Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2023 6 04 /02 /février /2023 15:24

 

Le serpent dira:

" Ce n'est pas moi qui suis sinueux,

c'est la route!"

 

PHOTO Xiao Long

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
4 février 2023 6 04 /02 /février /2023 15:16

 

Vues de l’extérieur, nos pratiques sont faciles. On se déplace tranquillement, lentement, l’air de rien, les mouvements paraissent simples… mais ce n’est là que la surface. Tout bien réfléchi, c’est un peu comme si on regardait évoluer des patineurs sur la glace : les gestes sont fluides, harmonieux, on ne voit vraiment pas en quoi réside la difficulté… et pourtant…

Et pourtant… lorsqu’on s’initie au Tai ji quan ou au Qi gong, on s’aperçoit que le mental aussi bien que le physique sont largement sollicités. Ainsi, notre posture de base (se tenir debout et évoluer) demande déjà un peu de travail.

Vous me direz, se tenir debout, ce n’est quand même pas très compliqué ! Et le Petit Dragon vous répondra que se tenir debout est tout un art…

On pourrait parler des appuis : une des remarques les plus répandues à la fin d’un cours lorsqu’une personne n’a encore jamais pratiqué, c’est que l’on sent bien ses jambes ! Car, si l’on se tient « debout », on se tient tout de même un peu fléchi, genoux relâchés, et, dans notre école en particulier, nous nous devons de rester au même niveau pour évoluer et éviter le célèbre syndrome du yo-yo, avec des « monter/descendre » non répertoriés ! ( appelé aussi « syndrome de la grue blanche » où la grue monte vers le ciel inopinément avant de déployer ses ailes et de poser sa patte au sol…)

 

Pour pouvoir rester fléchi le temps de réaliser une forme, il faut que nos jambes soient solides. Si nos jambes sont trop faibles, alors nous aurons tendance à remonter sur nos appuis pour nous soulager et nous évoluerons  de façon discontinue avec des hauts et des bas… et de plus en plus de haut – de moins en moins de bas ;)

 Ainsi, contrairement à une idée répandue, nous ne nous reposons pas…  nous travaillons : nos muscles sont sollicités et nous pouvons renforcer nos jambes en douceur.

N’oublions pas que les Chinois disent que nous vieillissons par les jambes, par les genoux. Entretenir la musculature de nos jambes c’est aussi entretenir notre santé. (ça vous fait une belle jambe, hein, ce que je dis !)

Mais :

Il ne suffit pas d’avoir de bonnes racines et d’être bien installé dans le sol. Se tenir debout c’est aussi se tenir vertical.

 

PHOTO Xiao Long

 

On pourrait alors aussi parler d’axe : on nous dit toujours d’imaginer qu’un petit fil de soie relie le sommet de notre crâne au ciel. Cette image peut être utile, mais il est souvent difficile de la garder en mémoire tout au long d’une forme, on a déjà assez à faire par ailleurs ! Parfois alors, ce petit fils se casse, la tête par vers l’avant, ou bien vers le côté. À nouveau, il nous faut travailler. Car penser à maintenir son axe nous demande un effort.

Mais ces efforts, celui de s’étirer vers le ciel et celui d’alourdir le bas de notre corps, sont toujours récompensés (si, si, je vous assure ! Et je ne parle pas ici d’engloutir des tablettes de chocolat pour se lester).

C’est cette attitude qui va nous permettre d’évoluer ensuite aisément et avec un minimum de fatigue. C’est ainsi que nous pouvons être détendus et concentrés, stables et présents à ce que nous faisons. C’est ainsi que nous pouvons respirer au mieux. C’est ainsi que nous pouvons laisser l’énergie circuler librement dans tout le corps.

Donc, en résumé, nous avons le droit, en toute modestie (mais oui !?), de nous redresser, d’être « fiers » de pratiquer le Qi gong ou le Tai ji quan.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
28 janvier 2023 6 28 /01 /janvier /2023 14:57

 

"Rigide, le métal se casse,
Souple, l'eau se conserve"
Ge Hong

 

 

PHOTO Xiao Long

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
28 janvier 2023 6 28 /01 /janvier /2023 14:52

 

Mais qui est ce Martial dont on nous parle ?

Il semble toujours délicat d’aborder cette question, le Tai Ji Quan donne cette belle image lisse, fluide, reposante et hautement pacifique. Nombreux sont ceux qui ne voient dans nos mouvements que des … mouvements lents –voire mous- exécutés en « pyjama » pour le plaisir des yeux. Et c’est souvent d’ailleurs de cette façon qu’on nous « vend » : facile, accessible à tous et coooool !

