Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 11:06

Le DO IN est une pratique d'entretien et de remise en forme physique simple qui ne nécessite ni connaissances anatomiques pointues, ni matériel. Nous avons toutes les cartes en main.

Depuis des siècles ces massages sont utilisés en Extrême Orient. C'est une façon efficace et peu compliquée pour échauffer le corps le matin au réveil. Cette pratique est apparue en Occident dans les années 70 grâce à Michio Kushi, japonais installé aux Etats Unis, auteur du "Livre du Do in" chez Trédaniel..

 

Comme dans judo, "do" signifie la voie; "in" est une racine qui désigne l'énergie pour certains, ou accepter, recevoir... La traduction proposée pour DO IN est "la voie de l'énergie".

Le but est de favoriser la circulation de l'énergie dans tout le corps pour maintenir la bonne santé du corps et de l'esprit, car les deux vont de pair.

Les automassages permettent de se recentrer, de se retrouver et sans jeux de mots "de se prendre en main"!!!

Les techniques de DO IN agissent localement sur les muscles et les articulations et aussi en profondeur grâce à leur action sur des zones ou points spécifiques du corps en relation avec les méridiens et organes.

Les séances peuvent durer de quelques minutes à plus d'une heure. Les zones privilégiées sont le visage, les mains, les pieds (plus accessible que le dos...).

 

Les effets sont nombreux:

Le DO IN régule les fonctions de la peau, il redonne souplesse et élasticité à l'épiderme en stimulant les processus d'élimination et de régénération (moins onéreux que les crèmes antirides...)

Il aide les muscles à éliminer les déchets de l'effort (acide lactique, euh, rien à voir avec les ferments... ça c'est les yaourts!). Il facilite les étirements, combat les raideurs musculaires et évite l'apparition de crampes.

Enfin, il améliore la circulation sanguine , ce que l'on ressent surtout lors du massage des jambes et des extrémités.

En plus de ces effets "locaux", il y a les effets "reflexes":

 

la peau, les muscles et les organes internes sont en relation.

 

La séance de DO IN commence par une stimulation du haut du corps, en particulier du visage (front, arcades sourcilières, oreilles, paupières, nez, bouche…). On descend ensuite vers le bas du corps, en passant par le cou et les épaules, on insistera sur les mains (qui contiennent les terminaisons de certains méridiens), les poignets... les jambes et en finissant par les pieds (également riches en terminaisons de méridiens).

Une bonne pratique du DO IN est liée à la qualité de la respiration.

La pratique du DO IN en début de journée permet de dynamiser le corps en stimulant la circulation de l'énergie.

La pratique au coucher pourra faciliter le sommeil en supprimant les tensions accumulées dans le corps au cours de la journée (pollution, nourriture inadaptée, mauvaise respiration, mauvaises postures, stress…).

Au bien-être ressenti immédiatement s'ajoute un rééquilibrage énergétique et émotionnel. Et ça ne coûte rien... On s'en frotte les mains!

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans Points Méridiens Energétique
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 16:52

La Poste Chinoise propose (en version mini) des timbres représentant un lapin blanc aux grands yeux rouges, orné de décorations traditionnelles. Ils ont une valeur unitaire de 1,20 yuans .

Les habitants de la ville chinoise de Jingdezhen (Jiangxi) proposent eux la version maxi: Ils ont célébré la nouvelle année dans les grandes largeurs... en construisant une statue de lapin géante en porcelaine.

Cette statue - installée sur la Place du Peuple - est dotée d'un cadre en métal recouvert de 30 000 assiettes de porcelaine bleue et blanche.

Elle mesure 8,20 mètres de haut sur 9,60 mètres de large.

Elle a coûté à la ville 120 000 yuans (à peu près 13 260 euros). Ceux qui voudraient la prendre en souvenir et la glisser dans la poche peuvent oublier..

