Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 13:59

HISTOIRE

L'histoire de la soie débuterait en Chine entre 3000 et 2000 ans av. J.-C. (le plus vieux fragment de soie découvert en Chine datant tout de même de 2570 av. J.-C.)

Pendant trois millénaires la Chine aurait fait commerce de ce tissu précieux sans jamais en transmettre le secret. L’art de fabriquer la soie se serait ensuite progressivement transmis aux autres civilisations par le biais d'espions variés et singuliers en fonctions des légendes en cours (moines, princesses, pillards …)

photo wikipedia

Arrivée en Europe occidentale seulement à la fin du Moyen Âge, la production de soie s’industrialise  puis décline avant redevenir une production essentiellement asiatique.

LEGENDE :

Confucius et la tradition chinoise racontent qu'au XXVIIe siècle av. J.-C. un cocon de ver à soie serait tombé dans la tasse de thé de l’impératrice Leizu.

Voulant l'extraire de sa boisson, la jeune fille de quatorze ans aurait commencé à dérouler le fil du cocon. Elle aurait alors eu l’idée de le tisser.

 

photo wikipedia

Ayant ensuite observé la vie du bombyx du mûrier sur recommandation de son mari, l'Empereur Jaune Huangdi, elle aurait commencé à enseigner à son entourage l'art de son élevage, la sériciculture. Depuis, la jeune femme reste dans la mythologie chinoise comme déesse de la soie.

ET AUJOURD’HUI

La soie sous toutes ses formes :

Le 5 juin, l’exposition intitulée « Reconstitution : Art et conception des soieries chinoises » a été inaugurée avec un défilé de mode au Centre culturel de Chine à Paris. Les mannequins français ont défilé sur fond de musique traditionnelle chinoise pour présenter plusieurs créations conçues avec de la soie chinoise. On peut tout faire avec de la soie , non seulement des vêtements, mais aussi des pochettes, des bijoux… des tableaux… ce matériau est toujours aussi surprenant !

Du 6 au 15 juin dans ce même centre, une exposition photographique présentera les résultats de la protection du patrimoine culturel de la Route de la Soie.

Plus de photos sur http://french.china.org.cn/culture

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 13:02

 

 

Un puits ne se creuse pas d’un coup de pioche,

Un dragon ne se peint pas d’un trait de pinceau.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 12:20
 
 

PHOTO XIAO LONG

 

On s'y perd un peut dans toutes ces appellations (non) contrôlées:
On parle de TAI JI QUAN, de WUSHU, de KUNG FU et vous vous demandez (si, si, j'en suis sûre, c'est une question qui vous hante! : " Alors le Tai Ji Quan , c'est du Kung Fu? du Wushu?"

 

Nous allons nous intéresser d'abord au Wushu:

 

Le terme Wushu est traduit par « art martial ».

Le sinogramme « Wu » représente une hallebarde. C’est l’arme du gardien qui empêche tout agresseur, voleur ou mauvais esprit, de porter atteinte aux biens ou à l’intégrité physique des habitants.

« Shu » est le savoir-faire, les connaissances multiples nécessaires ici pour se défendre. C’est « l’art » dans son sens ancien, le fruit d’un long apprentissage.

 

 

Le terme « Wushu » apparaît pour la première fois pendant la dynastie Liang (502-557) et désigne alors les techniques militaires de combats (Jiji) et arts guerriers (Wuji). Il ne se répand vraiment qu’à la fin de la dynastie Qing.

En 1915 Ma Liang édite un manuel : « Les nouveaux arts martiaux chinois ». Le terme perd alors son  caractère militaire pour s’appliquer plutôt à une activité sportive traditionnelle.

 

A la fin du XIXème siècle (plus proche de nous!) on commence à distinguer les boxes internes (Neijia) des boxes externes (Waijia).

En Europe on considère alors que les styles externes utilisent uniquement la force et la vitesse. D'un côté il y aurait les styles externes (Shaolin – bouddhistes) et de l'autre les styles internes (Wudang - taoistes).

 

 

 

On a tendance à les opposer: les styles internes ne s’appuieraient que sur un travail respiratoire, énergétique, la décontraction et la lenteur.

En réalité pourtant les principes fondamentaux sont identiques, qu’il s’agisse de techniques internes ou externes, seule la mise en œuvre diffère.

De la même façon, à l’origine le Qi Gong était partie intégrante du Wushu, ce n’est que plus tard que chaque boxe a développé un Qi Gong plus adapté à ses besoins respectifs.