C’est oublier un peu vite l’aspect martial de cet art interne.

Et comme le dirait Xiao Long, si c’est pour faire du Tai Ji Quan 100% énergétique… il vaut mieux faire du Qi Gong !

 

Parler « martial » ne signifie pas que l’on doive se taper dessus en ahanant, tout rouge et en sueur… (Là, c’est de la lutte qu’il faut faire !).

Cela signifie simplement qu’il faut tenir compte de cet aspect qui fait partie intégrante du Tai Ji Quan (ben oui, il y a « Quan » quand même dans l’histoire et Quan, c’est le poing !)

 

Alors, finalement, à quoi cela sert-il de connaitre des applications martiales ?

À donner du « corps » à notre forme en complément de la dimension énergétique, un peu de Yang dans le Yin… Pour qu’une harmonie naisse de ce jeu d’équilibre entre énergétique et martialité.

 

Est-ce pour tout le monde ?

Ce travail sur les applications martiales est à la portée de tous.

Il suffit de se pencher sur une technique, se poser la question de sa finalité, puis de tester avec un partenaire les différentes possibilités, car il y en a toujours plusieurs  (il faut renoncer à la monomanie « une technique = une application !)

Le but n’est pas –pour nous- d’être rapide ou efficace au point d’envoyer valser son partenaire (mais le sera-t-il encore  après ça?) à l’autre bout de la pièce. Le but est de voir si l’application peut-être crédible, cohérente, comprendre mieux la technique, pourquoi la main est-elle ici, comme ça ? Pourquoi ce pied là ?...

Bref, redécouvrir le mouvement de la forme dans un contexte différent : à deux et non seul, face à … l’imaginaire.

Et au-delà de cette découverte, d’adapter à notre morphologie, à nos possibilités physiques du moment une technique : donc, tout le monde peut faire…

 Pas possible ! Une technique offre plusieurs possibilités d’applications !

Tout dépend de ce que l’on recherche : les professeurs souvent enseignent les applications qui sont les plus fidèles à la technique de la forme, car le but est de montrer la finalité de la technique en question. Ce ne sont pas toujours les plus « fun », mais c’est leur pouvoir pédagogique qui est intéressant.

On peut dans une technique mettre en avant l’un ou l’autre de ses potentiels et donc varier les applications en fonction de ces choix. Il faut juste ne pas trop « déraper » et proposer des choses qui restent dans l’esprit de la technique.

 

Mais, je n’ai pas de partenaire !

Le partenaire donne de la consistance à nos réflexions, il est nécessaire bien sûr ! Mais souvent j’entends dire « Je n’ai pas de partenaire, alors… je ne peux rien faire »… Et bien si, on peut faire quelque chose : en chercher un ! (Nous sommes d’accord, ce n’est pas toujours simple…)

Il n’est pas besoin ici de trouver un super taichiste de méga niveau, l’important c’est la collaboration et l’entente, la discussion et la patience (Rome ne s’est pas construite en un jour et les applications ne « germent » pas du jour  lendemain…).

S’entrainer est un jeu , il faut juste de la bonne volonté et arrêter de se demander si on sera à la hauteur : il faut juste s’y mettre…

 

PHOTO Xiao Long

Comment savoir si l’efficacité est là... alors que les attaques sont lentes et codifiées ?

L’efficacité ne peut être « réelle » : nous sommes dans le réalisme, pas dans la réalité. Mais, nous ne sommes pas non plus dans le style « full contact », si on entend efficacité au sens de mettre HS un autre individu : non, nous ne sommes pas efficaces ! et si c’est ce que vous recherchez, il faut aller vers l’externe.

Les applications ont du coup l’air factices puisqu’on fonctionne un peu « au ralenti »…

Mais transformer une attaque, repousser, déraciner son partenaire, appliquer une clé avec modération… prouvent que la technique est bonne et qu’elle « pourrait » être efficace.

Et là, en ce qui nous concerne, il vaut mieux prendre son temps, être précis, plutôt que de vouloir être trop rapide et utiliser finalement la force et non la technique pour arriver à ses fins, au risque d’ailleurs de se blesser ou de blesser l’autre. On cherche juste à savoir si dans les faits la technique tient la route, si elle est fai

Un jeu…

Finalement, ces applications sont un jeu, il n’y a que des gagnants, car les questions que l’on se pose, la réflexion que l’on mène à deux sur les techniques nous ouvre des perspectives.