Déjà, sous la dynastie Tang, on disait de Jingdezhen, dans le district de Fuliang, que la ville abritait « des fours reliant un village à un autre...».
Sous la dynastie mongole des Yuan, les premières porcelaines « bleu et blanc »,   venaient pour la plupart de Jingdezhen

 

 Sans aller si loin, à Noisy le Grand, le (gros) lapin était aussi à l'honneur. C'est ainsi que la mairie de la ville de Noisy-le-Grand a demandé à Jimmy Yeung, artiste d'origine hongkongaise, de réaliser une sculpture géante de lapin.

La construction mesure 3m de haut pour 5m de long et 2m de large, (Il va falloir un méga clapier!). Trois semaines ont été nécessaires pour sa conception et sa réalisation!!!

Photo Xiao Long

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 14:45

Qīxī (七夕, la nuit du septième mois) ou qǐqiǎo jié (乞巧) est sans doute ce qui se rapproche le plus de notre St Valentin.  Le Japon célèbre également cette fête sous le nom de Tanabata, célébrant la rencontre de Orihime, l’étoile Véga,  et de Hikoboshi, l’étoile Altaïr.

Qixi tombe le septième jour du septième mois lunaire du calendrier chinois. Elle est donc également connue sous le nom de jour du double sept. Dans la tradition, les jeunes filles  faisaient  la démonstration de leurs compétences domestiques ce jour-là, et des rituels leur permettaient d'augurer de leur avenir matrimonial.

 Dans le passé, elles organisaient une cérémonie pour honorer Zhi Nu (voir la légende) et lui demander sagesse, dextérité et un mariage heureux.
Dans certaines parties de la province du Shandong, les jeunes filles offraient des fruits et des pains. Si des araignées tissaient une toile sur les objets sacrificiels, alors les prières étaient exaucées.
Dans d'autres régions, sept amies très proches se réunissaient pour faire des raviolis. Dans trois d'entre eux, elles mettaient une aiguille, une pièce de monnaie en cuivre et une datte rouge. Ces objets symbolisent respectivement l'agilité des doigts, la chance et un mariage proche.
Dans la Chine ancienne, il fallait être habile et astucieuse pour faire une bonne épouse et une bonne
mère… (No comment)

 

La Légende :

Une légende est liée à cette date particulière : « Le Bouvier et  la Tisserande ».

Niu Lang, un jeune bouvier, passant près d’un lac, surprend sept sœurs fées en train de se  baigner. Encouragé par son compagnon, le bœuf, il vole les vêtements des fées, se dissimule et attend.

Les sœurs fées (ne voulant pas se …mouiller ?) demandent alors  à  la plus jeune (et la plus belle bien sûr !), Zhi Nŭ, d’aller chercher leurs vêtements. Elle sort donc de l’eau. Niu Lang la surprend. La fée se voit dans l’obligation d’accepter  la demande en mariage de Niu Lang qui l’a vue ainsi dénudée. Ils vivent heureux ensemble et ont deux enfants (happy end ?).

Mais… la déesse des Cieux découvre qu'un simple mortel a épousé une des jeunes fées. Furieuse, elle prend son épingle à cheveux, et grave une large rivière dans le ciel pour séparer éternellement les deux amoureux (symbolisant les deux étoiles Véga et Altaïr), formant ainsi la Voie lactée.
Zhi Nŭ doit alors rester de son côté de la rivière, travaillant tristement sur son métier à tisser. Niu Lang la regarde de loin et prend soin de leurs deux enfants.

Cependant, une fois par an, ayant pris en pitié les amoureux, les pies se rassemblent et volent vers le ciel afin de former un pont,  permettant ainsi à Niu Lang et Zhi Nŭ  de se retrouver pour une unique nuit, la septième nuit du septième mois.