Ainsi avons-nous aujourd’hui ce cloisonnement entre interne, externe et énergétique comme si chacune de ces disciplines était unique et homogène. Le Wushu est donc un terme générique qui englobe ces trois aspects.


Pour répondre à notre question initiale, le Tai ji Quan est un Wushu.

C’est bien un art martial et il est non seulement martial, mais aussi interne et énergétique… le Yang contient toujours un peu de Yin, le Yin renferme toujours un peu de Yang…

Il ne faut pas toujours vouloir mettre des frontières... où il n'y en a pas :)

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 14:49

Les inscriptions pour l'année prochaine commencent!

Pour plus d'informations:

https://www.taijiqigongevreux.com/horaires/cours/

 

à bientôt!

XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 15:18

 

Sans terre ni boue,

les plantes ne pousseraient pas du tout.

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 15:05

 

On entend parler parfois de densité de mouvement. C’est encore une notion complexe sur laquelle il peut être intéressant de s’arrêter. Comment savoir si un mouvement est « dense » (avec un « e » bien sûr…), comment le voir ? Peut-on le voir ?

S’il s’agissait simplement d’agiter les bras harmonieusement pour faire du tai ji quan… ce serait facile !

Mais… c’est un art… l’art du vide et du plein (et non, ce que je dis n’est pas plein de vide…)

 

Un mouvement dense est un mouvement qui a du volume. Mais pas seulement, on peut faire un joli ballon avec ses bras sans que le mouvement révèle une quelconque densité : on a l’amplitude, mais il reste un vide dans ce beau « rond ». Il ne suffit donc pas simplement de remplir ou d’occuper l’espace pour être dense. Un petit mouvement peut être dense. Allez, encore une histoire de vide et de plein… on doit remplir délicatement ce vide…

 

 

PHOTO XIAO LONG

 

Il faut chercher de la consistance, de « l’épaisseur » dans le mouvement : remplir le ballon… Si les bras travaillent seuls, il n’y aura rien dans le mouvement.

Pour créer de la densité, le corps, la respiration et l’esprit doivent s’accorder. Cela repose aussi sur les sensations fines : si on est attentif, on sent si le mouvement est dense ou non.

Cela se voit alors aussi de l’extérieur car le mouvement est plus expressif, plus rempli, plus vivant.

 

Densité ne signifie pas raideur, tension permanente, mais plutôt souplesse, présence, force tranquille.

 

Il est toujours difficile d’expliquer par des mots ce genre de notion. Et sans doute n’en avons-nous pas tous la même définition.

Comme souvent, il n’y a pas de recette simple. C’est en avançant dans la compréhension du mouvement, en affinant ses sensations et en harmonisant  respiration, corps et esprit que l’on s’en approche.

 

On ne se rend pas toujours compte que l’on n’a pas atteint la densité de mouvement, elle ne vous manquera pas forcément donc. Par contre, le jour où on la « trouve », on le sait !

 

Et dès lors vous prendrez conscience que votre pratique est plus complète (ce qui ne veut pas dire parfaite...), que vous avez progressé sur le looooong chemin…

 

Ben, oui… on n’est pas rendu, comme on dit par chez nous !

Et c’est bien ainsi… toujours de nouvelles perspectives…

 

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 14:26

 

Le vent du printemps

ne pénètre pas dans les oreilles

de l’âne.

 

 

 

 

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 14:19

 

Ce point se trouve sur le méridien de la vésicule biliaire (21VB) et nos enchainements de Qi Gong nous le font masser ou frotter bien souvent.

Dans les formes au petit bâton (bang)  de Me Zhang Guang, le bang masse le méridien sur tout le côté du corps ou parfois frappe ce point.

 

http://tcmpoints.com

 

Le méridien de la vésicule biliaire est « Yang » et est porteur de 44 points et son parcours est assez complexe.

Il commence à l'angle externe de l'œil (1er point : 瞳子髎 Tóng zǐ liáo) et se divise en 2 branches :

Une branche interne entre dans la joue, descend le long du cou, traverse la poitrine pour gagner le foie et la vésicule biliaire. Cette branche rejoint ensuite la branche principale au niveau de la hanche (30 VB : 环跳 Huán tiào ).

 

 La branche principale gagne le devant de l’oreille puis la région temporale en décrivant plusieurs courbes, suit la partie latérale du crâne, la nuque, entre dans l’oreille et longe la face latérale du cou.

