Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 12:51

La fête des bateaux-dragons,  duān wǔ jíe (端午節)  marque l'entrée dans les chaleurs de l'été et la saison des épidémies. Elle a lieu le cinquième jour du cinquième mois lunaire, le 16 juin cette année. De nombreuses pratiques y sont associées. Toutes ont pour but de conjurer les démons des maladies. On devait par exemple consommer du vin soufré, xióng huáng jiǔ (雄黃酒) —cette tradition tend à disparaitre de nos jours, car on a pris conscience que ce vin faisait peut-être autant de victimes que les maladies infectieuses qu'il devait éviter... 

On  fabriquait, et de nos jours encore les mères confectionnent de petits sachets de tissu (xiāng bāo 香包) remplis d'une poudre censée protéger contre les maladies l'enfant qui le porte... Les sachets sont tenus par un fil de soie et portés au cou  ou accrochés au vêtement. Ces gracieux ornements ont encore pour effet d'exorciser les démons. On décore aussi pour l'occasion la porte d'entrée avec des herbes protectrices (chāng pú, 菖蒲), de l'armoise,(ài cǎo, 艾草) et l'effigie d'un dieu pourfendeur de démons, Zhōng Kuí.

 

La tradition veut que ce jour-là, lorsque le soleil arrive au zénith, l'énergie yang (陽)  atteigne son apogée. Ce serait le seul moment de l'année où on peut aisément faire tenir un œuf debout sur sa pointe, jeu auquel se sont exercées avec plus ou moins de bonheur des générations d'enfants chinois.

 

Mais la coutume la plus remarquable reste les courses de bateaux en forme de dragon mûs par  des rameurs. La légende la plus connue, raconte qu'un ministre du roi de Chu  (Printemps et Automnes), Qu Yuan (屈原), poète à ses heures, se serait jeté dans la rivière Miluo par dépit:  ses conseils étaient négligés et son dévouement au pays mis en doute. Il se serait donc noyé!

Selon la légende, après la mort de Qu Yuan, les gens du peuple de Chu affluèrent au bord du fleuve pour lui rendre un dernier hommage et les pêcheurs conduisant leurs bateaux firent des va-et-vient sur le fleuve pour chercher sa dépouille , mais sans résultat. Pour éviter qu'il fut mangé par les poissons, on jeta alors des boulettes de riz gluant et des œufs dans le fleuve. Un vieux médecin y versa même du vin de riz pour soûler les animaux aquatiques. Dès lors, la course de bateaux-dragon, les boulettes de riz gluant et le vin de riz sont devenus des us et coutumes populaires en Chine.

Dès le début du 5e mois lunaire de chaque année, beaucoup de familles commencent à faire tremper du riz glutineux dans l'eau, laver des feuilles de roseau et faire des gâteaux triangulaires (zongzi). La coutume chinoise de manger des gâteaux triangulaires de riz glutineux s'est répandue largement en Corée , au Japon et dans d'autres pays d'Asie du Sud-Est.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 11:05

Une question revient régulièrement: que faut-il regarder lorsqu'on pratique? Doit-on fixer ses mains? Regarder les autres? Ou au contraire les ignorer? Et si on est seul, sur quel élément l'attention se porte-t-elle?

 

L'expression "regarder ses mains" est traitre:

 

Si vous regardez vraiment vos mains et que vous enchainez 4 ou 5 nuages... votre tête ira rejoindre vos mains et votre esprit deviendra "nébuleux"... On finit par avoir le tournis! En réalité, il s'agit plutôt de suivre le mouvement des mains, le regard suit la trajectoire de la main et se place au dessus de la main, (donc plus loin que la main!). Cette stratégie permet non seulement de garder l'équilibre (ce qui est toujours appréciable...), de se prémunir contre un strabisme convergeant (!), mais aussi plus sérieusement, de conserver un regard plus horizontal (en évitant de piquer du nez et de baisser la tête lorsque la main descend!)