 

PHOTO Xiao Long


Aujourd’hui :

Cette année, cette fête aura lieu le 6 aout 2011.
Ces dernières années, avec la diversification des modes de vie, la Saint-Valentin est l’une des deux fêtes occidentales (l’autre est Noël) les mieux accueillies par les Chinois. Comme d’autres fêtes occidentales, la Saint-Valentin a fait ses débuts aux premières années de la décennie 1990. C’est surtout dans les grandes villes que l’on célèbre cette fête, dans les campagnes, on est encore loin de tout ça !
La presse et Internet n’hésitent pas à faire couler beaucoup d’encre, même un mois avant ces deux fêtes. Les uns mènent des discussions sur les idées les plus originales pour les célébrer. Quant aux commerçants, ils ne perdent pas une occasion de faire de la publicité…

Le marché des fleurs est très animé pour la Saint-Valentin. La rose revêt une signification particulière et coûte évidemment assez cher (deux ou trois fois plus cher qu’en temps ordinaire et son prix peut être multiplié par cinq ou six le jour même de la fête). L’année dernière, le prix d’une sorte de rose bleue a atteint 180 yuans la tige (alors que le lotus est si joli !!!). Sur  un marché de la ville de Nanjing, on en a vendu presque 10 000 !
Pour la Saint-Valentin, de grands magasins installent des comptoirs spéciaux de cadeaux ( ça, on connait !). Les restaurants occidentaux ne sont pas en reste non plus. Si l’on n’y a pas réservé de places, on n’en trouvera pas ce jour-là.

Les tenants de la tradition estiment que le 7ème jour de la 7ème lune est la date appropriée pour fêter les amoureux, même si les plus « conservateurs » pensent qu’il n’y a pas de « St Valentin » à la  chinoise : Ce n’est qu’un jour férié où les filles demandent  la sagesse à l’esprit de la tisserande.  En Chine, les fêtes importantes sont destinées à célébrer l’union de la famille ou à offrir un sacrifice aux ancêtres, à la nature et aux esprits, alors que les fêtes occidentales −Saint-Valentin, Fête des pères, Fête des mères − sont centrées sur l’humain.

Pour mieux intégrer cette fête aux habitudes chinoises, une entreprise de la province du Jiangsu a organisé un symposium pendant lequel les chercheurs ont lancé un mot d’ordre : remplacer la rose occidentale par le pois rouge ! Le pois rouge est considéré comme un objet d’amour en Chine… (Essayez voir d’offrir un kilo de pois rouges à votre chère et tendre… et attendez - ou pas ! - sa réaction….)

Au fait, pour les oublieux : c’est le 14 février!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 17:44
Photo Xiao Long

 

Voilà une fleur ambigüe. C'est la fleur emblématique de la 11ème lune (décembre) et ses nombreuses graines sont symbolisent une abondante descendance. Pour l'instant, il n'y a là que du positif...

 

 Lorsqu'on parle de  "pavot", comment ne pas penser à l'opium (pavot sous sa forme à dormir debout ?). Cette "boue noire" est surnommée "graine de discorde" et devient alors symbole de malignité ou de dissipation (des fumées ?).

 

Cela ne signifie en aucun cas cependant qu'il faille renoncer au pain parsemé de graines de pavot... Et puis en dehors de ce côté "obscur", il ne faut pas oublier que la médecine chinoise (et occidentale) utilise les vertus analgésiques du pavot pour calmer les malades et apaiser les douleurs: le papaver somniferum album a ses avantages...

 

La forme de la capsule du pavot rappelle aussi le bouton placé au sommet des couvre-chefs des officiels mandchous et certains y ont vu ( il faut un bon oeil!) le symbole de "précarité"

.Il ne devait pas faire bon à porter ce bonnet!

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans SYMBOLES
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 15:43

Noir, couleur de l'hiver: il n'y a qu'à regarder les vitrines des boutiques et en broyer... Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir... C'est la couleur du froid, du septentrion, de l'eau ... un peu glauque tout ça! Et après on se demande pourquoi, on n'a pas le moral en hiver!!!

