du papier inexistant….

 

Dans la tradition chinoise, on pensait que le papier était apparu sous le règne de Qin Shi Huang (IIIème siècle avant J-C), car une jolie légende racontait que des personnes auraient vu des dépôts blancs d'écume sur les rochers à la suite des crues et auraient tenté de le reproduire… Un peu curieux tout de même…

Sous les Han, dans tous les cas, on avait déjà une recette de papier à base de chanvre (On pouvait le fumer aussi ?), ou de bourre de soie.

Les cocons de nos malheureux vers à soie étaient ébouillantés, étalés sur une natte, puis concassés pour en récupérer le fil et les « déchets » et filaments qui restaient collés à la natte séchaient alors pour former une feuille  tout à fait utilisable pour écrire.

 

.wikimedia.org/

 

Cai Lun (105 après J-C) Ministre de l’Agriculture, trouva l’idée bonne dit-on et fabriqua du papier à partir de différents matériaux, chanvre donc, mais aussi écorce de muriers, reste de tissus ou de filets… Puis ce furent la paille de riz et le bambou que l’on utilisa.

 

Le pouvoir impérial chinois a participé à forger la légende de Cai Lun (par le biais d'une biographie officielle), conduisant à en faire une sorte de saint patron des papetiers.

Un temple en son honneur aurait été érigé sous les Song à Chengdu.

Une légende encore raconte que Cai Lun aurait vu les guêpes construire leur abri en formant une bouillie à partir de fibre de bambou et de salive…

Il aurait donc broyé des bambous et les trempa dans l’eau pour obtenir une pâte qu’il fit passer à travers un tamis avant de la laisser sécher…

Comme souvent, les histoires ne manquent pas sur le sujet…

 

 

 

 

 

 

Le plus ancien message sur papier –en fibres de lin- connu à ce jour et découvert en 2006 à Dunhuang, en Chine, serait de l’époque des Han de l’Ouest (-206 à 25)

 

 

Pour en savoir plus :

http://www.china.org.cn/top10/2011-03/04/content_22054243_10.htm

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 13:43

 

Sur le sable du rivage

à chaque trace de pas

le printemps s'allonge

 

Masaoka Shiki

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 13:00

En 2012 un panda du nom de Tao Tao était relâché en pleine nature et on a pu découvrir à cette occasion une nouvelle race de pandas : le panda à deux pattes…

Car la Chine ne recule devant rien pour réintroduire dans la nature cet animal attachant et emblématique : Ainsi, les soigneurs doivent-ils revêtir des complets-vestons couleur « panda » (on connaissait « taupe », « canari », « souris ».. eh bien voici « panda »…)

 

 

eteignezvotreordinateur.com

 

Cette manœuvre permet aux soigneurs de s’occuper des pandas, de  les nourrir, sans que ceux-ci s’habituent (trop) aux humains... parait-il… Car, une fois libéré, le panda ne doit pas rechercher l’homme, mais rester autonome… Ce n’est pas simple.

On apprend aux jeunes pandas nés en captivité à reconnaitre leurs prédateurs, comme l’ours brun (dont ils doivent savoir reconnaitre le grognement) ou le léopard (en reniflant leurs excréments). C’est un long entrainement, mais la seule technique qui puisse garantir leur survie.

 

francetvinfo.fr

 

Pour le bien-être des petits, un nouveau « métier » a vu le jour : câlineur de panda ! Le centre de recherche et de protection du panda géant propose 28 000 euros annuels pour faire des gratouilles aux bébés pandas…

Ils sont bien mignons et on s'userait volontiers les mains pour leur faire plaisir...

On peut se demander ce qu'ils pensent de cette "maman" toute bleue avec un gros nez blanc...

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 14:52

 

 

"La route est tracée par ceux qui y marchent."

 

 

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 14:34

Un coup d’œil sur le titre et voilà, vous pensez déjà que Xiao Long est passé du côté obscur de la Force !

Emporté par un Ego surdimensionné, il pense tout savoir et imposer ses vues !!!

Mais non, rassurez-vous, Xiao Long a toujours les deux pattes arrière sur terre (les pattes avant sont trop courtes pour ça !).

 

Bon, dans tous les cas au menu du jour, nous allons parler de Moi (non, pas moi, mais du Moi, de vôtre Vous quoi !). Car notre pratique est là pour que notre vrai Moi s’exprime…

 

Le côté obscur :

 

L’EGO : le melon ?!

 

C’est un sujet … sensible et le terme n’est pas franchement positif. Au départ, c’est simplement le « moi/je »… À l’arrivée, cela peut être autre chose.

 

Dans certaines approches spirituelles, l’ego est la représentation fausse que l’on se fait de soi-même. , l'ego n'a pas réellement de réalité, il ne serait qu'un « complexe » produit par des constructions mentales, des dysfonctionnements psychiques… Pour le bouddhisme, par exemple, l'ego ne correspond à aucune réalité tangible. Il n'est ni dans le corps ni dans l’esprit.

Au départ cependant, aucune connotation négative…

Et pourtant lorsqu’on parle d’ego, on n’est généralement sur le chemin qui mène à l’égo-centrisme,  la vanité, l’orgueil, l’envie de pouvoir et autres joyeusetés du même acabit, qui vous empêchent du coup de « passer les portes ». Bref, c’est ce qu’on pourrait appeler « avoir le melon » … quoique dans ma région d’origine, où l’on ne fait jamais les choses à moitié, ce serait plutôt « la pastèque »…

 

                   

photo: happyhippieshake.blogspot.com

 

Et cette fausse image est un obstacle à l’expression de la vraie nature de la personne concernée. Dans cette conception, une personne libérée de son ego connaît l’éveil spirituel. La voie bouddhiste par exemple consiste, entre autres, à libérer l'être humain de cette perception qui le place au centre de tout, et surtout, de le libérer de la souffrance liée notamment à la croyance de l'existence du moi.