 

Suivre ses mains ne signifie pas que notre champ visuel se limite à notre petite personne. On voit ce qui se passe autour de nous. On voit sans regarder. On est conscient des déplacements autour de soi, on prend en compte l'information, mais on ne focalise pas son attention dessus.

 

Si on pratique en groupe, il est évident qu'il faut gérer son espace et son rythme si on veut éviter de se retrouver nez à nez avec ses suiveurs: on ne peut pas se contenter de rester "dans sa bulle" et d'ignorer le reste du monde. Mais l'attention ne doit pas être UNIQUEMENT tournée vers les autres et ce qui se passe à l'extérieur.  Si je focalise sur mon entourage, je me déconcentre, je perds le fil... 

 

PHOTO Xiao Long

Mon regard est dedans ET dehors, il est tourné vers l'extérieur ET vers l'intérieur. Pour cette raison, le regard n'est pas vide: il ne s'agit pas d'être concentré au point que plus rien n'existe et que l'on ferme toutes les portes, tous les volets pour se replier entièrement sur soi. Il ne s'agit pas d'atteindre une sorte d'état second, "nirvanique", d'extrême béatitude ( pour les amateurs, il y a la méditation...).

La tentation est plus grande lorsqu'on est seul et que l'on n'a pas à se soucier de l'espace disponible, que l'on peut aller à son rythme naturel... 

 

Le pratiquant doit rester "vigilant" (comme l'exprime si bien un Maitre que beaucoup d'entre vous connaissent!), il ne dort que d'un oeil, comme le chat. Il reste ancré dans le réel.

 

 Pour le regard comme pour le reste, on recherche une forme d'équilibre, dedans et dehors, serein et vivant...

 

Ce thème est bien loin d'être épuisé, il faudra y revenir...

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 07:18

Cette plante herbacée vivace de la famille des Paeoniaceae (mais si!!) est originaire d'Asie centrale et orientale. La pivoine de Chine pousse dans les bois et les prairies en Chine du nord (Mongolie intérieure, Heilongjiang, Jilin, Liaoning), en Corée, en Mongolie, en Sibérie et au Japon. Elle fut introduite en Angleterre au début du XIXe siècle seulement! Voilà pourquoi sans doute, elle résiste si bien à nos hivers (sauf la mienne, trop tendre encore (?) qui a succombé à la neige et au gel...).

Pivoine se traduit par  mǔ dān (où l'on retrouve Dan comme dans Dan tian, "cinabre", que les amateurs de peintures chinoises connaissent bien: c'est le "rouge" qui sert à appliquer sa signature sur les dessins...), on parle aussi de sháoyào (herbacée) ou de (báisháoyào)...

 

Un médicament:

En Chine, les pivoines herbacées, appelées en chinois 芍药 sháoyào, ont été cultivées avant tout comme plante médicinale. Le second caractère 药 yào en est venu à désigner par lui-même un médicament. Les pivoines sháoyào n’ont commencé à être réellement appréciées pour leurs fleurs qu’à partir des Song (960-1279).

La pharmacopée japonaise l'utilise comme antispasmodique. Dans la médecine traditionnelle chinoise, c'est sa racine pelée, découpée en tranches qui est utilisée. Connue sous le joli nom de 白芍药 (báisháoyào), elle a pour fonction traditionnelle  d'enrichir le sang, de consolider le yin, de réguler le foie et calmer la douleur.

 


Histoires et légendes...

Elles sont nombreuses!

Il est dit que l'Empereur Yang-Ti (605-618) plaça la pivoine sous protection impériale (rien que ça!) et qu'elle fut dès lors vénérée comme fleur nationale. Certaines variétés étaient vendues 100 onces d'or (environ 3 kg) la plante! (je n'ai pas l'équivalent en euros... mais ce devait être une belle somme pour une plante!).

