Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 15:07

 

Lorsqu'on parle du bâton (Gun), on se dit que ce n'est pas une arme bien glorieuse comparée à ses compagnes: l'épée est plus noble, le sabre a du panache, la lance est guerrière, tout ça brille, et a du ... piquant!

 

Mais le bâton... C'est oublier un peu vite qu'un instrument est ce que l'on en fait. Combien de beaux combats au parapluie dans les films chinois! ou au journal (qui sert enfin à quelque chose!) roulé en ... bâton. Tout peut devenir une arme si on en décide ainsi. Le bâton eut donc rapidement la faveur de ceux qui, ni nobles, ni soldats devaient se défendre avec ce qui se trouvait à disposition.

 

Le bâton est semble-t-il assez peu pratiqué en Tai Ji (Tai Ji Gun), même si de nombreuses écoles affirment que le bâton contient toutes les autres armes, car il correspondrait à la Terre (le centre, l'harmonie, où se rejoignent Feu, Bois, Métal et Eau).

 

Les deux mains tiennent le bâton, ce qui demande une approche différente en comparaison des armes tenues à une seule main, et c'est une arme longue (2M environ), ce qui n'est pas sans avantages! 

 

On peut pratiquer aussi le "bâton collant" grâce à des exercices similaires aux exercices de Tui Shou à mains nues...

Les techniques sont variées: tuigun: pousser, jigun: frapper, jiégun: intercepter, chuogun: piquer, pigun: fendre, liaogun: tourbillonner, zhagun: percer, saogun: balayer, mogun: essuyer...

 

Il existe aussi des bâtons courts (à préférer si vous voulez ménager votre plafond!). Le point commun: pas de tranchant, pas de pointe, les deux mains peuvent manipuler le bâton dans tous les sens.

Il y a des bâtons (Zhang) de taille moyenne (voir enchainement Qi Gong)

 

PHOTO Xiao Long

Moins connu, le Tai Ji Bang ou bâton taoïste qui permet le travail à deux, l'auto-massage, le renforcement des tendons... Les exercices au "bâton de longévité" auraient été crées par Chen Po Tuan plus connu sous le nom de "sage de la rivière" (Dynastie Song). Il aurait voyagé des monts Wudang aux monts Hua et développé des exercices comme "24 exercices saisonniers" ou le "qi gong du sommeil".

 

PHOTO Xiao Long

 

Sabre, épée, éventail, bâton... Vous avez donc le choix des armes... Il n'y a plus qu'à!

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 16:51

Qingmingjie, est au départ la fête de "pureté et lumière", 24ème période du calendrier agricole chinois. Les 15 premiers jours d'Avril semblent avoir pour caractéristique une pureté de l'air et une qualité de lumière qui au sortir de la mauvaise saison annonce le début des travaux des champs. C'était donc le moment où les paysans se préparaient au travail et vérifiaient leur matériel avant de passer à l'action.

C'est vers le 5 avril cette année que se situera Qingmingjie (清明節). Ce jour, férié à Taïwan,  est devenu celui du nettoyage des tombes. Cette fête durait autrefois plus longtemps, une quinzaine de jours au cours desquels divers rituels étaient accomplis
. Elle s'inspire de deux anciennes traditions:
Shangsi , 上巳, qui dès le début de l'ère chrétienne était la fête destinée à apaiser les âmes errantes et les démons, et se transforma en promenade au milieu des tombes, équipé de branches de saules aux vertus apotropaïques.
Hanshi , 寒食, coutume des Han de l'Ouest, qui devaient "manger froid" pendant plusieurs jours, en plein hiver, ce qui n'était pas idéal pour la santé, en l'honneur d'un grand personnage, Jiezitui ministre du Duc Wen de Jin. Le fameux Cao Cao aurait pour cette raison déplacé la fête en avril. Cette tradition du "manger froid" semble ne plus être observée très assidument...


