Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 13:35

 

Les habitants des fleuves connaissent la vie des poissons,

Les montagnards connaissent le chant des oiseaux.

Les habitants du fleuve vivent du fleuve,

Les montagnards vivent de la montagne.

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 14:53

 

   La tour Jinmao 金茂大厦 (jīn mào dàshà) est un gratte-ciel situé à Shanghai, dans le district de Pudong, au cœur des quartiers des affaires.

C'est un cabinet d'architecte américain Skidmore, Owings and Merrill qui a conçu ce projet. La tour Jinmao (ce qui signifie "immeuble de la prospérité d'or") a été inaugurée en 1998.

421 mètres, 88 étages, sa façade est conçue dans le style art déco.

Les ascenseurs sont ultrarapides, ils montent à la vitesse de 9 m/s et permettent d'aller du rez-de-chaussée au dernier étage en moins de 50 secondes (pas besoin d’essayer les montagnes russes après ça !).

C'est aujourd'hui le deuxième plus grand gratte-ciel de la ville de Shanghai, il représente l’ouverture de la ville sur le monde et sa puissance économique et financière.

 

Les 54 premiers étages abritent des bureaux. À partir du 55ème étage, la tour est occupée par un hôtel (Le Grand Hyatt 5 étoiles) et des restaurants de type occidental.

 

Photos wikimedia.org

 

Au centre de la tour se trouve un puits central vertigineux avec un patio 150 m plus bas.

 

On peut monter au sommet pour environ 5 euros et c'est une l'expérience à ne pas louper car c'est le meilleur point de vue de la ville. La visite de ce dernier étage permet d'avoir un magnifique panorama de la ville de Shanghai. Au milieu du dernier étage, une verrière donne sur le hall de l'hôtel- une trentaine d'étages plus bas- et les galeries qui desservent les chambres.

Quelques visiteurs à l’esprit aventureux ont décidé d’aller prendre un peu l’air du 88ème étage (double 8 !!! double chance … d’avoir le vertige ?)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://french.peopledaily.com.cn

 

 

Que l’on aime ... ou pas... le site SOM (du cabinet d’architecture Skidmore, Owings and Merrill) propose des photos superbes de ce bâtiment un peu spécial…

http://www.som.com/projects/jin_mao_tower

 

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CHINE INSOLITE
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 12:04

 

Prémices du printemps

Pour traverser les eaux

Un seul héron.

 

 

Tanaka Hiroaki

1873

 

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 11:39

 

Poursuivons sur le thème fluvial…Il nous faut à présent passer une corde sur le dos pour haler la barque (au boulot !).

Il est important de garder à l’esprit cette image d’un homme qui passe une corde sur le dos afin d’être plus précis dans le mouvement. Cette activité d’ailleurs existe toujours, comme on peut le voir sur cette photo de Chine Info sur les « Trois Gorges »…

 

image : https://chine.in/

 

Donc :

On ouvre avec le pied gauche en tournant le buste vers la gauche. On fléchit pour se retrouver en Gong Bu (pas de l’arc) et en même temps décrire un arc de cercle pour amener le bâton sur le côté – le haut du bâton revient vers vous – ce qui permet par la même occasion de masser le flanc gauche et donc le méridien Vésicule Biliaire.

 

On poursuit le cercle, la main gauche en bas, pousse le bâton vers l’avant et on se retrouve (dans le meilleur des cas…) le bâton vertical devant soi, main gauche en bas et main droite en haut.

On rapproche le bâton de soi pour pouvoir passer la tête et poser le bâton sur les épaules tout en revenant de face - disons face au miroir, position de départ pour ceux qui n’ont pas de miroir… ;)

 

On est donc pieds parallèles, debout naturellement… (et on en profite ! ça ne va pas durer !!!)

Le pied droit se tourne vers l’extérieur (pointe sur la ligne latérale/90°) et on laisse glisser le talon gauche pour que la position reste confortable. On est en Gong Bu.