Dans le symbole taiji tu, le noir est le yin, le blanc le yang. Car, le caractère yin est associé au Nord de la colline, à l'ubac.

Photo Xiao Long

En Chine, le noir peut avoir une valeur positive ou négative. Les Chinois d'autrefois considéraient que cette couleur, couleur du fer, symbolisait un esprit droit, déterminé, désintéressé et c'est pour cette raison que dans l'Opéra de Pékin le noir est utilisé dans le maquillage des personnages historiques impartiaux (le plus célèbre est Baozheng, ministre sous les Song et surnommé Bao Qing Tian - ciel bleu - terme qui désigne aussi les mandarins intègres et éclairés.

 

Mais le noir symbolise aussi perfidie, complot. On tatouait à l'encre noire le visage des criminels dans l'antiquité,  le marquant ainsi pour l'éternité.

Dans le langage courant, l'adjectif "noir" est employé pour les choses obscures, euh, enfin "pas nettes": le taxi non officiel ou une voiture sans plaques minéralogiques est "hei che": véhicule noir; "hei hua" c'est le langage codé; "hei shi", le marché noir; "heishi hui", les triades, la mafia; "hei ren",  le clandestin...

 

Il semble qu'à l'heure actuelle, le noir devienne "tendance" en Chine: beaucoup de voitures noires y circulent, cela donne une impression de sérieux, d'importance (comme chez nous...). Les hommes d'affaires aiment porter du noir pour les mêmes raisons et sans doute parce que les grandes marques occidentales s'y implantent.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans SYMBOLES
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 16:46

  :

Souvent Xiao Long doit répondre à cette question, alors essayons de bien faire la différence:

Tai ji quan et gymnastique 

  Le Tai Ji Quan et la gymnastique se pratiquent pour  améliorer la santé par un travail physique et dynamique. On y développe également les sensations.

 

Oui, mais dans Tai ji quan, il y a Quan. Quan, c'est le poing (on le trouve aussi traduit par "boxe").  Donc, on ne fait pas dans la dentelle, car à l’origine, c’est un style martial (même s'il faut l'avouer, cela ne saute pas aux yeux du non initié... blocages, attaques sont -dans les formes- si souples et ronds qu'il faut chercher un peu...)

En gymnastique par contre, il n’y a ni attaque ni défense, ni coups de pieds ou de poings, ni clés, ni lutte... Les mouvements n’ont pas d’applications martiales (ou alors, juste par erreur, si l'on étend son bras un peu trop vite en direction de son voisin?).

Pour aider des débutants à mémoriser un enchaînement, on peut au début montrer les mouvements seuls, mais plus tard il faut expliquer pour quelle raison ce mouvement existe sous cette forme. 

Et le Tai Ji Quan est un art martial interne : il y a une dimension énergétique particulière: ce travail sur l’énergie n'existe pas en gymnastique (même si on en dépense beaucoup... contrairement au Tai Ji Quan, où le but avoué est de s'économiser!)

 

Qi gong et gymnastique :

Le qi gong ressemble bien à une gymnastique, il vise aussi à améliorer la santé  et n’est pas martial, mais il a une dimension interne de travail sur l’énergie qui n’existe pas dans la gymnastique (bis repetita!).

 

Tai ji et qi gong ont par contre beaucoup en commun : la lenteur, la régularité des mouvements, le calme, la détente, la visualisation, la synchronisation du mouvement avec la respiration, le travail énergétique...

 

MAIS le qi gong n’est pas martial, même s’il existe des démonstrations de puissance, gong fa, où l’énergie nécessaire est longuement stockée avant l’explosion, mais le coup est porté sur un objet: ce n’est pas un combat.

La force est utilisée en une fois, sur un point unique, ce n’est pas un face à face où il faut apprécier les distances, le temps…

 

Le Tai ji quan se pratique :

       Les yeux ouverts

       Debout

       En mouvement

       En enchaînement.