La culture de la pivoine était très importante, surtout sous la dynastie des Tang. On liait même le destin de la fleur à celle du pays, l'épanouissement de la fleur de pivoine reflétant la prospérité de la Chine. 

Il est dit aussi qu'au début de la dynastie des Tang, l'Impératrice Wu Zetian se promenait dans les jardins impériaux de la capitale d'alors (l'actuelle Xi 'An). C'était un soir d'hiver de l'an 691.

Etonnée de ne voir aucune fleur, (elle ne devait pas sortir souvent en hiver...), elle ordonna  à celles-ci de s'ouvrir pendant la nuit! Pour lui rendre hommage, toutes  obéirent - sauf la pivoine (dissidente) qui refusa  de fleurir hors saison. Ses longues tiges restèrent  nues sans la moindre petite feuille verte.
L'Impératrice humiliée (on ne dit pas si elle devint rouge comme la pivoine qui refusait de s'ouvrir...), entra dans une rage folle et décida de bannir toutes les pivoines de Xi 'An! Elle leur intima l'ordre de retourner à Luoyang. L'ancienne capitale de l'Empire, Luoyang, devint le temple de la pivoine. Et la vieille cité du Hénan  garda la fleur comme emblème.

 

Photo Xiao Long

 Symboliques:

 

En Chine, la pivoine est symbole de richesse et d'honneur, peut-être pour le port de la fleur et sa couleur rouge? Les pivoines ne sont cependant pas toujours  rouges comme le laisserait entendre l'expression "Rougir comme une pivoine" qui exprime parfois la honte (!) mais plus largement la confusion des sentiments.

Considérée comme la reine des fleurs, la pivoine incarne aussi l’amour. Représentées par trois, elles sont également le symbole du printemps. Sous la dynastie Song (960-1279), elle a été appelée "fleur de richesse et de prestige" et était représentée sur de nombreux objets.

Et, aujourd’hui encore, des tableaux peintures représentant des pivoines sont accrochés dans les maisons, pour favoriser la chance, ou dans les bureaux, pour favoriser les bonnes affaires.
Après avoir lu cet article, vous ne pouvez que vous mettre à planter des pivoines dans vos jardins... fermer les yeux et apprécier leur parfum!

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans SYMBOLES
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 16:47

C'est la saison où canes, canards et canetons barbotent sur les mares (aux canards) et sur l'Iton (au milieu des canettes?). Cet animal sympathique, qui ne craint pas le froid (du même nom) et sait nous montrer qu'il ne boîte pas, doit enfin cesser d'être uniquement considéré comme confit, foie gras ou magret potentiels et trouver une place digne de lui parmi les grands symboles!

Pour la peinture chinoise, le canard est un "ami des fleurs", il est le plus souvent représenté nageant en couple au milieu des lotus. Le lotus symbolisant l'harmonie.

 

Photo Xiao Long

Le canard chinois n'est pas un simple "col vert", il est mandarin pour le moins! C'est le symbole de la félicité conjugale et de la fidélité car il vit en couple toute sa vie sans changer de partenaire (jusqu'à ce que l'un des deux finisse "laqué"? Encore une blague qui ne casserait pas trois pattes à un canard!!!).

On offre parfois ces charmants volatiles  -  ou un dessin représentant un couple de canards mandarins aux jeunes mariés afin de leur porter bonheur.

En Feng Shui, il est recommandé de placer les canards (leur représentation seulement, cela va de soi...) dans la chambre ou le salon. Ils se tiennent l'un à côté de l'autre, et regardent dans la même direction (la télé?).

Bref, enfin nominé (en cette période de Festival de ... Cannes!), le canard obtient la palme du symbole le plus romantique.

.....

Et Xiao Long va se reposer... Il retourne dans son coin... coin?

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans SYMBOLES
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 12:30

C'est l'été! Mais si, ça ne se voit pas comme ça, mais c'est bien l'été sur le calendrier... chinois!