En même temps, on tourne la taille vers la droite en tirant le bâton avec la main gauche, on masse les épaules au passage. On continue sur la torsion, on regarde à présent derrière vers la droite et on appui sur le point Jian Jing (21 VB) de l’épaule gauche. Le bâton est horizontal. On reste un petit moment…

 

image:http://www.cours-qigong.fr/

 

 

 

 

 

 

 

Et il faut revenir à notre point de départ !

 

La main avant passe le bâton par-dessus la tête, la main arrière ne bouge pas et sert de point d’appui en quelque sorte. Puis on revient vers l’avant en pivotant la taille tout en décrivant un arc de cercle avec le bâton, main droite en haut, gauche en bas.

Une fois de face, le cercle se poursuit. Le bâton passe devant vous en bas, remonte sur le côté gauche et se retrouve au-dessus de la tête (si vous ne l’avez pas encore perdue au milieu de toutes ces vrilles…). Le regard suit la trajectoire du bâton.

On ramène le pied gauche : on est pieds joints, en flexion et on va remonter sur ses jambes au moment où l’on descend son bâton pour se retrouver en position de départ.

Et… on est content, il ne reste plus qu’à faire la même chose de l’autre côté et de répéter une fois encore cette série…

 

Les clés :

 

Inutile de préciser que ce mouvement est délicat. Il faut donc l’adapter aussi à vos possibilités. La torsion de la taille est importante, on peut en réduire l’amplitude : il ne faut pas perdre de vue que ces mouvements doivent se faire sans douleur !

Si on éprouve une douleur, on va se crisper au lieu de se détendre et on aura encore plus mal… contreproductif tout ça ! Il s’agit de haler une barque et pas une péniche à soi seul…

 

Il en sera de même pour l’amplitude des mouvements de bras, on peut laisser glisser les mains afin de soulager les étirements en fonction de la santé de vos épaules…

 

Enfin, mesurez votre pas : l’écartement des pieds peut être réduit. Le centre de gravité peut être un peu plus haut.

Comme cette posture joue aussi sur l’équilibre, on peut adapter aussi un peu l’écartement afin de ne pas vaciller et forcer inutilement sur les genoux.

 

Avec un peu d’assiduité vous gagnerez naturellement en souplesse et en détente et les mouvements deviendront plus aisés.

 

Et ça sert à ?

 

Tourner, lever, baisser la tête stimule le point Da Zhui 14 VG et tonifie le Yang.

Masser 21 VB améliore la circulation du Qi et du sang. Cela peut réduire aussi les douleurs de la nuque et des épaules du genre de celles que l'on attrappe en écrivant trop longtemps sur son blog.. :)

Tourner la taille stimule le Vaisseau ceinture (Dai Mai), les vaisseaux gouverneur et conception (Du Mai – Ren Mai).

On étire les muscles de la taille, des jambes, des bras et on assouplit nos articulations.

 

 

YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
YANG SHENG TAI JI ZHANG 5 : ET SI ON HALAIT NOTRE BARQUE ?
Repost 0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 17:28

 

 

Un homme large d’esprit trouve ses aises

Même dans un endroit exigu.

 

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 17:17

 

Le Petit Dragon n’a pas pris sa plume depuis un moment… On aurait pu croire que Xiao Long était en vacances à se dorer les écailles, les oreilles à l’abri d’un canotier, mais pas du tout !

Il alimentait ses neurones et participait à un stage…

Comme chaque année Maitre ZHANG Jian (photo) proposait un stage sur certaines formes de Dao Yin Yang Sheng Gong. Rappelons que Maitre ZHANG Jian est le neveu de Maitre Zhang Guan De (créateur de l’École) qui vient de fêter ses 87 printemps le mois dernier - et qui - on le comprend bien, ne se déplace plus à l’étranger.

 

 

L’association Kunming de Biarritz accueille Me Zhang deux fois dans l’année et si le DYYSG est votre tasse de thé, et que vos pas (pneus) vous mènent dans cette région, profitez de cette occasion ! Et Xiao Long espère bien que Me Zhang (Wakalin) reviendra encore de nombreuses fois en France...

Xiao Long ne va pas tout vous raconter… d’ailleurs, il nage encore au milieu des notes qu’il a prises et doit y mettre un peu d’ordre… Mais cependant il va vous livrer l’idée directrice de ces quelques jours de … labeur : pratiquer lentement !

