Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 16:08

 

On le dit, on le répète:

"Soyez zen, cool, relax..."


" C'est facile à dire, mais quelle est la recette? Pourquoi me dit-on toujours de relâcher, je suis relâché!!!

Je suis CALME!!!". On voit bien que le ton monte?


Restez z.., euh, je veux dire... voilà quelques trucs:


*Premier ingrédient: la prise de conscience. On se rend compte que l'on est sous tension presque en permanence et que cet état étant devenu pour ainsi dire notre état "normal", il faudra faire un petit (restons optimiste) effort pour se détendre. On arrête de serrer les dents, de bloquer ses épaules, de se crisper sur son volant (au pire) ou sur sa fourchette (!?)

 *Ajoutez une pincée de silence ou de musique douce ( difficile de se détendre dans le bruit, les enfants qui appellent, le chat qui veut sortir, le chien qui veut entrer, le téléphone qui sonne...) et un environnement agréable, pourquoi pas à l'extérieur si le temps le permet (et si votre voisin a cassé sa tondeuse!). S'installer confortablement debout, colonne bien verticale, ou assis, ou allongé. L'essentiel est de s'arrêter et d'être confortablement installé... le tapis à clous... c'est pour les fakirs!

 


*Une louche d'air pur (?): Écouter sa respiration, la calmer (oublier la liste des courses...). Laisser passer les pensées: revenir toujours à sa respiration tranquille et régulière est une des clés.

*Un peu d'anti-rides: Détendre le front et tout le visage, relâcher la mâchoire, les muscles du cou, des épaules, etc... se laisser fondre (sans s'effondrer cependant).


Pour bien sentir la différence, on peut tendre au maximum les doigts, ou monter les épaules très haut (inspirer), puis tout laisser aller (expirer).


*Profiter de cet instant rare où tout passe et rien ne se passe...
On a dit "relâcher," ce n'est pas s'endormir...
Il faut garder l’œil entrouvert...

Ceci est un chat zen... m'enfin! que dis-je, je me répète... c'est un chat!

 

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 15:52

 

Tout le monde se pose la question (enfin, peut-être… ou pas ?)

Est-ce bien Johannes Gutenberg qui est à l’origine de l’imprimerie ? On pourrait le croire… si on ne va pas regarder du côté de la Chine…

Sous les Tang déjà (618-907), les Chinois utilisaient l’imprimerie à caractères fixes (impression page par page, à la différence de la presse de Gutenberg qui permettait de recomposer des textes avec les mêmes caractères).

 

photo :物欲研究所

La langue chinoise, constituée d’innombrables caractères se prête peu aux caractères mobiles, il en faudrait une quantité astronomique (enfin, presque !)… Alors que notre alphabet, avec un nombre de lettres limité, convient bien à l’imprimerie comme nous la connaissons. On aurait donc d’abord commencé à pratiquer l'impression tabellaire (ou fixe) sur planchettes de bois vers la fin du VIème siècle, si on en croit certains auteurs chinois.

Le premier texte imprimé serait « Le Sutra du Diamant », texte bouddhique, édité en 868. Ce texte sacré, a été retrouvé dans la grotte de Dunhuang, dans la province du Gansu et inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 Ce Soutra du Diamant(photo wikipedia en haut) est daté de 868 (dynastie Tang), il est conservé à la British Library.

C’est le plus ancien ouvrage complet, imprimé et daté, à nous être parvenu.

 

http://cedricbeau.com

 

La recette :

L’imprimerie à caractères mobiles serait l’invention de Bi Sheng (milieu du XIème siècle). Shen Gua décrit cette technique dans son ouvrage Mengxi Bitan. Il explique que l’imprimeur fabriquait de petites plaques faites d’une pâte de terre sur lesquelles il gravait les caractères les plus courants. Puis, il faisait cuire les plaques pour qu’elles durcissent.

 

photo:五度学习网- 学习

 

Il plaçait sur une table un support en fer, et la recouvrait d’un mélange composé de résine, de cire et de chaux. Pour imprimer il appliquait sur ce support un cadre en fer, il y rangeait les caractères (types) bien serrés. Il prenait cette « planche » et l’approchait du feu pour que le mélange ramollisse, il appuyait alors très fort (il devait avoir des super biceps !) avec une planche bien plane et les caractères s’enfonçaient dans le mélange, tous égaux et unis.