Une légende populaire, dont il doit certainement exister quelques variantes, raconte que Jiezitui (介子推) -période des Printemps et des Automnes- était un modèle d'intégrité et de piété filiale.
Il aurait suivi en exil l'héritier du trône chassé par un  traître (évidemment!) et lui offrit même à manger un morceau de sa chair pour que celui-ci survive!
 Mais une fois le danger passé et sa place retrouvée, le nouveau souverain 
"oublia" son bienfaiteur. Un jour, retrouvant la mémoire et mû par le remords, il le fit rechercher et apprit qu'il vivait misérablement dans la forêt avec sa vieille mère. Mais, on ne le retrouvait pas. Quelqu'un  eut la riche idée (!) de mettre le feu à la forêt pour le faire sortir. Et bien sûr,  il y brûla vif avec sa mère.
Le Duc ordonna alors qu'on lui rende un culte et qu'on s'abstienne d'allumer du feu lors de l'anniversaire de la mort de Jiezitui. Et l'année suivante, revenant en pèlerinage sur les lieux, le duc découvrit une pousse de saule à l'endroit où Jiezitui était mort. Il la ficha dans sa coiffure, et les années suivantes, chacun prit l'habitude d'accrocher une branche de saule à sa porte en souvenir du héros.


 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 15:00

C'est bientôt le printemps, mais si... et à force de le dire, il sera bien obligé de montrer son nez! Si en faisant le tour d'une jardinerie qui vous tend ses feuilles, vous voulez vous laisser tenter... c'est le moment! D'autant plus que les plantes ont leur rôle à jouer dans nos intérieurs aussi!


En Feng Shui, on utilise les plantes pour adoucir une arête de mur par exemple, ou pour éviter que l'énergie ne stagne dans un angle sombre (choisissez bien la plante en question, sinon elle sombrera aussi!). Les plantes apportent de la vie dans votre intérieur et assainissent l'air.

 

Photo Xiao Long



Mode d'emploi:
Les grandes plantes au port dressé, aux feuilles pointues sont yang, elles stimulent la circulation d'énergie dans les coins et au sud. Les plantes aux feuilles rondes, à port retombant sont yin, elles calment et se placent au nord.
Même si vous aimez les fleurs coupées, il faut savoir qu'une fois coupées, ces fleurs sont "mortes",  on les abandonne dans une eau stagnante et ce n'est pas franchement idéal, il vaudrait mieux remplacer le vase par une potée "vivante". Dans la même idée, ne laissez pas vos plantes dépérir, si les feuilles sèchent ou portent des signes de maladie, coupez-les afin que l'énergie ne stagne pas à cet endroit. Quant aux bouquets secs poussiéreux, il vaudrait mieux carrément oublier... Pourquoi ne pas les remplacer par une composition florale en photo ou en tableau aux couleurs fraiches?
Une plante dans un long couloir ralentit la circulation d'énergie (et la vôtre! Ce qui vous évite de foncer dans le brouillard...)
Dans une salle de bains, les plantes "drainent" l'énergie-Eau en excès ( en plus, elles adorent les salles de bains et y poussent volontiers!)

photo Xiao Long


Enfin, les plantes assainissent l'air (et les intérieurs modernes en ont bien besoin...). On peut citer en particulier le palmier, l'anthurium et ses belles fleurs rouges ou roses, le caoutchouc que tout le monde connait, le spathiphyllum et ses hampes blanches, le lierre, le philodendron-croton (évitez le monstrum!), le kalanchoe, le pothos et la fougère....



Bien, mais n'abusez pas non plus, car - comme en tout - il faut garder la juste mesure et ne pas transformer son appartement en jungle impénétrable. une des règles de base du Feng Shui reste de ne pas "encombrer" l'espace... (et quand même ne pas vider son porte-monnaie...)


 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 20:44

En cette nouvelle année du Tigre, voilà déjà l'occasion de (re)faire la fête: le 28 février 2010, ce sera la Fête des Lanternes (元宵节 : yuánxiāojié)!
Cette fête met un terme aux... festivités du Nouvel An.
On sort à la nuit tombée et on se promène une lanterne à la main: les plus connues sont en forme de montgolfières orange, mais il existe des lanternes de toutes formes, de toutes les couleurs...
Qu'elle soit en soie,  en papier traditionnel, éclairée par une bougie ou qu'elle soit en plastique et fonctionne avec des piles, qu'elle soit décorée de motifs classiques (plantes, animaux, scènes de légende...) ou de personnages des dessins animés préférés des enfants, peu importe, l'essentiel est d'en avoir une!

Les légendes racontent que le Dieu du Feu voulait incendier la capitale et qu'un petit malin eu l'idée de faire sortir tous les habitants dans les rues munis de lanternes rouges. On accrocha aussi des lanternes aux portes, à toutes les portes. Le Dieu en question se laissa berner: croyant que la ville était déjà la proie des flammes, il s'en alla!
Une autre histoire existe: sous les Han (206 av.JC- 220 apr.JC), le bouddhisme était déjà bien répandu en Chine et  les moines avaient l'habitude  ce jour là ( le 15ème du premier mois lunaire) de regarder les reliques de Bouddha et d'allumer des lampes pour honorer les dieux. L'Empereur, pour les honorer à son tour, aurait ordonné d'allumer ce même soir des lanternes dans tout le Palais Impérial. C'est ainsi que ce rite bouddhique serait devenu progressivement une grandiose fête populaire.