La branche principale passe alors à l’aisselle et descend sur la face latérale de l’abdomen jusqu’à la hanche où la branche interne se connecte à elle.

Puis elle descend sur la face latérale externe de la cuisse, du genou, de la jambe et arrive au pied (enfin!!!) jusqu’au bout du 4ème orteil.

 

 

 

 

La région du point Jian Jing, au milieu du muscle trapèze, à mi-chemin entre la ligne médiane et l’acromion, est un endroit particulièrement enclin à des contractions, des raideurs et des douleurs variées.

 Jian Jing signifie « puits d’épaule » (jīan jǐng; 肩井).

 

Le 21ème point du méridien de la vésicule biliaire entretient des relations avec d’autres méridiens et vaisseaux.

En effet, Jian Jing est un point de croisement du méridien de la vésicule biliaire avec le méridien du Triple Réchauffeur, le méridien de l’estomac et le Vaisseau Yang Wei Mai (Vaisseau de liaison Yang).

 Il existe aussi une branche profonde qui, partant de ce point, relie les points 14VG, 11V et 12 IG pour revenir au point 24VB.

 

Les fonctions traditionnellement attribuées à ce point sont de réguler le Qi, de le faire descendre, d’activer les méridiens, de soulager la douleur, de détendre les tendons, de transformer les mucosités, dissiper les nodules, d’être bénéfique à la poitrine et de faciliter l’accouchement.

 

La vésicule biliaire est intérieurement et extérieurement couplée avec le foie. Une stagnation du Qi du foie ou une montée du Yang du foie due à la colère, la frustration, la rancœur … se dirige principalement vers le haut, le long du méridien de la vésicule biliaire, et s’accumule rapidement dans la région de l’épaule ainsi que dans et sous le cou, courbant les épaules notamment.

 

La Vésicule biliaire est souvent associée à la notion de courage. Quand son Qi est affaibli, la personne devient craintive ou manquera d’assurance, elle sera très sensible aux événements et perdra le sommeil.

 

Partager cet article
Repost0
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 13:42

Les beaux jours arrivent et il est bien normal d’avoir envie de prendre un peu d’air… Pratiquer dehors est très agréable et si nous en avions le courage, sans doute le ferions-nous plus souvent. Il suffit d’éviter les conditions climatiques trop désagréables, le trop froid, comme le trop chaud, le trop venté… bref le trop !

 

Pratiquer à l’extérieur est une sensation nouvelle et le ressenti est alors plus important que la pure technique. Les pelouses à trou-trous ou le sable humide ne permettent pas les équilibres parfaits, mais nous pouvons travailler différemment : sentir le sol, ou même l’herbe si on adopte le pied nu ! Ou le sable ! … On sent comment notre pied s’ancre, comment tout le corps participe à cet équilibre et il est très plaisant d’être en contact direct avec cette nature dont nous nous inspirons.

 

PHOTO XIAO LONG

 

Nous pouvons aussi respirer bien plus à l’aise en extérieur (éviter les chemins de terre sous les autoroutes !), et le plus souvent, on se rend compte que la pratique est autre, que l’on est plus lent ou au contraire plus rapide sur les positions d’équilibre qui sont moins tenues, que l’on est plus posé, car il faut bien assurer ses appuis avant de se déplacer,  et souvent plus concentré.

Petit Dragon aime pratiquer en extérieur et redécouvrir les taolus dans un cadre apaisant et relaxant, sans murs, sans plafond. C’est comme si les mouvements pouvaient s’agrandir encore et remplir l’espace, les pieds dans le sol, la tête dans le ciel…

Il ne faut pas hésiter à faire son petit qi gong ou son tai ji quan dehors en oubliant les regards de ceux qui peut-être passeront par-là à un moment donné.

Après tout, il est tout aussi intelligent de pratiquer nos disciplines dehors que de faire son jogging, d’aller à vélo, ou de parler tout seul (euh, non, désolée, de parler au téléphone et de faire participer tout le monde à ses conversations…)

Alors, plus d’hésitation ! Hop !on va dans la prairie la plus proche ou sur la plage !!!

 

PHOTO XIAO LONG

Partager cet article
Repost0
20 mai 2018 7 20 /05 /mai /2018 17:58

 

 

L'araignée en grimpant laisse un fil,

et même les fourmis laissent des traces de pattes.

 

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: fengyulong1@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.