On pouvait alors tirer des dizaines, des centaines et des milliers d'exemplaires : l'impression s'opérait en un clin d’œil. Lorsque le tirage d'une planche était fini, on la chauffait de nouveau pour faire fondre le mélange, et l'on balayait avec la main les types, qui se détachaient d'eux-mêmes sans garder la plus légère particule de mastic ou de saleté.

La mise en place de caractères mobiles augmenta l'efficacité de l'imprimerie. Le caractère mobile a de grands avantages, il réduit le temps de fabrication du bloc, il peut être utilisé de façon répétée, et, plus petit que le bloc, il est facile à ranger.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2017 6 23 /12 /décembre /2017 15:56

 

Une poutre qui tombe peut briser un mur,

Mais ne peut réparer le trou.

 

 

Zhuang Zi

 

 

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2017 6 23 /12 /décembre /2017 15:43

 

Connaissez-vous Yiwu ?

 

 

 

Yiwu se trouve dans l'est de la Chine (province du Zhejiang) et on y fabrique des décorations de Noël.

Même si les Chinois célèbrent de plus en plus cette fête, on ne peut pas dire que cela soit aussi marqué que chez nous !

Et cependant, Yiwu est le plus grand marché de Noël au monde.

 

https://www.lesechos.fr

 

On y produit près de 80% des décorations vendues dans le monde, et 30% partent vers les États Unis (gros consommateur de décos !).

 

Depuis 2008, cette ville inonde la planète de ses produits.

La ville est une ville atelier et là-bas c’est Noël tous les jours !!!

L'été est même la période de pointe pour la fabrication des sapins de Noël, des bonnets de Père Noël, des boules …

 Bien sûr puisque les achats doivent être faits plusieurs mois avant Noël, ces achats se font souvent au « Marché du commerce international d'Yiwu ».

 

Des centaines d'usines (plus de 600 usines et ateliers de fabrication entourant la petite ville d'1,2 million d'habitants)  produisent toute l'année ce que nous allons accrocher dans nos sapins. L'année dernière, les commandes de décorations ont rapporté pas moins de 3 milliards d'euros : ça en fait des étoiles et des angelots!

Il faut dire que la concurrence est rude et chacun calcule ses prix au plus juste.

Et pour vous ce sera ? Un sapin qui s’éclaire tout seul ? Une guirlande ?

 

http://french.china.org.cn/

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2017 6 23 /12 /décembre /2017 15:11

 

Nous voilà arrivés à la fermeture de cette forme. Après bien des péripéties, on se recentre, on ramène le Qi au centre.

 

À la suite de la recherche des trésors cachés au fin fond des mers, on écarte le pied gauche (bien sûr !).

Pieds écartés largeur du bassin, on saisit le bâton verticalement, on écarte les bras en laissant pendre le bâton verticalement, et on rapproche les mains en direction du centre, comme pour embrasser quelque chose, paumes vers le ventre, en fléchissant les genoux.

On regarde devant soi, on reste immobile un instant et on remonte sur ses jambes en ramenant le Qi au dan Tian. On répète ce mouvement 2 fois.

 

 

C’est un recentrage, un équilibrage, un retour au calme… de toute façon avec tous les mouvements précédents, si riches en difficultés de synchronisation, il ne nous reste plus un seul neurone dispo… Je plaisante !!! :)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mouvement 10 est une fermeture « classique ».

 

 On ramène le pied gauche à côté du pied droit. On regarde devant en restant immobile.

Quoique... Rester immobile répond aussi à certaines règles :

La taille est relâchée, les aisselles creuses, les épaules basses - bien évidemment ;) -, le corps droit.

On respire tranquillement naturellement à son rythme.

 

On prend le temps de sentir notre position entre Ciel et Terre ( et non, on ne pense pas déjà à partir listes des courses en main !!!)