 
Dans la journée, des représentations artistiques sont proposées avec danse du lion, du dragon, danse du bateau, au tambourin... On essaie de trouver les devinettes qui sont écrites sur les lanternes (bien sûr!) et celui qui trouve la solution gagne un cadeau!
Le soir, certaines villes organisent des feux d'artifice.
On mange ce soir-là, une bonne soupe de yuanxiao (元宵), éponyme de la fête elle-même: des boulettes de pâte de riz farcies, le plus souvent sucrées, cuites à l'eau et bien rondes. Elles symbolisent la plénitude et la famille réunie.

 

Photo Xiao Long

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 13:26

A la fin de notre repas de nouvel an, qui aura, je l'espère laissé de bons souvenirs à tous  - y compris à ceux qui ont découvert la "salade de méduses" et en sont restés... médusés (d'accord, elle est facile, mais il fallait oser...!), on nous a aimablement offert à tous des mandarines.
Pourquoi? Et pourquoi pas des bananes? Voilà la question!
La mandarine est un cadeau traditionnel pour le jour de l'an. En Chine, elles servent de décoration et il est fréquent à cette période de voir dans les maisons de petits arbustes chargés de ces fruits.


 

PHOTO Xiao Long

 

Mandarine se dit "橘" (jü), ce qui ressemble beaucoup à "吉"ji qui signifie propice ou bon signe. Ce sont les mandarines du bonheur 福橘, on ne peut donc pas s'en passer pour célébrer une nouvelle année!
Ainsi, dans le sud de la Chine, lorsqu'on rend visite à des amis à l'occasion du nouvel an, on offre rituellement des mandarines. Il est dit que si on en reçoit 4 en cadeau, il faut en redonner 2... Comme nous en avions une pour deux, le partage s'est effectué selon les règles...
Il semble que le mandarinier était un arbre très apprécié dans la Chine ancienne. Son fruit, la mandarine est symbole de longévité, de noblesse et était réservé aux dignitaires (les mandarins!)... Certains évoquent la couleur des robes des mandarins, qui auraient donné le nom de "mandarines", mais il ne faut pas oublier que les mandarins, selon leur rang (de la 1ère à la 9ème classe!), portaient un vêtement différent (pourpre, rose, vert, indigo), et cette explication parait un peu légère...


 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans SYMBOLES
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 15:08

Le Nouvel An chinois  ( 农历新年 : nónglì xīnnián) ou « passage de l’année »  est le premier jour du premier mois du calendrier chinois. C'est le début de la fête du printemps ( 春节 ; pinyin : chūnjié) qui se déroule sur quinze jours et s’achève avec la fête des lanternes ( 元宵节 ; pinyin : yuánxiāojié).


Le calendrier chinois est un calendrier luni-solaire, la date du Nouvel An chinois dans le calendrier grégorien varie donc d'une année sur l'autre, mais tombe toujours entre le 21 janvier et le 20 février: cette année ce sera le 14 février, et les préparatifs vont déjà bon train et en France aussi, comme peuvent en témoigner les rayons dévalisés des supermarchés du 13ème à Paris!


Devant les magasins des lampions rouges sont suspendus, on vend des branches de forsithya, de cerisiers, d'orchidées, des lotus bien sûr, sans parler des décorations en papier, ou en carton où le rouge et le doré dominent. 


On nettoye la maison, on achète des habits neufs, beaucoup de choses à grignoter en famille : gateaux, graines de pastèque, fruits secs, bonbons, fruits confits ... on affiche un peu partout des souhaits écrits sur papier rouge, symbole de chance.  on retrouve le plus souvent les caractères (福) bonheur, ou chūn (春) printemps, souvent collés à l’envers car renverser ( 倒 dào) est homophone de arriver ( 到 dào) et c'est bien ce que l'on souhaite: que le printemps et le bonheur arrivent avec une nouvelle année. 
 

