Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 17:56

Voilà le dernier mouvement de cet enchainement :

« Remuer la queue ».

vlcsnap-2012-10-23-17h04m55s129.pngÀ partir du mouvement précédent, on retire les mains de dessus les oreilles assez rapidement, puis on tend les bras vers l’avant, paumes vers l’extérieur, les doigts sont entrelacés, on ramène vers soi, paumes vers soi, puis on pousse vers l’avant en tournant les paumes vers l’extérieur, on ramène ensuite les mains vers soi avant de pousser vers le sol, doigts toujours dans la même position.

Et on descend… pas plus qu’il n’est raisonnable. Le regard est dirigé vers l’avantvlcsnap-2012-10-23-17h05m13s85.png (pas vers les pieds !), les jambes sont tendues (ouille !). Pour éviter tout désagrément (craquements, tiraillements, apnée totale pour tenir une position… intenable…), on peut arrêter les mains au niveau des genoux (ouf !).

Puis on va regarder derrière, du côté gauche. C’est un peu comme si l’épaule voulait se rapprocher de la hanche.

vlcsnap-2012-10-23-17h05m34s57.pngOn revient devant, regard vers l’avant.

Puis on va regarder derrière à droite.

Et on répète encore deux fois cette série.

Points clés :

On adapte ce mouvement à sa morphologie et à ses capacités, afin de pouvoir le réaliser dans de bonnes conditions, lentement, sur une respiration naturelle.

vlcsnap-2012-10-23-17h05m57s30.pngEffets :

Les deux vaisseaux Gouverneur et Conception sont activés et on favorise la circulation énergétique générale dans ce mouvement (se pencher en avant, pincer les côtés, jambes tendues, tête droite).

 

 

C’est aussi un bon exercice pour améliorer la mobilité articulaire, travailler la taille et le dos.vlcsnap-2012-10-23-17h07m53s168.png

 

FERMETURE :

À la fin on détend les doigts, les bras montent par les côtés pendant que l’on se redresse (!!). Une fois les mains en position au-dessus de la tête, elles redescendent devant le corps. Les épaules sont détendues, les mains sont orientées paumes vers le sol, les doigts se font face.

Ce mouvement de fermeture est à refaire encore deux fois. Enfin, le pied gauche se rapproche du pied droit, les mains se replacent sur les côtés, naturelles.

Comme pour chaque enchainement c’est le moment de ramener l’énergie au centre (Dan Tian).

Il faut prendre le temps d’exécuter cette fermeture et ne pas la « bâcler » : on a trop souvent tendance à accélérer sur la fin, trop content d’en avoir fini ? Je rappelle que le Qi Gong n’est pas une corvée… Il serait même normal que l’on n’ait pas envie de finir ces exercices puisque on y est bien, relâché, détendu et tout et tout…

 

griffes-315937.jpg

Repost 0
Published by Xiao Long - dans YI JIN JING (paysans)
commenter cet article
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 12:55

 

Il y a 7 ans, un tout petit dragon minuscule sortait la tête de l’œuf et aussitôt, il écrivait son premier article… Une race spéciale de Dragon, livré clé (USB) en main (griffes ?).

 

Jamais Xiao Long n’aurait imaginé trouver sur sa route autant de lecteurs… Petit Dragon grandit encore et chausse toujours avec plaisir ses lunettes (en écaille ?) pour écrire pour vous ou pour vous lire.

 

Xiao Long vous remercie de le suivre, de commenter les articles, de lui poser des questions. Il continuera de son mieux à vous informer et – il l’espère !- vous divertir…

 

 

photo: www.complotdanslacuisine.com

Repost 0
Published by Xiao Long - dans VIE du CLUB
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 19:37

 

 

Barque et rivage

Se répondent

Dans la longueur du jour

 

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Repost 0
Published by Xiao Long - dans HAIKU
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 16:52

Après avoir joué le Tigre, revenons au calme et saluons !