 

 

YANG SHENG TAI JI ZHANG 9 : RAMENER LE QI AU DANTIAN
YANG SHENG TAI JI ZHANG 9 : RAMENER LE QI AU DANTIAN
YANG SHENG TAI JI ZHANG 9 : RAMENER LE QI AU DANTIAN
YANG SHENG TAI JI ZHANG 9 : RAMENER LE QI AU DANTIAN
YANG SHENG TAI JI ZHANG 9 : RAMENER LE QI AU DANTIAN
YANG SHENG TAI JI ZHANG 9 : RAMENER LE QI AU DANTIAN
YANG SHENG TAI JI ZHANG 9 : RAMENER LE QI AU DANTIAN
YANG SHENG TAI JI ZHANG 9 : RAMENER LE QI AU DANTIAN
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 16:23

 

 

Seul un golfeur, arbitre de tennis,

penserait à prendre

un joueur de hockey

pour juger du patinage artistique.

 

XIAO LONG

(réflexion profonde du Petit Dragon au mieux de sa forme...)

 

 

https://www.zazzle.fr
 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 16:23

                

     Chungliang Al Huang " TAI JI, Danse du Tao"
                                 (Guy Trédaniel Editeur) 1986


Un livre à lire et à relire de temps en temps...
Chungliang Al Huang, est né en Chine puis émigre aux Etats-Unis où il étudie l'architecture et la danse. Il écrit ici un livre non pas tant sur les techniques du Tai Ji Quan que sur la recherche des sensations dans la pratique.
A travers ses propres expériences et celles de ses élèves et stagiaires, il décrit un Tai Ji Quan vivant, fluide, intuitif, libéré même pourrait-on dire des "contraintes" techniques.

Car si la précision de la technique est importante, c'est une précision dans la cohérence du mouvement: cela ne signifie pas que la main DOIT être à 45°, le pied à 33°...

Une approche singulière qui vaut le détour pour cet esprit d'ouverture qui parfois nous fait défaut tant nous sommes à la recherche du "bon" mouvement?

Et là, ô surprise (et soulagement!),

nous allons découvrir qu'il n'y en a pas:


 


        "La forme n'est qu'un moyen pour atteindre
           la  fluidité: ce n'est pas quelque chose de
            figé, ni   d'établi une fois pour toutes,
            comme peut l'être une photographie."

 

Pour que chacun d'entre nous se sente libre de faire SON Tai ji quan, libre de s'y exprimer, de laisser vivre l'énergie qui est en nous...

Tout est yinyang, ouvert, complet, heureux de s'exprimer...

 

Je regrette que la vidéo qui suit ne soit pas traduite en français, mais ceux qui ont bien suivis leurs cours d'anglais  (tant pis pour ceux qui bricolaient des avions en papier ou jouaient au morpion...) apprécieront la précision, l'humour, la générosité de ce grand philosophe...

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 15:40

 

Bien, voilà qu’à présent nous sommes copains avec le dragon d’or qui n’a plus aucun secret pour nous…ou presque.. . et le voyage continue !

Nous allons explorer la mer pour trouver des trésors… Bon, alors « explorer la mer »… on va aller voir tout au fond… il va falloir se baisser !!!

C’est parti !

On écarte le pied gauche, largeur des épaules et en même temps on lève le bâton à deux mains devant le corps bras tendus  (mais pas bloqués !), on ramène le bâton vers soi, au niveau de la poitrine et on le fait glisser sur le ventre, puis les jambes, jusqu’aux pieds… (ou pas ! soyez raisonnables et adaptez la descente en plongée au fond des mers…).

On fléchit un peu les genoux avant de les tendre à nouveau en se tournant vers la gauche : la tête regarde à gauche, le bâton monte sur le côté, bras droit plié, bras gauche tendu. On regarde le bout du bâton…

On ne s’éternise pas dans cette super position ultra naturelle et méga confortable : on fléchit de nouveau un peu et on fait le même chemin à rebours. Le bâton est au niveau des pieds : on le regarde.

 

En restant au centre, on lève la tête pour regarder devant* en tendant les jambes de nouveau, le bâton toujours au sol.