Photo Xiao Long


Traditionnellement, de chaque côté des montants de la porte d’entrée, on colle une bande de papier rouge sur laquelle est écrit un vers ; les deux vers se répondent et constituent une inscription parallèle.
Au diner on choisira de préférence des plats symboliques : Ainsi
le poisson ( 魚 ), homophone de surplus ( 馀 ), doit être présent pour garantir qu’on ne manquera jamais de rien ; certains prennent même soin de ne pas le finir, afin de rendre plus complètement son sens symbolique. Dans le nord de la Chine, on sert en principe un plat de raviolis (jiǎozi 餃子 / 饺子 )car leur forme évoque celle des yuánbǎo (元寶 / 元宝 ), lingots anciens. Le dessert traditionnel est le niángāo ( 年糕 ), « gâteau de l'An » ; gāo, gâteau, est homophone de grandir, et en manger constitue un gage de croissance dans tous les domaines souhaités.

On offre des enveloppes rouges contenant de l'argent. On fait éclater des pétards pour faire fuir les mauvaises influences et l'on se couche le plus tard possible, ce qui est un gage de longévité.

Certains pourraient trouver tout ça très kitsch... Xiao Long apprécie beaucoup cet affairement, cette ambiance colorée, vivante qui annonce le printemps!
Car il arrive:mais oui!  les premiers crocus montrent leurs nez dans nos jardins...

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 12:10

Pour nous la Tortue est associée au ... lièvre! Elle va doucement, mais sûrement. On connait bien l'histoire!
La Tortue (Gui) marque plus fortement la civilisation chinoise: les premières traces d'écriture (il y a - quand même - 3500 ans!) étaient gravés parfois dans la pierre, souvent sur des carapaces de tortues lorsqu'on voulait les conserver pour l'éternité. Les 214 clés* (seulement?) de base (ah, bon!) permettant l'élaboration de l'écriture chinoise ont été tracées sur des carapaces! 
                      
La longévité exceptionnelle des tortues et la stabilité des carapaces à travers les siècles intriguait les devins qui finalement décidèrent que les dessins de la carapace cachaient tous les secrets de la Terre et du Ciel, annonçaient l'avenir ou pouvaient permettre de communiquer avec les ancêtres (scapulomancie, mais oui, ça existe! On posait une question aux ancêtres, on exposait un morceau de carapace aux flammes et les craquelures qui apparaissaient alors étaient interprétées).
La Tortue est l'allégorie du monde: une fois sur le dos (pas confortable pour la Tortue!), son ventre forme un carré, la Terre, le Monde, le carré du centre représente la Chine. La carapace  qui dépasse autour est ronde, c'est le Ciel.

 

Photo Xiao Long


 
Depuis longtemps avoir une tortue sous son toit protège la famille et le foyer. Les temples taoïstes et bouddhistes possédaient tous des tortues. Symboliser la protection est logique, avec sa grosse carapace, la tortue est bien à l'abri! Elle symbolise aussi la stabilité, la longévité, l'immortalité et la sagesse (qui va de pair avec la longévité?).
La Tortue est associée au nord, à l'eau, au noir.
Dans la légende, le monde est porté par 4 éléphants, eux mêmes portés par... une Tortue.

* clé: pour distinguer des caractères identiques ayant des sens différents, l'écriture chinoise utilise les clés, qui ne se prononce pas...

   
Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans SYMBOLES
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 17:06

Le Wu Wei  (无为) est un concept taoïste qui littéralement signifie "sans" "action", souvent traduit  en français par "non agir". 

 

 On se dit alors que tous les chats sont des adeptes du Wu Wei puisqu'ils passent leur temps en boule sur leur coussin, si ça n'est pas du non agir, ça! On pourrait donc croire qu'il n'est question que de repos, de paresse, d'inertie ou de passivité, ce qui, il faut l'avouer, nous conviendrait assez bien en cette saison!


Mais non, c'est raté, on a tout faux!! Ce n'est pas aussi simple. Le Wu Wei irait-il à l'encontre du Taoïsme qui, au contraire invite à la mise en mouvement, puisqu'il faut s'engager sur la Voie?! Alors... C'est à n'y rien comprendre!
      
                                         
"Non-agir", ce n'est pas ne rien faire, mais plutôt faire à bon escient et en accord avec la Nature. Il ne s'agit pas d'insouciance ou de laisser-faire, mais de se mettre à l'écoute des rythmes de l'univers: on ne s'agite pas,  on ne court pas dans tout les sens pour faire avancer de lointains projets, on ne calcule pas, on s'économise.

De toute manière, ce qui doit arriver, arrive. C'est un peu notre "Tout vient à point à qui sait attendre"... (proverbe non chinois pour une fois). 