Le pied droit referme sa pointe, on prend appui à droite pour rapprocher la jambe gauche. Nous avons retrouvé la position de départ, pieds parallèles, écartement des hanches naturel, les mains montent par les côtés et se posent sur les oreilles, doigts vers l’arrière, de façon à boucher les oreilles, les coudes restent tirés en arrière.

vlcsnap-2012-09-20-11h42m36s34.pngPuis on « frappe le tambour », l’index glisse sur le majeur et percute la base du crâne à 7 reprises.

La respiration est calme et naturelle. Les oreilles sont bien fermées. (C’est votre tambour qu’il faut entendre et pas les petits oiseaux dehors…).

                                                                        

vlcsnap-2012-09-20-11h48m25s14.pngLe corps se plie : on enroule la tête, le haut du dos suit (cervicales, dorsales, lombaires) et on salue une première fois légèrement, on regarde ses orteils, on maintient un peu cette position puis on remonte toujours en déroulant.

vlcsnap-2012-09-20-11h40m40s144.pngPuis on salue une deuxième fois un peu plus bas (pour bien montrer notre reconnaissance !), on maintient, on remonte toujours doucement.

Enfin la dernière salutation se fait encore un peu plus vers le bas (franchement obséquieuse !), on maintient. On remonte.

Clés :

Le corps ne plie pas à angle droit, on l’enroule, comme on enroulerait les phalanges des doigts l’une après l’autre pour former un crochet. Cela demande de la concentration pour imaginer les vertèbres qui s’activent les unes après les autres.

animaux-fennec.jpgLes coudes ne reviennent pas vers le visage, on les conserve écartés tout au long du mouvement (comme des oreilles de fennec... ou de Yoda!).

Les jambes restent tendues : il faut donc adapter les « descentes » de façon à ce que le mouvement soit confortable et non douloureux. Le but n’est pas de poser le nez sur ses orteils ! Heureusement...

Effets :

… sont nombreux. Essentiellement, on stimule Du Mai, Vaisseau Gouverneur.

Les mouvements de têtes activent Da Zhui 14VG, une zone de blocage énergétique fréquente.

« Frapper le tambour » stimule le cerveau, éclaircit les pensées tout en apaisant.

On travaille la souplesse de la colonne vertébrale en enroulant, déroulant. La taille travaille, le dos, les jambes… les bras… Ce mouvement est très complet.

Repost 0
Published by Xiao Long - dans YI JIN JING (paysans)
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 14:20

 

On connaissait le petit bâton (Bang), voilà maintenant le grand (Zhang) ! À utiliser cependant dans un but totalement pacifique…

Les fouilles effectuées au tombeau de Mawangdui (on en parle souvent, c’est fou ce qu’il y avait à trouver à cet endroit !) datant des Han Occidentaux (~190-168 av. J.-C.) à Changsha ont permis de découvrir un rouleau présentant la pratique du Daoyin, exercices taoïstes pratiqués au second siècle avant notre ère. On y voit une quarantaine de personnages représentés dans des postures diverses et parmi eux, quelques-uns pratiquent avec un bâton long – et selon des positions parfois assez curieuses. C'est à partir de ces dessins, que des chercheurs de l'université de Tsinghua ont pu recréer cet enchainement de Qi Gong.

 


Les techniques :

Elles sont très variées et on peut maintenir son bâton de plusieurs façons : On le tient à deux mains aux repères (puisqu’il est divisé en trois !) et dans tous les mouvements, on retrouve cette phase. On l'agrippe aussi et on le roule contre soi (massage) en fléchissant les poignets vers l'intérieur.

Lorsqu’on avance les mains, comme pour pousser, ou lorsqu’on redescend le bâton placé au-dessus de sa tête, on le tient dans le creux formé entre le pouce et l'index (Hukou : la gueule du tigre !).

On soutient parfois le bâton en mettant la paume au-dessous (en yin/yang du coup : une paume vers le ciel et une paume vers le sol). On peut aussi faire glisser les mains le long du bâton.
 