Les mois de mai, juin et juillet représentent l'été: les saisons chinoises sont centrées sur les solstices ou les équinoxes. Chaque saison comporte trois mois, trois "enfants": le fils aîné, Meng, le premier mois de la saison, qui transmet l'héritage de la saison passée et prend en charge le devenir de la saison future. Le fils cadet, Zhong, le mois central, expression du plein accomplissement de la saison, celui du solstice ou de l'équinoxe. Et le fils benjamin, Ji, le dernier mois de la saison, qui parachève et porte en terre les influences dont il a bénéficié.

Le mois de mai est donc un fils aîné prometteur. L'été correspond au point culminant de l'extériorisation du Yang. Et en même temps, annonciateur déjà du retour vers le Yin à l'automne...

Photo Xiao Long

L'animal qui symbolise l'été est l'oiseau rouge, le phénix ou le faisan ou la caille rouge: volatile au choix! Mais la couleur est imposée: ce ne peut être que le rouge, rouge du Feu de l'été (Pour le Feu, Xiao Long trouve qu'il ne crépite pas encore bien fort... et le baromètre lui donne raison!).

Si le printemps représente la montée des énergies, l'été voit cette poussée ralentir. Les choses arrivent tranquillement à maturité, tout se déroule sans hâte.

L'été est une saison propice à la contemplation, mais aussi à l'extériorisation (ce qui ne veut pas dire dispersion...) pour respecter la force d'expansion de l'été. Car il est important de respecter la tendance de la saison présente pour mieux se préparer à la saison suivante...

 

L'organe de l'été est le Coeur, Xin, le plus yang des 5 organes. C'est l'Empereur qui gouverne les vaisseaux, la circulation artérielle et veineuse et aussi l'esprit, Shen ("esprit-conscience", à large spectre: vigilance, compréhension, émotions...)

 

Photo Xiao Long

C'est la saison où l'on se lève tôt, pour profiter du soleil (euh, on va dire de la lumière du jour...), on se couche plus tard  (pour profiter des -fraîches-soirées normandes ou des belles soirées enmoustiquées du sud). On devrait manger moins, diminuer l'amer dans les saveurs et augmenter le piquant pour préparer l'automne. Il est dit qu'en mai, tomates, artichauts, petits pois, salades, fraises, cerises sont bienvenues. Et s'il est trop tôt pour en trouver dans nos jardins, nous pouvons nous rabattre sur le ... camembert (Pas pareil! Mais voilà enfin un avantage régional non négligeable!)

Pour tranquilliser son esprit et ne pas s'enflammer trop vite en cette montée de  yang, un peu de Qi Gong: l'exercice des 5 animaux correspondant au singe convient bien à l'été. Dans les 6 sons, on choisira le He...

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 08:22

4ème réunion du 8 Mai à Gif sur Yvette, organisée par l'Association Jingwu: une centaine de personnes et 5 Maitres chinois pour parler de Tui Shou et nous faire expérimenter différents aspects de cet art. Car c'est un art: ça ne saute pas aux yeux quand nous pratiquons nous-mêmes, souvent malhabiles, toujours la tête pleine de questions... et c'est là notre drame ! Nous voulons tout "décortiquer" et à la fin, on ne sait plus où on habite!!! 

Notre bel esprit cartésien veut tout "savoir", tout sur le "comment ça marche"! Oui, mais... Ce serait plus reposant d'arrêter les questions et de se laisser porter par le mouvement, l'idéal dans ce cas serait de pouvoir "tui -shouter" avec une personne déjà avancée dans cette pratique. Car deux débutants ensemble, soucieux de bien faire, ne peuvent que se poser des questions (Où dois-je placer la main droite, et la gauche? Où sont mes pieds, je croyais qu'ils étaient posés sur le sol...). Et, même si l'on réussit correctement un exercice, l'exercice suivant est une découverte et les questions reviennent.

Le plus difficile n'est pas de réaliser UN exercice, c'est de comprendre les principes du Tui Shou, le point commun à tous les exercices, à différents styles de pratique.