Pas de réponse disproportionnée, on ne fait que ce qui doit être fait, spontanément. On est intérieurement disponible et l'on obéit à une "Volonté Céleste" ou une "Intelligence universelle"...  

Ce concept apparait dans le yi jing et le Laozi. On y retrouve souvent l'image de l'eau. Comme l'eau coule et s'adapte au terrain ou se transforme selon le climat, sans jamais perdre pourtant sa nature profonde, les évènements surgissent, on y réagit... en gardant la juste mesure.

Le chat dort, la souris passe, l'oeil s'ouvre: s'il n'a pas faim... l'oeil se referme.
... Voilà une belle idée, et l'on voudrait être capable plus souvent de Wu Wei!  


 

PHOTO Xiao Long


 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN QI GONG
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 15:21

           On entend souvent parler de Feng Shui et les livres sur le sujet ne manquent pas. Il en est des bons et des (nettement) moins bons qui font alors du Feng Shui un ramassis de vieilles superstitions ne reposant sur rien (pour les plus mauvais!). Xiao Long a donc décidé de reprendre la chose de son début (ou presque...)


Définition: Le Feng shui (chinois traditionnel : 風水 : fēng shuǐ), prononcé en français quelque chose comme "fonchoué", signifie « le vent et l'eau ». C'est un art chinois millénaire:  le but est d'harmoniser le Qi,  l'énergie d'un lieu de manière à favoriser la santé, le bien-être et la prospérité de ses occupants.


Il s'agit d'un des arts taoïstes. Le principe du Feng Shui se fonde surbasé sur la complémentarité du yin et du yang. Les parties yin d'une maison sont l'arrière du bâtiment (les chambres, salles de bains) et les parties yang sont les parties avant de la maison (séjour, cuisine, entrée, bureau).

Cet art fut tout d'abord appelé Kan Yu (堪輿), kan « observation » et yu « char », puis « terre ». On a choisi l'expression: « observation de la terre ». Certaines interprétations considèrent que Kan désigne la voie du ciel et Yu la voie de la terre. Le nom de Feng Shui apparaît pour la première fois dans le Zangshu (葬書) ou Traité des sépultures (IIIème siècle?).


Depuis des siècles, les Chinois s'y réfèrent pour concevoir leurs cités, construire leurs maisons et inhumer leurs morts. Au delà de la sphère privée, le Feng Shui est utilisé dans le monde des affaires et on peut consulter un maîtres en Feng Shui pour décider de l'implantation de son commerce, de son bureau. Et l'on s'assure la bonne fortune... On ne risque rien à essayer...

 

Photo Xiao Long

 

Les Classiques disent que le Qi se disperse par le vent et il est arrêté par l'eau. Les Anciens l'ont collecté pour prévenir sa dissipation, ils l'ont guidé pour assurer sa rétention. Ils ont nommé cette méthode Feng Shui.

                       

Le Feng Shui est une sorte d'acupuncture: Elle modifie la distribution du Qi au travers des méridiens du corps, dans un but déterminé et le Feng shui est  en ce sens une sorte de « médecine de l'habitat » qui en respectant quelques règles modifie la circulation de l'énergie dans un espace donné.

Les cinq éléments (bois, feu, terre, métal et eau) sont positionnés en fonction des axes cardinaux pour l'école de la boussole, la plus répandue à travers le monde.

Au fil du temps, le Feng Shui est devenu de plus en plus complexe et plusieurs « écoles » ont vu le jour, chacune apportant un éclairage différent d'une même réalité:

Le Ba Gua Fa, plus connue en tant que Méthode des Huit Aspirations

Le Ba Zhai Fa, ou Méthode des Huit Demeures

Le Xuan Kong Fei Xing, ou méthode des Étoiles Volantes, etc...

 

Depuis les années 80, une forme simplifiée du Feng Shui s'est propagée, aux États-Unis d'abord, puis partout dans le monde. Celle-ci présente le Feng Shui dans son aspect originel mais pour une approche plus pragmatique.


La ligne directrice du Feng Shui est donc d'optimiser la circulation du Qi. en équilibrant les forces en présence. Ces flux sont influencés par les formes et les matières composant l'environnement... Suite ... au prochain épisode!

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE

Recherche

 Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s’intéressent à la culture asiatique.

Si vous voulez pratiquer le Tai Ji Quan ou le Qi Gong, allez sur le site de l'association Feng yu Long où vous trouverez toutes les informations nécessaires.

https://www.taijiqigongevreux.com/

 

.