       En Tai ji quan, l’énergie se déplace au fil des mouvements et  va où elle est nécessaire, elle est mobilisable quand on le désire, où on le désire ( enfin, pas du jour au lendemain...).

 

 

Le qi gong se pratique :

       Yeux fermés ou ouverts,

       Debout, assis ou allongé

       Statique ou dynamique (peu de déplacements, un pas en avant ou en arrière)… Les mouvements sont isolés ou enchaînés.

      Le qi gong est l’art de concentrer, générer , utiliser  l’énergie.

  

    Il existe des exercices passifs : nei dan (élixir interne) - ou par la concentration (du centre dan tian vers les membres). Comme dans la méditation assise, la petite ou la grande circulation, le qi est généré par le dan tian inférieur, puis il est mis en circulation dans les vaisseaux…

 

    et actifs : wai  dan (élixir externe) : on génère l’énergie par le mouvement, des membres vers le centre, (le corps physique est soumis à une certaine excitation, comme le ba duan jin… Le qi , qi local, s’accumule par la posture, puis s’écoule).

 

Ces exercices servent à équilibrer les flux énergétiques dans les 12 méridiens et les 8 vaisseaux. Ils guident vers une meilleure compréhension du TAI JI QUAN : En Tai ji quan le qi est essentiel, généré extérieurement, intérieurement.

 

Le qi gong du Tai ji met l’accent sur la génération et le stockage du qi grâce à des exercices de nei dan  liés aux mouvements du corps.

 

 

Si le Qi gong apporte beaucoup au pratiquant de Tai ji quan, la pratique (d'un tout petit peu...) d'externe serait tout aussi profitable, afin de mieux capter la dimension martiale de cette discipline: mais il faut rester raisonnable et respecter nos (in)capacités physiques...

 

En revanche, dans un bon canapé... un petit film de Wuxia par-ci par-là... ce peut être une contribution honorable... pour maintenir un état d'esprit sereinement belliqueux...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 11:07

Le phénix est l’un des quatre animaux célestes, surnaturels et bénéfiques de la Chine ancienne. Si  le dragon est une savante composition amalgamant différents animaux, le phénix n'est pas en reste! Cet "oiseau" est lui aussi un cocktail de "saveurs" volatiles... Il possède une tête de coq, un cou de canard mandarin, un dos de paon, une queue de faisan et des pattes de grue.

C'est l'emblème de l’Impératrice, L'Empereur bénéficiant du Dragon. Le couple dragon et phénix symbolise la communauté conjugale et une descendance nombreuse.

.
Beauté, bonté, paix et prospérité sont aussi dans les cordes de cet oiseau!
Il est parfois associé aux idéogrammes "double bonheur" . Dans la panoplie symbolique, il ne faut pas oublier l
'immortalité: Le phénix est une des montures des immortels et de ce fait est un symbole de la vie et de l'immortalité.
On parle aussi de "Fenghuang":

En Chine, le Fenghuang (鳳凰) est un oiseau (mythique bien sûr) qui règne au-dessus de tous autres oiseaux. Pour certains le Feng serait le phénix masculin, et le Huang le phénix féminin, les deux mots ensemble symbolisant l'union et le bonheur conjugal.
Le Fenghuang s'appelle également le « coq d'août », 鶤雞, puisqu'il remplace parfois le coq dans le zodiaque chinois.