Il faut comprendre entre autre qu'il ne s'agit pas de pousser ou tirer comme un malade en se raidissant au maximum pour montrer à l'autre qui est le chef: si c'est ce que l'on recherche, il vaudrait mieux se tourner vers le full contact! Le Tui Shou est subtil, c'est un travail d'écoute de l'autre et non de mise en valeur de soi. Il n'est pas nécessaire d'avoir de gros muscles pour écouter, ressentir et deviner la faille...

 

Et hier, nous étions bien entourés: Maitre Zhang Ai Jun représentait le style Zhao Bao, Maitre Chen Yi Rhe le style Wu, Maitre Wang Li Kun le style du serpent. Maitres Yang Li Qin et Yuan Hong Hai, le style Yang qui nous est plus familier.

 Ceux qui ont eu la chance et le plaisir de s'exercer un peu avec ces Maitres ont sans doute compris une chose: tout va toujours trop vite pour "penser", alors il faut arrêter de penser, laisser le corps suivre le mouvement et agir seul. La Théorie, c'est bien. La pratique, c'est mieux.

Le Tui Shou c'est comme le pilotage, il faut un certain nombre d'heures de vol! Le plus difficile souvent est de trouver un co-pilote: sans partenaire, pas de Tui Shou!

Et on peut toujours rêver, peut-être un jour serons nous capables de pratiquer le Tui Shou avec aisance, esprit et corps fonctionnant ensemble tout le temps, sans interférences...

 

Merci à Maitre Yuan d'avoir eu l'idée de ces rencontres annuelles, et merci à ceux qui l'aident à mettre en place ces manifestations dont nous revenons heureusement fatigués...

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 08:36

Nei San He et Wai San He! Vous m'en direz tant! Et pourtant, voilà une des choses les plus importantes pour notre pratique, pour sa fluidité...

Alors voilà:

 

                 1-Nei san he représente l’harmonie de 3 paramètres intérieurs:

C’est ce qui concerne l’aspect interne, intellectuel. Le coeur et l'esprit doivent marcher ensemble, l'esprit est à ce que l'on est en train de faire (et pas concentré sur la liste des courses du supermarché!). Si le cœur et l’esprit sont unis , alors l’esprit et le qi sont unis: l'énergie circule librement, sans blocage. Et ainsi le qi et la force sont unis: si l'on doit mobiliser son énergie à un endroit précis pour être efficace, cela peut se faire instantanément. Ce qui nous donne en résumé une harmonie interne qui peut s'exprimer:

 

Xin (coeur) et yi (esprit) unis, yi et qi (énergie) unis, qi et li (force physique) unis.

·        Xin-Yi 

·        Yi-Qi 

·        Qi-Li

 

PHOTO Xiao long

 

Cette harmonie interne est complétée par une harmonie (He) externe (Wai), physique.

2-Wai san he représente l’harmonie de 3 éléments extérieurs :

On dit en bref:

 ·        Pieds et mains doivent être unis,

·        Genoux et coudes unis.

·        Hanches et épaules unies.

 

 

 

C'est la synchronisation des mouvements, les pieds et les mains bougent en même temps, si la main finit la technique, le pied finit de se dérouler. Les genoux et les coudes sont liés dans le mouvement, les hanches et les épaules aussi.  Si un de ces éléments est "déconnecté", l'harmonie du mouvement est cassée. Le mouvement perd de sa logique et de son efficacité.

Si ces harmonies sont respectées, alors la position est axée, unie, solide car tout va dans la même direction.

Mais, nous sommes bien d'accord, personne n'a jamais affirmé que c'était facile et si l'on est attentif à ses bras, ses jambes, on a souvent l'impression tentaculaire qu'il nous en est poussé pendant la nuit. Il faut donc, comme en tout, avancer par petites touches dans le long travail de coordination!