Car il faut un moment arrêter de croire que tous les yeux sont posés sur nous, arrêter de tout prendre pour  « soi », arrêter de se dire que le monde est injuste, regarder son nombril et murmurer:

« Je suis malheureux, on ne m’aime pas, on m’en veut, j’aurais dû mieux faire, réussir… etc. … »

 

Le côté lumineux de la Force :

 

Le vrai Moi :

Plus on avance sur le chemin de nos disciplines, plus on comprend que « le but ultime de notre Tai-chi est justement d’atteindre, par la pratique, l’éveil du Moi », comme l’exprimait Maitre Gu Mei Sheng. Maitre Gu disait aussi : « Ce vrai Moi, c’est le tai-chi en vous ».

On touche là à la dimension interne du Tai Ji Quan. Quand on parle d’art martial interne, on vous dit le plus souvent que la différence avec l’externe c’est notre lenteur… Ce n’est pas faux… mais est-ce tout ?

Ce n’est pas tout…

 

Au début, on apprend les techniques, les règles, l’enchainement et le Moi, là-dedans n’a pas trop de place tant on a à penser. On est encore englué dans un gentil ego : on craint un peu le regard des autres, on a peur de « mal faire », bref… on est encore tourné vers le dehors.

Se libérer des règles après les avoir apprises et appliquées est un pas important. On s’aperçoit alors que si le geste est juste, il n’est pas unique et que chacun selon sa sensibilité, son vécu, interprètera la technique/ le mouvement différemment. Voilà un peu de votre Vous  qui apparait.

 

Et Xiao Long insiste (en tapant du pied !) :

Il n’y a pas UNE façon de faire correcte et d’autres qui seraient fausses.

Il n’y a que des intransigeants parfois (honnêtement convaincus du bien-fondé de leur démarche) qui voudraient imposer « une/leur » façon de faire.

De ce côté-là Xiao Long a ses idées aussi (mais ne vous les imposera pas…) :

Un professeur apprend à ses élèves l’alphabet (technique) qui permettra à ses élèves de lire dans tous les livres (taolu). Mais, nous n’avons pas tous la même écriture, certains feront de belles boucles, rajouteront des gros points sur les « i », d’autres écriront plus sobrement… même si à la base, le texte est identique. Et c’est bien ainsi !

 Car avant tout, nous pratiquons pour nous-même et pas pour la galerie. Nous sommes tous différents. Notre pratique est différente. La seule chose importante est que l’idée portée par la technique de base soit juste (axe, racines, amplitude, fluidité, intention …)

 

 

Au début de l’apprentissage, on trouve souvent deux façon de faire :

soit on mémorise seul, on « récite » son taolu, bien concentré –donc déjà un peu tourné vers l’intérieur, même si ce sont surtout les neurones qui chauffent et que notre petit Moi est encore bien coincé ; soit on imite les mouvements en regardant les autres…

Là, l’œil est encore tourné vers l’extérieur. Et il faudra prendre confiance en « soi », pour se détacher des modèles…

 

 Mais une fois que l’on sait, que l’on est imprégné de l’enchainement et des techniques, que l’on a déjà quelques « heures de vol », alors on peut laisser son Moi, tout son être agir au point de ne faire qu’un avec le mouvement.

 

 Ce qui fait d’ailleurs que l’on peut tout à fait perdre le fil directeur, se tromper, ou s’interrompre, ou sans s’en apercevoir tout de suite passer à une autre forme.

Et peu importe ! On est enfin dedans (et plus dehors !)

 

C’est ici le contraire du « Je pense, donc je suis » ! C’est le « Je ne pense plus, donc je suis vraiment » … C’est une forme de prise de conscience instantanée de l’éphémère au moment même où l’on fait une forme.

Il est toujours difficile de mettre des mots sur des expériences de ce type : ou l’on devient pompeux (et pompant !), ou l’on passe dans l’expression poétique trop éthérée… un brin psychédélique (et la moquette est un peu passée de mode !)

 

Bref, où que vous en soyez sur la route … sachez que le Tai Ji Quan n’est pas juste « une gymnastique de santé » comme on le trouve encore trop fréquemment dans de nombreux articles.

 

C’est une découverte de soi, de son unité, de son lien avec la Nature …. C’est une approche constructive et positive de soi. Et c’est donc aussi une approche positive des autres.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 18:32

 

 

On n’attache pas deux ânes à la même mangeoire.

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 18:08
PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Les libellules sont passées

           Rides sur l’eau

Le martin-pêcheur a plongé

            Rides sur l’eau

 

L’étang limpide n’en a cure

 

Lorsqu’il revient à ce qu’il est

Les truites se glissent insoucieuses

            Entre les nuages

 

 

François CHENG

Le livre du Vide médian

Espaces libres

Albin Michel

 

Cheng Chi-Hsien 程纪贤, François Cheng, est né en 1929 dans la province du Shandong. Cet écrivain, poète et calligraphe a grandi dans une famille de lettrés et arrive en France en 1948. Lorsque sa famille part pour les États-Unis, il reste en France, passionné par la culture française. Il étudie, traduit des poèmes français en chinois, puis des poèmes chinois en français.

Ce n’est que vers 1977 qu’il se met à écrire et publier en français. Il obtient de nombreuses distinctions au fil des années. En 2002, il devient membre de l’académie française.

 

Partager cet article
Repost0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: fengyulong1@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.