Me Zhang a beaucoup insisté sur cette lenteur dans la pratique et il faut l’admettre, portés par la musique ou par l’enthousiasme ou par automatisme (ooouh ! ce n’est pas bien ça !!!), nous avons tendance naturellement à nous emballer un peu…

Or la lenteur est un atout, elle permet à l’énergie de circuler tranquillement, elle permet d’harmoniser le mouvement, la respiration et l’esprit… Bref, que du bénéf !!!

 

Aaaalooors…n’aaalleez paaas troooop vite !

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans QI GONG DAO YIN
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 16:01

 

 

« Notre histoire, Pingru et Meitang » est le titre de ce livre très particulier, écrit par Rao Pingru et traduit en français par François Dubois (Editions du Seuil). Un livre surprenant et attachant… Xiao Long a beaucoup aimé…

 

 

 

En 2008, Meitang, l’épouse de Rao Pingru décède et c’est à travers ses écrits et ses dessins que Rao Pingru va faire son deuil en quelque sorte. Il va raconter dans cet ouvrage l’histoire de sa vie, l’histoire des siens, les joies et les peines qui font une vie et le destine tout simplement à sa famille.

Photo : http://culturebox.francetvinfo.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous traversons son enfance, sa rencontre avec Meitang, son mariage avec celle qui porte aux lèvres « une touche d’écarlate ». Puis viendra son engagement militaire lors de la guerre contre le Japon, son internement dans un camp de rééducation où il resta tout de même vingt ans, l’établissement de sa famille à Shanghai, la maladie de son épouse…

Le récit est prenant, poétique, à la fois grave et léger. Tout semble si simple, si naturel, si vivant que l’on ne s’ennuie à aucun moment et les aquarelles qui émaillent ce récit ainsi que les notes qui complètent ces dessins nous plonge dans autre une époque… où l’on apprend à fabriquer une lanterne-lion dont les yeux s’éclairent… où l’on apprend à réparer ses semelles avec du fil de plomb et des pneus usagés, à confectionner une veste Lénine en superposant les pièces de tissus destinées à boucher les trous tant de fois que l’on a à la fin un épais manteau…

Et pourtant on ne sent aucune amertume dans ses propos, aucun regret… Il dit lui-même :

« Chacun dans sa vie a des hautes et des bas. Et il y a un moment quand on est en bas ou forcément ça remonte. Et je crois que c'est cette conviction qui m'a permis de traverser les épreuves, cette confiance en la vie. Je suis certain que si on est en paix avec soi-même, le destin réserve toujours de bonnes surprises. »

 

 

L’homme en quelque dates:

Rao Pingru est né en 1922 à Nanchang, en Chine.

 

En 1940, il s'engage dans l'armée et est admis à l'Académie de Huangpu, basée à Chengdu.

En 1945 il est lieutenant, commandant une section de mortiers de 81 mm dans la 83e division de la 100e armée de l'ANR.

 

1948. Il se marie lors d'une permission avec Meitang Mao.

Il est nommé capitaine.

De 1958 à 1979 il est envoyé, en tant qu'ancien officier de l'Armée nationaliste, en camp de rééducation par le travail dans l'Anhui.

En 1980, il est réhabilité.

En 2008 décès de Meitang, il commence la rédaction et l’illustration de ce livre, plus de 300 dessins. Pingru est devenu peintre et écrivain à l'orée de ses quatre-vingt-dix ans. Il achève son œuvre en 2012. Sa petite fille photographie un des dessins de son grand-père et elle le publie sur son blog. Une journaliste de la chaîne de télévision centrale CCTV remarque ses dessins. Et c’est ainsi que ce qui devait rester un témoignage pour ses descendants devient un livre édité en Chine – en 2013- puis se voit traduit dans plusieurs pays.

 

En 2017, il est l'invité d'honneur du festival d'Angoulême. Un beau reportage sur :

http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/rao-pingru-est-devenu-ecrivain-et-peintre-a-plus-de-90-ans-pour-raconter-sa-vie-251733

Ci-dessous une vidéo réalisée lors du festival d'Angoulême :

l’interview de ce grand-père devenu auteur et dessinateur de « BD » malgré lui… et qui apprécie, nous l'apprenons … Sempé !