Allez, courage: vous n'avez vraiment que deux bras et deux jambes... et une seule tête (qui réfléchit parfois bien trop!);

 

Comme ces 6 harmonies sont complémentaires, la récompense est dans la sensation finale:  On harmonise ainsi pensée, énergie et forme pour faire un mouvement dans une même synergie en synchronisant interne et externe et on se sent (enfin! me direz vous?) bien.

 

- Intérieur et extérieur  sont unis en un seul souffle, c’est l’harmonie entre l’esprit et la technique. Le qi unit intérieur et extérieur par la respiration naturelle, le rythme cardiaque se stabilise en évitant les pensées vagabondes : c’est l’expression externe de l’harmonie interne.

 

- Mais attention, l’esprit doit être éveillé, concentré, conscient de tout ce qui se passe à l’extérieur de lui-même. Il ne s'agit pas de s'endormir dans son bien-être et de s'évaporer... on reste "enraciné" dans le réel...

 

Prenons notre courage à deux mains (déjà une bonne coordination du mouvement!) et partons à la recherche de l'Harmonie...

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 16:36

Grue d'hier...

La Grue est un des oiseaux les plus appréciés en Chine. Il en existe de toutes les couleurs: noire, jaune, blanche  (celle qui bat des ailes dans nos enchainements!) et bleue. Avec le phénix, c'est l'oiseau le plus présent dans les légendes et peintures chinoises.

 

On considère cet oiseau comme le patriarche des volatiles et comme la monture des Immortels. Les légendes racontent qu'elles pouvaient vivre 600 ans et qu'elles étaient autrefois des hommes qui avaient été changés en oiseaux, expliquant ainsi (il fallait bien une explication...) pourquoi elles s'intéressaient aux affaires des êtres humains.

 

La Grue symbolise la longévité. Ainsi on félicite encore les personnes très âgées par la formule "he-shou" ! c'est à dire  « longévité de la grue ».

On trouvait aussi des dessins de grue dans les cercueils: elles étaient chargées d'emmener l'âme des défunts sur leur dos vers le ciel d'occident. La grue est par la même occasion symbole de sagesse et d'élévation de l'esprit dans la culture chinoise.

La Boxe de la Grue Blanche est un style d'art martial très aérien et inspiré de cet oiseau.

 

PHOTO Xiao Long

 

Et grue d'aujourd'hui...

 

Pour l'heure, la grue à crête rouge devrait être désignée officiellement oiseau national sous réserve d'approbation du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale. La grue, omniprésente,  a été élu oiseau favori des Chinois avec 60% des voix par un sondage réalisé sur Internet...

L'oiseau correspondait en effet aux critères requis pour cette fonction, à savoir, être répandu en Chine, avoir un lien étroit avec la culture et l'histoire de la Chine, avoir une couleur éclatante, et jouer un rôle important dans le système écologique.

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans SYMBOLES
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 16:03

Voilà une activité de saison et très positive pour conserver un intérieur Feng shui: le nettoyage de printemps...

 

Photo Xiao Long

 

Nous avons tous (presque tous?) tendance à accumuler méchamment et les appartements, les maisons sont comme les sacs à main: plus ils sont grands, plus on y range des choses susceptibles de servir le jour où.... (je ne sais pas pourquoi je dis sac à main, ces messieurs ne sont pas exclus et sont souvent atteints du "complexe Mc Gyver" appelé aussi "de la cabane de jardin", car c'est là qu'aboutissent les trucs kifogarder-onséjamais-çapeservirunjour: cet heureux  jour se présente rarement, et les trucs et machins divers restent tranquilles là où ils sont!

Il y a souvent un trajet prédéterminé pour les objets: d'abord, ils trônent bien en vue, puis ils disparaissent de la vue directe, ils aboutissent dans un placard, quand on veut mettre dans ce même placard un autre objet de même nature, il n'y a plus de place: le plus ancien descend à la cave, au garage ou monte au grenier. Et on ne se résout jamais à lui faire un sort!