Lorsqu’on le tient dans la main gauche (ouverture et fermeture) main, on appuie l'index le long du bâton.

 

 

Principes et caractéristiques:

Être détendu et calme reste le préliminaire. Ensuite on cherche à
harmoniser le mouvement du corps et du bâton, à relier le haut et bas en coordonnant les mouvements des bras et des jambes.

La recherche est toujours la même : unir corps et esprit, ressentir l’échange yin et yang, coordonner la respiration et le mouvement.

Les mouvements de pivot traitent les stagnations sanguines et lymphatiques. Le bâton fait fonction de balancier et les mouvements réguliers et alternatifs travaillent sur l’équilibre et le centre.

Le qi est guidé par le bâton et ses mouvements de balancier et fait le lien entre corps et esprit.

 

 

La taille est le point clé, c’est elle qui initie les mouvements. La tête est tirée vers le ciel (tirer Bai Hui), le bas du corps relax et ancré.

On se sert du bâton pour masser le corps.

Les mouvements décrivent des courbes, tout est circulaire, à l’horizontale, à la verticale, vers l’avant, vers l’arrière, vers le haut, le bas… Pour les Chinois la Terre est symbolisée par le carré et le Ciel par un cercle ; le Ciel est en mouvement et la Terre est statique. Les mouvements circulaires doux, lents et continus traduisent l’aspiration à harmoniser l’homme et la Nature.

Travailler les deux mains posées sur le bâton connecte tout le corps au mouvement de balancier et toutes les parties du corps sont reliées entre elles.

 

 

 

On voit sur ces images de l'association chinoise de qi gong santé Mme Wang qui est une des créatrices de cet enchainement et qui nous a fait l'honneur de venir à Rouen il y a deux an pour nous enseigner cette nouvelle forme.

Repost 0
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 19:09

 

 

Hier est derrière,

demain est un mystère,

aujourd'hui est un cadeau,

c'est pour celà qu'on l'appelle le présent.

 

 

Maitre Oogway

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 18:44

hokusai-tigre-nella-neve.jpg

 

À la suite du Dragon, le Tigre entre en piste.

 

En pivotant sur le talon droit, on oriente la pointe du pied droit vers la gauche (45°).

On prend appui sur le pied droit et le pied gauche se rapproche du pied droit, pointé à côté. Le corps se tourne vers la gauche également d’un quart de tour. On place les poings sur les côtés, pouce  caché par les autres doigts, au niveau des Zhang Men*, prêt à bondir… on inspire.

 

vlcsnap-2012-09-06-15h57m00s151.png

 

Puis on se lance :

on fait un grand pas, pied gauche en avant, mains en patte de tigre, toutes griffes dehors, on regarde droit devant comme un tigre. On expire.

Puis le dos se déroule, le mouvement vient de la taille, et fait revenir « les pattes » vers le corps. En appui sur la jambe avant, les pattes se posent au sol devant le pied gauche, la jambe droite glisse vers l’arrière, les talons sont décollés du sol et le tigre regarde intensément vers le Ciel, en appui sur les pointes des doigts.

 

vlcsnap-2012-09-06-15h58m40s161

 

 

Si on ne peut pas descendre pour poser les doigts au sol, on prend cette même position, les mains « posées » dans le vide au niveau des genoux par exemple.

 

 

Car « Tout ce qui est descendu, doit remonter un jour »

Proverbe de Xiao Long.

 

Il faut ensuite se relever : on ramène un peu la jambe arrière pour faciliter la manœuvre, on se replace debout au centre,  les mains se reforment en poings et se posent de niveau au niveau des Zhang Men*. Les changements d’orientations s’effectuent en pivotant sur un talon.

 

vlcsnap-2012-09-06-15h57m21s113.png

 

La même chose vers la droite : on rapproche le pied droit, pointé à côté du pied gauche et… on bondit.