Et l’on s’aperçoit que les solutions sont infinies ! On peut même créer un duilian (combat arrangé) en travaillant sur des transitions entre les applications alternées de l’un et de l’autre. C’est un travail (non, ce n’est pas un travail ! c’est un jeu on a dit !) sans fin et extrêmement enrichissant.

 

PHOTO Xiao Long

 Contrairement à certains qui vous diront : « Alors l’application de « La grue blanche déploie ses ailes » c’est comme ça. »

Sous-entendu, point barre, il n’y en a qu’une, c’est la bonne, c’est la mienne… On se rend compte que l’on peut imaginer de multiples solutions, et en fonction de notre physique, de notre personnalité, nous pourrons choisir celles qui nous conviennent le mieux.

Le plus difficile au début, c’est de rentrer dans cette optique et de se libérer d’un certain nombre de préjugés ou d’appréhensions… et de trouver un partenaire prêt à la même démarche !

Mais ceux qui s’engagent sur ce chemin ne le regrettent pas… C’est le premier pas qui coûte !

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
21 janvier 2023 6 21 /01 /janvier /2023 18:10

 

"C'est dans le vide que voguent les nuages et volent les oiseaux,.
C'est par le vide que leurs mouvements se renouvellent sans cesse."


Wenshi Zhengjing

 

PHOTO Xiao Long

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
21 janvier 2023 6 21 /01 /janvier /2023 18:04

 

Le Tai Ji Quan guiding, mais qu’est-ce que c’est ?

Dans guī dìng 规定, il y a guī  qui signifie  règle  ou  (verbe) planifier et il y a dìng : fixé décidé. Il est question donc ici de formes codifiées conforme à une règle… Peut-être êtes-vous comme ce gentilhomme « bourgeois » de Molière qui faisait de la prose sans le savoir… peut-être pratiquez-vous le « guiding » sans être au courant…

Le Tai Ji Quan guiding est apparu dans les années 50.

La « forme de Pékin », c’est-à-dire la forme 24 mouvements est certainement la plus connue. C’est une version simplifiée de la forme développée par Yang Cheng Fu, elle comporte moins de mouvements et certaines difficultés techniques ont été laissées de côté afin d’en faire une forme abordable par le plus grand nombre.

Pour quelques puristes cette forme n’est que gymnastique en pyjama , car pour ces personnes, seule LA longue forme 108 existe… Pourtant, c’est faire preuve d’un esprit bien étroit que d’affirmer cela : la forme 24, comme les autres formes guiding,  se pratique selon les principes et règles fondamentales de la discipline : c’est une forme à part entière –plus courte- voilà tout.

Mais peut-être le Tai Ji Quan est-il réservé aux seuls ermites qui vivent perchés sur un pied au sommet des montagnes  comme sur les photos ?

Pour certains ces formes sont standardisées et sont donc de peu d’intérêt car restrictives … mais quelles que soient les formes – ne sont-elles pas par définition standardisées, ou bien ? Chacun fait-il dans « l’impro » ? Je connais quelques Maitres qui ne seraient pas contents du tout de savoir cela ! Bref, c’est l’éternelle querelle des Anciens et des Modernes.

 

PHOTO Xiao Long

 

 Quelques repères :

En 1956 la forme 24 est créée par d’éminents experts réunis par le gouvernement, parmi eux des représentants de la famille Yang, pour simplifier l’ancienne forme traditionnelle du 108, la rendre accessible à tous – but finalement louable puisque nous en bénéficions - et l’introduire dans l’éducation de la population, afin que chacun puisse se maintenir en bonne santé (puisque la prévention est primordiale !)

Ainsi est créée la 24- forme de Pékin- non sans critiques. C’est la plus connue à travers le monde.

 

En 1957 : la 88 –forme longue- est recrée par le fils de Yang Jian Hou (1839-1917), elle est restructurée et des indications claires sont données afin que les principes fondamentaux soient respectés.

1979 : la  48 est créée par des experts dans les 5 styles appelés par le ministère des sports. La 48 représente plus de difficultés que la 24, elle  est très technique, très équilibrée, vivante, riche et variée.

C’est aussi celle qui sera forme de compétiton, pendant un temps…

Puis la forme 42 est créée pour la compétition, elle apparait pour la première fois en 1991.