 

 

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LIVRE & FILM
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 15:19

 

 

 

 

Longue Vie a dit:

 

"Le triangle rouge attendra

la parole du losange noir

et la transmettra au carré rose

qui le dira au rectangle blanc

et au cercle vert."

 

 

 

 

 

 

Corto Maltese en Sibérie

Hugo Pratt

 

 

 

PHOTO: http://bedebulle.com

Repost 0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 14:49

 

Un petit clin d’œil « printanier » sur ce traineau ( ?!).

 

Si vous avez l’occasion de visiter le Musée des calèches de Versailles, vous pourrez y voir « le traineau au jeu chinois ».

Construit en France vers 1735, propose une caisse en bois à deux places, en forme de gondole (pas très chinois tout ça !... quoique… Marco Polo…, d’ailleurs, l’assise est garnie de velours en soie de Gênes à trois couleurs… exotique !!!)

 

Des têtes de dauphins sculptées soutiennent cette caisse décorée de panneaux peints sur lesquels de petits personnages jouent dans des jardins chinois agrémentés de pagodes.

 

 

On connait l’engouement pour les chinoiseries en France au XVIIIe siècle et il n’y a –à part le motif- que peu de chose « chinoise » : d’après les sources, c’est le maître peintre et sculpteur Henri Cliquet qui serait l’auteur des panneaux.

 

Mais que faire d’un traineau à Versailles ? À cette époque, les hivers étaient plus rudes que maintenant et des courses à la mode nordique étaient couramment pratiquées dans les allées du parc de Versailles, sur le grand canal pris par les glaces !

 

Mais le cocher ne risquait rien, car ses petits petons étaient protégés par des petits chaussons …

 

 

Ce traineau a été restauré avec soin pour l’exposition « la Chine en France » (Versailles-2014).

      Un site et des photos: http://www.connaissancesdeversailles.org

Repost 0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
commenter cet article
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 14:12

 

S’il y a un nom à retenir pour les amateurs de films chinois, c’est bien le nom de John Woo (吴宇森). Ce réalisateur, producteur et scénariste, né en 1946 à Guangzhou, détient un palmarès étonnant de succès (mais pas que…c’est vrai…).

Photo wikipedia

 

Sa famille s’installe à Hong Kong en 1951 et John découvre très vite le cinéma. Après quelques essais, il devient assistant de production aux studios Cathay, puis il migre vers la (« LA ») Shaw Brothers (la plus importante compagnie de production de Hong Kong)!

Il réalise alors son premier long métrage (« The young dragons ». Impressionnés, ce sont ensuite les dirigeants de la (« LA » aussi –pareil !) Golden Harvest qui lui proposent un contrat et le voilà (bien) parti… plusieurs films suivent, il finit par rencontrer Tsui Hark (qui réalise « Il était une fois la Chine ») qui lui permet de tourner ce qui sera son plus grand succès en chine « Le syndicat du crime » en 1986. Ce n’est pourtant qu’en 1989 que le monde entier apprend à le connaitre avec « The killer »…

 

Au fil des années Woo devient le maître du cinéma d'action avec ses scènes - plutôt violentes (quand même, il faut le dire…) mais extrêmement bien chorégraphiées, on ne se doute pas forcément que Woo est un fan… de comédies musicales… Dans tous les cas, les studios hollywoodiens trouvent son style à leur goût et se tournent vers lui.

 

 

Woo s'installe à Los Angeles en 1992 et continue son œuvre (« Chasse à l’homme » avec van Damme, « Broken Arrow » avec Travolta, « Volte-face » avec Travolta et Cage, puis « Mission impossible 2 ». Puis suivent quelques bas… et quelques hauts dont le point culminant, en 2008, sera « Les trois Royaumes », film de tous les records puisqu'il devient à la fois le plus gros budget et le plus gros succès au box-office de l'histoire du cinéma chinois. Et ce film-là vaut franchement le détour !!!

On va rester d’ailleurs là-dessus…

 

 

Repost 0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: mushutaiji@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.