 

 tigre.jpg

 

 

une-clePoints clés :

 

C’est le mouvement du corps qui envoie les pattes ou les ramène, ce ne sont pas les bras seuls qui travaillent.

Il doit y avoir une certaine tension dans les griffes, juste ce qu’il faut pour faire un tigre respectable !

Il ne faut pas hésiter à adapter cet exercice qui demande beaucoup de souplesse, le mot du jour est « modération ». Bondir ne signifie pas se jeter en avant avec force (et se retrouver coincé par un lumbago !), Le tigre est puissant mais souple, ses mouvements sont doux, harmonieux.

Attention à ne pas exagérer le pas en avant… sous peine de ne pas pouvoir reprendre appui facilement…

Le regard du tigre est vivant, ce n’est pas un œil « flou » que l’œil du tigre (à moins qu’il n’ait brouté quelques herbes…).

 

 

 vlcsnap-2012-09-06-15h57m48s156.png

 vlcsnap-2012-09-06-15h58m16s167.png

 

 

 

Effets :

Bien sûr, ce mouvement assouplit les muscles, les articulations et la colonne vertébrale…

Étirer l’avant du corps en regardant vers le Ciel réveille Ren Mai, le Vaisseau Conception, ce grand méridien qui passe au centre du corps et qui influe sur tous les méridiens Yin.

On appuie aussi sur les pointes des doigts que l’on pose au sol ainsi que sur les extrémités des orteils (puisque les talons ne reposent pas au sol) et nous savons déjà que ce sont des endroits intéressants (points sources Jing).

Le regard intense harmonise le Foie.

 

 zhangmen.jpg

*Zhang Men : point 13 du méridien du Foie

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans YI JIN JING (paysans)
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 17:03

Wang Yangming nous donne matière à réflexion !

Voici trois extraits de ses écrits qui, j’en suis sûre vous ouvrirons des perspectives…

Xiao Long vous suggère de vous poser avec une bonne tasse de thé (ou carrément une théière !!!) et quelques petits nougats chinois pour soutenir votre effort et avant de vous lancer !

 

 

 


« La constitution originelle de l'esprit, c'est la nature. La nature ne comportant rien de mauvais, l'esprit dans sa constitution originelle n'est rien que rectitude. D'où vient alors qu'il faille faire effort pour restaurer l'esprit dans sa rectitude ?

L'esprit dans sa constitution originelle est bel et bien rectitude ; dès que se mettent en œuvre l'intention et la pensée apparaît la déviance.

 Celui qui veut restaurer son esprit dans sa rectitude ne peut le faire qu'en rapport avec les opérations de l'intention et de la pensée. Chaque fois qu'apparaît une bonne pensée, qu'il s'y attache comme il s'attacherait à une belle couleur ; chaque fois qu'il en apparaît une mauvaise, qu'il la repousse comme il repousserait une mauvaise odeur : alors seulement son intention sera pure authenticité, et son esprit pourra retrouver sa rectitude. »

 

Daxue wen - Wang Yangming quanji 26, p.971, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997. 

 

 




« L'esprit est un. Avant d'être mêlé à l'humain, il s'appelle " esprit de Dao ". Une fois mêlé à la part la moins authentique de l'homme, il s'appelle " esprit humain. »

 

Chuanxi lu I - Wang Yangming quanji, p. 7, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997

 

 

« Ce qui commande au corps, c'est l'esprit. Ce qui émane de l'esprit, c'est l'intention. Ce qui constitue originellement l'intention, c'est l'aptitude à connaître. Là où se dirige l'intention, ce sont les choses. [ ... ] Il n'est pas de principe en dehors de l'esprit, il n'est pas de chose en dehors de l'esprit. »

 

Chuanxi lu I - Wang Yangming quanji, p. 6, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997 .

 

 

 

     L’auteur :

 

Né en 1472,Wang Yangming (王陽明), surnom de Wang Shouren, est un grand philosophe chinois. Après son succès aux examens mandarinaux, il est envoyé en exil pour avoir pris la défense d'un confrère contre un eunuque qui avait fait jeter en prison un policier trop curieux  qui enquêtait sur la corruption. Il entame ensuite une brillante carrière administrative et politique...