Dans les années 1997 : sont créées les formes 8 et 16 afin de développer les AMC : sans doute les Occidentaux peu patients sont-ils satisfaits d’avoir ces formes pédagogiques pour mettre le pied à l’étrier…

La plus récente à mains nues est la 26 qui renoue avec des techniques et un déplacement traditionnels…

D’autres formes y compris en armes existent, comme par exemple la 32  la 42 épée ainsi que la « new classic », la plus récente ou la 48 éventail…

 

PHOTO Xiao Long

Ce n’est pas parce que certaines formes sont  dédiées à la compétition  IWUF (International Wushu Federation) qu’il faut croire que Guiding est synonyme de compétition (ce que l’on appelle le Wushu sportif/taolu) : le Guiding c’est aussi des formes pédagogiques créées pour que chacun puisse progresser à son rythme sur l’acquisition des techniques de base,  et, on peut dire que la 24 comme la 88  ou la 32 épée, par exemple, sont des formes « traditionnelles ».

Traditionnel signifie « transmis de génération en génération », la tradition n’a pas besoin non plus de remonter aux calendes grecques ! Et d’ailleurs certaines formes « traditionnelles » dites anciennes ont été parfois très amendées par les générations suivantes et les ixièmes disciples : il ne faut pas croire que les écoles soient statiques et figées. Ce serait d’ailleurs à mon sens – un contresens- car, ce qui est figé est mort, la vie c’est le mouvement, la transformation…

 

La caractéristique de cette pratique est sa fluidité, les mouvements sont particulièrement amples, circulaires, constants…

Bref, on s’y sent bien, on y respire, on y combat des ombres, l’énergie y circule…

Alors, que demander de plus ?

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans TAI JI QUAN
14 janvier 2023 6 14 /01 /janvier /2023 15:07

 

"A l'homme d'intelligence plait l'eau;
à l’homme de bonté la montagne.
A l'un le mouvement, à l'autre le repos.
L'homme d'intelligence vit heureux,
l'homme de bonté vit longtemps."


Entretiens de Confucius VI

 

PHOTO Xiao Long

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
14 janvier 2023 6 14 /01 /janvier /2023 15:02

 

Cette couleur développe des aspects positifs et ... d'autres qui le sont moins, parfois franchement connotés.

Le Jaune, lumineux, évoque pour nous le plus souvent la richesse matérielle, la couleur de l'or... Le Jaune symbolise aussi la richesse de  l'esprit (d'où l'expression: "C'est une lumière"??? propose Xiao Long... hypothèse à vérifier ).

Pour les Chrétiens, le Jaune est symbole d'éternité et de foi. Mais, pas seulement: Judas est le plus souvent représenté vêtu de jaune et le jaune devient alors la couleur de la traitrise...

Bref... Nos voisins Chinois ne sont guère plus clairs dans leur symbolique:

Chez les Chinois, le Jaune (huáng) est opposé et associé au Noir. Jaune et Noir sont les deux couleurs du sang du Dragon démiurge. Dans la symbolique chinoise, le Jaune émerge du Noir, comme la terre émerge des eaux primordiales.

Le Jaune, c'est la couleur de l'élément terre, la couleur du centre. En Chine ,il y a une expression: “Le jaune génère le Yin et le Yang” , estimant que le jaune est le centre de toutes les couleurs.

 Le jaune est la couleur orthodoxe positionnée dans le centre et c’est la couleur de la neutralité.

Le Jaune est aussi la couleur de l'Empereur, l'homme qui se situe au centre de l'Univers, tout comme le Soleil est au centre du ciel... D'où le nom 黄帝(huángdì) l'Empereur jaune.

 

Sous les dynasties Ming et Qing, Beijing est devenu la ville capitale, et la couleur jaune est devenue la couleur exclusive de la famille impériale. Les gens du peuple n'étaient pas autorisés à porter du jaune. Les empereurs portaient des "robes jaunes", leur carrosse était appelé "carrosse jaune", le chemin sur lequel ils marchaient était appelé le "chemin jaune", les drapeaux utilisés durant leurs voyages étaient des "drapeaux jaunes" et les tissus pour emballer leurs sceaux étaient également jaunes.

C’est ainsi que la couleur jaune devint un symbole de puissance suprême. Seuls les membres de la famille impériale et leurs proches pouvaient vivre dans des résidences aux murs rouges et aux toits de tuiles vitrifiées jaunes (Pas très discret, mais ce n’est pas forcement l’effet recherché…).

 

PHOTO Xiao Long

Les gens du commun ne pouvaient utiliser que des briques et des tuiles de couleur cyan. Si vous grimpez jusqu'au sommet de Jingshan et regardez vers la Cité Interdite, vous pouvez apercevoir une série de toits aux tuiles vitrifiées jaunes. De chaque côté des pavillons, devant et derrière, il y a d'énormes vases de bronze plaqués d'or et des figures animales.

Le Jaune assure aussi la fertilité. Pour cette raison, on utilisait des draps, oreillers, voiles de soie et gazes jaunes pour la couche nuptiale.