 

Il faut savoir se séparer des objets inutiles! On peut les donner, on peut les vendre (le printemps annonce l'ouverture de la période "foires à tout"), on peut les jeter (je ne sais pas si je trouverai preneur pour l'assiette" Souvenirs de Savoie" avec une vache et sa cloche en peinture... J'ai des doutes).

Si l'on veut que l'énergie circule harmonieusement dans nos intérieurs, il faut enlever les objets stockés sous les armoires, sous le lit, derrière le fauteuil, sur les éléments de cuisine...

D'ailleurs pour tous ceux qui pratiquent ce "sport" de saison, enlever ce qui encombre l'espace, libère en quelque sorte l'esprit: c'est une façon de vivre dans le présent, de ranger le passé. Et de chasser les araignées vers le jardin...

Le désordre comme le stockage intempestif représente l'énergie stagnante. Il faut savoir passer à autre chose...

Pour les vrais "conservateurs", ne vous lancez pas tout de suite dans le grand ménage.... commencez par un tiroir ou deux, à dose homéopathique... c'est mieux!!

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 15:07

 

Lorsqu'on parle du bâton (Gun), on se dit que ce n'est pas une arme bien glorieuse comparée à ses compagnes: l'épée est plus noble, le sabre a du panache, la lance est guerrière, tout ça brille, et a du ... piquant!

 

Mais le bâton... C'est oublier un peu vite qu'un instrument est ce que l'on en fait. Combien de beaux combats au parapluie dans les films chinois! ou au journal (qui sert enfin à quelque chose!) roulé en ... bâton. Tout peut devenir une arme si on en décide ainsi. Le bâton eut donc rapidement la faveur de ceux qui, ni nobles, ni soldats devaient se défendre avec ce qui se trouvait à disposition.

 

Le bâton est semble-t-il assez peu pratiqué en Tai Ji (Tai Ji Gun), même si de nombreuses écoles affirment que le bâton contient toutes les autres armes, car il correspondrait à la Terre (le centre, l'harmonie, où se rejoignent Feu, Bois, Métal et Eau).

 

Les deux mains tiennent le bâton, ce qui demande une approche différente en comparaison des armes tenues à une seule main, et c'est une arme longue (2M environ), ce qui n'est pas sans avantages! 

 

On peut pratiquer aussi le "bâton collant" grâce à des exercices similaires aux exercices de Tui Shou à mains nues...

Les techniques sont variées: tuigun: pousser, jigun: frapper, jiégun: intercepter, chuogun: piquer, pigun: fendre, liaogun: tourbillonner, zhagun: percer, saogun: balayer, mogun: essuyer...

 

Il existe aussi des bâtons courts (à préférer si vous voulez ménager votre plafond!). Le point commun: pas de tranchant, pas de pointe, les deux mains peuvent manipuler le bâton dans tous les sens.

Il y a des bâtons (Zhang) de taille moyenne (voir enchainement Qi Gong)

 

PHOTO Xiao Long

Moins connu, le Tai Ji Bang ou bâton taoïste qui permet le travail à deux, l'auto-massage, le renforcement des tendons... Les exercices au "bâton de longévité" auraient été crées par Chen Po Tuan plus connu sous le nom de "sage de la rivière" (Dynastie Song). Il aurait voyagé des monts Wudang aux monts Hua et développé des exercices comme "24 exercices saisonniers" ou le "qi gong du sommeil".

 

PHOTO Xiao Long

 

Sabre, épée, éventail, bâton... Vous avez donc le choix des armes... Il n'y a plus qu'à!

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN

Recherche

 Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s’intéressent à la culture asiatique.

Si vous voulez pratiquer le Tai Ji Quan ou le Qi Gong, allez sur le site de l'association Feng yu Long où vous trouverez toutes les informations nécessaires.

https://www.taijiqigongevreux.com/

 

.