 

PHOTO Xiao Long

On trouve des Fenghuang  à "géométrie variable", amalgame de bec de coq, tête d' hirondelle,  front de volaille,  cou de serpent, poitrine d'oie,  dos de tortue, queue de poisson (et j'en oublie! Bref, des phénix de tout poils...)
 Ses plumes revêtent traditionnellement les cinq couleurs fondamentales, celles des 5 éléments : noir, blanc, rouge, bleu et jaune. Ce plumage de cinq couleurs est un rappel des cinq vertus cardinales confucéennes: droiture, bienséance, sagesse, humanité, sincérité.
Les cinq parties de son corps rappellent les cinq qualités humaines: la tête pour la vertu, les deux ailes pour le devoir, le dos pour le juste comportement au cours des rituels, la poitrine pour l'humanité, le ventre pour la fiabilité.
Son corps symboliserait aussi dit-on les "six corps célestes". La tête est le ciel, les yeux sont le soleil, le dos est la lune, les ailes sont le vent, les pattes sont la terre, et la queue les planètes...  
 
Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans SYMBOLES
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 08:58

Dans nos formes, nous "jouons" très régulièrement du pipa, mais à quoi ressemble donc cet objet? Il peut être intéressant d'en avoir une idée pour éviter les fausses notes (!?).

 

Le pipa ( 琵琶; pinyin: pípá) est un instrument de musique à corde pincées. Muni de 4 cordes en soie ou à présent en acier (moins poétique tout de même...), on le retrouve parfois sous l'appellation de "luth". On parle de pipa déjà dans certains textes datant du IIème siècle avant J.C!

Son origine est cependant obscure: Une légende attribue son invention au "Gouverneur du Ciel", d'autres documents le font venir de l'Inde ou de Perse.

Il en existe une version japonaise connue sous le nom de "biwa", une version coréenne "bipa"... .

 

Le pipa ressemble un peu à une demie poire (c'est de saison) aplatie. Le plus souvent  gravé de bas reliefs ou incrusté de motifs en nacre. Cet instrument est très populaire en Chine depuis la dynastie Tang qui a vu apparaitre une "Ode" qui lui est dédié, composée par Bai Juyi, célèbre poète de l'époque. L'instrument et le répertoire n'ont cessés d'évoluer, ce qui explique sans doute que le pipa soit encore aussi présent dans la vie quotidienne des Chinois.

 

En ce qui nous concerne, on remarquera qu'on joue du pipa à la verticale, une main en haut, une main en bas!

 

Nos intentions sont moins "pures" que celles de la musicienne, puisqu'il peut s'agir d'une clé (de sol?): la main en bas saisissant ou contrôlant le poignet, la main du haut exerçant une (désagréable) pression sur le coude de l'adversaire (on parle ici d'adversaire car après cet exercice, il ne sera peut être plus votre partenaire...).

Ainsi les mains ne peuvent être "proches" l'une de l'autre, puisqu'elles doivent tenir compte de l'espace entre le poignet et le coude.

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 14:03

Voilà qui va intéresser Xiao Long au plus haut point!

Les dragons sont partout en Chine, sur les toits, sur les vêtements, en objets décoratifs, en jouets... Le dragon est roi... et cela remonte à... loin!

 

Les dragons font partie des mythes fondateurs de la civilisation chinoise, étant souvent à l'origine des dynasties. Le cycle des exploits de Yu montre par exemple comment cet empereur mythique organise son empire avec l'aide décisive d'un dragon ailé. Tous les empereurs de Chine ont régné sous le signe du dragon, et ils étaient considérés comme « Fils du Dragon » ayant reçu le « mandat du ciel ». La « Perle du Dragon » désigne dans ce contexte la sagesse de l'empereur, la perfection de sa pensée et de ses ordres (qu'il n'y a pas lieu -donc- de discuter!)

 

 

 Curieux animal, mélange savant de 9* éléments,  il possède une tête de chameau, des yeux de démon, des oreilles de boeuf, les bois d’un cerf, un cou de serpent. Ses pattes de tigre se terminent par des serres d’aigle. Son ventre est celui d'un mollusque et le reste de son corps est couvert de 117 écailles de carpe, dont 81 (9x9) sont mâles (yáng,  阳) et 36 (4x9) femelles (yin,  阴). Et il peut voler!