*La Nature nous a fait inégaux dans ce domaine : certains doivent avoir plus de cervicales que d’autres et peuvent regarder droit devant dans cette position.

 

Puis on redresse le corps, le bâton glisse sur le corps, longe les jambes, monte jusqu’à la poitrine. On ramène le pied gauche. Le bâton descend en position de départ naturelle. On regarde devant.

 

 

 

Il ne reste plus qu’à répéter le mouvement à droite et reprendre cette série encore une fois.

 

 

 

 

 

 

Attention à :

 Mesurer et adapter l’amplitude des mouvements… Xiao Long vous rappelle qu’il s’agit de pratiquer POUR la santé et non CONTRE !

 

 

 

Le Qi Gong se pratique pour soi et non pour épater la galerie… (Ouais ! regarde comme je me plie !!! Ouille, regarde comme je ne me déplie pas !!!!)

Noter que :

 Les épaules restent relâchées,

Toutes les articulations sont mobilisées en douceur et dans la fluidité du mouvement,

Les articulations ne sont pas bloquées,

Il vaut mieux respirer naturellement plutôt que de faire une belle apnée (en général la respiration se cale bien toute seule dans la logique des mouvements du corps).

On relâche les lombaires pour plus de confort.

 

… et tout ça pour….

Stimuler les Vaisseaux gouverneur (Du Mai), conception (Ren Mai) et ceinture (Dai Mai), afin de laisser circuler le Qi  et le sang partout.

On stimule le Rein/Vessie.

On masse le centre.

On travaille les points Yuan et Jing.

On étire les muscles, on se renforce, on soulage les lombaires…

Un mouvement très complet pour une  (presque fin de forme)

 

… une mine ! Un vrai trésor !

 

 

 

 

 

YANG SHENG TAI JI ZHANG 8 : EXPLORER LA MER POUR TROUVER DES TRESORSYANG SHENG TAI JI ZHANG 8 : EXPLORER LA MER POUR TROUVER DES TRESORS
YANG SHENG TAI JI ZHANG 8 : EXPLORER LA MER POUR TROUVER DES TRESORSYANG SHENG TAI JI ZHANG 8 : EXPLORER LA MER POUR TROUVER DES TRESORS
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 17:21

 

Hiver désolé-

Noir de corbeau

Neige d’aigrette

 

Yosa Buson

 

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 17:21

Pour ceux qui recherchent  la tenue adéquate pour exécuter le plus confortablement possible les formes, il faut savoir que tout vêtement large et souple peut faire l'affaire.
Xiao Long préconise le tee shirt (blanc dans notre section, avec notre logo et notre mascotte!) et un pantalon noir ample. Rien ne doit gêner le mouvement des bras ni entraver les jambes.
On peut trouver aussi de jolies tenues chinoises.

Si vos vacances vous mènent en Chine, vous n'aurez que l'embarras du choix. Si (crise oblige) vos vacances ne vous mènent qu'à Paris, poussez jusqu'au 13ème arrondissement et les boutiques s'ouvriront pour vous (c'est une image! vérifiez les horaires avant d'y aller...).

Les rues d'Ivry et de Choisy sont une mine!

Quelques noms pour ceux qui souhaitent aller prospecter:

Una  et City Import au 44 avenue d'Ivry (galerie au dessus de Paris Store) pour les tenues et pour les tissus  Ao-Ta.

Kim Thanh  69 avenue d'Ivry

Mydo Mod's 88 avenue d'Ivry ...

et bien d'autres...

flânez, essayez et vous trouverez certainement votre bonheur!


Il y a beaucoup de choses, même si ce ne sont pas toujours de "vraies" tenues de Tai Ji Quan.


-"Mais c'est quoi les vraies?"


-"Les "vraies" ont 7 brandebourgs sur le devant, des découpes particulières sur les manches et le pantalon offre une "aisance" particulière qui permet de ramper comme un serpent digne de ce nom sans faire exploser les coutures de l'entrejambe..." (On dirait que Xiao Long parle d'expérience!)

 


Mais pour une pratique de santé sans exploits gymniques, une tenue classique fait bien l'affaire.

Bon shopping!
 

Partager cet article
Repost0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: fengyulong1@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.