 

La recherche spirituelle de Wang Yangming devient incompatible avec le confucianisme officiel. Son influence est énorme. Toute l'histoire des idées en Chine aux XVIème et au XVIIème se ramène à ce personnage. Wang Yang-Ming représente l’École de l’Esprit.

Il meurt en 1529 dans le Guangxi.

Attention, on accroche sa ceinture… et on boit un peu de thé !

 

 

Ses idées :

 

En 1503 il a une révélation : l'unité de l'esprit et du principe. L’esprit est le lien entre les hommes, mais les désirs des uns et des autres gomment cette évidence. Pour retrouver « le sens de l'humanité, qui rassemble en un seul corps le ciel-terre et les dix mille êtres », il faut retrouver l'esprit qui est cette unité, lui rendre sa rectitude originelle… c’est en lui-même que l’esprit trouvera la solution…

 

C’est dans l'expérience vécue que l'unité de l'esprit et du principe est réalisable.  Comment passer de la contemplation à l’action ?... Il n’y a pas de différence entre action et quiétude. Wang affirme la continuité entre connaissance morale innée et connaissance du principe dans la réalité extérieure, pour Wang, il n’y a pas à faire de distinctions entre avant et après, dedans et dehors, action et contemplation. La connaissance innée dépasse toute les dualités.

 

 

 Connaissance et action ne font qu'un : Cette unité n'est pas construite, elle est originelle, constitutive, innée. Agir revient à approfondir la connaissance de soi. On peut alors parler de connaissance authentique.

Wang approfondit la notion d'étude. Il ne s'agit pas seulement d'apprendre, de réfléchir, de débattre. L'étude passe aussi par l'action. Comment peindre  si on ne trempe pas la pointe du pinceau dans l'encre? Cet aspect pratique et engagé de sa pensée  s’est répandu largement en Corée et au Japon.  

 

Bon, on est au bout de notre théière là, il faut aller faire chauffer de l’eau de nouveau…..

 

 

 

 

En savoir plus :

http://www.tao-yin.com/philosophie/Wang_Yang_Ming_mode.html

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans LES ECRITS
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 15:40

 

L’effort, c’est un arbre d’où tombent les sapèques.

L’épargne c’est un coffre à trésor.

PHOTO XIAO LONG

PHOTO XIAO LONG

Repost 0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 15:02

 

Nous sommes encore en début d'année...

Il n’est pas trop tard  pour parler du Têt…

 

photo: site-vietnam.fr

Le Têt est le jour de l’an vietnamien.

Les premières fleurs de pêcher (hoa đào) et de prunier fleurissent

(hoa mai) et c’est le moment de se préparer ! La fête la plus importante de l’année demande un peu d’organisation…

 

Ce n’est pas que le jour de l’an… c’est surtout pour les vietnamiens un

Ensemble de coutumes, de festivités et d’images. Comme en Chine, toute la famille se retrouve et attend de « manger le Têt ». On range tout dans la maison, on décore, on cuisine, on prépare les offrandes

, on rend visite, on reçoit…

On offre aux enfants des étrennes, on leur souhaite la sagesse et de bons résultats dans leurs études, alors que les plus jeunes souhaitent à leurs aînés une bonne santé.

Cette dimension de la famille et de la reconnaissance à l’égard des

parents figure aussi dans le rite du culte des ancêtres. Les vivants

déposent sur l’autel de la maison des offrandes soigneusement préparées en signe de gratitude envers la bienveillance des génies et des ancêtres pour l’année qui s’achève.

 

Les tiges d’encens que l’on allume invitent les ancêtres à rentrer au foyer pour passer quelques moments de Têt en famille.