Le Jaune est aussi la couleur de la terre fertile, la couleur des épis mûrs de l'été. Elle annonce donc l'automne, le déclin, la vieillesse.

Ce Jaune multi "emplois" est associé aussi à la mort parfois: les sources jaunes mènent au Royaume des Morts.

Dans le théâtre de Pékin, le maquillage jaune des acteurs signifie cruauté, dissimulation, cynisme. Notre expression "rire jaune", ce sourire forcé et peu franc qui dissimule des choses qui ne peuvent être que désagréables n'est pas très loin...

 

PHOTO Xiao Long

Xiao Long a gratté de toutes ses griffes pour essayer de trouver des informations non contradictoires sur cette couleur paradoxale, il n'est donc pas exhaustif et a dégoté des choses qui l'ont laissé perplexe. Ses sourcils de Dragon sont impressionnants dans ces cas là, et,  il vaut mieux le laisser tranquille...

Mais ce n’est pas la première fois qu’une chose peut-être tout et son contraire ! Avantage : on peut y voir ce que l’on désire…

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans SYMBOLES
7 janvier 2023 6 07 /01 /janvier /2023 14:56

 

" Ce n'est pas le puits qui est trop profond,
c'est la corde qui est trop courte."

 

PHOTO Xiao Long

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans PROVERBES
7 janvier 2023 6 07 /01 /janvier /2023 14:52

 

Pour chaque nouvelle année à fêter, les créations vont bon train :

La Poste Chinoise propose, en version mini, des timbres représentant un lapin  et certaines villes  proposeront la version maxi avec lapin géant au cœur de la cité… Il y en aura pour tous les goûts !

Car cette année, c’est donc le lapin qui sera à l’honneur, le lapin d’eau plus exactement. A partir du 22 janvier et jusqu’en février (le 9 exactement) 2024, le lapin nous accompagnera. Il semblerait que l’année devrait être moins dynamique que la précédente, celle du Tigre… mais nous n’allons pas nous aventurer plus loin dans les prédictions !

Le Lapin se classe à la quatrième position dans les 12 signes du zodiaque chinois. C’est un signe de bon augure. Le lapin est attentif, prudent et toujours prêt à réagir : pour les Chinois, il est symbole d’habileté et de vigilance. Il symbolise également  la  longévité et la prospérité (le lapin est prolifique !)

L’Eau, élément qui lui est associé cette année, a une très bonne capacité d’adaptation, elle coule et prend la forme de ce qu’elle rencontre sur son chemin, elle représente la richesse dans la culture chinoise.

 

PHOTO Xiao Long

 

On parle parfois d’année du chat – à la place du lapin – C’est le cas au Vietnam; en réalité, ces deux animaux n’en sont qu’un :

On retrouve les mêmes caractéristiques de vigilance, d’intelligence, de discrétion… Une explication possible a été proposée : "lapin" dans la prononciation chinoise sonnerait comme "chat" en vietnamien et alors, il s'agirait donc d'une erreur……, mais d’après les petites recherches de Xiao Long, en chinois 兔子Tùzǐ, lapin, n’a pas trop l’air de ressembler à con mèo , chat en vietnamien, ni d’alleurs Con th , lapin en vietnamien et Māo chat en chinois… Mais mes oreilles ne sont pas aussi longues que celles du lapin, alors….

 

L'absence du chat dans la version chinoise, viendrait de ce que le rat, que l’Empereur de Jade avait chargé de convoquer les animaux pour la sélection des signes du zodiaque, ait donné de mauvaises indications au chat qui  se fâcha, et qui depuis est son ennemi.

Une autre version raconte que tous les animaux se réunirent autour de la dépouille de Bouddha et que le chat croqua alors le rat qui léchait l'huile d'une lampe. L’auteur du crime fut exclu du zodiaque.

 

PHOTO Xiao Long

Pour d’autres, l’horoscope chinois fut inventé avant que les chats – originaires d’Egypte)  ne soient importés en Chine.

Et…. Nous voilà donc avec une année du lapin !

 

Partager cet article
Repost0
Published by Xiao Long - dans CULTURE

Recherche

 Ce blog est a but non commercial, non lucratif. Il délivre des informations et des commentaires techniques et culturels pour les pratiquants de Tai Ji Quan et de Qi Gong ainsi que pour tous ceux qui s’intéressent à la culture asiatique.

Si vous voulez pratiquer le Tai Ji Quan ou le Qi Gong, allez sur le site de l'association Feng yu Long où vous trouverez toutes les informations nécessaires.

https://www.taijiqigongevreux.com/

 

.