 

Mais avant d'atteindre cette perfection, l'oeuf de dragon aura attendu mille ans avant d'éclore et le dragon devra patienter quelques siècles, juste 5 ou 6, avant d'arriver au terme de sa métamorphose.

Et pourtant, ses cordes vocales ne semblent pas s'être bonifiées avec le temps: on compare sa voix au son que l'on produirait en tambourinant sur des casseroles de cuivre.

 

Il est souvent représenté tenant une perle. Cette grosse perle qu'il cache sous les replis de son menton ou dans sa gorge est souvent synonyme de bonheur, d'abondance, de sagesse ou de connaissance pour celui qui la possède.

 

 Il n'est pas considéré -comme chez nous- comme forcément effrayant ou mauvais. Il peut simplement être dangereux, comme le serait n'importe quel autre élément de la nature.

 

Photo Xiao long

Les dragons sont nombreux, ils peuvent être messagers des dieux, guides des humains, gardiens des richesses de la terre, ou maitres des éléments. Néanmoins certains types se détachent de par leur importance :

  • Tian-long (天龍, «dragon du ciel»), le dragon céleste est le gardien des demeures divines. Il porte parfois les palais des dieux sur son dos. Il symbolise l'élévation vers un état supérieur.
  • Shen-long ( 神龍,  «dragon spirituel»), ailé aux écailles d'azur, il  fait tomber la pluie en marchant sur les nuages, et fertilise la terre. Cependant le vent et la pluie dont il est responsable peuvent aussi être source de catastrophes. C'était aussi le symbole impérial. Seul l'empereur était autorisé à arborer le dragon à cinq griffes  sur ses vêtements.
  • Di-long (地龍, dragon terrestre) est le maître des sources et des cours d’eau. Il séjourne durant l'été dans le ciel et passe l'automne dans la mer.
  • Fu-zang long ( 伏藏龍,  dragon gardien des trésors) est le protecteur des fabuleux trésors de pierres et de métaux précieux enfouis au sein de la terre, et interdits aux hommes.

Il existe d'autres dragons possédant une certaine renommée comme Huanglong (黃龍), dragon jaune ou cheval-dragon. C'est le messager divin qui émergea de la rivière Luo pour communiquer aux hommes les huit trigrammes du système divinatoire connu sous le nom de Yi-Jing... On ne peut les nommer tous!

Le dragon symbolise aussi la longévité, la persévérance, la force...

                                   PS: Ah! J'allais oublier de citer la modeste famille des "Petits dragons", dont Xiao Long est l'honorable représentant... normand!

 

Photo Xiao Long
 

 * 9 est symbole de perfection.

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans SYMBOLES
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 10:13

Cet enchaînement est différent des enchaînements de "Tai Ji éventail" classiques, et son nom annonce la couleur: il y a du Kung Fu dans l'air... (et il ne faudra pas en manquer pour arriver au bout avec sérénité...). Un beau défi pour ceux qui recherchent la maitrise du souffle et de l'équilibre.

 

Il existe à vrai dire deux enchaînements du même nom (que l'on trouve sur le site Deyin Taijiquan Institute sous les appellations "1st routine", "2d routine"). Ils se réalisent sur la même musique (que certains d'entre nous connaissent si bien qu'ils la chantent sous la douche au grand dam des voisins...).

 

Photo Xiao Long

 

La forme 1 est aussi connue sous le nom de 52 mouvements. (Il y en avait 52, et on ne s'en était même pas aperçu!!!).

Ces mouvements portent de bien jolis noms comme "l'abeille retourne à la ruche" ou "les démons de la nuit  recherchent la mer"... sans parler du chat qui attrape le papillon!!!

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN

Recherche

 Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s’intéressent à la culture asiatique.

Si vous voulez pratiquer le Tai Ji Quan ou le Qi Gong, allez sur le site de l'association Feng yu Long où vous trouverez toutes les informations nécessaires.

https://www.taijiqigongevreux.com/

 

.