 

Aux cuisines, c’est l’effervescence. Avant le réveillon, toute la famille se réunit autour du foyer pour veiller sur la grande casserole de « Banh chung » - gâteau de riz symbolique du Têt. Pendant

toute la durée de la fête, le plateau du foyer sera toujours couvert de bons plats symbolisant l’espoir d’une nouvelle année prospère pour toute la famille.

 

site-vietnam.fr

 

Le Têt, c’est aussi le symbole de renouveau avec le printemps qui arrive. Et on fait très attention à ses actions en ce début d’année, on se comporte bien, car ces actions vont donner le ton à cette nouvelle année…

On en profite pour sortir en famille, sorties aux pagodes ou temples, promenades dans les jardins, on participe aux jeux organisés dans les espaces publics : jeu d’échec, tir à la corde, « frapper la marmite en terre cuite » (Dâp niêu dât) où deux ou trois joueurs les yeux bandés et bâton en main, suivent les conseils de leur équipe pour se déplacer vers la marmite suspendue puis la frapper.

 

 Quelques idées recettes…

 

Le « Banh chung » :

C’est un gâteau salé de riz gluant farci d’haricots

mungo et de poitrine de porc, enveloppé de feuille

de « dong » et cuit à l’eau pendant minimum 8

heures. Leur longue et délicate préparation est un

véritable rituel pour les familles vietnamiennes qui,

une fois préparés, en disposent deux sur l’autel des

ancêtres et offrent les autres à leur entourage.

 

Les 5 fruits de la chance :(Mâm ngu qua)

Chaque foyer dispose aussi sur l’autel des ancêtres un plateau de

fruits en guise d’offrande. Les cinq fruits représentent la paix, la santé, le bonheur, la longévité et la prospérité.

Dans le Nord, le plateau est souvent composé de pamplemousses,de bananes vertes, d’oranges, de kakis et de pêches.

Dans le Sud, les vietnamiens placent de l’ananas, du

corossol, des papayes, des mangues vertes, et des tiges de sycomore

ou de noix de coco.

 

Les « Mut » : Gourmandises sucrées

Ce sont des fruits confits que l’on grignote, souvent accompagnés

de graines de pastèque (couleur rouge : bonheur) et de citrouille.

 

Passons sur le Thit dông ….

Après avoir fait mijoter de la viande et de la peau de porc

avec des champignons parfumés, du « nuoc mam », des

oignons, et assaisonné le tout de sel et de poivre, on laisse refroidir et on déguste avec les « dua hanh » (oignons en saumure).

 

photo: très beau site de cuisine vietnamienne:

cuisinevietnamienne.blogspot.com

 

Et les Dua muôi…

Ces légumes fermentés dans de la saumure permettront aux convives de retrouver un peu leur équilibre après avoir dégusté beaucoup de plats riches.

 

photo: megafun.vn

... Bon appétit!

 

 

www;icone-gif.com

 

 

Repost 0
Published by Xiao Long - dans FÊTES
commenter cet article

NOUS CONTACTER:

XIAO LONG EST UN CLUB OU SE PRATIQUENT LE TAI JI QUAN, LE QI GONG ET LA RELAXATION. IL SE SITUE A EVREUX, QUARTIER DE SAINT MICHEL (27).

VOUS TROUVEREZ LES INFORMATIONS SUR LES COURS, LES HORAIRES ET NOTRE SALLE PLUS BAS SOUS LA RUBRIQUE "COURS HORAIRES".

POUR EN SAVOIR PLUS?

NOTRE MAIL: mushutaiji@gmail.com

Recherche

QUI EST XIAO LONG?

 


XIAO LONG:
"Petit Dragon"est notre logo. Il nous accompagne sur nos T-Shirts, nos sweats, nos circulaires d'information, il signe même nos articles! Il est sympathique, de bonne composition, à l'image de l'ambiance de notre section qui souhaite être conviviale, ce qui ne nuit en rien aux progrès de nos adhérents, ni au sérieux des cours, au contraire...

L'AUTEUR

Les textes sont rédigés par Xiao Long. Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s'interessent à la culture asiatique.